Foires et marchés

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Eugène Daire, Guillaumin (p. 291-298).
ARTICLES EXTRAITS DE L’ENCYCLOPÉDIE[1].


FOIRES ET MARCHES.


Le mot foire, qui vient de forum, place publique, a été dans son origine synonyme de celui de marché, et l’est encore à certains égards. L’un et l’autre signifient un concours de marchands et d’acheteurs dans des lieux et des temps marqués ; mais le mot de foire paraît présenter l’idée d’un concours plus nombreux, plus solennel et par conséquent plus rare. Cette différence, qui frappe au premier coup d’œil, paraît être celle qui détermine dans l’usage l’application de ces deux mots ; elle provient cependant elle-même d’une autre différence plus cachée, et pour ainsi dire plus radicale, entre ces deux choses. Nous allons la développer.

Il est évident que les marchands et les acheteurs ne peuvent se rassembler dans certains temps et dans certains lieux sans un attrait, un intérêt qui compense ou même qui surpasse les frais du voyage et du transport des denrées ou des marchandises. Sans cet attrait chacun resterait chez soi : plus il sera considérable, plus les denrées supporteront de longs transports, plus le concours des marchands et des acheteurs sera nombreux et solennel, plus le district dont ce concours est le centre pourra être étendu. Le cours naturel du commerce suffit pour former ce concours et pour l’augmenter jusqu’à un certain point. La concurrence des vendeurs limite le prix des denrées, et le prix des denrées limite à son tour le nombre des vendeurs[2]. En effet, tout commerce devant nourrir celui qui l’entreprend, il faut bien que le nombre des ventes dédommage le marchand de la modicité des profits qu’il fait sur chacune, et que par conséquent le nombre des marchands se proportionne au nombre actuel des consommateurs, en sorte que chaque marchand corresponde à un certain nombre de ceux-ci. Cela reconnu, je suppose que le prix d’une denrée soit tel, qu’afin d’en soutenir le commerce il soit nécessaire d’en vendre pour la consommation de trois cents familles ; il est évident que trois villages, dans chacun desquels il n’y aura que cent familles, ne pourront entretenir qu’un seul marchand de cette denrée. Ce marchand se trouvera probablement dans celui des trois villages où le plus grand nombre des acheteurs pourra se rassembler plus commodément ou à moins de frais, parce que cette diminution de frais fera préférer le marchand établi dans ce village à ceux qui seraient tentés de s’établir dans l’un des deux autres. Mais plusieurs espèces de denrées seront vraisemblablement dans le même cas, et les marchands de chacune de ces denrées se réuniront dans le même lieu par la même raison de la diminution des frais, et parce qu’un homme qui a besoin de deux espèces de denrées aime mieux ne faire qu’un voyage pour se les procurer que d’en faire deux : c’est réellement comme s’il payait chaque marchandise moins cher. Le lieu devenu considérable par cette réunion même des différents commerces, le devient de plus en plus, parce que tous les artisans que le genre de leur travail ne retient pas à la campagne et tous les hommes à qui leur richesse permet d’être oisifs, s’y rassemblent pour y chercher les commodités de la vie. La concurrence des acheteurs attire les marchands par l’espérance de vendre ; il s’en établit plusieurs pour la même denrée. La concurrence des marchands attire les acheteurs par l’espérance du bon marché, et toutes deux continuent à s’augmenter mutuellement jusqu’à ce que le désavantage de la distance compense pour les acheteurs éloignés le bon marché de la denrée produit par la concurrence, et même ce que l’usage et la force de l’habitude ajoutent à l’attrait du bon marché. Ainsi se forment naturellement différents centres de commerce ou marchés, auxquels répondent autant de cantons ou d’arrondissements plus ou moins étendus, suivant la nature des denrées, la facilité plus ou moins grande des communications, et l’état de la population plus ou moins nombreuse. Et telle est, pour le dire en passant, la première et la plus commune origine des bourgades et des villes.

La même raison de commodité qui détermine le concours des marchands et des acheteurs à certains lieux, le détermine aussi à certains jours, lorsque les denrées sont trop viles pour soutenir de longs transports, et que le canton n’est pas assez peuplé pour fournir à un concours suffisant et journalier. Ces jours se fixent par une espèce de convention tacite, et la moindre circonstance suffit pour cela. Le nombre des journées de chemin entre les lieux les plus considérables des environs, combiné avec certaines époques qui déterminent le départ des voyageurs, telles que le voisinage de certaines fêtes, certaines échéances d’usage dans les payements, toutes sortes de solennités périodiques, enfin tout ce qui rassemble à certains jours un certain nombre d’hommes, devient le principe de l’établissement d’un marché à ces mêmes jours, parce que les marchands ont toujours intérêt à chercher les acheteurs, et réciproquement.

