Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Lucarne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Loge <
Index alphabétique - L
> Lunette
Index par tome

LUCARNE, s. f. Baie ouverte dans les rampants d’un comble, destinée à éclairer les galetas. Pendant le moyen âge on a fait des lucarnes avec devanture en pierre, d’autres entièrement en bois apparent ou recouvert de plomb ou d’ardoises. Les lucarnes n’ont toutefois été adoptées que lorsque les combles ont pris une grande importance. Pendant la période romane, les charpentes des combles étant généralement plates, il n’y avait pas lieu de les éclairer par des lucarnes, puisqu’on ne pouvait y ménager des logements ; mais, à dater du XIIIe siècle, les bâtiments d’habitation furent couronnés par des combles formant, en coupe, un triangle équilatéral au moins ; on utilisait la partie inférieure de ces combles en y pratiquant des chambres éclairées et aérées par des lucarnes. Plus tard, on donna le nom de mansardes à ces fenêtres, et on fit à Mansart cet honneur de le considérer comme l’inventeur de ces baies, qui existaient sur tous les édifices publics ou privés du nord bien avant lui.

Nous nous occuperons d’abord des lucarnes dont la devanture de pierre pose sur la corniche, au nu des murs de face. Les XIIIe, XIVe et XVe siècles nous fournissent un grand nombre d’exemples de ces sortes de baies qui se composent de deux pieds-droits avec allège et d’un linteau terminé par un gâble et un tympan. Ces lucarnes avec face en pierre sont généralement assez élevées pour qu’une personne puisse facilement s’approcher de l’allège et regarder dans la rue ; leurs baies sont même souvent garnies d’une traverse en pierre, comme dans l’exemple que nous donnons ici (1)[1].
Illustration fig1 6 195.png
Les pieds-droits sont épaulés par deux contre-forts qui leur donnent de l’assiette sur la tête du mur ; de petites gargouilles pourtournent ces contre-forts et rejettent les eaux des noues dans le chéneau A, existant entre chaque lucarne, et muni de grandes gargouilles. Le linteau est d’un seul morceau et porte avec lui les deux petits pignons latéraux. Un second morceau de pierre forme le couronnement. Les rampants du gâble portent larmier devant et derrière, de manière à recouvrir le comble en ardoise B de la lucarne. Les jouées sont en retraite sur les pieds-droits ; ce genre de lucarne est fréquent au XIIIe siècle. Quelquefois, mais rarement à cette époque, les tympans sont décorés et les rampants garnis de crochets. Cependant ces couronnements des édifices, se découpant sur les combles, ne tardèrent pas à recevoir une assez riche ornementation. Il était d’usage, pendant la seconde moitié du XIIIe siècle et jusqu’au XVIe, de pratiquer, dans les logis des palais et châteaux, des grandes salles sous les combles. On ne pouvait éclairer ces salles lambrissées que par des lucarnes très-hautes, descendant jusqu’au sol intérieur placé au-dessous de la corniche extérieure et interrompant celle-ci. Les charpentes se composaient seulement de chevrons portant-ferme, dont les entraits s’assemblaient dans les jambettes descendant en contre-bas des blochets (voir l’article Charpente, figure 26). L’importance de ces lucarnes exigeait un soin particulier dans leur construction, car il fallait que leur devanture en pierre pût se soutenir d’elle-même, qu’elle reçût des pénétrations en charpente, et que les filtrations d’eau pluviale fussent évitées entre la pierre et la couverture. Conformément aux habitudes de bâtir des architectes du moyen âge, ces précautions relatives à la stabilité et à la réunion des matériaux très-divers sont minutieusement observées. Nous avons, de nos jours, remplacé ce soin dans l’étude des détails par des moyens assez grossiers, tels que solins en plâtre, raccords en zinc ; mais aussi faut-il envoyer sans cesse les couvreurs réparer les vices primitifs d’une construction mal étudiée, ou tout au moins, pour terminer l’œuvre d’une manière passable, faire succéder plusieurs fois sur ces points délicats les maçons aux couvreurs, les couvreurs aux maçons et ainsi à diverses reprises. Dans ces temps anciens d’ignorance, lorsque le maçon avait terminé son ouvrage, venait le charpentier, puis le couvreur ; chacun trouvait les choses disposées pour n’avoir plus à y revenir lorsque la dernière ardoise et la dernière faîtière étaient posées.
Illustration fig2 6 196.png
La fig. 2 montre une de ces grandes lucarnes de combles lambrissés. En A nous en donnons la section horizontale fait au niveau a b de la face B. La corniche du bâtiment avec son chéneau est en E ; la face de la lucarne est épaulée latéralement par des contre-forts F et postérieurement par les pilastres G, contre lesquels viennent s’appuyer les jouées en charpente. De petits caniveaux H recueillent les eaux du comble qui coulent le long de ces jouées pour les verser dans les chéneaux (voir la face latérale D). Sur les sablières I posées sur les jouées (voir la face postérieure C), venaient s’embréver les madriers formant chevrons et recevant les lambris intérieurs de manière à dégager le jour dormant K, les châssis rectangulaires étant seuls ouvrants. Des lucarnes de ce genre existaient au Palais à Paris, sur les bâtiments du commencement du XIVe siècle, aux châteaux de Montargis, de Sully, de Coucy et de Pierrefonds (commencement du XVe siècle), et de beaucoup d’autres palais ou châteaux. Celles du milieu et de la fin du XVe siècle sont très-communes.

