Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/La voie de Paradis

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 24-55).

La Voie de Paradis,


ou ci encoumence


LA VOIE D’UMILITEI [1].


Mss. 7218, 7633, 7632.


Séparateur



Mi marz, tout droit en cel termine
Que desouz terre ist la vermine,
Où ele a tout l’yver esté,
Si s’esjoït contre l’esté ;
Cil arbre se cuevrent de fueille
Et de flor la terre s’orgueille,
Si se cuevre de flors diverses,
D’indes, de jaunes et de perses ;
Li preudon, quant voit le jor né,
Reva arer en son jorné ;
Après arer son jorné same.
Qui lors semeroit si que s’âme
Moissonnast semence devine,
Je di por voir, non pas devine,
Que buer seroit nez de sa mère,
Quar tel moisson n’est pas amère.

Au point du jor c’on entre en oevre

Rustebuef, qui rudement oevre,
Quar rudes est, ce est la somme,
Fu aussi com du premier somme.
Or sachiez que guères ne pensse
Où sera prise sa despensse.
En dormant .i. songe sonja :
Or entendez dont qu’il sonja[2],
Que pas du songe ne bordon.
En sonjant, escharpe et bordon
Prist Rustebues, issi s’esmuet :
Or chemine, si ne se muet.

Quant la gent de moi dessambla,
Vers paradis, ce me sambla,
Atornai mon pelérinage.
Des ostes que j’oi au passage
Vous vueil conter et de ma voie ;
N’a guères que riens n’en savoie :
J’entrai en une voie estroite ;
Moult i trovai de gent destroite
Qui à aler s’i atornoient ;
Mes trop en vi qui retornoient,
Por la voie qui estoit male.
Tant vous di n’i a pas grant ale,
Mès mendre que je ne créusse.
Ainz que guères alé éusse
Trovai .i. chemin à senestre :
Je vous déisse de son estre
Se je n’éusse tant afère ;
Mès la gent qui du mien repère

Va celui si grant aléure
Com palefroiz va l’ambléure.

Li chemins est biaus et plesanz,
Délitables et aaisanz :
Chascuns i a à sa devise
Quanques soihaite ne devise ;
Tant est plesanz chascuns le va,
Mès de fort eure se leva
Qui le va se il n’en repère.
Li chemins va à .i. repère
Où trop a dolor et destrece ;
Larges est, mès toz jors estrece.
Li pélerin ne sont pas sage :
Passer lor estuet .i. passage
Dont jà nus ne resortira[3].
Or sachiez qu’au resortir a[4]
Une gent male et félonesse
Qui por loier ne por promesse
N’en lessent .i. seul eschaper
Puis qu’il le puissent atraper.
Cel chemin ne voil pas tenir,
Trop me fust tart à revenir.

Le chemin ting à destre main ;
Je, qui n’ai pas non d’estre main[5]
Levez, jui la première nuit,
Por ce que mes contes n’anuit,
A la cité de Pénitance :

Moult oi cel soir povre pitance.
Quant je fui entrez en la vile,
Ne cuidiez pas que ce soit guile,
Uns preudom qui venir me vit,
Que Diex conseut se encor vit,
Et s’il est mors Diex en ait l’âme,
Me prist par la main, et sa fame
Me dist : « Pélerins, bien veigniez. »
Léenz trovai bien enseigniez
La mesnie de la meson,
Et plains de sens et de reson.
Quant je fui en l’ostel, mon oste
Mon bordon et m’escharpe m’oste
Il méismes, sanz autre querre ;
Puis me demande de ma terre
Et du chemin qu’alé avoie.
Je l’en dis ce que j’en savoie.
Tant l’en dis-je, bien m’en souvient :
« Se tel voie aler me covient
Com j’ai la première jornée,
Je crierai la retornée. »

Li preudom me dist : « Biaus amis,
Cil sires Diex, qui vous a mis
El cuer de fère cest[6] voiage,
Vous aidera au mal passage.
Aidiez cels que vous troverez,
Conseilliez cels que vous verrez
Qui requerront vostre conseil,
Ce vous lo-ge bien et conseil. »

Encor me dist icil preudon
Se je fesoie mon preu don
Orroie-je le Dieu servise ;
Quar trop petit en apetise
La jornée c’on a à fere.
Je le vi douz et debonère,
Si m’abelirent ses paroles,
Qui ne furent vaines ne voles.
Quant il m’ot tout ce commandé,
Je li ai après demandé
Qu’il me dist par amistié
Son non. « J’ai non, dist-il, Pitié. »
— « Pitié ? dis-je, c’est trop biau non. »
— « Voire, fet-il ; mès le renon
Est petiz ; toz jors amenuise.
Ne truis nului qui ne me nuise ;
Dame Avarice et dame Envie
Se duelent moult quant sui en vie,
Et Vaine-Gloire me r’amort,
Que ne désirre que ma mort ;
Et ma fame a non Charité.
Or vous ai dit la vérité,
Mais de ce sommes mal bailli,
Que sovent sommes assailli
D’Orgueil, le gendre Félonie,
Qui nous fet trop grant vilonie.
Cil nous assaut et nuit et jor :
Li siens assaus est sanz séjor.

