Le Dit dou Vergier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Dit dou Vergier
Dit dou Vergier, Texte établi par Ernest Hœpffner, Librairie Firmin-Didot et CieTome premier (p. 13-56).




LE DIT DOU VERGIER





Quant la douce saison repaire
D’esté qui maint amant esclaire,
Que prez et bois sont en verdour
4Et cil oisillon par baudour [1]
Chantent et par envoiseüre [2]
Chascuns le chant de sa nature, [3]
Pour la douçour dou temps seri, [4]
8 Ou dous mois d’avril le joli,
Me levay par un matinet
Et entray en un jardinet
Ou il avoit arbres pluseurs,
12 Flouris de diverses coleurs.
Si trouvay une sentelette
Pleinne de rousée et d’erbette,
Par ou j’alay sans atargier,
16 Tant qu’a l’entrée d’un vergier [5]
Me fist aventure aporter.

S’entray ens pour moy déporter,
Pleins d’amoureuse maladie,
20 Et pour oïr la mélodie
Des oisillons qui ens estoient
Qui si très doucement chantoient
Que bouche ne le porroit dire, [6]
24 N’onques homs vivans n’ot tant d’ire
Que, s’il peiist leur chant oïr,
Qu’il ne s’en deiist resjoïr [7]
En son cuer et que sans séjour
28 N’entroubliast toute dolour,
Tant avoit en euls de delis. [8]
Et dessus une flour de lis
Li dous rossignolès estoit [9]
32 Qui renvoisiement chantoit [10]
Et s’efforçoit si de chanter
Que par dessus tout le chanter [11]
Des autres oisillons l’oï,
36 Dont mes cuers moult se resjoï. [12]

Et quant j’eus oï le déduit
Des oisiaus, tous seus, sans conduit,
M’en alay parmi le vergier,
40 Pour ce qu’onques, a droit jugier,
Nul si très bel veii n’avoie ;
Car il n’i avoit lieu ne voie
Qui ne fust semez de flourettes [13]
44 Blanches, jaunes et vermillettes
Ou d’aucune estrange colour.
Si m’abeli tant le demour [14]
Ou vergier par la grant planté [15]

48 Des arbres qu’on y ot planté [16]
Qui estoient vert et flouri, [17]
Qu’en un praielet m’embati.
S’ot en mi lieu un arbrissel [18]
52 De fleurs et de fueilles si bel,
Si bel, si gent, si aggreabie, [19]
Si très plaisant, si delitable [20]
Et plein de si très bonne odour
56 Que nuls n’en aroit la savour.
Tant fust ses cuers desconfortez,
Qu’il ne fust tous reconfortez ; [21]
Et tant estoit de joie pleins
60 Li lieus dont il estoit enseins [22]
Et a vëoir si gracieus,
Si nobles et si amoureus,
Car, quant je l’os par bon loisir
64 Resgardé tout a mon désir,
Je ne say que ce pooit estre
Fors que le paradis terrestre.
Et comment que li lieus fust gens,
68 Assis en sus de toutes gens, [23]
Delitables et pleins de joie,
Certes, nul solas n’i avoie ; [24]
Car a ma gracieuse dame,
72 Qui a mon cuer, mon corps et m’ame,
Me fist Amours adès penser
Loyaument, sans vilein penser.
Et ce fu drois, qu’onques Nature
76 En créer nulle créature [25]
Ne mist si trestoute s’entente,
Comme a sa douce façon gente. [26]

Car souvereinne est de biauté,
80 Enrichie de loiauté, [27]
De haute noblesse parée,
De scens, d’onneur enluminée ;
Fine douçour, grâce, pité, [28]
84 Franchise et debonnaireté
Rengnent en li ; bonté l’affine [29]
Et loyal amour la doctrine [30]
Avec raison et courtoisie.
88 Ces trois vertus Tout si norrie [31]
Qu’elle est de trestoute valour [32]
Entre les mieudres la millour ; [33]
De tous est seur toutes prisie, [34]
92 Et c’est drois, que je ne cuit mie [35]
Que Nature qui tout conçoit [36]
Soutieument si soutive soit [37]
Qu’onques figurer la sceûst, [38]
96 Se Dieus proprement n’i eüst
Mis la main a la figurer ; [39]
Car Dieus la volt faire sans per [40]
Seur toute créature humeinne.
100 De toutes bonnes meurs est pleinne,
De dous regart, de simple chiere
Et de gracieuse manière.
Dieus et Nature Font si faite,
104 Car elle est en tous biens parfaite,
Seur toutes plaisant, nette et pure [41]
Fors tant qu’elle est vers moy trop dure, [42]

Vraiement, c′est tout le deffaut [43]
108 Qui en son gentil corps deffaut. [44]