Dans certaines provinces de France, comme la Bretagne, la Picardie et la Normandie, on avait pour habitude, pendant les XIVe et XVe siècles, de donner à certains bâtiments des campagnes, à des logis de châteaux, une assez faible hauteur et de les couronner par des combles énormes, car bien que ces bâtiments fussent simples en épaisseur, ils contenaient quelquefois jusqu’à dix et onze mètres dans œuvre en largeur ; or, les combles étant tracés d’après un triangle équilatéral, on comprend que les faîtages devaient s’élever beaucoup au-dessus de la corniche.

Illustration fig3 6 197.png


Ces bâtiments, en coupe, étaient alors disposées de cette manière (3) : 1° Un étage de caves A ; 2° un rez-de-chaussée B ; 3° un premier étage C, à demi mansardé ; 4° un étage à mi-comble D et le grenier ; dès lors les fenêtres du premier étage C participaient déjà de la lucarne et ne faisaient qu’un tout avec elle. Nous possédons un fort bel exemple de ce genre de construction dans le château de Josselin, en Bretagne (4),
Illustration fig4 6 198.png
dont la construction date des dernières années du XVe siècle. Là, le faîtage des lucarnes est au niveau du faîtage du comble ; leur face est décorée de sculptures, de chiffres, devises et armoiries ; les baies sont larges, munies de meneaux, les gâbles hauts et flanqués de pinacles. La balustrade est posée sur le bord d’un chéneau jetant ses eaux par une gargouille entre chacune des lucarnes. Dans l’étage mansardé supérieur, les lucarnes formaient comme des cabinets bien éclairés, dans lesquels on pouvait se tenir pour travailler ou jouir de la vue de la campagne. L’aspect pittoresque que donnaient ces grandes lucarnes aux façades des logis engagea les constructeurs à leur accorder de plus en plus d’importance ; elles devinrent quelquefois la partie principale de la décoration, vers la fin du XVe siècle et le commencement du XVIe, ainsi qu’on peut le voir encore au palais de justice de Rouen, où il semble que les façades ne sont faites que pour les lucarnes, puisque leur composition part du sol de la cour. Dans des proportions plus modestes on voit encore de belles lucarnes du commencement du XVIe siècle à l’hôtel de Cluny, à Paris, à l’hôtel de ville de Compiègne ; sur des maisons de Tours, de Bourges, d’Orléans et de Caen ; sur l’hôtel de ville de Saumur, etc. Les lucarnes du château de Josselin, comme celles du palais de justice de Rouen, sont de véritables pignons masquant des combles pénétrant, à angle droit, le toit principal. Dans ce cas elles servent même à maintenir la poussée des charpentes lorsque celles-ci sont dépourvues d’entraits à leur base, ou du moins elles rompent cette poussée, sur les murs goutterots, de distance en distance, et donnent à ces murs, par leur poids, une grande stabilité.

Les lucarnes en charpente, petites et modestes pendant les XIIIe et XIVe siècles, prennent de même beaucoup d’importance pendant le XVe siècle ; comme les lucarnes à faces de pierre, elles n’apparaissent, dans l’architecture du moyen âge, qu’au moment où les combles cessent d’être plats et sont tracés au moins d’après une pente de 45°. Alors elles sont posées, non sur les bahuts de ces combles, mais sur leurs chevrons, pour éclairer des galetas. Toujours elles sont bien combinées comme charpente et d’une forme gracieuse, contrairement à ce qui se pratique aujourd’hui.

