100%.png

Fumée (Tourgueniev)/Chapitre 05

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nelson (p. 32-48).


CHAPITRE V


« Monsieur Goubaref, chez lequel j’ai eu aujourd’hui le plaisir de vous voir, commença-t-il, ne m’a pas nommé ; si vous le permettez, je vais le faire moi-même. Je m’appelle Potoughine, conseiller de cour en retraite ; j’ai servi à Pétersbourg, au ministère des finances. J’espère que vous ne trouverez pas étrange… je n’ai généralement pas l’habitude d’aborder ainsi les gens… mais avec vous… »

Ici Patoughine resta court et pria le garçon d’apporter un petit verre de kirschwasser. « Pour prendre courage, » ajouta-t-il en souriant.

Litvinof examina avec un redoublement d’attention ce dernier personnage, et se dit aussitôt : « Celui-ci n’est pas comme les autres. »

En effet, il en était fort différent. C’était un homme à larges épaules, ayant un grand buste sur de courtes jambes, une tête tout ébouriffée, des yeux très intelligents et très mélancoliques, ombragés par d’épais sourcils, une bouche régulière, de mauvaises dents et un de ces nez foncièrement russes, que l’on appelle communément pommes de terre ; il paraissait maladroit, sauvage, mais évidemment ce n’était pas un homme ordinaire. Il était mis sans recherche ; une large redingote l’enveloppait comme un sac, et sa cravate était de travers. Loin de prendre en mauvaise part sa subite confiance, Litvinof en fut secrètement flatté. On voyait bien que cet homme n’avait pas coutume de se lier ainsi avec des inconnus. L’impression qu’il fit sur Litvinof était singulière : il lui inspira à la fois de l’estime, de la sympathie et une certaine compassion involontaire.

— Je ne vous dérange donc pas ? répéta-t-il d’une voix douce, un peu enrouée et faible, qui allait on ne peut mieux à toute sa figure.

— Comment donc ! repartit Litvinof, je suis, au contraire, charmé…

— Vraiment ? Eh bien, moi aussi. J’ai beaucoup entendu parler de vous ; je connais vos occupations et vos intentions. Je les approuve. Il n’est pas étonnant que vous soyez demeuré aujourd’hui silencieux.

— Il me semble que vous n’avez pas non plus beaucoup parlé, répondit Litvinof.

Potoughine soupira.

— D’autres n’ont que trop parlé. J’écoutais. — Eh bien, ajouta-t-il après un moment de silence et en relevant ses sourcils d’une façon comique, comment avez-vous trouvé notre confusion des langues de la tour de Babel ?

— Confusion des langues ! est admirablement trouvé. J’avais continuellement envie de demander à ces messieurs pourquoi ils se donnaient tant de peine.

Potoughine soupira de nouveau.

— Le plus drôle c’est qu’ils ne s’en doutent pas eux-mêmes. Naguère on les aurait appelés des instruments aveugles d’une force supérieure ; mais par le temps qui court, nous nous servons d’épithètes plus énergiques. Et remarquez que je ne suis nullement porté à les accuser ; je dirai plus, ils sont tous… au moins presque tous… des gens excellents. Je sais, par exemple, de source certaine, sur madame Soukhantchikof des choses qui lui font honneur. Elle a donné son dernier sou à deux pauvres nièces. Supposons que le désir de se poser y entre pour quelque chose, ce n’en est pas moins, il faut l’avouer, une louable action pour une femme qui n’est elle-même pas riche. Il n’y a pas un mot à dire sur monsieur Pichtchalkin ; avec le temps, les paysans de son district lui offriront certainement une coupe d’argent en forme de melon d’eau et peut-être une image de son patron, et, quoi qu’il leur réponde qu’il n’a pas mérité un tel honneur, il l’aura parfaitement gagné. Votre ami, M. Bambaéf, a un cœur d’or ; il est vrai que, pareil au poète Iazikof qui, dit-on, célébrait le vin et l’oisiveté sans quitter les livres et ne buvait que de l’eau, son enthousiasme n’a pas de but déterminé, mais il ne s’enthousiasme pas moins. M. Vorochilof est également un brave homme ; comme tous les hommes de son école hommes du « tableau d’honneur, » il traite la science et la civilisation comme si on l’avait nommé son aide de camp ; il est phraseur jusque dans son silence, mais il est encore si jeune ! Tous ces hommes sont parfaits, mais, en fin de compte, il n’en sort rien ; les provisions sont de première qualité, et on ne peut pas avaler une bouchée du plat.