« De cels que je vous ai conté,
Où il n’a amor ne bonté,
Vous gardez, je le vous commant. »

— « Ha Diex ! ostes, et je commant ?
Ainz ne les vi ne ne connui.
Si me porront bien faire anui :
Jà ne saurai qui ce fera.
Ha Diex ! et qui m’enseignera
Comment je les eschiverai ? »
— « Ostes, je vous enseignerai
Lor connoissance et lor meson ;
S’il a en vous sens ne reson,
Que moult bien les eschiverez.
Or escoutez comment irez
Jusque la meson de Confesse,
Qui la voie est .i. poi engresse,
Et s’est assez mal à tenir
Ainçois c’on i puist avenir.

« Quant vous cheminerez demain,
Si verrez à senestre main
Une meson moult orguilleuse ;
Bele est, mès ele est péreilleuse,
Qu’ele chiet par .i. pou devant.
Moult est bien fete par devant,
Assez miex que n’est par derrière,
Et s’a escrit en la mesière :
« Céenz est à Orguex li cointes,
« Qu’à toz péchiez est bien acointes. »
Cil granz sires dont je vous conte
A moult souvent et duel et honte
Par sa manière qui est fole,
Et par sa diverse parole,
Où il n’a ne sens ne savoir,
Et s’en porte cors et avoir.

Sa meson que je vous devise
A-il par son beubant assise
Sor .i. turet[7] enmi la voie,
Por ce que chascuns miex la voie
Moult a ostes en son ostel,
Qu’il a ostez d’autrui ostel
Qui fesoient autrui ouvraingne[8],
Qui auroient honte et vergoingne
Qui de ce lor feroit reproche ;
Mès li termes vient et aproche
Que Fortune, qui met et oste[9],
Les ostera de chiés tel oste[10].

« Sire Orguex lor promet l’avoir,
Mès n’ont pas plèges de l’avoir.
Si vous dirai que il en fait
Par parole non pas par fet :
Il fet du clerc archediacre
Et du grant-doien souz-diacre ;
Du lai fet provost ou bailli,
Mès en la fin sont mal bailli,
Que vous véez avenir puis
Qu’il chiéent en si parfont puis,
Par Dieu le père esperitable,
Por du pain curent une estable.

« Icele gent que je vous nomme

Que Orguex essauce et assomme,
Sont vestus d’un cendal vermeil
Qui destaint contre le soleil ;
Chapelez ont de flor vermeille
Qui trop est bele à grant merveille
Quant ele est freschement cueillie ;
Mès quant li chauz l’a acueillie
Tost est morte, matie et mate :
Tel marchié prent qui tel l’achate.

« Desouz Orgueil, .i. poi aval,
A l’avaler d’un petit val,
A Avarisce son manoir,
Et si sont tuit si homme noir,
Non pas très noir, mès maigre et pâle,
Por lor dame qui est trop male.
Ausi les tient comme en prison,
Mès de ce fet grant mesprison
Qu’à nului nule bonté n’offre.
Enmi sa sale sus .i. coffre
Est assise mate et pensive ;
Miex samble estre morte que vive ;
Jà ne sera sa borse ouverte,
Et si est sa meson couverte
D’une grant pierre d’aymant ;
Li mur entor sont à cimant :
Moult est bien fermez li porpris.
Cil se doit bien tenir por pris
Qui vient en icele porprise,
Quar el porpris a tel porprise
Qu’ele n’est fete que por prendre.
Grant espace li fist porprendre

Cil qui n’i fist c’une huisserie[11],
Qui à l’issir est briserie[12].
Si souef clot, si souef oevre,
C’on ne voit guères de tel oevre.

« Après Avarisce la dame
Esta une vilaine fame
Et ireuse : s’a à non Ire.
Or vous vueil sa manière dire :
Ire, qui est male et vilaine,
Ne set pas tant descharpir laine
Comme ele set de cheveus rompre ;
Tout ront quanqu’ele puet arompre ;
Tant a corouz, tant a dolor
Qui tant li fet muer color,
Que toz jors sont ses denz serrées,
Qui jà ne seront desserrées
Se n’est por félonie dire ;
Car tels est la manière d’Ire,
Que ne li lest les denz estraindre
Et souspirer et parfont plaindre,
Et coroucier à lui-méisme,
Et ce toz jors li regaïsme ;
Jà ne querroit[13] por nule chose.
Tel manière a que toz jors chose :
Fols est qui en chiés li ira[14].
Tele manière en Ire a
Qu’ele se veult à chascun prendre

De ce vous vueil-je bien aprendre.
Par ceste reson entendez,
Vous qui la voie demandez
Por aler à Confession,
Que nus ne doit en sa meson[15]
Nul hom receter ne enbatre[16],
S’il ne veult tencier ou combatre.
Or oiez de son habitacle,
Où Diex ne fet point de miracle.

