La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/La Toinon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Dot  ►


La Toinon


Paraît qu’la Toinon qu’est parti’ coumm’ bonne
Pour aller sarvi’ cheu des gens d’Paris
S’appelle à pesent : Marne la Baronne ;
Moué, je suis resté bêt’ment au pays.
Ça ne m’a jamais v’nu dans la caboche
Ed’ coller un « De » par devant mon nom…
Et pourtant, du temps qu’j’étais tout p’tit mioche,
J’allais à l’école avec la Toinon !

À ses « tous les jours » all’ port’ robe ed’ soie,
All’ sait s’parlotter à chaqu’ mot qu’all’ dit :
Moué, je suis resté bête comme eune oie,
J’porte la même’ blous’ l’dimanche et l’samedi.
Tout’la s’maine, all’ mang’d’la dinde à la broche ;
Moué, tout’ moun anné’, j’bouff que du cochon…

Et dir’ que, du temps qu’j’étais tout p’tit mioche,
J’allais à l’école avec la Toinon !

All’ reçoué cheu-z-ell’ des moncieux d’la ville,
Des gens coumme i’faut qui li font la cour
Et qui la fourniss’nt de bieaux billets d’mille ;
Moué, j’suis un pauv’ gâs sans l’sou, sans amour !
Ell’, du moins, all’ vit sans que l’monde i’ r’proche ;
Moué, quand que j’bracounne, on m’fout en prison…
Et dir’ que, du temps qu’j’étais tout p’tit mioche,
J’allais à l’école avec la Toinon !

Ça m’gên’ d’la vouer riche et d’me vouèr si pauve,
Ça m’saigne ed’ songer qu’alle aime un tas d’gâs
Qu’entr’nt avec leu’s sous au fond d’soun alcôve
Et qu’ont les bécots qu’all’ me baill’ra pas…
Aussi, j’dounn’rais ben tout c’que j’ai en poche :
Ma pip’, mon coutieau, mes collets d’laiton,
Pour êt’ ’core au temps oùsque, tout p’tit mioche,
J’allais à l’école avec la Toinon !