Du Chevalier qui fist les cons parler

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CXLVII
DU CHEVALIER
QUI FIST LES CONS PARLER
[ PAR GUERIN ]
[modifier]

Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 837, fol. 148 vº à 149 vº;
1593, fol. 208 rº à 212 1°; 19152, fol. 58 r° à
6o ro; et 25545, fol. 77 v° à 82 vº;
Bibl. roy. de Berlin, Mss. Hamilton 257, fol. 7vº à 1 ov°;
Bibl. de Berne, Mss. 354, fol. 169 rº à 174 r°;
Londres, Mus. brit., Mss. Harleien 2253, fol. 122 vº
à 124 v°.

FLABEL sont or mout entorsé;

Maint denier en ont enborsé

Cil qui les content et les portent,

Quar grant confortement raportent

As enovrez et as oiseus,

Quant il n'i a genz trop noiseus,

Et nès à ceus quisont plain d'ire,

Se il oent bon flabeau dire,

Si lor fait il grant alegance

Et oublier duel et pesance,

Et mauvaitié et pensement.

Ce dist GUERINs, qui pas ne ment,

Qui d'un chevalier nos raconte

Une aventure en icest conte,

Qui avoit merveilleus eür,

Et ge vos di tot asseür

Que il faisoit les conspaller,

Quant il les voloit apeler;

Li cus qui ert en l'escharpel

Respondist bien à son apel.

Icist eürs li fu donez

En cel an qu'il fu adoubez :

Si vos dirai com il avint.

Li chevaliers povre devint

Ainz que il fust de grant aage ;

Por quant sel tenoit on àsaige :

Mais n'avoit ne vigne ne terre.

En tornoiement et en guerre

Estoit trestote s'atendance,

Quarbien savoit ferir de lance;

Hardiz estoit et combatanz,

Et au besoig bien secouranz.

Adonc avint en cel tempoire,

Si com lisant truis en l'estoire,

Que les guerres partot failloient ;

Nule gent ne s'entr' assailloient,

Et li tornoi sont deffendu.

Si ot tot le sien despendu

Li chevaliers, en cel termine,

Ne li remest mantel d'ermine

Ne surcot, ne chape forrée,

Ne d'autre avoir une denrée,

Que trestot n'eüt mis en gaige ;

De ce nel tieg ge mie à saige,

Que son hernois a engagié;

Si a tot beü et mengié.

A un chastel est sejornans,

Qui mout ert bel et despendanz,

Ausin comme seroit Provins;

Si bevoit souvent de bons vins.

Iluec fu lonc tens à sejor,

Tant que il avint à un jor

C'on cria un tournoiement

Par le païs communalment,

Que tuit i fussent sanz essoine,

Tot droit à la Haie en Toraine :

Là devoit estre granz et fiers.

Mout en fu liez li chevaliers ;

Huet, son escuier, apele,

Si li a dite la novele

Du tornoiement qui là ert.

« Et, » dit Huet, « à vos qu'afiert

A parler de tournoiement,

Quar trestuit vostre garnement

Sont en gaiges por la despense?

–Ha! Huez! por Dieu, quar en pense, »

Fait li chevaliers, « se tu velz,

Toz tens bien conseillier me seus :

Mielz m'en fust se creü t'eüsse !

Or pensse comment ge reüsse

Mes garnemenz sanz demorance,

Et si fai aucune chevance,

La meillor que tu porras faire ;

Sen toi n'en savroie à chief traire. »

Huez voit que fere l'estuet,

Si se chevist au mielz qu'il puet.

Le palefroi son signor vent,

Onques n'i fist autre covent :

Ainz s'en est aquitez trés bien.

A paier n'i falt il de rien ;

Toz a les gaiges en sa mein,

Et quant ce vint à l'endemain,

Andui se mistrent à la voie

Que nus nes sieut ne ne convoie,

Et chevauchent par une lande.

Li chevaliers Huet demande

Comment avoit eü ses gaiges.

Huet li dit, qui mout ert saiges :

« Beaus sire, » fist Huet, « par foi,

Ge vendi vostre palefroi,

Quar autrement ne pooit estre ;

N'en merroiz or cheval en destre,

Ne que vos faciez en avant.

