Discussion:Poésies (Mallarmé, 1914, 8e éd.)/Renouveau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Source : Stépane Mallarmé, Poésies, Nouvelle Revue française, 1913 ; p. 31.

Aussi dans Le Parnasse contemporain (I) ; p. 164 ; avec le titre « Vere novo ». Ne diffère que de ponctuation.

Variantes[modifier]

Poésies (Stéphane Mallarmé) (1887) / Poésies (Deman)

  • 4 : Erreur de Mallarmé
    • L’impuissance s’étire en un long baîllement.
    • L’impuissance s’étire en un long bâillement.
  • 5 :
    • Des crépuscules blancs tiédissent sous le crâne
    • Des crépuscules blancs tiédissent sous mon crâne
  • 9 :
    • Et creusant de ma face une fosse à ce rêve,
    • Et creusant de ma face une fosse à mon rêve,
  • 13 :
    • Cependant l’azur rit sur la haie et l’éveil
    • — Cependant l’Azur rit sur la haie et l’éveil