Litvinof écoutait Potoughine avec un redoublement d’attention. Sa manière de parler sans précipitation et avec assurance révélait en lui un homme qui possédait l’art comme le goût de la parole. Il aimait, en effet, il savait parler ; mais, comme un homme chez qui l’expérience a détruit la vanité, il attendait pour cela, avec une quiétude philosophique, une occasion qui lui convînt.

— Oui, oui, reprit-il d’un ton qui lui était particulier, triste sans être amer, tout cela est fort étrange. Et voilà encore ce que je vous prierai de remarquer. Que dix Anglais, par exemple, se réunissent, ils entameront tout de suite la conversation sur le télégraphe sous-marin, sur l’impôt, sur le coton, sur la possibilité de tanner les peaux de souris, c’est-à-dire sur quelque chose de positif, de déterminé ; mettez ensemble dix Allemands, aussitôt entreront naturellement en scène le Schleswig-Holstein et l’unité de l’Allemagne ; avec dix Français, quelques efforts qu’ils fassent eux-mêmes pour l’éviter, il vous faudra immanquablement entendre disserter sur « le beau sexe ; » que dix Russes s’assemblent, immédiatement jaillit la question, vous avez pu aujourd’hui vous en convaincre, de la valeur et de l’avenir de la Russie, dont ils vont chercher l’origine jusque dans les œufs de Léda. Ils pressent, ils sucent, ils mâchent cette malheureuse question comme font les enfants de la gomme élastique… et avec le même résultat. Ils ne savent y toucher, bien entendu, sans tomber aussitôt sur la pourriture de l’Occident. Il nous bat sur tous les points, cet Occident, et il est pourri ! Et encore, si réellement nous le méprisions ; mais tout cela n’est que phrases et mensonges. Nous crions contre lui, et nous ne pouvons nous passer de son approbation… que dis-je ! de l’approbation des gandins de Paris. Je connais un excellent homme, père de famille, d’un certain âge, qui fut réellement au désespoir, parce que, se trouvant un jour dans un restaurant de Paris, il demanda une portion de bifteck aux pommes de terre, tandis qu’un vrai Français dit à côté de lui : Garçon ! bifteck pommes ! Mon ami faillit en mourir de honte, puis il criait partout : Bifteck pommes ! et enseignait aux autres cette manière de s’exprimer.

— Dites-moi, s’il vous plaît, demanda Litvinof, à quoi attribuez-vous l’incontestable influence de Goubaref sur tous ceux qui l’entourent ? Est-ce à ses talents ou à ses qualités ?

— Non, il n’en a pas ; pas plus des uns que des autres.

— C’est donc à son caractère ?

— Il n’en a pas davantage ; mais il a beaucoup de volonté et ce n’est pas chez nous autres Slaves ce qui abonde le plus. M. Goubaref s’est mis dans la tête d’être chef de parti et il l’est devenu. Que voulez-vous ? Le gouvernement nous a délivrés de la glèbe, grâces lui en soient rendues, mais l’habitude de la servitude s’est ancrée trop profondément en nous pour que nous puissions rapidement nous en débarrasser. En tout et partout, il nous faut un maître. La plupart du temps, ce maître est un être vivant : parfois c’est une certaine tendance, comme, par exemple, en ce moment, la manie des sciences naturelles. Pourquoi ? quels motifs nous poussent à nous assujettir ainsi volontairement ? C’est un mystère ; tel est, paraît-il, notre nature. L’important est que nous ayons un maître, et il ne fait jamais défaut. Nous sommes de vrais serfs. Notre fierté comme notre bassesse sont serviles. Vient un nouveau maître, à bas l’ancien. Hier c’était Jacques, aujourd’hui c’est Thomas. Vite, une gifle à Jacques, à plat ventre devant Thomas. Souvenez-vous de tout ce qui s’est passé en ce genre ! Nous nous glorifions de savoir nier, mais au lieu de nier comme un homme libre, combattant avec l’épée, c’est comme un laquais, ne sachant donner que des coups de poing, et encore n’en donnant qu’autant que le maître le permet. Et de plus, nous sommes un peuple mou ; il n’est pas difficile de nous mener. Voilà comment M. Goubaref est parvenu au haut de l’échelle. Il a toujours frappé au même endroit et il a fini par percer. On voit un homme ayant une haute opinion de lui-même, qui a foi en soi, qui ordonne, qui ordonne, c’est l’essentiel ; on s’est dit : Il doit avoir raison et il faut l’écouter. Toutes nos sectes se sont ainsi fondées. Le premier qui prend un bâton en main a raison.