- Combien as tu de remanant,

Huet ? » ce dit li chevaliers.

– Par foi, sire, douse deniers

Avon nos, sen plus, à despandre.

- Dont n'avon nos mestier d'atendre, »

Fait li chevaliers, « ce me samble. »

Atant s'en vont andui ensamble ;

Et quant il ontgrantvoie alée,

Si entrent en une valée.

Li chevaliers ala pensant,

Et Huez chevalcha devant

Sor son roncin grant aleüre,

Et tant qu'il vit par aventure

-- En une prée une fontaine

Quibele estoit et clere et saine :

Si en coroitgranz li ruisseaus,

Et entor avoit arbrisseaus,

Vers etfoilluz, de grant beauté.

Autresi com el mois d'esté,

Li arbrissel mout bel estoient.

En la fontaine se baignoient

Troispuceles, preuz et senées,

Qui de beauté resanblentfées ;

Lor robe et totes lor chemises

Orent desozun arbre mises,

Qui erentbatues à or :

Bien valoient un grant tresor ;

Plus riches ne furent veües.

Quant Huetvit lesfemes nues,

Qui tant avoient les chars blanches,

Les cors bien faiz, les braz, les hanches,

Cele part vint à esperon,

Mais ne lor dist ne o ne non,

Ençois a lor robes saisies ;

Ses laissa totes esbahies.

Quantvoientque lor robe enporte,

La plus maistre se desconforte

Que mout s'en vaitgrant aleüre

Cil qui de retorner n'a cure.

Lespuceles mout se dolosent,

Crient et dementent et plorent.

Que qu'eles se yont dementant,

Ezvos le chevalier atant,

Qui après l'escuier s'en va.

L'une des puceles parla,

Et dit : « Ge voi là chevalchier

Le seignor au mal escuier

Qui noz robes nos a tolues,

Et nos laissiées totes nues.

Quar li proions, sanzplus atendre,

Qu'il nos face noz robes rendre ;

S'il est preudom,il le fera. »

Atant l'une d'elesparla ;

Si li conta lor mesestance.

Li chevaliers en ot pesance;

Des puceles otgrant pitié.

Lors a le cheval tant coitié

Que Huet ataint, si li dist :

« Baille ça tost, se Dieu t'aïst,

Cez robes, nes enportes mie ;

Ce seroit trop grant vilenie

De faire à cez puceles honte.

– Or tenez d'autre chose conte, »

Fait Huez, « et ne soiez yvres :

Les robes valent bien cent livres ;

Quar onques plus riches ne vi.

Devant quatorse anz et demi

Ne gaaigneroiz vos autant,

Tant sachoiz aler tornoiant.

– Parfoi,» ce dit li chevaliers,

« Ge lor reporterai arriers

Les robes, comment qu'il en praigne :

Ge n'ai cure de tel gaaigne ;

Ge n'en venrroie ja en pris.

- A bon droit estes vos chetis, »

Fait Huet pargrant maltalent.

Li chevaliers les robes prant ;

A l'ainz qu'ilpot vint aspuceles,

Qui mout erent plaisanz et beles ;

Si lor a lor robes rendues,

Et eles sont tantost vestues,

Car à chascune estoit mout tart.

Atant li chevaliers s'en part,

Par lor congié retorne arriere.

L'une des puceles premiere

Parole as autres, si lor dist :

« Damoiseles, se Dieus m'aïst,

Cist chevaliers est mout cortois.

Mout en avez veü ainçois

Eüst noz robes chier vendues ;

Ainz qu'il les nos eüst rendues,

Il en eüst assez deniers.

Et sachiez que cist chevaliers

A vers nos fait grant cortoisie,

Et nos avon fait vilenie,

Qui riens ne li avons doné

Dont il nos doie savoir gré.

Rapelons le, sel paions bien,

Qu'il est si povres qu'il n'a rien.

Nule n'en soit envers li chiche,

Ainz faison le preudome riche. »

Les autres li acreanterent.

