Dictionnaire de Trévoux/2e édition, 1721/Abandonner

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

ABANDONNER, verb. act. Laisser à l'abandon. Derelinquere, deserere. Dieu n'abandonne jamais les siens au besoin. On a abandonné cette ville au pillage. Il a abandonné le soin de son honneur. Dans les plaisirs on abandonne son cœur & son esprit, on se découvre tout entier. P. de Cl. c'est-à-dire, qu'on s'y montre avec moins de précaution, & c'est là qu'on connoît les moeurs & les inclinations des gens. Le mérite ne sert de rien quand il est abandonné de la fortune. B. Rab. C'est le génie de l'erreur, qu'aussi-tôt qu'elle se sent pressée, elle reprend ce qu'elle avoit abandonné. Peliss.

Il signifie encore livrer en proie. La ville fut abandonnée à la fureur du Soldat. Elle n'ose abandonner son cœur à l'amour. M. Scud.

Abandonner au bras séculier, c'est Renvoyer un Ecclésiastique devant des Juges laiques, pour donner une Sentence de de condamnation à peine afflictive sur un cas privilégié.

On le dit aussi de l'Inquisition. Lorsqu'elle a prononcé sur le crime d'hérésie, elle livre les coupables au bras séculier, parce que l'Eglise n'ayant point la puissance temporelle pour infliger la peine de mort, elle implore le secours du Juge temporel, qui ne manque point d'exécuter les Arrêts du saint Office. C'est ce qu'on appelle abandonner au bras séculier.

On l'employe avec le pronom personnel pour exprimer un homme qui est entraîné par ses passions, qui en est devenu l'esclave, qui s'y prostitue absolument. Tradere se, committere se. Quand les gens austères viennent à goûter les voluptés, alors la nature lasse des peines, s’abandonne aux premiers plaisirs qu'elle rencontre. S. Evr. Il s’abandonna à la tristesse & à son désespoir. Il s'est abandonné à la colère & à ses désirs. On dit aussi s’abandonner à la Providence, s’abandonner à la fortune, pour dire se confier à la Providence, à la fortune, & attendre tout de Dieu, ou du hazard & du bonheur. S’abandonner à la joie ; c'est-à-dire, en goûter tout le contentement, & en ressentir tous les plaisirs. S’abandonner à l'oisiveté ; c'est-à-dire, s'éloigner absolument de toutes les affaires, sans vouloir s'occuper d'aucun des exercices honnêtes de la vie. Il faut s’abandonner à son feu, & ne rien refuser de ce que l'imagination présente. Bouh. Il se trouvoit malheureux d'être abandonné à lui-même, & à ses propres pensées, sans avoir quelqu'un qui pût le plaindre, & lui donner de la force. P. de Cl. Il est plus sûr de s'arrêter à l'autorité de l'Église, que de s’abandonner aux foibles efforts de notre misérable raison. Nicol.

Abandonner, signifie encore, Quitter, jetter là. Abjicere. Il abandonna ses armes.

Abandonner, signifie encore, Quitter un lieu, en sortir. Deserere. Il a abandonné le Pays. On lui fit abandonner la Ville.

Abandonner, signifie encore, Laisser, donner. Dans une Traduction en Prose, où l'on abandonne tous les termes de la Langue au Traducteur, il demeure souvent au-dessous de l'Original. S. Evr. Je vous abandonne cette affaire, je vous en laisse le maître. Je vous abandonne à vous même & à votre propre conduite.

Abandonner, signifie encore, Exposer, commettre à. Abandonner quelqu'un à la haine publique. S’abandonner au danger de perdre la vie pour la Religion.

Abandonner, signifie aussi simplement, Quitter, laisser, renoncer à quelque profession ou à quelque personne. Abandonner une entreprise. Son crédit & sa réputation l'ont abandonné. Les plus sages ne sont pas toujours maîtres d'eux-mêmes, & il y a des momens où leur discrétion les abandonne, c'est-à-dire, qu'elle les quitte, ensorte qu'ils se laissent aller à l'impatience de parler. Ce Marchand a abandonné le commerce. Ce Magistrat a abandonné les affaires pour vivre dans la retraite. Les personnes vaines abandonnent aux ames communes le mérite d'une vie suivie & commune. La Bruy.

Mainte veuve souvent fait la déchevelée,
Qui n'abandonne pas le soin du demeurant. La Font.

Dans ce sens il se dit de la résignation que nous faisons à Dieu de nous-mêmes & de tout ce qui nous touche. Il faut s’abandonner la Providence, à la conduite, à la bonté de Dieu. Il abandonne tout à la Providence. Il a abandonné sa vie, son honneur, entre les mains de Dieu. On dit en termes de Fauconnerie, Abandonner l'oiseau ; pour dire, le mettre libre en campagne, ou le congédier tout-à fait, & s'en défaire entierement.

On dit proverbialement, N’abandonnez pas les étriers ; pour dire, servez-vous bien des avantages que vous avez, ne les quittez point. Utere fortuna.

Abandonné, ée. part. pass. & adject. Derelictus, destitutus, permissus. Le mérite ne sert de rien quand il est abandonné de la fortune. B. Rab. Biens abandonnés. L'amitié généreuse court aux personnes abandonnées, pour essuyer leurs larmes. M. Esp. Il faut que vous soyez les plus abandonnés calomniateurs qui furent jamais. Pasch. En ce sens, il signifie, des gens déterminés, & qui ne gardent aucunes mesures pour noircir la réputation d'autrui.

On dit absolument au subst. C'est un abandonné ; pour dire, un homme perdu & débauché, qui ne donne point d'espérance de conversion. Corruptus, depravatus. On dit aussi une abandonnée ; pour dire une fille prostituée. Je ne veux point brûler pour une fille abandonnée. Mol.

On dit aussi Abandonné des Médecins ; pour dire, que la guérison de quelqu'un est désespérée. Un homme abandonné, signifie un homme sans appui & sans secours. Abandonné à son sens réprouvé. C'est une expression de l'Ecriture, pour désigner un homme qu'on laisse à ses égaremens, & à la perversité de son cœur. On ne doit pas attendre des lumières bien pures, de ceux


que Dieu a abandonnés aux ténèbres inséparables des grands crimes. Nicol. On dit aussi, qu'une cause est abandonnée, pour dire, qu'elle est déplorable & insoutenable.