Les joues de Potoughine avaient rougi peu à peu et ses yeux s’étaient voilés ; cependant, quelque dures que fussent ses paroles, on n’y sentait aucun ressentiment, mais plutôt une vraie et sincère tristesse.

— Comment avez-vous fait la connaissance de Goubaref ? demanda Litvinof.

— Je le connais depuis longtemps. Et voyez encore une de nos bizarreries. Voilà un écrivain qui a passé sa vie à tonner en vers et en prose contre l’ivrognerie et à flétrir la ferme de l’eau-de-vie ; un beau jour, il achète deux distilleries et entretient une centaine de cabarets. Un autre serait balayé de la surface de la terre ; celui-ci ne reçoit même pas un reproche. Il en est ainsi de M. Goubaref : il est slavophile, démocrate, socialiste, tout ce que l’on veut, et son bien était régi, est encore régi par son frère, un seigneur de l’ancienne roche, de ceux qu’on surnommait dentistes. Et cette même madame Soukhantchikof, qui se réjouit de ce que madame Beecher-Stowe a souffleté Tenteléef, rampe presque devant Goubaref, dont tout le mérite consiste à faire croire qu’il lit des ouvrages savants et recherche en tout la profondeur. Vous avez pu juger aujourd’hui s’il a du talent pour la parole. C’est encore heureux qu’il ne sache que marmotter, car, quand il est en belle humeur, il se met à raconter de vilaines petites anecdotes cyniques ; au point que, quelque patient que je sois, je n’y peux tenir ; et avec quel misérable ricanement il raconte tout cela, notre grand Goubaref !

— Comme si vous étiez patient ! dit Litvinof. Je supposais le contraire… mais permettez-moi de vous demander votre nom de baptême.

Potoughine huma un peu de kirschwasser.

— Je m’appelle Sozonthe Ivanovitch. On m’a donné ce charmant nom en mémoire d’un archimandrite de mes parents, auquel je ne dois pas autre chose. Je suis, si je puis m’exprimer ainsi, de race sacerdotale. Quant à ma patience, vous avez tort d’en douter ; j’ai servi vingt-deux ans sous mon oncle le conseiller d’État actuel Irinarche Potoughine. Vous l’avez connu ?

— Non.

— Je vous en félicite. Non, je suis patient. Mais reprenons notre premier point, comme dit mon respectable confrère l’archiprêtre Avvakoum, celui-là même qu’on a brûlé sous le czar Théodore. Je n’en reviens pas, monsieur, de nos compatriotes. Tous se lamentent, tous errent avec un visage allongé, et en même temps tous sont pleins d’espérance. Voyez les slavophiles auxquels M. Goubaref se dit affilié : ce sont d’excellentes gens, et pourtant c’est toujours le même mélange de désespoir et d’outrecuidance, et ils ne vivent que dans le mot « avenir. » Tout viendra, mais en réalité rien ne vient, et, durant dix grands siècles, la Russie n’a rien inventé, ni dans le domaine de la politique, ni dans celui des arts, ni dans celui de la science, ni même dans celui de l’industrie. Mais attendez, prenez patience, tout viendra. Et pourquoi est-ce que tout viendra, permettez-moi de m’en informer ? Parce que nous, hommes civilisés, nous ne sommes que des guenilles, mais le peuple… oh ! le peuple est grand. Voyez cet armiak[1], c’est de là que tout viendra. Toutes les autres idoles sont détruites : donnons notre foi à l’armiak. Mais si cet armiak ne répondait pas à nos espérances ? Il y répondra, soyez-en assuré ; lisez madame Kakhanofska[2] et levez les yeux au ciel ! En vérité, si j’étais peintre, voici le tableau que je peindrais : un homme civilisé se tient devant un paysan et, le saluant très bas, lui dit : « Guéris-moi, mon petit père, je meurs de maladie ; » le paysan, à son tour, salue humblement l’homme civilisé, et lui dit : « Éclairez-moi, monseigneur, je péris faute de lumière. » Et tous deux, bien entendu, ne bougent pas d’une semelle. Or ce qu’il faudrait, c’est s’humilier, se résigner réellement, et non pas seulement en paroles ; il faudrait franchement s’approprier ce que nos frères aînés ont inventé, mieux que nous et avant nous. Kellner, noch ein Glässchen Kirsch ! — Ne croyez pas que je sois un ivrogne, mais l’alcool me délie la langue.