Mais il ne faut qu’une distance assez médiocre pour que cet intérêt, et le bon marché produit par la concurrence, soient contrebalancés par les frais de voyage et de transport des denrées. Ce n’est donc point au cours naturel d’un commerce animé par la liberté, qu’il faut attribuer ces foires brillantes où les productions d’une partie de l’Europe se rassemblent à grands frais, et qui semblent être le rendez-vous des nations. L’intérêt qui doit compenser ces frais exorbitants ne vient point de la nature des choses, mais il résulte des privilèges et des franchises accordés au commerce en certains lieux et en certains temps, tandis qu’il est accablé partout ailleurs de taxes et de droits. Il n’est pas étonnant que l’état de gêne et de vexation habituelle sous lequel le commerce a gémi si longtemps dans toute l’Europe, en ait déterminé le cours avec violence vers les lieux où on lui offrait un peu plus de liberté. C’est ainsi que les princes, en accordant des exemptions de droits, ont produit tant de foires dans les différentes parties de l’Europe, et il est évident que ces foires doivent être d’autant plus considérables, que le commerce dans les temps ordinaires est plus surchargé de droits.

Une foire et un marché sont donc l’un et l’autre un concours de marchands et d’acheteurs dans des lieux et des temps marqués ; mais pour les marchés, c’est l’intérêt réciproque que les acheteurs et les vendeurs ont de se chercher qui les réunit, et pour les foires, c’est le désir de jouir de certains privilèges : d’où suit qu’il doit être bien plus nombreux et bien plus solennel dans les foires. — Quoique le cours naturel du commerce suffise pour établir des marchés, il est arrivé, par une suite de ce malheureux principe qui dans presque tous les gouvernements a si longtemps infecté l’administration du commerce, je veux dire la manie de tout conduire, de tout régler et de ne jamais s’en rapporter aux hommes sur leur propre intérêt ; il est arrivé, dis-je, que pour établir des marchés on a fait intervenir la police ; qu’on en a borné le nombre sous prétexte d’empêcher qu’ils ne se nuisissent les uns aux autres ; qu’on a défendu de vendre certaines marchandises ailleurs que dans certains lieux désignés, soit pour la commodité des commis chargés de recevoir les droits dont elles sont grevées, soit parce qu’on a voulu les assujettir à des formalités de visite et de marque, et qu’on ne peut mettre partout des bureaux. On ne peut trop saisir toutes les occasions de combattre ce système fatal à l’industrie; il s’en trouvera plus d’une dans l’Encyclopédie. Les foires les plus célèbres sont, en France, celles de Lyon, de Bordeaux, de Guibray, de Beaucaire[3], etc. ; en Allemagne, celles de Leipsick, de Francfort, etc. Mon objet n’est point ici d’en faire l’énumération, ni d’exposer en détail les privilèges accordés par différents souverains soit aux foires en général, soit à telle ou telle foire en particulier ; je me bornerai à quelques réflexions contre l’illusion assez commune, qui fait citer à quelques personnes la grandeur et l’étendue du commerce de certaines foires comme une preuve de la grandeur du commerce d’un État.