Le chevalier donc rapelerent,

Et il retorne maintenant.

La plus mestre parla avant,

Quar des autres en ot l'otroi :

«Sire chevalier,par ma foi,

Ne volons pas que il est droiz

Que vos ainsi vos en ailloiz :

Richement nos avez servies,

Rendues nos avez lesvies,

Si avez fait comme preudom ;

Et ge vos donrai riche don,

Et sachiez que ja n'i faudroiz.

Jamais en cel lieu ne venroiz

Que toz li monz ne vos enjoie,

Et chascun fera de vos joie ;

Et si vos abandoneront

La gent trestot quanqu'il aront :

Ne porroiz mais avoirpoverte.

– Dame, ci a riche deserte, »

Fait li chevaliers, « grant merciz.

– Li miens dons ne riert pas petiz, »

Fait l'autre pucele en après;

« Ja n'ira mès ne loig ne près,

Por qu'il truisse feme ne beste,

Et qu'el ait deus elz en la teste,

S'il daigne le con apeler,

Qu'il ne l'escoviegne parler.

Iteus sera mais ses eürs ;

De ce soit il tot aseürs

Que tel n'en ot ne roi ne conte. »

Adonc ot li chevaliers honte,

Si tint la pucele por fole.

Et la tierce enprès reparole ;

Si dit au chevalier : « Beaus sire,

Savez vos que ge vos vieng dire?

Quar bien est raison et droiture,

Que se li cons, par aventure,

Avoit aucun enconbrement

Qu'il ne respondist maintenant,

Li cus si respondroit por lui,

Qui qu'en eüst duel ne ennui,

Se l'apelessiez, sanz aloigne. »

Dont ot li chevaliers vergoigne,

Quibien cuide que gabé l'aient,

Et que por noient le delaient.

Maintenant au chemin se met.

Quant a aconseü Huet,

Trestot en riant li aconte

Si con avez oï el conte :

« Gabé m'ont celes dou prael. »

Et dit Huet : « Ce m'est mout bel :

Quar cil estfous, par saint Germain,

Que ce que il tient en sa main

Giete à ses piez en nonchaloir.

- Huet,ge cuit que tu dis voir, »

Fait li chevaliers, « ce me sanble. »

Atant ezvoz, si con moi sanble,

Un provoire sanz plus de gent,

Qui chevalchoit une jument.

Li prestres fu poissanzet riches,

Mais il estoit avers et chiches :

Le chemin voloit traverser,

Et à une autre vile aler,

Qui assezprès d'iluec estoit.

Li prestres le chevalier voit,

Vers lui trestorne sa jument ;

Si descendi isnelement,

Et li dit : « Sire, bien vignoiz !

Or vos proi que vos remeignoiz

Huimais o moi por osteler.

De vos servir et hennorer

Ai grant envie et grant talent;

Tot en vostre commandement

Est quanque j'ai, n'en doutez ja. »

Li chevaliers se merveilla

Duprestre qu'il ne connoist mie,

Et si de demorer le prie.

Huez le saiche, si li dist :

« Sire, » fait il, « se Dieus m'aïst,

Les fées vos distrent tot voir ;

Or le poez apercevoir,

Mais apelez delivrement

1 Le con de cele grant jument :

Vos l'orroizja parler, ce croi. »

Dist li chevaliers : « Ge l'otroi. »

Maintenant li commence à dire :

« Sire cons, où va vostre sire ?

Dites le moi, n'en mentez mie.

– Par foi, il vait veoir sa mie, »

Fait li cons, « sire chevaliers ;

Si li porte de bons deniers,

Dis livres de bone monoie,

Qu'il a ceinz en une corroie

Por achater robe mardi. »

Et quant le prestres entendi

Le con qui parole si bien,

Esbahiz fu sor tote rien;

Enchantez cuide estre et traïz :

De la poor s'en est foïz,

Et por corre delivrement,

Deffuble sa chape erramment,

Et les deniers et la corroie

Gita trestot en mi la voie.

Sa jument l'ot, si torne en fuie.