— Après ce que vous venez de dire, dit en souriant Litvinof, je n’ai plus besoin de vous demander à quel parti vous appartenez, et quelle est votre opinion sur l’Europe.

Potoughine releva la tête.

— Je l’admire, je lui suis extrêmement dévoué, et ne crois nullement nécessaire de le cacher. Depuis longtemps… non, depuis peu de temps j’ai cessé de craindre d’exprimer mes convictions ; du reste, vous aussi vous n’avez pas hésité d’exprimer à M. Goubaref votre manière de voir. J’ai cessé, grâce à Dieu, de m’assimiler les opinions de celui avec lequel je m’entretiens. En réalité, je ne connais rien de pis que cette inutile poltronnerie, cette lâche complaisance qui fait qu’un homme d’État fait chez nous le chien couchant avec le premier petit étudiant venu, qu’il méprise au fond de son âme. Il use de ces subterfuges par désir de popularité, mais pour nous, simples mortels, nous n’avons pas besoin de recourir à de tels détours. Oui, je suis occidental, je suis dévoué à l’Europe, ou, pour parler plus exactement, je suis dévoué à la civilisation, à cette civilisation qu’on dénigre tant actuellement chez nous ; je l’aime de tout mon cœur, j’y crois, et je n’aurai jamais un autre amour, une autre fois. Ce mot de ci…vi…li…sa…tion est compréhensible, immaculé et sacré, tandis que tous les autres : nationalités, gloire — ne sentent que le sang.

— Et la Russie, Sozonthe Ivanovitch, votre patrie, l’aimez-vous ?

— Je l’aime passionnément… et la déteste.

Litvinof haussa les épaules.

— Vieillerie, Sozonthe Ivanovitch, banalité !

— Eh bien, le grand malheur ! il n’y a pas là de quoi vous effrayer. Une banalité ! je connais une quantité de banalités excellentes. « Ordre et liberté, » voilà une immortelle banalité. Lui préféreriez-vous par hasard, comme chez nous : « Hiérarchie et désordre ? » Et puis, est-ce que toutes ces phrases qui enivrent tant de jeunes cervelles : la méprisable bourgeoisie, la souveraineté du peuple, le droit au travail, ne sont pas également des banalités ? Quant à ce qui est de l’amour inséparable de la haine…

— Byronisme, s’écria Litvinof, romantisme de 1830 !

— Vous vous trompez : le premier qui a signalé ce mélange de contingents est Catulle, le poète romain Catulle, qui florissait il y a 2000 ans[3]. Je le lui ai emprunté, car je sais un peu de latin, par suite, si je puis m’exprimer ainsi, de mon origine cléricale. Oui, j’adore et j’abhorre ma Russie, mon étrange, grande, abominable et chère patrie. Je viens de l’abandonner, il fallait se rafraîchir un peu après être resté douze ans assis à un bureau ; j’ai abandonné la Russie et me trouve ici fort agréablement ; mais je reprendrai bientôt le chemin du retour, je le sens… La terre des potagers est bonne… mais les mûres sauvages ne sauraient y croître et prospérer !

— Vous êtes ici agréablement, et moi aussi, dit Litvinof. J’y suis venu pour étudier, mais cela ne peut m’empêcher d’y observer de tristes choses… En disant cela, il montrait deux lorettes autour desquelles tournaient et grasseyaient quelques membres du Jockey-Club, et la salle de jeu, encore pleine de monde, malgré l’heure avancée.

