Discussion:Poésies (Mallarmé, 1914, 8e éd.)/L’Après-Midi d’un faune

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Source : E. H. Blackmore and A. M. Blackmore, Six French Poets of the Nineteenth Century ; Oxford University Press, 2000 ; pp. 276-282.

Éditions[modifier]

Voir L’Après-midi d’un faune (variantes)

Variantes (examples)[modifier]

Poésies (Stéphane Mallarmé) (1887) / Poésies (Deman)

  • Il n'y a pas d'italiques dans 1887.
  • Trois point (…) dans 1887 sont deux points (..) dans Deman.
  • Dans 1887, une lacune avant
    • 1 : Si clair,
    • 3 : Aima-je un rêve ?
    • 8 : Réfléchissons..
    • 8 : ou si les femmes
  • Titre
    • L’Après-Midi d’un Faune
    • L’Après-midi d’vn Faune | Églogve
  • 20 :
    • C’est, à l’horizon pas remué d’une ride
    • C’est, à l’horizon pas remué d’une ride,
  • 25 :
    • Tacites sous les fleurs d’étincelles, contez
    • Tacites sous les fleurs d’étincelles, CONTEZ
  • 36 :
    • Droit et seul sous un flot antique de lumière,
    • Droit et seul, sous un flot antique de lumière,
  • 44 :
    • Qui, détournant à soi le trouble de la joue
    • Qui, détournant à soi le trouble de la joue :
  • 55 :
    • Des déesses ; et par d’idolâtres peintures,
    • Des déesses ; et, par d’idolâtres peintures,
  • 62 :
    • Ô nymphes, regonflons des souvenir divers.
    • Ô nymphes, regonflons des SOUVENIR divers.
  • 68 :
    • J’accours ; quand à mes pieds s’entrejoignent (meurtries
    • J’accours ; quand, à mes pieds, s’entrejoignent (meurtries
  • 70 :
    • Des dormeuses parmi leurs seuls bras hazardeux :
    • Des dormeuses parmi leurs seuls bras hasardeux ;
  • 95 :
    • Tu sais, ma passion, que pourpre et déjà mûre,
    • Tu sais, ma passion, que, pourpre et déjà mûre,
  • 101 :
    • Etna, c’est parmi toi visité de Vénus
    • Etna ! c’est parmi toi visité de Vénus
  • 105 :
    • De paroles vacante et le corps allourdi
    • De paroles vacante et ce corps alourdi
  • 110 :
    • Couple, adieu : je vais voir l’ombre que tu devins.
    • Couple, adieu ; je vais voir l’ombre que tu devins.