Voit le Huet, forment le huie ;

Et li prestres, sanz mot soner,

Gaaigne le gieu par aler,

Qui s'enfuitpar une charriere;

Por cent mars ne tornast arriere.

Li chevaliers les deniers prent,

Et Huetsaisi lajument

Qui mout estoit bien affeutrée ;

Puis trouse la chape forrée.

Mout rient de cele aventure :

Atant s'en vont grant aleüre.

Or est toz liez li chevaliers ;

A Huet bailla les deniers,

Dont il i avoit bien dis livres.

Dit à Huet : « Mout fusse or yvres,

Se g'eüsse orains retenues

Les robes et laissiées nues

Les franches puceles senées :

Bien sai de voir, ce furent fées ;

Riche guerredon m'ont rendu.

Ainz que nos aions despendu

Cest avoir ettrestot gasté,

Avron nos de l'autre à plenté;

Quarteus paiera nostre escot

Qui de tot ce ne sait or mot.

Huez, cil ne gaaigne mie

Qui fait conquest par vilenie,

Ainz pert honor par tot le monde ;

Jamais ne beau dit ne beau conte

N'en ert de lui à cor retret.

Mielzvosisse ge estre contret

Que ge t'eüsse orains creü :

Mon los eüsse descreü

Et avillié au mien senblant. »

Ainsi s'en vont andui parlant,

Tant qu'il vinrent en un chastel

Mout bien seant et fort et bel.

Ne sai que feïsse lonc conte :

En cel chastel avoit un conte

Et la contesse avuec, sa feme,

Qui mout ert bele et vaillant dame :

Si ot chevaliers plus de trente.

De maintenant el chastel entre

Cil qui faisoit les cons paller.

Tuit le corrurent saluer,

Qui mout le vuelent conjoïr,

Dont il se puet mout esjoïr.

En mi la vile uns gieus avoit

Où li pueples trestot estoit :

Si ert li quens et la contesse,

Qui n'ert fole ne janglerresse,

Serjanz,dames et chevaliers,

Et puceles et escuiers.

Atant li chevaliers i vint,

Et Huez qui lez lui se tint.

De si au gieu ne s'arresterent ;

Et quant les genz les esgarderent,

Si corut chascun cele part.

Au conte meïsme fu tart

Qu'acolé l'ait et enbracié,

Enz en la bouche l'a baisié.

Ausi l'enbrace la contesse ;

Plus volantiers que n'oïst messe

Le baisast vint fois près à près,

Se li contes ne fust si près.

Et cil descent contre la gent;

N'i a chevalier ne serjant

Qui de cuer ne l'ait salué :

A grant joie l'en ont mené

Tot droit à la sale le conte.

Puis ne firent pas lonc aconte,

Ainçois asistrent au souper

Tuit li chevalier et li per,

Qui mout orent lor oste chier.

Puis parlerent d'aler couchier,

Quar il fu nuiznoire et espesse.

Forment se paine la contesse

De son oste mout aesier.

Certes mout en fist à proisier :

En une chanbre à grant delit

Li a toz seus fait faire un lit.

Toz seus se dort et se repose ;

Et la contesse à chief de pose

Apele une seue pucele,

La mielz vaillant et la plus bele ;

A conseil li dist : « Bele amie,

Alez, et si ne vos poist mie,

Avuec le chevaliergesir

Tot belement et par loisir,

Dont nous aimons mout la venue.

Lez lui vos couchiez tote nue,

Qu'il est mout beaus, li chevaliers.

G'i allasse mout volentiers,

Ja nel laissase por la honte,

Nefust por mon seignor le conte,

Qui n'est encor pas endormiz. »

Et cele ivait mout à enviz,

Mais escondire ne l'osoit :

En la chanbre où cil se dormoit

Entra en trenblant comme fueille ;

A l'einz qu'ele pot se despueille,

Lez lui se couche, si s'estent.

Et quant li chevaliers la sent,

De maintenant s'en esveilla,

Et durement se merveilla :

« Qui est ce, » faitil, « delez moi?

– Sire, nel tenez à desroi, »

Fait cele qui fu simple et quoie,

«Quar la contesse m'i envoie.

