Dernière Terre (recueil)/Paysages (I)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Brumes bengaliques des soirs d’Afrique
haïk rose des montagnes
voiles fluides, voiles liliacés
qui flottent en apothéose pour un parachèvement des
jours
lents crépuscules
palmes couronnées d’azur
stances de majesté lancées passionnément par toute la
terre heureuse
la cigogne passe dans la transparence du ciel
un enfant joue faisant des ombres peintes
flammes privées de cendres
mais aucune terre n’est faite pour que l’on y demeure
ô routes qui traversez mais continuez plus loin, c’est à
vous que je m’attache !
fuite divine des espaces !
lassitude de toute possession parce qu’elle a pris la place
de ce que l’on ne possède point !
mon horizon est l’obstacle à ceux que je ne vois pas
plus lointains et meilleurs sont les autres
poursuite, éternelle poursuite…
je baise la route qui ne s’arrête pas.
et je hais ce qui m’a retenue
nomade dans l’éclatant silence des étoiles et des sables
je vais vers un Sud irréel, vers des clartés jalouses…
jardins dont je ne sais rêver ;
rêve dont rêve le mien
impatience inutile d’avoir dépassé les lignes habitées et
de pénétrer en d’autres enceintes
je hais de savoir où je serai demain
paradis fou de promesses, je crie en damné qui se fout
de sa damnation, mais voudrait n’y pas entendre les
bruits de la populace
ô désir affamé d’un recueillement !
j’aime vos délicatesses ô soirs africains, j’aime leur inno-
cence
mais tandis que vous êtes fixés à cette terre privilégiée
ma destinée m’appelle plus loin
je revêtirai d’autres costumes
à votre amour je superposerai d’autres amours… d’autres
regrets…
et à votre insuffisance… d’autres viendront s’ajouter
car je ne suis pas de ce monde et mon pèlerinage ne
trouvera pas de sanctuaire
promesses avortées, vous seules pouviez posséder le
secret de mon mal mais vous n’êtes jamais nées
et au lieu de vous insulter je vous rends grâces
monde ridicule qui m’a repoussé ce n’est pas toi qui me
manque…
Ô viennent l’allongement éternel… la grande raideur
dessous les paupières closes !

BLIDA, 1936 (février).

[1]
  1. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33214047z