Sans doute, une foire doit enrichir le lieu où elle se tient et faire la grandeur d’une ville particulière, et lorsque toute l’Europe gémissait dans les entraves multipliées du gouvernement féodal, lorsque chaque village pour ainsi dire formait une souveraineté indépendante, lorsque les seigneurs renfermés dans leurs châteaux ne voyaient dans le commerce qu’une occasion d’augmenter leurs revenus, en soumettant à des contributions et à des péages exorbitants tous ceux que la nécessité forçait de passer sur leurs terres, il n’est pas douteux que ceux qui les premiers furent assez éclairés pour sentir qu’en se relâchant un peu de la rigueur de leurs droits ils seraient plus que dédommagés par l’augmentation du commerce et des consommations, virent bientôt les lieux de leur résidence enrichis, agrandis, embellis. Il n’est pas douteux que, lorsque les rois et les empereurs eurent assez augmenté leur autorité pour soustraire aux taxes levées par leurs vassaux les marchandises destinées pour les foires de certaines villes qu’ils voulaient favoriser, ces villes devinrent nécessairement le centre d’un très-grand commerce et virent accroître leur puissance avec leurs richesses ; mais depuis que toutes ces petites souverainetés se sont réunies pour ne former qu’un grand État sous un seul prince, si la négligence, la force de l’habitude, la difficulté de réformer les abus lors même qu’on le veut, et la difficulté de le vouloir, ont engagé à laisser subsister les mêmes gênes, les mêmes droits locaux et les mêmes privilèges qui avaient été établis lorsque chaque province et chaque ville obéissaient à différents souverains, n’est-il pas singulier que cet effet du hasard ait été non-seulement loué, mais imité comme l’ouvrage d’une saine politique ? N’est-il pas singulier qu’avec de très-bonnes intentions et dans la vue de rendre le commerce florissant, on ait encore institué de nouvelles foires, qu’on ait augmenté encore les privilèges et les exemptions de certaines villes, qu’on ait même empêché certaines branches de commerce de s’établir au sein des provinces pauvres, dans la crainte de nuire à quelques autres villes enrichies depuis longtemps par ces mêmes branches de commerce ? Et qu’importe que ce soit Pierre ou Jacques, le Maine ou la Bretagne, qui fabriquent telle ou telle marchandise, pourvu que l’État s’enrichisse et que des Français vivent ? Qu’importe qu’une étoffe soit vendue à Beaucaire ou dans le lieu de sa fabrication, pourvu que l’ouvrier reçoive le prix de son travail ? Une masse énorme de commerce, rassemblée dans un lieu et amoncelée sous un seul coup d’œil, frappera d’une manière plus sensible les yeux des politiques superficiels. Les eaux rassemblées artificiellement dans des bassins et des canaux amusent le voyageur par l’étalage d’un luxe frivole ; mais les eaux que les pluies répandent uniformément sur la surface des campagnes, que la seule pente du terrain dirige et distribue dans tous les vallons pour y former des fontaines, portent partout la richesse et la fécondité. Qu’importe qu’il se fasse un grand commerce dans une certaine ville et dans un certain moment, si ce commerce momentané n’est grand que par les causes mêmes qui gênent le commerce, et qui tendent à le diminuer dans tout autre temps et dans toute l’étendue de l’État ? « Faut-il, dit le magistrat citoyen auquel nous devons la traduction de Child (M. de Gournay) et auquel la France devra peut-être un jour la destruction des obstacles que l’on a mis aux progrès du commerce en voulant le favoriser, — faut-il jeûner toute l’année pour faire bonne chère à certains jours ? En Hollande il n’y a point de foires ; mais toute l’étendue de l’État et toute l’année ne forment pour ainsi dire qu’une foire continuelle, parce que le commerce y est toujours et partout également florissant. »

On dit : « L’État ne peut se passer de revenus ; il est indispensable, pour subvenir à ses besoins, de charger les marchandises de différentes taxes. Cependant, il n’est pas moins nécessaire de faciliter le débit de nos productions, surtout chez l’étranger, ce qui ne peut se faire sans en baisser le prix autant qu’il est possible. Or, on concilie ces deux objets en indiquant des lieux et des temps de franchise, où le bas prix des marchandises invite l’étranger et produit une consommation extraordinaire, tandis que la consommation habituelle et nécessaire fournit suffisamment aux revenus publics. L’envie même de profiter de ces moments de grâce donne aux vendeurs et aux acheteurs un empressement que la solennité de ces grandes foires augmente encore par une espèce de séduction, d’où résulte une augmentation dans la masse totale du commerce. » Tels sont les prétextes qu’on allègue pour soutenir l’utilité des grandes foires. Mais il n’est pas difficile de se convaincre qu’on peut, par des arrangements généraux, et en favorisant également tous les membres de l’État, concilier avec bien plus d’avantages les deux objets que le gouvernement peut se proposer. En effet, puisque le prince consent à perdre une partie de ses droits et à les sacrifier aux intérêts du commerce, rien n’empêche qu’en rendant tous les droits uniformes, il ne diminue sur la totalité la même somme qu’il consent à perdre ; l’objet de décharger des droits la vente à l’étranger, en ne les laissant subsister que sur les consommations intérieures, sera même bien plus aisé à remplir en exemptant de droits toutes les marchandises qui sortent ; car enfin on ne peut nier que nos foires ne fournissent à une grande partie de notre consommation. Dans cet arrangement, la consommation extraordinaire qui se fait dans le temps des foires diminuerait beaucoup ; mais il est évident que la modération des droits, dans les temps ordinaires, rendrait la consommation générale bien plus abondante ; avec cette différence que, dans le cas du droit uniforme, mais modéré, le commerce gagne tout ce que le prince veut lui sacrifier : au lieu que dans le cas du droit général plus fort, avec des exemptions locales et momentanées, le roi peut sacrifier beaucoup, et le commerce ne gagne presque rien, ou, ce qui est la même chose, les denrées ou les marchandises peuvent baisser de prix beaucoup moins que les droits ne diminuent. et cela parce qu’il faut soustraire de l’avantage que donne cette diminution, les frais du transport des denrées et des marchandises au lieu désigné pour la foire, le changement de séjour, les loyers des places de foires enchéris encore par le monopole des propriétaires, enfin le risque de ne pas vendre dans un espace de temps assez court, et d’avoir fait un long voyage en pure perte : or, il faut toujours que la marchandise paye tous ces frais et ces risques. Il s’en faut donc beaucoup que le sacrifice des droits du prince soit aussi utile au commerce par les exemptions momentanées et locales, qu’il le serait par une modération légère sur la totalité des droits ; il s’en faut beaucoup que la consommation extraordinaire augmente autant par l’exemption particulière, que la consommation journalière diminue par la surcharge habituelle. Ajoutons qu’il n’y a point d’exemption particulière qui ne donne lieu à des fraudes pour en profiter, à des gênes nouvelles, à des multiplications de commis et d’inspecteurs pour empêcher ces fraudes, à des peines pour les punir ; autre perte d’argent et d’hommes pour l’État.