« Du fondement de la meson
Vous di, que tel ne vit mès hom.
I. mur i a de félonie[17]
Tout destempré à vilonie ;
Li sueil sont de désespérance
Et li pommel de meschéance ;
Li torchéis est de haïne.
D’autre chose que de faïne[18]
Fu cele meson enpalée,
Quar l’eudure[19] fu engelée.
Si en a esté coroucie
Quant sa meson est depecie.
De tristece est l’empaléure :

Passez outre grant aléure,
Quar ce ne vous porroit aidier ;
Qui n’aime rancune et plaidier,
Je ne lo pas que s’i estoise,
Quar preudom n’a cure de noise.
Por ce que tu ne t’i arrives,
Li braz, les laz et les solives
Et les chevilles et li tré
Sont, par saint Blanchart de Vitré,
D’un fust ; s’a non Dures-noveles ;
Et de ce resont les asseles[20] ;
Li chevron sont d’autre mesrien,
Mès tel merrien ne vaut mès rien,
Quar il est de mésavanture :
S’en est la meson plus obscure.
Là ne vont que li forsené
Qui ne sont pas bien assené.

« El fons d’une obscure valée
Dont la clartez s’en est alée,
S’est Envie reposée et mise.
Deviser vous vueil sa devise :
Ne sai s’onc nus la devisa,
Mès bien sai que pâle vis a,
Car el lit où ele se couche
N’a-il ne chaelit ne couche,
Ainz gist en fiens et en ordure ;
Moult a duré et encor dure :
N’i a fenestre ne verrière[21]

Qui rende clarté ne lumière,
Ainz est la meson si obscure
C’on n’i verra jà soleil luire.
Ovides raconte en son livre,
Quant il parole de son vivre.
Qu’il dist char de serpent menjue
Dont merveille est qu’il ne se tue ;
Mès Rustebues à ce respont
Qui la char du serpent espont
C’est li venins qu’ele maintient :
Ez-vous la char qu’en sa main tient.
Moult a grant obscurté laienz ;
J’à n’enterront clerc ne lai enz
Qui jamès nul jor aient joie.
Ne cuidiez pas qu’ele s’esjoie
S’ele ne set qu’autres se dueille :
Lors s’esjoït et lors s’orgueille
Que ele ot la dure novele ;
Mès lors li torne la roele,
Et lors li sont li dé changié
Et geu et ris bien estrangié
Quant ele set autrui léesce ;
Deuls l’esjoïst, joie la blesce.

« Moult est s’entrée viex et sale ;
Si est sa meson et sa sale
Et sa valée et orde et vils.
Après ces choses or devis
De cels qui si fort se desvoient
Quant la meson Envie voient,
Que il vuelent véoir Envie,
Qui ne muert pas, ainz est en vie.

Quant il aprochent du repère
Dont nus en santé ne repère,
Lors si lor trouble la véue,
Et la joie qu’il ont éue
Perdent-il au passer la porte.
Or savez que chascuns en porte[22] :

« Li cors où Envie s’embat
Ne se solace ne esbat ;
Toz jors est ses viaires pâles,
Toz jors sont ses paroles males.
Lors rist-il que son voisin pleure,
Et lors li recort li deuls seure
Quant son voisin a bien assez :
Jà n’ert ses viaires lassez.
Or poez-vous savoir la vie
Que cil maine qui a Envie.
Envie fet homme tuer,
Et si fet bonnes remuer,
Envie fet rooingner terre,
Envie met ou siècle guerre,
Envie fet mari et fame
Haïr, Envie destruit âme,
Envie met descorde ès frères,
Envie fet haïr les mères,
Envie destruit gentillece,
Envie griève, Envie blece,
Envie confont charité
Et si destruit humilité.
Ne sai que plus briefment vous die

Tuit li mal vienent par Envie.

« Accide[23], qui sa teste cuevre,
Qu’ele n’a cure de fère œvre
Qu’à Dieu plaise n’à saint qu’il ait,
Por ce que trop li seroit lait
Qui li verroit bon œvre fère,
Lez Envie a mis son repère.
Or escoutez de la mauvaise,
Qui jamès n’aura bien ne aise :
Si vous conterai de sa vie
Dont nul preudomme n’ont envie.

« Accide, la tante Parece,
Qui trop pou en estant se drece
Poi ou noient puis qu’il coviegne
Qu’ele face bone besoingne,
Voudroit bien que clerc et provoire
Fussent à marchié ou à foire,
Si c’on ne féist jà servise
En chapele ne en église ;
Quar qui voudra de li joïr
Ne sa bele parole oïr
Ne parolt de saint ne de sainte,
Qu’ele est de tel corroie çainte,
S’ele va droit, maintenant cloche
Que ele ot clocheter la cloche ;
Lors voudroit bien que li batiaus
Et li coivres et li métaus
Fussent encor tuit à refondre.

