La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/L’Odeur du Fumier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


L’odeur du Fumier


C’est eun’ volé’ d’môssieux d’Paris
Et d’péquit’s dam’s en grand’s touélettes
Qui me r’gard’nt curer l’écurie
Et les « têts » ousque gît’nt les bêtes :
Hein ?… de quoué qu’c’est, les villotiers ?
Vous faisez pouah ! en r’grichant l’nez
Au-d’ssus d’la litière embernée ?
Vous trouvez qu’i’ pu’, mon feumier ?

Ah ! bon Guieu, oui, l’sacré cochon !
J’en prends pus avec mes narines
Qu’avec les deux dents d’mon fourchon
Par oùsque l’jus i’dégouline,
I’ pu’ franch’ment, les villotiers !
Mais vous comprendrez ben eun’ chouse :

C’est qu’i’ peut pas senti’ la rouse !
C’est du feumier : i’sent l’feumier !

Pourtant, j’en laiss’ pas pard’e un brin,
J’râtle l’pus p’tit fêtu qu’enrrouse
La pus méchant’ goutt’ de purin,
Et j’râcle à net la moind’er bouse !
Ah ! dam itou, les villotiers,
Malgré qu’on seye en pein’ d’avouer
Un « bien » pas pus grand qu’un mouchouer,
On n’en a jamais d’trop, d’feumier !

C’est sous sa chaleur que l’blé lève
En hivar, dans les tarr’s gelives ;
I’ dounn’ de la force à la sève
En avri’, quand la pousse est vive !
Et, quand ej’ fauch’, les villotiers,
Au mois d’août les épis pleins
Qui tout’ l’anné’ m’dounn’ront du pain,
Je n’trouv’ pas qu’i’ pu’, mon feumier !

C’est d’l’ordur’ que tout vient naît’e à :
Bieauté des chous’s, bounheur du monde,

Ainsi qu’s’étal’ su’ l’fient d’mes bêtes
La glorieus’té d’la mouésson blonde.
Et vous, tenez, grous villotiers
Qu’êt’s pus rich’s que toute la coummeune,
Pour fair’ veni’ pareill’ forteune
En a-t-y fallu, du feumier !

Dam’ oui, l’feumier des capitales
Est ben pus gras que c’ti des champs :
Ramas de honte et de scandales…
Y a d’la boue et, des foués, du sang !
Ah ! disez donc, les villotiers,
Avec tous vos micmacs infâmes
Ousque tremp’nt jusqu’aux culs d’vos femmes,
I’sent p’têt’ bon, vous, vout’ feumier ?

Aussi, quand ej’ songe à tout ça
En décrottant l’dedans des « têts »
J’trouv’ que la bauge des verrats
A’cor coumme un goût d’properté !
Et, croyez-moué, les villotiers,
C’est pas la pein’ de fèr’ des magnes
D’vant les tas d’feumier d’la campagne :
I’pu’ moins que l’vout’, nout’ feumier !