Einsi longuement, sans doubtance,
Pensay, qu′onques je n′os plaisance
A chose qu′où vergier veïsse, [45]
112 Par quoy mon penser y tenisse ; [46]
Car par pensée remiroie [47]
La grant biauté qui me maistroie,
Le scens, la valeur et le pris
116 Par qui je sui d′amer espris,
Et le plaisant viaire dous
De ma dame a qui je sui tous.
S′estoit mes cuers certeinnement [48]
120 Seurpris si amoureusement
De joie, quant penser pooie
Et quant appertement vëoie
Qu′Amours, pour moy plus amender,
124 Me fait servir et honnourer
Loyaument, sans penser folour, [49]
De toutes les dames la flour,
Que nuls cuers penser ne porroit [50]
128 La joie que li miens avoit. [51]
Mais quant je pensay ensement [52]
Comment je l′aim très loyaument.
Et elle n′a cure de moy,
132 Einsois me fait peinne et anoy [53]
Et me fait en dolour languir, [54]
Pour ce que je Faim et désir,
Et qu′elle me deust par droit
136 Des biens amoureus orendroit [55]

Faire aucune joie espérer,
Et elle me fait desperer, [56]
Et s’est a tous de dous acueil [57]
140 Fors a moy qui pour li me dueil,
J’eus tel doleur, a dire voir,
Que nuls n’en porroit concevoir [58]
La moitié toute ne demie,
144 Non pas la centisme partie ; [59]
Car tant fui en mon mal pensis [60]
Que je fui en doleur transis. [61]
Si que je ne sos ou j’estoie, [62]
148 Ne bien ne mal je ne sentoie.
Einsi fui transis longuement [63]
Sans avoir joie ne tourment,
Fors tant qu’une joie me vint
152 D’une vision qui m’avint
Si très plaisant, a grant merveille,
Qu’onques mais ne vi sa pareille. [64]
Car il m’iert vis que je vëoie
156 Ou joli praiel ou j’estoie [65]
La plus très belle compaingnie
Qu’onques fust veüe n’oïe.
La avoit il sis damoisiaus
160 Juenes, jolis, gentils et biaus ; [66]
Et si avoit sis damoiselles
Qu’a merveilles estoient belles ; [67]
Et dessus le bel arbrissel [68]
164 Qui estoit en mi le praiel

Se sëoit une créature [69]
De trop mervilleuse figure ; [70]
Car nulle goûte ne vëoit ;
168 Et en sa destre main tenoit
Un dart qui bien estoit ferré
De ier tranchant et acéré ;
Et en l’autre avoit un brandon [71]
172 De feu qui getoit grant randon ;
Et s’avoit pour voler deus eles [72]
Si belles qu’onques ne vi teles.
La face avoit clere et moult belle [73]
176 Et la coulour fresche et nouvelle, [74]
Et tout le remenant de li
Estoit de maintien si joli, [75]
Car on ne porroit souhaidier
180 Un aussi bel, a mon cuidier.
S’ot un chappellet de rosettes,
De muguet et de violettes,
Par cointise mis en son chief. [76]
184 Mais encor vi je derechief [77]
Que tuit li gentil damoisel,
Qui estoient plein de revel, [78]
Et les damoiselles aussi,
188 Tous ensamble et chascun par li, [79]
Li faisoient feste et honnour
Comme a leur souverein signour,
Grâce et loange li rendoient [80]
192 Et comme leur Dieu l’aouroient. [81]
Et quant j’eus tout cela veü,

Ymaginé et conceü,
J’en os en moy moult grant frëour [82]
196 Pour le feu, doubtance et paour,
Qu’adès vraiement me sambloit
Que vers moy lancier le voloit.
Pour ce ne savoie que faire,
200 D’aler avant ou d’arrier traire. [83]
Mais je m’avisay toute voie
Que vers la compaingnie iroie,
Pour ce que savoir de leur estre
204 Voloie, et que ce pooit estre
Dou damoisel qui se sëoit
Seur Tarbre et goûte ne vëoit.

Adont ne demouray je pas,
208 Einsois vers euls le petit pas
Tout couvertement m’en alay.
Et quant je vin près, je parlay [84]
Et les saluay sans demeure.
212 Mais cils qui sëoit au deseure [85]
Seur l’arbre entreprist le parler
Et encommença a parler, [86]
Et me rendi si doucement [87]
216 Mon salu, que le hardement [88]
Qui estoit en moy tous perdus [89]
Me fu par son parler rendus. [90]
Lors li priay je sans attendre
220 Qu’il me vosist dire et apprendre
Comment appeller le saroie.
Car durement le desiroie.
Et pourquoy il ne vëoit goûte,

224 Et la signefiance toute
Dou brandon de feu qui ardoit [91]
Et dou dart qui ferrez estoit, [92]
Et de quoy ses eles servoient, [93][94]
228 Et pourquoy cil qui la estoient, [95]
Qui estoient bel a devis
De corps, de façon et de vis,
Li darrein et li premerein, [96]
232 Comme a leur signour souverein,
Feste, honneur et grant révérence
Li faisoient de leur puissance.
Et quant je li eus ma prière [97]
236 Toute ditte en tele manière,
Moult doucement me respondi
Tantost, que plus n’i attendi,
Que moult volentiers me diroit
240 Tout ce, ne ja n’en mentiroit.
Si me commanda que j’oïsse
Ce qu’il diroit et retenisse ;
Car se retenir le voloie,
244 A honneur venir en porroie.
Lors parla gracieusement
Et dist einsi premièrement :