— Qu’est-ce qui peut vous faire supposer, répliqua vivement Potoughine, que je sois aveugle ? Seulement excusez-moi ; votre observation me rappelle les triomphantes tirades de nos malheureux journalistes, pendant la campagne de Crimée, sur les défauts d’administration dans l’armée anglaise que dénonçait le Times. Je ne suis pas optimiste ; toute notre vie, toute cette comédie avec sa fin tragique, ne m’apparaît pas couleur de rose ; mais pourquoi rendre uniquement l’Occident responsable de ce qui tient peut-être à une originelle faiblesse ? Cette maison de jeu est dégoûtante, il est vrai, mais nos grecs, nos filous indigènes sont-ils plus jolis ? Non, cher Grégoire Mikhailovitch, soyons plus humbles et moins sévères : un bon élève peut s’apercevoir des fautes de son maître, mais il garde sur elles un silence respectueux, parce que ces fautes mêmes lui sont utiles et renferment un enseignement salutaire. Si vous tenez absolument à persifler la pourriture de l’Occident, prenez le prince Coco qui passe là-bas si vite : il vient probablement d’engloutir en un quart d’heure sur le tapis vert la pénible redevance de cent cinquante familles ; ses nerfs sont maintenant agacés, et puis je l’ai vu ce matin feuilleter chez Marx une brochure de Veuillot… Voilà un charmant causeur !

— Permettez, dit précipitamment Litvinof, en voyant Potoughine se lever. Je connais très peu le prince Coco, et préfère certainement votre conversation…

— Je vous suis très reconnaissant, reprit Potoughine en s’inclinant ; mais voilà déjà longtemps que je cause avec vous, ou plutôt que je parle tout seul, et vous avez peut-être vous-même remarqué qu’on finit par avoir un peu honte de son éloquence, quand on ne reçoit pas de réplique. Puis, cela suffit ainsi pour la première fois. Au bon revoir. Je vous le répète, je suis charmé d’avoir fait votre connaissance.

— Mais, attendez, Sozonlhe Ivanovitch ; dites-moi où vous demeurez et combien de temps vous comptez rester ici.

Cette question sembla l’embarrasser.

— Je resterai bien encore une semaine à Baden ; nous nous retrouverons ici chez Weber ou chez Marx… Je pourrai aussi passer chez vous.

— Quoi qu’il en soit, je voudrais savoir votre adresse.

— Oui ; mais voilà ce qu’il y a… je ne suis pas seul.

— Vous êtes marié ?

— Quelle idée ! Comment peut-on parler ainsi, sans réfléchir ? Non… Mais j’ai avec moi une jeune personne.

— Ah ! fit Litvinof sur un ton d’excuse.

— Elle n’a que six ans, ajouta Potoughine. C’est une orpheline… la fille d’une dame… d’une de mes bonnes connaissances. Il vaut mieux que nous nous rejoignions ici. Adieu.

Il enfonça son chapeau sur sa tête ébouriffée et s’éloigna rapidement dans la direction de l’allée de Lichtenthal.

« Singulier personnage ! pensait Litvinof en regagnant son hôtel ; il faudra le retrouver. » Il entra dans sa chambre ; une lettre était sur sa table. « C’est de Tania, » se dit-il avec joie ; mais la lettre venait de la campagne, de son père. Litvinof brisa un épais cachet armorié et se disposait à lire… lorsqu’il fut frappé par une odeur pénétrante, très agréable, qui ne lui était pas inconnue ; il se retourna et aperçut sur la fenêtre, dans un verre, un bouquet d’héliotropes. Litvinof le considéra non sans surprise, le toucha, le sentit. Cela lui rappelait vaguement quelque chose, quelque chose de très éloigné, mais qu’était-ce ? il ne pouvait le déterminer. Il sonna le domestique et lui demanda d’où venaient ces fleurs. Le domestique lui répondit qu’elles avaient été apportées par une dame qui avait refusé de se nommer, et avait seulement dit que Herr Zluitenhof devinerait certainement par ces fleurs qui elle était. Litvinof sembla de nouveau se souvenir de quelque chose… Il questionna le domestique sur la tournure de cette dame. Elle était grande, élégamment vêtue et portait un voile.

— Ce doit être une comtesse russe, ajouta le garçon.

— Pourquoi le supposez-vous ?

— Elle m’a donné deux florins.

