100%.png

La Révolution surréaliste/numéro 9-10/Revue de la Presse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



REVUE DE LA PRESSE


Un journal se paie le même prix qu’un soldat, ce qui est une façon commode de faire rendre au civil l’aumône faite au militaire. Parfois, une aubaine se présente. La profanation d’un des leurs allèche tellement tous les soldats inconnus que, ce jour là, les journalistes y gagnèrent un splendide bifteck, et la police de la gnole à discrétion. Les gros tirages, les éditions spéciales, les galons de brigadier, les hémorroïdes à la boutonnière, les petits plaisirs solitaires des magistrats, les suggestions ridicules des jean-foutre de gauche (*) et les hoquets glaireux des journalistes de droite, les défilés expiatoires, tous les bénéfices malodorants, toute la gloriole sucée et resucée, tout le bien-être de la vermine humaine, en attendant… Mais il n’y aura jamais de révolutionnaires satisfaits. À jamais, cette bassesse leur est interdite. Le sentiment de la justice est infini, la colère a les yeux purs et les mains vides.

Deux hommes venaient d’être assassinés honteusement, tout ce qui mérite de vivre au monde se révoltait contre la hideuse injustice habituelle, contre toutes les raisons quotidiennes qu’on avait de les tuer, et répondait par la violence à la provocation que ce crime constituait. La racaille américaine faisait, pour la défense du capitalisme contre le communisme, étalage de sa force en exhibant les cadavres suppliciés de Sacco et Vanzetti. La France à face de hyène, vomissant les 1.700.000 morts qu’elle a mangés, pour ne pas payer ses dettes, interdisait toute manifestation, saoulait ses flics abrutis pour arrêter l’élan de la foule indignée, et décrétait fête nationale le


(*) Dans « Paris-Soir » du 5 septembre, Séverine écrit :