La riens qui plus la puet confondre,
Qui plus li anuie et li griève,
C’est ce quant delez li se liève
Aucuns por aler au moustier,
Et dist : « Vous i fustes moult ier :
Qu’alez-vous querre si souvent ?
Lessiez i aler le couvent
De Pruilli[24] ou d’autre abéie. »
Issi remaint toute esbahie :
Encor a-ele tel manière
Que jà ne fera bele chière
Por qu’ele voie les denz muevre,
Tant fort redoute la bone œvre.
Que vous iroie-je aloingnant[25]
Ne mes paroles porloingnant ?
Quanques Diex aime li anuie
Et li est plus amer que suie.

« Gloutonie, la suer Outrage,
Qui n’est ne cortoise ne sage,
Qui n’aime reson ne mesure,
Refet sovent le mortier bruire,
Et chiés Hasart le tavernier,
Et si fu en la taverne ier
Autant com i a hui esté :
Ce ne faut yver ne esté.
Quant ele se liève au matin,
Jà en romanz ne en latin
Ne quiert oïr que boule et feste.
Du soir li refet mal la teste,

Or est tout au recommancier.
Assez aime miex Monpancier
Que Marseille ne Carlion[26].
Por ce vous di-je quar li hon
Qui est ses kex a assez paine :
Xiiij. foiz en la semaine
Demande bien son estovoir,
Mès il covient chiés li plovoir
Se tant avient que aus chans plueve,
Que sa mesons n’est mie nueve
Ainz est par les paroiz ouverte
Et par deseure descouverte.
Or sachiez que mauvès mestre a ;
Jamès plus mauvès ne nestra.
Si herberge-ele mainte gent,
El leu qu’el n’a ne bel ne gent ;
Bediaus et bailliz et borgois,
Qui .iij. semaines por .i. mois

Lessent aler à pou de conte ;
Por ce que de l’ourer ont honte
Sont en cel recet receté ;
Tant i sont qu’il sont endété
Et créance lor est faillie.
Lors est la dame mal baillie,
Quar ses ostes li covient perdre ;
Si ne s’en set à cui aerdre,
Aus chanoines des granz églises,
Por ce que grans est li servises
Si s’en descombrent en contant.
Que vous diroie ? il sont tant
Que clerc, que chanoine, que lai
Trop i feroie grant délai.

Luxure, qui les fols desrobe,
Qu’au fol ne lest chape ne robe[27],
Qui mainte gent a jà honie,
Est bien voisine Gloutonie ;
Ne faut fors avaler le val.
Tels entre chiés li à cheval
Qui s’en revient nuz et deschaus.
Trop est vilains ses seneschaus :
Tout prent, tout robe, tout pelice :
Ne lest peliçon ne pelice ;
Des maus qu’el’ fet ne sai le nombre ;
La somme en est en une essombre,
En une reculée obscure.
Onques nus preudon n’en ot cure
D’entrer laians por l’obscurté,

Qu’il n’i a point de séurté.
Nus n’i va ne riant ne baut,
Tant soit ne garçon ne ribaut,
Qui corouciez ne s’en reviegne ;
Et ceste reson nous enseigne
Que nus hon ne s’i doit enbatre
Por solacier ne por esbatre.
Cil dient qui i ont esté
Que la meson est en esté
Tel’ que de glay glagié à point,
Jons ne mentastre n’i a point,
Ainz est la glagéure estrange ;
Si a non Folie et Losange.
La dame est moult plaine d’orgueil
Li portiers a non Bel-Acueil :
Bel-Acueil, qui garde la porte ;
Connoist bien celui qui aporte ;
A celui met lez bras au col
Quar bien set afoler le fol.
Cil qui i va à borse vuide
Est bien fols se trover i cuide
Biau geu, biau ris ne bele chière :
De vuide main vuide proière,
Quar vous oez dire à la gent :
« A l’uis, à l’uis qui n’a argent. »

Luxure, qui est si grant dame,
Qui bien destruit le cors et l’âme,
Prent bien le loier de son oste ;
Le cors destruit, la richece oste,
Et quant ele a si tout osté,
S’oste l’oste de son osté.

En toz mauvès esforz s’esforce,
L’âme ocist et s’en tret la force.
Après tout ce fiert si el maigre,
Les iex trouble, la voiz fait aigre.
Ci a felonesse espousée :
Sa chamberière a non Rousée,
Et ses chambellenz Faus-s’i-fie[28],
Or ne sai que ce sénéfie,
Quar tant de gent la vont véoir
Qu’à granz paines ont où seoir :
Li .i. s’en vont, li autre vienent,
Li revenant por fol se tienent.