Litvinof le renvoya et resta ensuite longtemps devant la fenêtre, à réfléchir ; il finit enfin par faire un geste d’impatience et reprit la lettre de la campagne. Son père y répandait ses plaintes habituelles ; il l’assurait que le blé ne se vendait à aucun prix ; que les paysans n’obéissaient plus, et qu’apparemment on approchait de la fin du monde. « Imagine-toi, disait-il, entre autres choses, qu’on a ensorcelé mon dernier cocher. Il serait certainement mort si de braves gens ne m’avaient conseillé de l’envoyer à Rézan, chez un prêtre connu pour ses remèdes contre le mauvais sort. La cure a réussi, en effet, on ne peut mieux ; en foi de quoi j’inclus ici la lettre même du prêtre comme un document. » Litvinof la parcourut avec curiosité. Elle était ainsi conçue : Nicanor Dmitrief a été frappé d’une maladie que la médecine était impuissante à guérir ; de mauvaises gens la lui avaient subrepticement inoculée, et Nicanor en a lui-même avoué la cause : il n’a pas accompli une promesse qu’il avait faite à une jeune fille ; celle-ci a prié certains individus de le rendre incapable, et, si je n’étais pas venu à son aide en cette occurrence, il aurait immanquablement péri comme un ver ; mais, confiant dans l’œil de Celui qui voit tout, je me suis porté garant de sa vie. Comment cela s’est-il fait ? c’est un mystère. Je prie Votre Noblesse de tâcher que cette jeune fille ne s’occupe plus désormais de pareilles choses : il conviendrait de la menacer, car elle pourrait encore faire des scélératesses audit Nicanor. » Litvinof se mit à rêver sur ce document, qui lui rappelait la solitude morne des steppes, l’existence sourde et sombre qu’on y mène, il lui sembla admirable de lire justement cette lettre à Baden. Cependant minuit était sonné depuis longtemps ; Litvinof se mit au lit et éteignit sa lumière ; mais il ne put s’endormir : les visages qu’il avait vus, les discussions qu’il avait entendues tournoyaient dans sa tête brûlante et obsédée. Tantôt résonnaient à son oreille les mugissements de Goubaref, et il croyait voir ses yeux de taureau avec son regard fixe et en dessous ; tout à coup ces mêmes yeux s’animaient, pétillaient, et il reconnaissait la Soukhantchikof, entendait sa voix chevrotante et murmurait involontairement après elle : « Elle a donné, elle a donné un soufflet ! » puis, c’était la figure originale de Potoughine qui se présentait devant lui, et il se rappelait pour la dixième et la vingtième fois chacune de ses paroles ; comme une poupée sortant d’une tabatière, Vorochilof sautait subitement, serré dans son paletot comme dans un uniforme ; plus loin, Pichtchalkin secouait gravement sa tête bien intentionnée et bien peignée ; là-bas, Bindasof vociférait, jurait ; et ici, Bambaéf était hors de lui et tout en larmes… Par-dessus tout, cette odeur continuelle, impossible à chasser, douce, accablante, ne lui laissant aucun repos, semblait doubler par l’obscurité et lui rappeler de plus en plus quelque chose qu’il ne parvenait pas à retrouver… Il se souvint que l’odeur des fleurs est malsaine dans une chambre à coucher ; il se leva, saisit à tâtons le bouquet et le plaça dans une chambre voisine ; mais de là encore la fatigante odeur atteignait son oreiller en se glissant sous les draps dont il avait enveloppé sa tête, et il ne faisait que changer de côté avec angoisse. Il commençait à être en proie à la fièvre ; déjà le prêtre, « connu par ses remèdes contre le mauvais sort, » lui avait deux fois barré le passage sous la forme d’un lièvre avec une longue barbe et une petite queue, et, perché sur un colossal panache de général, comme sur un arbre, Vorochilof, transformé en rossignol, commençait à filer des sons… lorsque, se dressant sur son lit et se frappant les mains, il s’écria : « Serait-ce elle ? Cela n’est pas possible ! »

Mais pour expliquer cette exclamation de Litvinof, nous sommes obligés de prier le lecteur de vouloir bien retourner avec nous quelques années en arrière.



  1. Principal vêtement des paysans.
  2. Romancier de talent, qui s’est donné pour tâche de glorifier le bon vieux temps et la sainte Russie.
  3. Odi et amo. Quare id faciam, fortasse requiris.
    Nescio : Sed fieri sentis et excrucior.

    Catull, lxxxvi.