Concluons que les grandes foires ne sont jamais aussi utiles que la gêne qu’elles supposent est nuisible, et que bien loin d’être la preuve de l’état florissant du commerce, elles ne peuvent exister au contraire que dans des États où le commerce est gêné, surchargé de droits, et par conséquent médiocre[4].


  1. Les articles Foires et marchés et Fondation paraissent avoir été écrits vers 1756. Turgot avait encore projeté, pour le même dictionnaire, la rédaction des mots Mendicité, Inspecteurs, Hôpital, Immatérialité, Humide et Humidité. Dupont de Nemours nous apprend que la suspension, par ordre, de l’Encyclopédie, le dégoûta de continuer ce genre de travaux. Cette suspension, prononcée et révoquée plusieurs fois, était le résultat des intrigues du clergé, auquel tous les moyens, jusqu’à la peine de mort*, semblaient bons pour combattre l’influence de l’esprit philosophique. (E. D.)
  2. La dernière partie de cette proposition nous paraît manquer d’exactitude. Le prix des choses, qui, sauf les accidents du marché, équivaut toujours au montant des frais de production, ne saurait exercer aucune influence sur le nombre des vendeurs : ce qui règle ce nombre, en thèse générale et dans tout commerce, c’est uniquement le taux des profits. On peut objecter, il est vrai, que les profits sont affectés par la valeur courante des marchandises : mais ce n’est pas là une raison pour les confondre avec cette valeur même, qui en est fort distincte. Pour ceux qui veulent placer des fonds dans une branche de commerce, cette valeur n’a pas d’intérêt absolu, et ils n’y ont égard qu’en sa qualité d’indice des profits que les circonstances leur permettront de réaliser. Au fond, Turgot l’entendait bien de cette manière ; mais il a, selon nous, mal rendu sa pensée. (E. D.)
  3. Les foires de Lyon et de Bordeaux ne subsistent plus. Les seules qui aient encore de nos jours quelque importance sont, celles de Beaucaire, de Guibray (faubourg de Falaise) d’abord, et ensuite de Caen et de Châlons.
    En Angleterre, les principales foires se tiennent à Bristol, Exeter, Weyhill dans le Hampshire, Ypswich et Woodstock. Les foires d’Allemagne les plus renommées, et que l’on peut qualifier de foires européennes et même universelles, sont celles de Francfort sur le Mein, Francfort sur l’Oder, et surtout de Leipsig. C’est à Sinigaglia, dans les États du pape, qu’a lieu la plus célèbre des foires d’Italie.
    Il se tient en Russie un très-grand nombre de foires très-fréquenlées. La plus importante de toutes est celle de Nijni-Novogorod. (Voyez, pour plus de détails, l’article Foires du Dictionnaire du commerce et des marchandises publié par M. Guillaumin.) (E. D.)
  4. Un complément curieux de l’article qui précède est une ordonnance de Philippe de Valois, du 6 août 1349, qui réorganise les foires de Brie et de Champagne, ruinées depuis cinquante ans par les atteintes que le fisc avait portées à leurs privilèges.
    Par l’article 6 de cette ordonnance, les drapiers et marchands des dix-sept villes sont tenus de se rendre auxdites foires, et ne peuvent vendre leurs marchandises en gros ou en détail pour être transportées hors du royaume, qu’après s’être soumis à cette obligation. — Par l’article 45, le roi, prenant en considération le préjudice que les marchands pourraient éprouver du changement des monnaies, les autorise à stipuler, dans leurs conventions, que les payements seront faits à la valeur de l’or et de l’argent au temps du contrat, lesquelles stipulations seront exécutées nonobstant toutes ordonnances contraires. — Par l’article 19, défense est faite, sous peine de confiscation de corps et de biens, de percevoir plus de quinze pour cent par an, à titre d’intérêt ou de change ; et, par l’article 21, de joindre l’intérêt au principal en cas de renouvellement des lettres de créance.
    Enfin, cette même ordonnance nous apprend encore que toutes les contestations étaient portées eu première instance devant les gardes des foires ; en appel, devant la Cour des foires ; et que le corps des épiciers et des drapiers nommait des commissaires investis du droit de vérifier la qualité des denrées et la bonne confection des marchandises. (E. D.)


*. Voyez la déclaration de 1757.