« Biaus douz ostes, ce dist Pitié,
Bien vous devroie avoir gitié
D’aler aus leus que je vous nomme,
C’or véez-vous, ce est la somme,
Que nus n’i vit en son aage :
Si lest-ont l’âme de paiage.
De l’autre voie vous devise,
Qui trop est bele à grant devise
Et trop plesant qui en a cure ;
Et s’est assez la plus obscure,
La droite voie, le droit chemin
Aussi plain com .i. parchemin
Por aler à confesse droit.
Or vous vueil-je dire orendroit
Les destroiz qui sont dusque là :
Si lais la voie par delà.

« A destre main, vers oriant,
Verrez une meson riant,
C’est à dire de bon afère.
Humilitez la débonère
Esta léenz, n’en doutez mie.
Raconter vous vueil de sa vie :
Ne cuidiez pas que je vous mante,
Ne por ce qu’ele soit ma tante
Vous en die ce que j’en sai,
C’onques por ce ne l’ me penssai.

« Dame Humilitez la cortoise,
Qui n’est vilaine ne bufoise[29],
Mès douce, debonère et franche,
A vestu une cote blanche
Qui n’est pas de blanc de Nicole,
Ainçois vous di à brief parole
Que li dras a non Bon-Éur.
Nus n’est en chiés li asséur,
Quar Dans Orguex li outrageus
N’i a pas pris la guerre à geus :
Soventes foiz assaut li livre ;
Or oiez comment se délivre
Et escoutez[30] en quel manière :
S’ele rist et fet bele chière,
Et fet samblant riens ne li griève,
Ce c’Orguex contre li se liève.
Lors acore de duel et d’ire
Orguex si qu’il ne puet mot dire.
A tant s’en part, ne parle puis ;

Maz et confus ferme son huis :
Lors qui veut avoir pais, si l’a ;
Qui ne veut, si va par-delà.
Or vous dirai de son ostel,
Onques nus riches hon n’ot tel.
Li fondemenz est de concorde ;
La dame de Miséricorde
I estoit quant ele acorda
Le descort qu’Adans descorda,
Et qui nous a toz acordé
A l’acort au digne cors Dé,
Qui a, si com nous recordons,
En sa corde les .iij. cordons.
C’est la Trinité toute entière :
Cil sainz arbres et cele ente ière
En chiés Humilité la sage
Quant Diex prist en li herbrégage.
Lors porta l’ente fleur et fruit
Qui puis lessa enfer destruit.
Li sueil i sont de pascience :
Sages hom et de grant science
Fu cil qui ouvra tel ouvraingne.
La meson siet en une plaingne :
Si sont les paroiz d’amistié.
N’i esta pas de la moitié
Tant gent comme il i soloit estre,
Ainz vont le chemin à senestre.
Post et chevron et tref ensamble,
Si com je cuit et il me samble,
Sont d’une ouvrangne moult jolive.
Si apele-on le fust olive ;
Por ce le fist, je vous afie,

Que pais et amor sénefie.
La couverture atout les lates,
Et li chevron et les chanlates
Sont fetes de bone-aventure :
S’en est la meson plus séure.
En la meson a .vi. verrières,
Iij. par devant et .iij. derrières ;
Les .ij. en sont, se Diex me gart,
D’une œvre, s’a non Douz-regart.
Les .ij. méismes[31] sont de grâce
Plus luisanz que cristaus ne glace ;
Les .ij. autres, si com je croi,
Sont de léauté et de foi,
Mès ces .ij. sont pieça brisiées
Et fendues et esfrisiées.
Moult par fust bele la meson
Se il i reperast mès hon,
Mès tel gent i ont repairié
Qui se sont mis en autre airié.

« Biaus oste, Larguece, ma nièce,
Qui a langui si longue pièce
Que je croi bien qu’ele soit morte[32],
Verrez à l’entrer de la porte ;
S’ele puet parler ne véoir,
Si vous fera lez li séoir ;
Quar plus volontiers se gaimante[33],

Sachiez, qu’ele[34] ne rist ne chante.
N’a en l’ostel homme ne fame
Qui gart ne l’ostel ne la dame,
Fors Gentillece et Cortoisie ;
Et cil ont mès si corte vie
Que ne gart l’eure que tout muire.
Qui orroit une beste muire
S’en auroit-il au cuer mésaise.
Biaus douz oste, ne vous desplaise,
Alez-i, se’s réconfortez,
Quar trop est li lieus amortez.
Prenez en gré se pou avez ;
Se cest proverbe ne savez
Je vueil que l’aprenez à mi :
L’en doit penre chiés son ami
Poi ou auques, ce c’on i trueve ;
Qu’amis est, au besoing le trueve.
Mainte gent s’en sont départi
Qui du leur i ont departi
Çà en arrière une partie.
Or est la chose mal partie,
Quar la mort, qui les biens départ,
Les a départiz d’autre part.

