La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/La Dot

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La Dot


Ô les parcepteurs ! Ô les capitaines
Qu’épous’nt des femm’s qu’ont des grous sacs de dot.
Ah ! la dot ! la dot ! la dot ed’ la mienne !
— V’allez-t-y m’trouver berlaudin, vous aut’es,
Ô les parcepteurs ! Ô les capitaines !

Via l’histouére : Avant que je n’parte au sarvice
J’m’étais fait cheu nous eun’ tit’ bounne amie,
À c’t âge, alle avait quasiment point d’vices
Et ça me r’tenait d’la biger pus loin
Qu’ son bec ros’ qui v’nait de li-même me qu’ri
Des bécots pus simpl’s qu’eun’ becqué’ d’bon pain.

J’y réclamais s’ment : « Attends-moué qu’je r’vienne,
Troués ans, ça pass’ vite !… et j’nous marierons…

Tu s’ras tout en blanc, du vouéle à la tréne !
Gn’aura des pougné’s d’rubans au violon ! »
Et pis, j’sés parti !


Et pis, j’sés parti !— « Eun’ ! deuss !… Par l’flanc douéte !
Pochté !… filer doux !… fous huit jours ed’ bouéte !»
… Enfin, du moment qu’ c’est pour la Patrie !…
Mais, pendant c’temps-là, ma ’tit’ bounne amie
S’faisait enjôler par un bourgeouésieau,
Et, quand j’sés r’venu, après mon rabiot,
Je n’ l’ai pus r’trouvée au mitan d’la ronde
Des jeuness’s ben sag’s qui dans’nt aux fins d’vêp’es.
All’ ’tait à Paris, qu’jaspotait tout l’monde,
All’ ’tait à Paris qui fesait la gouépe !
- Allons bon !… c’est dit !… je n’la r’vouerrai pus ! —
Et j’ai rempougné l’ manch’ron d’la charrue ;
Labours et charroués ont mangé mes s’maines,
J’ai jité mes Dimanch’s dans la bouésson
Tandis qu’les aut’s fill’s passin dans la plaine…
All’s ’tin tout en blanc, du vouéle à la tréne,
Gn’ avait des pougné’s d’rubans au violon !


Mais un bieau matin… Ell’… V’la qu’à s’ramène…
Non ! tout’s les gothons n’amass’nt pas des rentes ;
Ses cott’s tout’s guené’s aux filoch’s qui pendent,
Ses façons d’causer, ses façons d’sourire,
Ses façons d’aller sont là pour el’ dire !
L’Monde y a fait deux goss’s qu’alle a su’ les bras,
A’ rapporte queuqu’s restants d’maladies
Qui vous guett’nt toujou’s dans ces méquiers-là.
A’ rapporte un cœur qu’est tell’ment aigri
Qu’i' s’peut ben qu’l’Amour ne r’vienn’ pus cheu li,
Et des pauv’ers vic’s pour oublier ça !

C’est tout d’méme eun’ fill’ de pus dans l’pays,
Eune fill’ de pus qu’est bounne à marier.
Hé ! les parcepteurs ! hé ! les capitaines,
Les bieaux épouseux !… Qui qu’c’est qui veut qu’ri
La fille, et la dot que l’Monde y a baillée ?

Eh ! ben, ça s’ra moué ! Pis qu’tertous dis’nt non.
Après tout, c’était ma ’tit’ bounne amie.
Dam’, du coup ! gn’aura vouél blanc ni blanch’tréne !
Gn’aura pas d’rubans ! Gn’aura pas d’violons !
Mais j’nous marierons tout d’même et quand même.


Ô les parcepteurs ! Ô les capitaines
Qu’épous’nt des femm’s qu’ont des grous sacs de dot !
La mienne a coumm’ dot un grous sac de peine :
Faut qu’un gâs racheut’ les sal’tés aux aut’es,
Ô les parcepteurs ! Ô les capitaines !