La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Le Charretier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Charretier


           Ha, Dia, Huo !
Bon Guieu d’cochon, Bon Guieu d’chameau !

C’est un charr’quier qu’engueul’ ses ch’vaux.
Les pauv’ers bêt’s s’en vont avec
Eun’ charge terrible au darrière,
Et, du garrot à la croupière,
A’s ont pus pas un pouél de sec :
I’ s’en fout, c’est pas soun affaire !
Esquinté’s ou pas esquintées
La côte est là, faut la monter !
Et v’lan ! Et j’te gueule, et j’te fouette :
C’est coumme eun’ pleu’ d’grêlons d’avri’
Qui leu’ tomb’ su’ l’dous, et s’arrête
Qu’un coup rendu’s à l’écurie.


            Hu, Dia, Huo !
Bon Guieu d’cochon, Bon Guieu d’chameau !

C’est l’charr’quier qu’est d’venu sargent
En fesant son temps d’régiment :
Les soldats marchent coumm’ les ch’vaux ;
Mêm’ qu’les ch’vaux pouvint ’cor répond’e
Aux coups de fouet du charr’quier
Par un coup d’tête ou un coup d’pied ;
Mais les soldats, qui sont du monde,
Eux aut’s, i’s ont pas l’drouet d’répond’e :
Gn’a s’ment pas d’loué Grammont pour eux.
Et l’charr’quier leu’ coummande : Eun, deuss…
J’m’en fous !… Rompez !… Huit jours de bouéte !…
Par file à gauch’ !… Par file à drouéte !…

            Hu, Dia, Huo !
Bon Guieu d’cochon, Bon Guieu d’chameau !

C’est l’charr’quier qu’est d’venu farmier,
Après s’avouèr ben marié ;
C’est un grous électeur de France
Qui fait manger des ouverriers

Et, pour la pein’, mèn’ leu’s consciences
Coumm’ des ch’vaux et coumm’ des soldats :
Allez à la mess’ !… Y allez pas !…
Lisez ci !… Votez pour c’ti-là !…

            Hu, Dia, Huo !
Bon Guieu d’cochon, Bon Guieu d’chameau !

C’est l’charr’quier qui voit v’ni’ la mort
Et qui voudrait ben vivre encor…
Viv’, c’est rouler, rouler toujou’s
En dévalant eun’ route en pente
Qui conduit su’ l’rabord d’un trou.
Un coup qu’on est à la descente,
Gn’a pus moyen d’caler la roue.
Et l’charr’quier, qui m’nait gens et bêtes,
Peut pus s’mener. Son cœur s’arrête,
Ses yeux s’brouill’nt, sa raison fout l’camp :
Et, dans la fièv’er du délire,
En s’raidissant, i’ cess’ pas d’dire
C’qu’i’ gueulait à ses ch’vaux, dans l’temps :

            Hu, Dia, Huo !
Bon Guieu d’cochon, Bon Guieu d’chameau !