La Picarde, la Poitevine, la Tourangelle, la Lyonnaise et la Parisienne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paris, Calmann-Lévy (p. 69-73).


Frère Jean Chavaray, capucin, un jour qu’il rencontra mon bon maître, M. l’abbé Coignard, dans le cloître des Innocents, l’entretint du frère Olivier Maillard, dont il venait de lire les sermons édifiants et macaroniques.

— Il y a de bons endroits dans ces sermons, dit le capucin, notamment, celui des cinq dames et de l’entremetteuse... Vous pensez bien que frère Olivier, qui vivait sous le règne de Louis XI et dont le langage se sent de la rudesse du temps, emploie un autre mot. Mais notre siècle veut qu’on soit poli et décent en paroles. C’est pourquoi je me sers de ce terme d’entremetteuse.

— Vous voulez, répondit mon bon maître, désigner ainsi une femme obligeante, qui s’entremet dans des commerces d’amour. En latin, nous l’appelons lena, conciliatrix, internuntiata libidinum, internonce des voluptés. Ces prudes femmes rendent les meilleurs offices ; mais elles s’y emploient pour de l’argent, ce qui fait qu’on ne croit pas à leur bon cœur. Nommez la vôtre une appareilleuse, mon père ; le terme est familier, mais il a de la grâce.

— Volontiers, monsieur l’abbé, répliqua frère Jean Chavaray. Mais ce n’est point la mienne ; c’est celle du frère Olivier. Une appareilleuse donc, qui logeait sur le pont des Tournelles, reçut un jour la visite d’un cavalier qui lui confia une bague.

» — Elle est d’or fin, lui dit-il, avec un rubis balais au chaton. Si vous connaissez des dames de bien, allez dire à la mieux faite que l’anneau est à elle, si elle consent à venir chez moi, pour en faire à mon plaisir.

» L’appareilleuse connaissait, pour les avoir vues à la messe, cinq dames d’une grande beauté, une Picarde, une Poitevine, une Tourangelle, une Lyonnaise et une Parisienne, qui logeaient en l’Île ou aux environs. Elle frappa d’abord à l’huis de la Picarde. Une servante lui ouvrit la porte, mais la dame refusa de parler à la visiteuse. Elle était honnête.

» L’appareilleuse alla ensuite chez la dame de Poitiers et la sollicita en faveur du beau cavalier. Cette dame lui répondit :

» — Faites savoir, je vous prie, à celui qui vous envoie, qu’il s’est trompé d’adresse, et que je ne suis pas la femme qu’il croit.

» Cette Poitevine est honnête ; mais elle l’est moins que la première, pour avoir voulu le paraître davantage.

» L’appareilleuse se rendit alors chez la dame de Tours, lui tint le même langage qu’à la précédente et lui montra l’anneau.

» — À la vérité, dit la Tourangelle, cette bague est belle.

» — Elle est à vous si vous la voulez.

» — Je ne la veux pas au prix où vous la mettez. Mon mari pourrait me surprendre et je lui ferais une peine qu’il ne mérite pas.

» Cette Tourangelle est fornicatrice dans le fond de son cœur.

» L’appareilleuse se rendit aussitôt chez la dame de Lyon, qui s’écria :

» — Hélas ! ma bonne vieille, mon mari est un jaloux qui me couperait le nez pour m’empêcher de gagner encore à ce joli jeu de bagues.

» Cette Lyonnaise ne vaut rien du tout.

» L’appareilleuse courut chez la Parisienne. C’était une coquine : elle répondit effrontément :

» — Mon mari va mercredi à ses vignes : dites à celui qui vous envoie que j’irai le voir ce jour-là.”

» Voilà, selon frère Olivier, de la Picardie à Paris, les degrés du bien au mal chez les femmes. Qu’en pensez-vous, monsieur Coignard ? »

À quoi mon bon maître répondit :

» C’est une grande chose que de considérer les mouvements de ces petits êtres dans leurs rapports avec la justice éternelle. Je n’ai pas de lumières pour cela. Mais il me semble que la Lyonnaise, qui craignait d’avoir le nez coupé, valait moins que la Parisienne qui ne craignait rien.

— Je suis bien éloigné d’en convenir, répliqua frère Jean Chavaray. Une femme qui craint son mari pourra craindre l’enfer. Son confesseur l’induira peut-être à la pénitence et aux aumônes. Car enfin c’est là qu’il faut en venir. Mais qu’est-ce qu’un capucin peut attendre d’une femme que rien n’effraie ?