Les plus anciennes lucarnes de bois que nous connaissions ne sont, à proprement parler, que de grands chiens-assis, faits pour donner de l’air et de la lumière dans les greniers, mais qui ne pouvaient point recevoir des châssis vitrés ; elles sont taillées dans de grosses pièces de charpente et couvertes avec de la tuile, de l’ardoise ou du plomb. Il en existait sur le comble incendié de la cathédrale de Chartres, qui datait du XIIIe siècle.
Illustration fig5 6 200.png
Voici (5) quelle était leur structure : Deux linçoirs A formaient un jour rectangulaire comprenant deux intervalles de chevrons. Sur les chevrons B, s’assemblaient deux potences D recevant la devanture E à leur extrémité, et de petits entraits avec chevrons F. De fortes planches de chêne étaient clouées sur ces chevrons et les reliaient avec la devanture ; sur ces planches était posé le plomb, qui formait bourrelet sur le devant et sur les côtés, ainsi que l’indique le détail G. D’autres feuilles de plomb revêtaient la devanture et les jouées, compris leur épaisseur. Les bois étaient forts de 0,15 c. à 0,25 c. d’équarrissage, et nettement coupés.
Illustration fig6 6 201.png
On voit apparaître cependant, au XIVe siècle, des lucarnes en charpente d’une assez grande dimension, quelquefois divisées en deux baies par un meneau. Les combles de la cathédrale d’Autun en ont conservé quelques-unes qui datent de la fin du XIVe siècle et sont d’une assez belle forme (6) ; le bois de ces lucarnes est toujours resté apparent et est abrité par un comble en tuile très-saillant. Ces lucarnes étaient faites pour être fermées, au-dessous du linteau, par des volets avec vitrages s’ouvrant en dedans ; le gâble restait ouvert.
Illustration fig7 6 202.png
L’église de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne a conservé, sur la croupe de l’abside, une jolie lucarne recouverte de plomb, avec épi et girouette (7). On voit encore, sur les grands combles de la cathédrale de Reims, des lucarnes qui datent du XVe siècle, mais qui sont aujourd’hui défigurées par de nombreuses restaurations. Ces lucarnes sont, de même que celle de Notre-Dame de Châlons, couronnées par des épis. Quelques maisons en pans de bois du XVe siècle, dont les façades ne sont point des pignons, mais des murs goutterots, sont surmontées de lucarnes assez belles. Dans l’ouvrage de MM. Verdier et Cattois, sur l’architecture civile et domestique, nous en signalerons quelques-unes, notamment celles de l’hôtel-Dieu de Beaune et celle d’une maison à Lisieux. Les architectes du XVe siècle ont quelquefois adopté, pour la construction des lucarnes de charpente, la disposition des lucarnes de pierre, citées plus haut, du château de Josselin, c’est-à-dire qu’ils ont posé les lucarnes empiétant sur la hauteur du mur de face et éclairant un étage sous comble, un grenier.
Illustration fig8 6 203.png
Nous donnons (8) une lucarne établie d’après ce système et qui provient d’une maison de Gallardon (Eure-et-Loir). En A, nous la présentons de face et, en B, en coupe. Ici les bois sont apparents sous la ventrière C, qui est couverte d’ardoises. Le plomb ne recouvre que l’épi et le faîte. Les rampants et les jouées sont aussi garnis d’ardoises. Des châssis vitrés fermaient les baies.

Si l’on consulte les anciennes vues peintes et gravées faites d’après des châteaux et palais du moyen âge, on voit que les lucarnes remplissaient un rôle important dans ces habitations, puisque les combles contenaient beaucoup de logements. Quelquefois, comme au château de Pierrefonds, les lucarnes de pierre ou de bois se combinaient avec les crénelages des chemins de ronde et étaient alors destinées à éclairer les salles placées derrière ces passages extérieurs. Leur face portait alors sur le mur du chemin de ronde, et le jour pénétrant leur couverture arrivait dans la salle par une baie percée dans le gros mur.

Il est certain que les architectes du moyen âge, contrairement à ce qui se pratique aujourd’hui généralement, apportaient un soin minutieux dans l’étude de toutes les parties des combles, soit au point de vue de la solidité, de la bonne exécution, soit au point de vue de l’art. Pour eux, bien couronner un édifice était l’affaire importante, et ils ne pensaient pas que le rôle de l’architecte cessât à la hauteur des corniches. La composition des lucarnes avait dû nécessairement fixer leur attention, puisque ces parties importantes des combles se détachaient sur le ciel et contribuaient ainsi à l’aspect monumental des édifices. Nous devons observer, d’ailleurs, que cette tradition s’est maintenue pendant les XVIe et XVIIe siècles ; car beaucoup de châteaux de la Renaissance, du temps de Henri IV et de Louis XIII ont conservé des lucarnes composées avec soin, souvent fort richement décorées de sculptures et de statues, et prenant, dans la disposition des façades, la plus grande place.

  1. D’une maison de Beauvais du XIIIe siècle, démolie aujourd’hui.