Discussion:Épaves (1866)/À celle qui est trop gaie

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Ce poème, s'il n'avait pas été supprimé de l’édition de 1861, aurait sa place entre les poèmes XLIII et XLIV.