« Hostes, jà ne vous quier celer,
Là se soloient osteler
Empereor et roi et conte
Et cil autre dont l’en vous conte
Qui d’amors ont chançon chanté ;
Mès Avarisce a enchanté

Si les chenuz et les ferranz
Et toz les bachelers erranz,
Et chanoines et moines noirs
Que toz est gastés li manoirs.
L’en soloit par amors amer,
L’en soloit trésors entamer,
L’en soloit doner et prometre :
Or ne s’en veut nus entremetre.
Voirs est qu’Amors ne vaut mès riens :
Amors est mès de viez mesrien.
Amors est mès à mains amère,
Se la borse n’est dame et mère.
Amors estoit sa chambellaine,
Qui n’estoit fole ne vilaine ;
Larguesce muert et Amors change,
L’une est mès trop à l’autre estrange,
Quar l’en dit et bien l’ai apris :
« Tant as, tant vaus, et tant te pris. »

« Débonèretez, qui jadis
Avoit les ostes .x. et .x.
Et .xix. et ,xix.,
N’est prisié vaillant .i. oef ;
Quar bien a .lx. et .x. anz,
Se Rustebues est voir disanz,
Qu’ele prist à Envie guerre,
Qui or est dame de la terre.
Envie, qui plus ot mesnie,
A la querele desresnie.
Si a régné dès lors et règne
Et régnera et encor régne :
Jamès à régner ne fin’ra ;

Mès se jamais en la fin r’a
Débonèreté en prison,
Sanz mesfet et sanz mesprison
Croi-je que tenir la voudra :
Ce ne sai-je s’ele pourra.
Franchise me dist l’autre jor,
Qui en meson ert à séjor,
Que Débonèreté n’avoit
Recet, ne homme ne savoit
Qui se meslast de son afère
Ne qui point amast son repère.
Or a tel honte qu’il ne s’ose
Monstrer aus genz por nule chose ;
Quar, bien savez, c’est la coustume
Qu’au-desouz est chascuns le plume.
Biaus douz ostes, ce dist Pitiez,
Gardez onques ne despisiez
Vostre ostesse quant la verrez,
Mès d’une chose me créez,
Que tels fet feste et va tripant
Qui ne set pas qu’à l’ueil li pant.

« Ostel troverez povre et gaste,
Qu’il n’a léenz ne pain ne paste.
Bien sai que poi i dormirez :
Savez por qoi vous ne porrez,
Quar qui a conpaignie aprise
Bien sai de voir que petit prise
L’aise qu’il a sanz conpaignie ;
Nequedent aise n’est ce mie.
Ostes, dites-li de par moi
Ne s’esmait ne que je n’esmoi,

Quar je sai bien que tost faudra :
Jà nule rien ne nous vaudra
Fors que l’amor de Jhésu-Crist :
Ce trovons-nous bien en escrit. »

Dist Pitiez : « Charitez, ma fame,
Qui a esté si vaillant dame,
Est bien près voisine celui
Qui tant a afère de lui,
Qui a non Debonereté,
Qui chièrement a achaté
Les enviaus aus envieus
Et les maus aus malicieus.
Nostre ostel verrez bel et cointe,
Mès mainte gent s’en désacointe :
Qu’au soir i vient, s’en va au main ;
François sont devenu Romain
Et li riche homme aver et chiche.
Cil sont preudomme qui sont riche ;
A cels met-on les braz aus cols :
Li povres hom est li droiz fols.
Et bien sachiez en vérité
Que se il aime Charité
L’en dira : « C’est par sa folie
Et par sa grant mélancolie
Qui li est entrée en la teste. »
Ice me fet perdre la feste
Et le solaz que g’i avoie.
Nus n’i veut mès tenir la voie,
Fors li moine de Saint-Victor,
Quar je vous di nus ne vit or
Si preude gent, c’est sanz doutance.

Ne font pas lor Dieu de lor pance
Comme li autre moine font
A cui toz biens déchiet et font.
Ce sont cil qui l’ostel maintienent,
Ce sont cil qui en lor main tienent
Charité et Miséricorde,
Si com lor oevre me recorde.
Encor raconte li escriz
Que Charitez c’est Jhésu-Criz,
Por ce dient maintes et maint
Que cil qui en Charité maint
Il maint en Dieu et Diex en lui.
Charitez n’espargne nului,
Por ce si me merveil moult fort
C’on ne li fet autre confort :
Nus n’i va iriez n’à mal aise
Que la meson tant ne li plaise
Que toute rancune là pert :
Ce poez véoir en apert.
Por ce lo que vous i ailliez,
Que se vous estes traveilliez,
Léenz reposer vous porrez
Et tant estre com vous voudrez.
Nous voudrions, por vous esbatre,
Por .i. jor vous i fussiez .iiij.
Tant vous verrions volentiers ;
Et bien sachiez que li sentiers
I fut moult plus batuz jadis
De cels c’or sont en paradis.