« Et si… on le montait au sommet de l’Arc de Triomphe. Et ne m’objectez pas la montée. C’est elle qui s’interposera entre les autorités et les profanes, les fantaisistes et les dévots. Le chemin du Paradis doit être encore bien plus malaisé à gravir… » jour du défilé de l’American Légion, association fasciste qui a garanti au gouverneur Fuller qu’elle maintiendrait « l’ordre » compromis par l’exécution de Sacco et Vanzetti [1]. Painlevé l’assassin du chemin des Dames, membre de la Ligue des Droits de l’Homme, accorde enfin aux officiers et sous-officiers le droit d’arrêter leurs insulteurs. Ceux-ci auront désormais le haut du pavé, jusqu’à ce qu’ils l’aient sur la gueule. Déjà des adjudants rancuneux glissent dans la poche de leurs anciennes victimes un rasoir à bon marché, et non, comme le dit le Vautel trop large, un coûteux browning. Mais relisons les journaux. M. de Hautecloque, qui a des trouvailles bien parisiennes, écrit, dans la Liberté du 25 août : Relevons en passant une savoureuse plaisanterie de notre dos-rouge révolutionnaire (M. Vaillant-Couturier ne porte le vert qu’après minuit, dans les boîtes de luxe où il fréquente). « L’internationale de la noce, écrit-il, fait la connaissance du vrai Paris. » M. Vaillant-Couturier, pour l’opprobre de l’armée, a été officier. Je m’en vais lui dire quel « noceur » a fait hier la connaissance de son « vrai Paris », le Paris des vrais de vrais. Ce « noceur » n’est autre que le poilu inconnu, l’humble, l’immortel, l’héroïque noctambule, dont les métèques soudoyés par M. Vaillant-Couturier sont allés souiller la tombe. « L’héroïque noctambule », ma vieille ordure, est quand même gardé depuis cela, jour et nuit, par des troupeaux d’agents qui le défendent du vrai Paris et de tous les anciens mauvais soldats, de tous les futurs officiers rouges. Mikaïl Toukatchevski, maintenant généralissime de l’armée soviétique, faisait en 1917, à M. Pierre Fervacque les déclarations suivantes [2] : « La révolution cependant aura des conséquences que vous n’imaginez pas. Tout l’Orient va frémir. Déjà le mouvement de 1905 a contribué à réveiller la Chine d’un très long sommeil. Vous verrez, cette fois, quelle immense poussée des peuples va se produire ! » Et encore : — Vous vivez, m’assurait-il, sur un fonds moisi ! Les civilisations latine et grecque, quel dégoût ! Je tiens la Renaissance à l’égal du christianisme comme un des malheurs de l’humanité. Elle a replacé vos intelligences dans des moules surannés et qui ne correspondent même plus aux aspirations contemporaines. Elle a établi le divorce définitif de votre pensée et de vos besoins. Vos besoins matériels, le développement de l’industrie les a décuplés, mais ils trouvent devant eux l’obstacle de votre culture. C’est pourquoi les Américains vous seraient supérieurs s’il n’étaient séduits à leur tour par l’harmonie et la mesure. L’harmonie et la mesure, voilà ce qu’il faut détruire d’abord. Je ne connais votre Versailles que par des images. Mais ce parc trop dessiné, cette architecture fastidieuse à force de géométrie sont affreux. Personne n’a eu l’idée, chez vous, de bâtir une usine entre le château et la pièce d’eau ? Vous manquez de goût ou bien vous en avez trop, ce qui est la même chose. La mission de la Russie à présent devrait être à mon sens de liquider cet art périmé, ces idées vieillottes, cette morale, cette civilisation enfin. Je suis très sérieux. Il y a chez nous une sève artistique toute-puissante. Le moindre de nos moujiks sculpte, chante, rêve et poétise magnifiquement. Et d’autant plus magnifiquement qu’il ne sait rien. Croyez-moi, il serait bon pour l’humanité que l’on brûlât les livres, que l’on prit un bain dans la source fraîche de l’ignorance et de l’instinct. Je pense même que ce serait là l’unique moyen de sauver l’humanité devenue stérile. Nous n’y parviendrons d’ailleurs que par la violence. Cette guerre et les soubresauts qu’elle provoque précèdent peut-être ce premier stade : la nudité du monde. Le courage de Michaïl Toukatchevski était naturellement à la hauteur de son intelligence [3]. Rencontrant sans le saluer, dans la cour du fort où il était interné, un général allemand, celui-ci lui demanda : — Pourquoi ne me saluez-vous pas ? — Parce que je n’ai pas à vous saluer. — Ôtez vos mains de vos poches ! — Non. — Vous verrez ce que cela vous coûtera ! — Alors, Mikaïl levant insolemment la tête : — Combien de marks ? Visages enduits de sottise et d’hypocrisie, de contentement et de gaîté, comme celui de l’abbé Lepage, qui fit sonner l’Angélus par Louise-Anne-Charlotte sur la tombe du soldat Inconnu et dont Paris-Midi parle en ces termes : Et c’est un brave. Il est l’ancien aumônier du 276e et il a bien mérité la croix de guerre qui est sur sa soutane. Son visage respire la santé, la vigueur et la bonne humeur. Il a vu tant de misères, l’abbé Lepage ! visages qui souillez l’univers de l’expression distinguée de vos « bons sentiments », nous en avons assez de ne mettre le pied que sur vos reflets immondes, vous n’êtes pas libres, — ce mot n’a qu’un sens et ce n’est pas le vôtre — et vous « faites » le trottoir sur lequel nous passons. Au ruisseau.

Paul Éluard et Benjamin Péret.




LE CADAVRE EXQUIS :

« L’hippogriffe frisé poursuit la biche noire. »

« Le douzième siècle, joli comme un cœur, mène chez un charbonnier le colimaçon du cerveau qui ôte respectueusement son chapeau. »

« Monsieur Poincaré, honni, si l’on veut bien, avec une plume de paon, baise sur la bouche, avec une ardeur que je ne me suis jamais connue, feu Monsieur de Borniol. »

« L’écrevisse fardée éclaire a peine diférents baisers doubles. »

« La petite fille anémiée fait rougir les mannequins encaustiqués. »

  1. À signaler que l’innommable Charles Lindbergh est membre d’honneur de cette bande de fripouilles.
  2. « Revue Hebdomadaire », nos 45,36 et 37.
  3. Le même, enfant, avait baptisé ses trois chats de noms sacrés : Dieu le Père, Jésus, Saint-Esprit. Et ses cris épouvantaient toute la maison : « Où diable est ce sacré Dieu le Père ? — Saint-Esprit est sous la table. — J’ai enfermé Jésus dans le placard.