100%.png

Chansons et rondes enfantines/Dans notre village

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chansons et rondes enfantines, Texte établi par Jean-Baptiste WeckerlinGarnier (p. 106-107).

DANS NOTRE VILLAGE

(RONDE)



\relative c' { 
<<
\new Staff  {
  \clef treble
  \key f \major
  \time 2/4
  \tempo \markup \fontsize #-3 { Con moto } %4.=100
  \override Rest #'style = #'classical
  \autoBeamOff 
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\partial 4 c'8 a | f4 g | a8 c c a | f4 g | \break
a a8 a | a g a bes | c d c bes | a4 g | f g8  \stemUp bes | \break
\stemNeutral a c bes d | c a g \stemUp bes | \stemNeutral a c a c | f,4 \acciaccatura a8 g4 | f \bar "||" \break
}
\addlyrics {
Dans no- tre vil- lage il est un a- vo- cat, 
Trois jeun’s dam’s y sont al- lés, Pour vi- der leur dé- bat. Sau- te 
l’a- vo- cat de pail- le, Sau- te, sau- te, sau- te l’a- vo- cat
}
\new Staff  {
  \clef treble
  \key f \major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 4 c'8 a | f4 g | \stemUp a8[ c c a] | \stemNeutral f4 g | \break
a a8 a | <a f>[ <g e> <a f> <bes g>] | <c f,>[ <d f,> <c f,> <bes f>] | <a f>4 <g e> | f <g e>8_\f  \stemUp <bes g> | \break
\stemNeutral <a f>[ <c a> <bes g> <d bes>] | <c a> <a f> <g e> \stemUp <bes g> | \stemNeutral <a f>[ <c a> <a f> <c a>] | <f, c>4 <g e c>4 | <f c> \bar "||" \break

}
\new Staff  {
  \clef bass
  \key f \major
  \time 2/4
  \override Rest #'style = #'classical
\partial 4 r4 | << { f,8[ <c' a> f, <bes c>] } \\ { f4 f } >> | << { f8[ <c' a> f, <c' a>] } \\ { f,4 f } >> | << { f8[ <c' a> f, <bes c>] } \\ { f4 f } >> | \break 
<< { f8[ <c' a> f, <c' a>] } \\ { f,4 f } >> | d8[ d' d, d'] | <a a,>[ <bes bes,> <c c,> <d d,>] | <c c,>4 <bes c,> | <a f> c,8 c' | \break
f,8[ c' c, c'] | f, c' c, c' | f, r8 r4 | <a c,>4 <bes c,> | <a f> \bar "||" \break
}
>>
}


Le pauvre avocat
Se trouva bien surpris
D’avoir tant étudié
Pour n’avoir rien appris,
Saute, l’avocat de paille,
Saute, l’avocat.



MM. Durieux et Bruyelle citent plusieurs chansons sur les avocats, dans leur recueil sur le Cambrésis, mais celle-ci, bien connue à Paris, ne s’y trouve pas.

Cette ronde demande un nombre impair. Un tourne en se tenant par la main jusqu’à Saute l’avocat, où la chaîne se rompt ; chaque fillette tend les deux mains à sa voisine de droite ou de gauche, avec laquelle elle tourne durant le refrain. Le nombre des danseuses étant impair, il en reste toujours une sans partenaire : c’est l’avocat de paille, qui tourne tout seul et donne un gage.