La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/L’École

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L’École


Les p’tiots matineux sont ’jà par les ch’mins
Et, dans leu’ malett’ de grousse touél’ blue
Qui danse et berlance en leu’ tapant l’cul,
I’s portent des liv’s à coûté d’leu’ pain.

L’matin est joli coumm’ trent’-six sourires,
Le souleil est doux coumm’ les yeux des bêtes.
La vie ouvre aux p’tiots son grand liv’ sans lett’es
Oùsqu’on peut apprend’ sans la pein’ de lire :
Ah ! les pauv’s ch’tiots liv’s que ceuss’ des malettes !

La mouésson est mûre et les blés sont blonds ;
I’s pench’nt vars la terr’ coumm’ les tâcherons
Qui les ont fait v’ni’ et les abattront :
Ça sent la galette au fournil des riches
Et, su’ la rout’, pass’nt des tireux d’pieds d’biche.


Les chiens d’deux troupets qui vont aux pâtis,
Les moutons itou, et les mé’s barbis,
Fray’nt et s’ent’erlich’nt au long des brémailles
Malgré qu’les bargers se soyint bouquis
Un souèr d’assemblé’ pour eune garçaille.
Dans les ha’s d’aubier qu’en sont ros’s et blanches,
Les moignieaux s’accoupl’nt, à tout bout de branches,
Sans s’douter qu’les houmm’s se mari’nt d’vant l’Maire,
Et i’s s’égosill’nt à quérrier aux drôles
L’Amour que l’on r’jitt’ des liv’s de l’école
Quasi coumm’ eun’ chous’ qui s’rait pas à faire.
À l’oré’ du boués i’ s’trouve eun’ grand crouéx,
Mais les peupéiers sont pus grands dans l’boués.
L’fosséyeux encave un mort sous eun’ pierre,
On baptise au bourg : les cloches sont claires
Et les vign’s pouss’ vart’s sur l’ancien cim’tière !

Ah ! les pauv’s ch’tiots liv’s que ceuss’ des malettes !
Sont s’ment pas foutus d’vous entrer en tête,
Et, dans c’ti qu’est là, y a d’quoué s’empli l’cœur !
À s’en empli l’cœur, on d’vienrait des hoummes,
Ou méchants ou bons — n’importe ben coumme ! —
Mais vrais coumm’ la terre en friche ou en fleurs,

L’souleil qui fait viv’e ou la foud’ qui tue.
Et francs, aussi francs que la franch’ Nature,
Les p’tiots ont marché d’leu’s p’tit’s patt’s, si ben
Qu’au-d’ssus des lopins de seigle et d’luzarne,
Gris’ coumm’ eun’ prison, haut’ coumme eun’ casarne,
L’École est d’vant eux qui leu’ bouch’ le ch’min.

L’mét’ d’écol’ les fait mett’e en rangs d’ougnons
Et vire à leu’ têt’ coumm’ un général :
« En r’tenu’, là-bas ! c’ti qui pivott’ mal ! »
Ça, c’est pou’ l’cougner au méquier d’troufion.

On rent’e dans la classe oùsqu’y a pus d’bon Guieu :
On l’a remplacé par la République !
De d’ssus soun estrad’ le mét’ leu-z-explique
C’qu’on y a expliqué quand il ’tait coumme eux.
I’ leu’ conte en bieau les tu’ri’s d’l’Histouère,
Et les p’tiots n’entend’nt que glouère et victouère :
I’ dit que, l’travail, c’est la libarté,
Que l’Peuple est souv’rain pisqu’i’ peut voter,
Qu’les loués qu’instrument’nt nous bons députés
Sont respectab’s et doiv’nt êt’ respectées,
Qu’faut payer l’impôt. « Môssieu, j’ai envie ! »
— Non !… pasque ça vous arriv’ trop souvent ! »

I’veut démontrer par là aux enfants
Qu’y a des règu’s pour tout, mêm’ pou’ la vessie
Et qu’i’ faut les suiv’ déjà, dret l’école.

I’ pétrit à mêm’ les p’tits çarvell’s molles,
I’ rabat les fronts tétus d’eun’ calotte,
I’varse soun’ encr’ su’ les fraîch’s menottes,
Et, menteux, fouéreux, au sortu’ d’ses bancs,
Les p’tiots sont pus bons qu’à c’qu’i’ les attend :

Ça f’ra des conscrits des jours de r’vision,
Traînant leu’ drapieau par tous les bordels,
Des soldats à fout’e aux goul’s des canons
Pour si peu qu’les grous ayint d’la querelle,
Des bûcheux en grippe aux dents des machines,
Des bons citoyens à jugeotte d’ouée :
Pousseux d’bull’tins d’vote et cracheux d’impôts,
Des cocus devant l’Église et la Loué
Qui bav’ront aux lèv’s des pauv’s gourgandines,
Des hounnêtes gens, des gens coumme i’ faut
Qui querv’ront, sarrant l’magot d’un bas d’laine,
Sans vouèr les étouel’s qui fleuriss’nt au ciel
Et l’Avri’ en fleurs aux quat’ coins d’la plaine !


Li ! l’vieux mét’ d’école, au fin bout d’ses jours,
Aura les ch’veux blancs d’un déclin d’âg’ pur ;
I’ s’ra ensarré d’l’estime d’tout l’bourg
Et touch’ra les rent’s du Gouvarnement.

Le vieux maît’ d’écol’ ne sera pourtant
Qu’un grand malfaiseux devant la Nature !