100%.png

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Cavalier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cathédrale <
Index alphabétique - C
> Cave
Index par tome

CAVALIER, s. m. On désigne ainsi un ouvrage en terre élevé au milieu des bastions ou boulevards, pour en doubler le feu et commander la campagne. Ce n’est guère qu’au XVIe siècle que l’on eut l’idée d’exécuter ces ouvrages pour renforcer des points faibles ou pour dominer des fronts. On en exécuta beaucoup, pendant les guerres de siège de cette époque, en dedans des anciens fronts fortifiés du moyen âge, et on leur donnait alors généralement le nom de plate-forme ; ils présentaient comme une suite de fortins détachés, possédant des feux de face et de flanc, avec une pente douce du côté de la ville pour amener les pièces et pouvoir les mettre en batteries. Les cavaliers étaient ou semi-circulaires ou carrés. Les plus anciennes représentations de cavaliers se voient figurées sur les bas-reliefs en marbre du commencement du XVIe siècle qui garnissent les parois du tombeau de Maximilien, à Inspruck.

Cavalier.fortifications.Arras.png
Voici (1) un de ces cavaliers copié sur l’un de ces bas-reliefs représentant la ville d’Arras. Il est en portion de cercle, établi en arrière d’un bastion A possédant un orillon avec deux batteries découvertes C et une batterie casematée au niveau du fond du fossé. Le cavalier B est revêtu et planté à cheval sur la gorge du bastion ; il commande ainsi les dehors, le bastion et les deux courtines voisines.
Cavalier.fortifications.Verone.png
La fig. 2 nous montre un autre cavalier carré fermé sur ses quatre faces, élevé au milieu d’un bastion dont les parapets sont munis de fascines et de gabions. Ce cavalier est également revêtu, percé d’une porte ; ses parapets sont garnis de fascines. Cette seconde figure est copiée sur le bas-relief représentant l’enceinte de la ville de Vérone.

Lorsque l’on éleva, au XVIe siècle, des bastions en avant des anciennes enceintes du moyen âge, on conserva souvent, de distance en distance, les tours les plus fortes de ces enceintes, en détruisant seulement les courtines ; on remplit ces tours de terre, on enleva leurs crénelages, et on établit des plates-formes sur leur sommet pour recevoir une ou plusieurs pièces de canon. Les tours furent ainsi converties en cavaliers. Mais en France, ces dispositions ne furent prises qu’accidentellement et pour profiter d’anciennes défenses, tandis qu’en Allemagne, nous les trouvons, dès le XVIe siècle, érigées en système, ainsi qu’on peut le voir encore à Nuremberg. Dans la fortification moderne même, les Allemands n’ont pas renoncé aux tours isolées, bâties, de distance en distance, en arrière des ouvrages extérieurs. À la Rochelle, pendant les sièges que cette ville eut à subir à la fin du XVIe siècle, des cavaliers en terre d’une grande importance furent élevés en arrière des anciennes enceintes, et, étant armés de pièces à longue portée, firent beaucoup de mal aux assiégeants.

Les cavaliers tiennent lieu aussi, dans certains cas, de traverses, c’est-à-dire que leur élévation au-dessus des courtines et des bastions empêche l’artillerie des assiégeants d’enfiler des ouvrages dominés du dehors ; ou bien, comme à Saint-Omer encore, au XVIIe siècle, du côté de la porte Sainte-Croix (3), ils commandent au loin des plaines s’abaissant vers les abords d’une place, et forcent l’assiégeant à ne commencer ses travaux d’approche qu’à une grande distance.
Cavalier.Saint.Omer.png
Ce cavalier de la porte Sainte-Croix de Saint-Omer se composait d’une haute batterie semi-circulaire revêtue A, protégée par un fossé plein d’eau : elle doublait les feux du saillant E C de la ville le plus facilement attaquable, et, au moyen du fossé qui l’entourait presque entièrement, donnait aux assiégés une dernière défense assez forte pour arrêter l’ennemi qui eût pu se loger dans le bastion saillant, et le forcer, pour passer outre, de faire un nouveau siège. C’est encore là une dernière trace du donjon du moyen âge.