Illuminations/éd. 1886/Préface

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Illuminations (1886), Texte établi par Félix FénéonPublications de la Vogue (p. 5-7).

Le livre que nous offrons au public fut écrit de 1873
 à 1875, parmi des voyages tant en Belgique qu’en 
Angleterre et dans toute l’Allemagne.

Le mot Illuminations est anglais et veut dire gravures 
coloriées, — coloured plates : c’est même le sous-titre que 
M. Rimbaud avait donné à son manuscrit.

Comme on va voir, celui-ci se compose de courtes 
pièces, prose exquise ou vers délicieusement faux exprès. D’idée principale il n’y en a ou du moins nous n’y en
 trouvons pas. De la joie évidente d’être un grand poète, 
 tels paysages féeriques, d’adorables vagues amours
 esquissées et la plus haute ambition (arrivée) de style : tel est le résumé que nous croyons pouvoir oser donner
 de l’ouvrage ci-après. Au lecteur d’admirer en détail.

De très courtes notes biographiques feront peut-être 
bien.

M. Arthur Rimbaud est né d’une famille de bonne 
bourgeoisie à Charleville (Ardennes) où il fit d’excellentes
 études quelque peu révoltées. À seize ans il avait écrit 
les plus beaux vers du monde, dont de nombreux extraits 
furent par nous donnés naguère dans un libelle intitulé
 les Poètes maudits. Il a maintenant dans les trente-deux 
ans, et voyage en Asie où il s’occupe de travaux d’art. 
Comme qui dirait le Faust du second Faust, ingénieur
de génie après avoir été l’immense poète vivant élève de
 Méphistophélès et possesseur de cette blonde Marguerite !

On l’a dit mort plusieurs fois. Nous ignorons ce détail, 
 mais en serions bien triste. Qu’il le sache au cas où il n’en serait rien. Car nous fûmes son ami et le restons de 
loin.

Deux autres manuscrits en prose et quelque vers inédits seront publiés en leur temps.

Un nouveau portrait par Forain qui a connu également M. Rimbaud paraîtra quand il faudra.

Dans un très beau tableau de Fantin-Lalour, Coin de
 table, à Manchester actuellement, croyons-nous, il y a 
un portrait en buste de M. Rimbaud à seize ans.

Les Illuminations sont un peu postérieures à cette 
époque.

Paul Verlaine.