Une de sespuceles sui,

Ne vos ferai mal ne ennui,

Ainz vos tastonerai le chief.

– Parfoi, ce ne m'est mie grief, »

Fait li chevaliers qui l'enbrace,

La bouche li baise et la face,

Et li tastone les mameles

Qu'el avoit mout blanches et beles ;

Et sur le con la mein li mist,

Et enprès li chevaliers dist :

« Sire cons, or parlez à moi :

Ge vos vueil demander por quoi

Vostre dame est venue ci ?

– Sire, » ce dit li cons, « merci,

Quar la contesse li envoie,

Por vos faire soulaz et joie :

Ce ne vos quier ge ja celer. »

Quant cele oï son con paller,

Estrangement fu esperdue ;

lDu lit sailli trestote nue,

Arriers s'est à la voie mise,

El n'en porta que sa chemise.

Et la contesse l'en apele ;

Si li demande la nouvele :

Por qu'a laissié le chevalier,

«Que çaienz herbergames hier ?

- Dame, » fait el, « ge vos dirai,

Que ja ne vos en mentirai :

Avueques lui couchier m'alai,

Tote nue me despoillai ;

Il prist mon con à apeler;

Assez l'a fait à lui paller.

Trestot quanqu'il li demanda,

Oiant moi, mes cons li conta. »

Quant la contesse oit la merveille,

Qu'onques mais n'oï la pareille,

Si dit ce ne querroit el mie;

Et cele lijure et affie «

Que ce est voirs qu'ele li conte.

Atant en laissierent le conte

Jusqu'au matin qu'il ajorna,

Que li chevaliers se leva.

A Huet dit son escuier,

Qu'il ert bien tens de chevauchier:

Huet ala metre les seles.

La contesse c'oi la novele

Du chevalier qu'aler s'en velt,

Plus matin lieve qu'el ne selt.

Au chevalier vient, si li dist :

« Sire, » fait el, » se Dieus m'aïst,

Vos n'en poez encor aler

Devant sempres après disner.

- Dame, » fait il, « se Dieus me voie,

Le disner por rien n'atendroie,

Se trop nevos devoit desplaire,

Quar trop grant jornée ai à faire.

– Tot ce, » fait ele, « ne valt rien :

Vostre jornée feroiz bien. »

Cil voit qu'il autre estre ne puet:

Si remaint, quant faire l'estuet;

Et quant il orent oï messe,

Li quens meïsme et la contesse

Et tuit li autre chevalier,

Sont tantost asis au mengier.

Et quant ce vint enprès disner,

Si comencierent à parler

Li chevalier de maint affaire ;

Mais cele qui ne se pot taire,

La contesse parla en haut :

« Seignors, » fait el, « se Dieus me salt,

J'ai oï paller chevaliers,

Serganz, borgois et escuiers,

Et aventures aconter,

Mais nus ne se porroit vanter

D'une aventure qu'oï hier,

Qu'il a çaienz un chevalier

Qui tot le mont a sormonté,

Quar il a sigrantpoesté

Qu'il fait à lui le con paller.

Teus hom si fait mout à loer,

Et sachiez bien, par saint Richier,

C'est li chevaliers qui vint hier. »

Quant li chevalier l'entendirent,

De la merveille s'esbahirent ;

Au chevalier ont demandé

Se la contesse dit verté :

« Oïl, » fait il, « sanz nule doute. »

Li quens s'en rist, et la gent tote,

Et la contesse reparole,

Qui n'estoit vileine nefole :

« Dant chevaliers, comment qu'il aille,

G'en veuil à vos faire fermaille :

Si i metrai soissante livres.

Jamès cons n'ert si fous ne yvres,

Quipor nosparolt un seul mot. »

Tantost con li chevaliers l'ot :

« Dame, » fait il, « se Deus me voie,

Soissante livres pas n'avroie,

Mais g'i metrai tot demanois

Mon cheval, et tot mon harnois

I metroie de maintenant :

Metez encontre le vaillant.

– Ge ne demant, » fait ele, « plus ;

Mais des deniers ne charra nus

Que soissante livres n'aiez,

Se la fermaille gaagniez.

