Derniers vers (Rimbaud)/L’Éternité

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arthur Rimbaud Derniers vers

L’Éternité


Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Éternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil

Âme sentinelle,
Murmurons l’aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s’exhale
Sans qu’on dise : enfin.

Là pas d’espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

Elle est retrouvée.
Quoi ? — L’Éternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

Mai 1872.