« Prouesce, qui des ciex abonde,
Qui n’est pas en servir le monde,

Mès en cel Seignor honorer
Que toz li mons doit aorer,
A dès or mès mestier d’aïde ;
Quar je vous di que dame Accide,
Qu’à toz preudommes doit puir,
L’en cuide bien fère fuir.
Moult i a jà des siens lassez :
L’uns est bleciez, l’autre quassez ;
Li autres par sa lécherie
Est entrez en l’enfermerie
Por le cors esbatre et déduire ;
Li autre doutent la froidure ;
A l’autre trop forment renuit
Ce que il veilla l’autre nuit ;
Si doute du cors enmaigrir.
Itels genz si font enaigrir
Le chant de Dieu et les chançons ;
Il aiment miex les eschançons
Et les kex[35] et les bouteilliers
Que les chanters ne les veilliers.

« Je ne vous oste de la riègle
Ne cels d’ordre ne cels du siècle ;
Tuit ont à bien fère lessié,
Et s’en fuient col eslessié
Tant que la mort lor tolt les cors.
Or n’a la dame nul secors,
Et ele si voudroit veillier,
Et jeuner et traveillier,
Et escouter le Dieu servise ;

Mès orendroit nus ne s’avise
A fère ce qu’ele commande,
Quar nus envers li ne s’amande,
Fors une gent qui est venue
Qui dient qu’il l’ont retenue ;
Et cil sont de sas ensachié[36],
Et dient que il ont sachié
Lor ordre des fez aus apostres.
Por lor mesfez et por les nostres
Dient-il bien tout sanz doutance
Que il font autel pénitance
Com Diex et si apostre firent ;
Ce ne sai-je se il empirent
Et s’il feront si com maint autre
Qui soloient gésir en piautre ;
Or demandent à briez paroles
Les bons vins et les coutes moles,
Et ont en leu d’Umilité
Pris Orgueil et Iniquité.

« Abstinence, la suer Reson,
Est presque seule en sa meson
Qui tant est délitable et bele ;
Si n’est pas en orde ruele,
Ainz la porrez véoir à plain.
Or n’i sont mès li dois si plain
De gent comme il soloient estre :
Or vous vueil dire de son estre :
Toz les .vii. jors de la semaine

Est vendrediz ou quarantaine
Léenz, ce vous faz asavoir ;
Et se n’i puet-on pas avoir
Tel chose a l’en en la taverne.
Por ce dit l’en qu’assez espergne
De bien li preudom qui ne l’a,
Qui Abstinance l’apela ;
Je di qu’il la baptisa bel,
Quar ne fu puis le tens Abel
Meson si bele ne si nete :
Meson fu, or est mesonete ;
Consirrers[37] en fu charpentiers ;
Bien fu ses cuers fins et entiers
A la meson fonder et fère.
Moult est li leus de bel afère
Et moult i dure grant termine
Cil qui léenz sa vie fine.

« Li preudomme, li ancien
Ont léenz .i. fusicien
Qui tant par est de franche orine
Qu’il garist sanz véoir orine[38] ;
C’est Diex, qui fisique set toute,
Qui moult aime la gent sanz doute
Qui repèrent chiés Abstinance,
Quar moult en ist bele semance.

« Chastée la nete, la pure,
Qui sanz péchié et sanz ordure

A esté et est et sera,
Se Dieu plest, vous convoiera
Tant que vous verrez la cité ;
Et si sachiez bien c’une ité
Comme ele est ne verrez jamais ;
Ainçois que soit toz passez mays
La porrez-vous véoir assez.
Jamès nus n’en seroit lassez
Se la cité avoit aprise ;
N’est pas preudom qui la desprise,
Et si n’en fet de riens acroire.
Entor Pasques i est la foire ;
Xl. jors devant la livrent
Cil qui léenz la gent délivrent.

« Je sai bien que léenz si errez
Assez tels choses i verrez
Dont anuiz seroit à retrère ;
Et qui a grant jornée à fere
Coucher doit tost et main lever,
Si que mains se puisse grever. »
Lonc ce que la jornée est granz,
Ce soir fu moult Pitiez engranz
De moi gentement osteler :
Ce ne porroie-je celer.

Repentance, qui tant est sainte
Que l’iror Dieu en est refrainte,
Me plot plus que riens à véoir,
Quar il ne porroit meschéoir
A homme qui esta dedenz,
S’autant de langues com de denz

M’avoit doné li Rois de gloire,
Por raconter toute l’estoire
De la cité de Repentance,
Si seroie-je en doutance
Que pou ou noient en déisse
Ou que du tout n’i mespréisse.

