Le Cuvier (fabliau)

La bibliothèque libre.
 
Aller à : navigation, rechercher
Auteurs du Moyen Âge
Texte établi par Anatole de Montaiglon, Librairie des Bibliophiles, 1872 (pp. 126-131).

IX


LE CUVIER.


Manuscrit F. Fr., 837, fol. 234 r° à 234 v°



Chascuns se veut mès entremètre
De biaus contes en rime mètre :
Mais je m’en sui si entremis
Que j’en ai.I. en rime mis
D’un marchéant qui par la terre
Aloit marchéandise querre.
En sa meson lessoit sa fame,
Qui de son ostel estoit dame ;
Il gaaignoit à grant mesaise,
Et ele estoit et bien et aise
Quant il ert alez gaaignier,
Et ele se fesoit baingnier
Avoec .I. clerc de grant franchise,
Où ele avoit s’entente mise.
Un jor se baingnoient andeux ;
Si lor en vint .I. moult grant deuls,
Et tele paor, que le mestre
Por nul avoir n’i vousist estre ;
Quar, si comme il s’entretenoient
Et ensamble se deduisoient,
Et li borgois si s’en repère

De Provins, où il ot afère ;
Si s’en entre dedenz sa cort,
Et la bajasse tost acort
A sa dame que li clers tient ;
De son seignor ne li sovient.
« Dame, dist-ele, or vous empire,
Quar véz ici, par Dieu, mon sire,
O lui .III. marchéanz ensamble : »
La dame l’ot, de paor tremble.
Ele et li clers, sanz atargier,
Sont andui sailli du cuvier.
Ele sailli hors toute nue ;
Au plus tost qu’el pot s’est vestue.
La dame, qui n’estoit pas fole,
L’éve jeté desouz la sole
De la chambre, si qu’el s’encort
Desouz la sole en mi la cort.
El n’ot le clerc où esloingnier,
Si le muça souz le cuvier.
Et li borgois descent à pié,
Dont ele n’ot pas son cuer lié
Qu’il est venuz à cele foiz.
« Sire, dist-ele, bien veignois
Et vous et vostre compaignie, »
Dist-ele ; mes ne vousist mie
Que il fust venuz à cele eure.
Cil, qui n’ot cure de demeure,
Ainz s’en veut r’aler en besoingne,
A sa main une nape enpoigne,
Qui à la perce estoit pendue,

Si l’a sor la cuve estendue ;
Les autres marchéans apele ;
A sa fame dist : « Ma suer bele,
Or, ça, fet-il, la soupe en vin,
Quar nous volons metre au chemin. »
Et, quant cele ot parler de l’erre,
Au plus tost qu’el pot le va querre
Quanques il veut delivrement ;
Moult haoit le demorement.
Mès il ne tenoit de mengier
Au clerc qui ert souz le cuvier,
Qui ne menoit pas trop grant feste
Qu’il li menjuent sus la teste.
Et li borgois éust corouz,
Se il séust le clerc desouz ;
Et ele estoit mal assenée
Qu’elle avoit la cuve empruntée
Le jor devant à sa voisine.
Cele a apelé sa meschine,
Et li comande que grant erre
Alast léenz sa cuve querre ;
Fère l’en estuet sa besoingne.
Mais ele ne sot pas l’essoingne,
Ne le clers qui desouz sejorne.
Et la chamberière s’en torne,
Au miex que pot fist son message.
« Vostre dame n’est mie sage, »
Fait cele, qui li dist briefment :
« R’alez li dire vistement
Que, par mon chief, trop se meffet ;

Je n’ai pas de son cuvier fet. »
   Li borgois l’ot, n’en fu pas liez :
« Dame, fait-il, quar li bailliez
Son cuvier, et si en fera,
Et puis si le vous prestera. »
Cele les mains au cuvier tient,
Et dist : « Ne savez qu’il covient
Aus dames, ne qu’il estuet fère ;
Ci avez perdu un bon tère,
Quar, par mon chief, que que j’entende,
J’en aurai fet ainz que le rende. »
Puis a dit à la chamberière :
« R’alez-vous-en, amie chière,
Et si dites à vostre dame
Qu’ele n’est pas si sage fame,
Par mon chief, com je voudroie estre :
Ne set pas quel besoing puet estre. »
   Cele s’en est tost revenue,
Et quant sa dame l’a véue :
« Qu’est-ce, fet-el, tu n’en as mie ?
— Non, dame, par le Fil Marie,
Ainz dist bien c’onques ne séustes
Qu’est besoing, n’onques ne l’éustes ;
Quar, se très bien le séussiez,
Jà hasté ne li éussiez. »
   Quant cele se fust apenssée :
« Lasse, fet-el, trop sui hastée ;
Par mon chief, si ai fet que fole ;
Le mestre le tient de l’escole ;
Or poroit ore moult bien estre

Qu’ele a desouz mucié le mestre. »
Oiez de qoi s’est porvéue :
.I. ribaut vit enmi la rue,
Qui de sa robe estoit despris :
« Veus gaaignier, dist-ele, amis ?
— Oïl, Dame, n’en doutez mie.
— Va donc, dist-ele, tost ; si crie
Le feu enz enmi cele rue.
Et de bien crier t’esvertue ;
L’en le tendra tout à folie
Et à grande ribauderie ;
Puis t’en revien par ma meson,
De ta paie ferai le don.
— Dame, dist-il, point ne m’esmaie,
Quar j’aurai bien de vous ma paie. »
En mi la voie a pris son leu,
A haute voiz crie le feu
De quanqu’il pot à longue alaine,
Ausi com la vile en fust plaine.
Et quant li marchéant l’oïrent,
Trestuit ensemble au cri saillirent,
Et li ribaus d’iluec s’en part,
Si s’en fui de l’autre part.
Moult se tienent à mal bailli,
Quant au ribaut orent failli,
Et dient tuit : « Il estoit yvre. »
Et la borgoise se délivre
Du clerc ; maintenant l’en envoie,
Et li clerc si aqueut sa voie,
Qui n’ot cure de plus atendre.

Or puet cele son cuvier rendre,
Qui moult a esté effraée.
Ainsi s’est cele délivrée,
Qui moult savoit de la chevance,
Quar apris l’avoit de s’enfance ;
S’ele n’éust besoing éu,
Ele n’éust jamès séu
Le grant besoin de sa voisine.
Tout ainsi cis fabliaus define.

Explicit du Cuvier.