Sege gaaig, vos en iroiz

A pié, et le harnois larroiz. »

Li chevalier li otroia ;

Après la chose devisa.

De ce ne fist il pas que soz :

« Dame, »fist il, « jusqu'à trois moz

Parlera li con entresait.

– Ainz en i ait, » fait ele, « set,

Des moz, et plus, se vosvolez;

Mais ençois que vos l'apelez,

Irai en ma chanbreun petit. »

A cest mot n'ot nul contredit.

La fermaille fu affiée,

Et la contesse s'est levée :

Droit en sa chanbre s'en entra.

Oiez de quoi se porpensa :

Plain son poig apris de coton;

Si en empli trés bien son con,

Bien en estoupa le pertus ;

A son poig destre feri sus.

Bien en i entra une livre :

Or n'est mie li con delivre.

Quant l'ot enpli et entassé

Et du coton envelopé,

En la sale arriere s'en vait ;

Au chevalier dist entresait

Qu'il face au pis que il porra,

Que ja ses cons ne respondra

Ne li recontera nouvele.

Li chevaliers le con apele :

« Sire cons, » fait il, « or me menbre

Que quist vostre dame en sa chanbre,

Où el ala si tost repondre. »

Mais li cons ne lipot respondre,

Qui la gueule avoit enconbrée

Et du coton bien estoupée

Qu'il ne pooit trot negalot.

Et quant li chevaliers ce ot

Qu'il n'a au premier mot pallé,

Autre foiz le ra apelé;

Mais li cons ne lipot mot dire.

Li chevaliers n'ot soig de rire,

Quant il oit que il ne palla;

A son escuier conseilla,

Et dit or a il tot perdu. .

Et Huet li a respondu :

« Sire, » fait il, « n'aiez poor ;

Nesavezvos que la menor

Des trois puceles vos premist,

Qu'ele vos otroia et dist,

Se li cons paller ne pooit,

Que li cus por li respondroit :

El ne vos volt pas decevoir.

– Par mon chief, Huet, tu diz voir, »

Dist li chevaliers en riant.

Le cul apele maintenant,

Si le conjure et si li prie

Que tost la verité li die

Du con qui parole ne muet.

Ce dit li cus : « Quar il ne pu et,

Qu'il a la gueule tote plaine

Ne sai de coton ou de laine,

Que ma dame orains i bouta,

Quant en sa chanbre s'en entra.

Mais, si li cotons estoit hors,

Sachiez que il parleroit lors. »

Quant li chevaliers ot cest conte,

De maintenant a dit au conte :

« Sire, » fait il, « foi que vos doi,

La dame a mespris envers moi,

Quant el a son con enossé;

Or sachiez qu'il eüst pallé,

Se ce ne fust que el i mist. »

Li quens à la contesse dist

Qu'il li covient à delivrer.

Cele ne l'osa refuser :

Si ala delivrer son con,

Si en a tret tot le queton,

A un crochet fors l'en gita.

Mout se repent quant l'i bouta;

Puis revient arriere sanz faille.

Bien sait qu'a perdu la fermaille,

Qu'elegaja, sifist que fole.

Li chevaliers au con parole ;

Si li demande que devoit,

Que tost respondu ne l'avoit.

Ce dit li cons : « Ge ne pooie,

Por ce que enconbrez estoie

Du coton que ma dame i mist. »

Quant li quens l'ot, forment s'en rist,

Et tuit li chevalier s'en ristrent ;

A la contesse trés bien distrent

Qu'el a perdu; ne parolt mais,

Mais or face au chevalier pais.

Et el si fist, plus n'i tarja :

Soissante livres li paia,

Et cil les reçust à grantjoie,

Qui mestier avoit de monoie,

Et qui si bon eür avoit

Que toz li mondes l'ameroit,

Et fist puis tant con il vesqui.

De bone eure teus hons nasqui,

Cui si bons eürs fu donez.

Atant est li conte finez.

Explicit du Chevalier qui fist les cons paller.

--Olesya.Chmireva (d) 2 février 2018 à 11:46 (UTC)