Quant Jhésus fu resuscitez,
Lors fu fondée la citez,
Le jor de Pentecouste, droit
A ce point et à cel endroit
Que Sainz-Esperiz vint en terre
Por fère aus apostres conquerre
Le pueple des Juys divers.
Cele citez, ce dist li vers,
Est fermée de .iiij. portes
Qui ne sont esclames ne tortes ;
La première a non Remembrance
Et l’autre a non Bone-Espérance
C’on doit avoir ou Sauvéor,
Et la tierce s’a non Paor ;
La quarte est fète d’Amor-fine,
Et c’est cele qui s’achemine
A Confesse, qui tout nétoie :
Moult i a entrapeuse voie
Ainçois c’on i puisse venir
Qui ne met grant paine ou tenir.


Explicit la Voie de Paradis.

  1. Legrand d’Aussy a donné l’analyse de cette pièce dans son recueil de Fabliaux. Voyez tome II. page 226, édition Renouard. Voyez aussi, pour le même sujet, la note A, à la fin du volume ; et pour des pièces pareilles sur l’enfer, page 384 de mon 2e volume de Mystères inédits, Le Songe d’Enfer ; et, page 43 de mes Jongleurs et Trouvères, la pièce intitulée Le Salut d’Enfer. Elles prouvent que la fabulation mise en œuvre par Dante dans son immortel poëme était antérieure à l’époque où il vivait.
  2. Ms. 7633. Var. Or oez qu’il devizera.
  3. Ms. 7633. Var. Retornera.
  4. Ms. 7633. Var. Retorner a.
  5. Ms. 7633. Var. Non chastelain. — Main levez signifie ici : matinal.
  6. Ms. 7633. Var. Teil.
  7. Butte, élévation.
  8. Ms. 7633. Var. Besoingne.
  9. Ms. 7633. Var. M’est à hoste.
  10. Le Ms. 7633 ajoute ici ces deux vers :
    Et ceulx que li siècles aroe
    Aroera desouz sa roe.
  11. Ms. 7633. Var. Uxerie.
  12. Ms. 7633. Var. Si serie.
  13. Ms. 7633. Var. Croiroiz.
  14. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  15. Ms. 7633. Var. Mension
  16. Ms. 7633 Var. Ne se doit por riens née embatre.
  17. Ces vers rappellent le passage suivant du Fablel dou dieu d’Amours, pièce que j’ai publiée en 1834 chez Techener :
    De rotruenges estoit tos fais li pons ;
    Toutes les plankes de dis et de canchons,
    De sons de harpe les estaces del fons,
    Et les salijes de dous lais de Bretons ;
    Li fossés ert de soupirs en plaignant, etc.
  18. Fraternité.
  19. Ms. 7633. Var. Qu’a l’enduire.
  20. Ms. 7633. Var. Asteles (ais).
  21. Dans le Ms. 7633, après ce vers on lit celui-ci :
    Ne par-devant ne par-derrière.
  22. Les vingt-quatre vers qui suivent manquent au Ms. 7633.
  23. Accide, froideur, paresse.
  24. Ms. 7633. Var. Puilli.
  25. Ms. 7633. Var. Délaiant.
  26. Le Ms. 7633 dit : « que Lyons ; » mais, à la rigueur, on pourrait laisser Carlion : cette ville est célèbre chez les auteurs du moyen âge.
    Ainsi on voit dans le lai de l’Espine, par Marie de France :
    Les estores en trai avant
    Ki encore sont à Carlion,
    Ens le moustier Saint-Aaron.
    Walter Scott, dans une note de Sir Tristrem, édit. de 1819, p. 300, parle de cette ville, qui, selon quelques auteurs, passe pour la première où le roi Arthur ait établi la Table-ronde, et M. Francisque Michel, tome II de son Tristan, p. 182, a écrit les lignes suivantes : « Cuerlion, Carleon (upon Usk), ville du pays de Galles, nommée dans Les Triades comme l’une des trois principales résidences du roi Arthur, et appelée Urbs legionum par Geoffroi de Monmouth.
    Li bons reis Arzurs teneit
    A Karlium, cum l’en diseit,
    A une feste, qui mout couste
    A un jour de Pentecouste.
    (Le Lai du Corn, Ms. de la Bib. bodléienne, no 1687.)
  27. Les quarante vers qui suivent manquent au Ms. 7633.
  28. Ms. 7633. Var. Fouz-s’i-fie
  29. Ms. 7633. Var. Borjoise.
  30. Ms. 7633. Var. Si oiez.
  31. Ms. 7633. Var. Autres.
  32. L’auteur aurait pu ici affirmer au lieu de croire seulement ; car, selon les poëtes du 13e siècle, l’avarice régnait fort à cette époque — On trouvera dans mon Recueil de Fabliaux une pièce intitulée De la Mort Largesce.
  33. Ms. 7633. Var. Démente.
  34. Ms. 7633. Var. Que je.
  35. Quex, queu, cuisinier.
  36. Les Frères-Sacs ou Sachets. (Voyez, dans le 1er volume, le Dit des Règles.)
  37. Consirrers, privation.
  38. Voyez, à la fin du 1er volume, la note R, page 345, sur la médecine au 13e siècle.