« Je sui cils qui a le pooir [98]
248 De faire le riche doloir
Et de lui faire dolouser,
Plaindre, pleurer et souspirer
Et de lui tenir en dangier,
252 Si que riens ne li puet aidier.
Ors, ne argens, ne grant richesse, [99]
Donner, promettre, ne noblesse,

Grant force ne pooir d’amis.
256 Ja pour cela ne sera mis
Hors de mes las, quoy qu’il aveingne ;
Einsois couvient que de moy veingne
Sa joie et son aligement. [100]
260 Et quant il est miens ligement, [101]
Sachiez que je puis de legier [102]
Toutes ses dolours aligier ;
Et si puis le povre acomplir [103]
264 Son désir et lui enrichir [104]
De ce dont li riches mendie. [105]
Et s’ay si noble signourie [106]
Qu’au monde n’a prince ne roy, [107]
268 Tant soit ses cuers de grant desroy, [108]
Durs ou hauteins ou pleins d’orgueil, [109]
Que ne le face, se je vueil,
De fin cuer loial sans amer
272 Cent fois mendre de lui amer, [110]
Sans ce qu’il en ait ja solas ; [111]
Eins sera loiez en ses las, [112]
Ne ja pour scens ne pour avoir
276 Ne porra de li joie avoir,
Se de moy ne vient proprement.
Et si sachiez certeinnement [113]
Qu’il n’est roÿne ne contesse
280 Ne dame de si grant noblesse,
Que je ne la fasse doloir
Et resjoïr a mon voloir.
Et que, s’il me vient a plaisir,
284 Que son penser et son desir,

Son corps, s’amour et tout son cuer [114]
A un homme de petit fuer
Ne li face dou tout donner
288 Et ligament abandonner.

« J’ay seur tous cuers humeins puissance ;
Il sont tuit en m’obeïssance ;
Je les donne, vueil haut, vueil bas,
292 Sans garder raison ne compas.
Il ne pueent riens contredire [115]
Que je vueille faire ne dire.
De deus cuers puis et de deus corps [116]
296 Qui seront plein de tous descors
Et en tous cas seront contraire :
Feray tant l’un a l’autre plaire
Que c’iert toute une volenté, [117]
300 Une doleur, une santé,
Uns cuers, uns corps et une vie, [118]
Une mort, une maladie,
Uns desirs et une pensée, [119]
304 Par moy conjointe et aünée. [120]

« Je puis faire d’un fol un sage,
Se je le met en mon servage ; [121]
Car nuls n’iert ja si desapris,
308 Se jel pren, qu’il ne soit apris [122]
De scens, d’onneur, de courtoisie.
Et que ne mette s’estudie
En bien et en toute valeur,
312 Et qu’il ne tende a haute honneur,
Et que deshonneur enhaïr

Ne vueille et tous vices fuir. [123]
Einsi d′un fol desmesuré [124]
316 Fais un sage homme amesuré. [125]
Et si fais le sage mesure [126][127]
Trespasser, raison et droiture ; [128]
Car si tost com je le vueil prendre,
320 Il ne se puet vers moy deffendre
Qu′il ne face ma volenté,
Tant soit pleins de soutiveté ; [129]
Et de tant qu′il iert plus soutis, [130]
324 Haus, nobles, puissans ou gentils, [131]
De tant sera il plus batus, [132]
S′il est en mes las embatus,
Et plus estroitement laciez,
328 Ne sans moy n′en iert deslaciez.

« Je suis comparez a la mort,
Car je pren le foible et le fort, [133]
Que nuls ne m′en puet eschaper, [134]
332 Qu′il ne le couveingne passer [135]
Par mes las ou par mi mes mains.
Mais de cela soiez certeins
Que j′y ay un bel avantage, [136]
336 Que j′ay par droit et par usage ; [137]
Car adès pren je li premiers,
Et de ce suis je coustumiers,
Et puis la mort si prent après
340 Sans riens espargnier loin ne près. [138]
Mais je ne pren pas a tel guise [139]

Com fait la mort qui riens ne prise ; [140]
Car puis que j′ay pris mon prison,
344 Je le met dedens ma prison
Qui est appellée joieuse ;
Delitable est et gracieuse. [141]
La aprent il sans mespresure
348 De tous biens la bonne apresure, [142]
Et la parfaite congnoissance
D′onneur et de toute vaillance.
Car je le met en la maistrie [143]
352 De Science qui le maistrie ; [144]
Cremour et Honte de meffaire [145]
Et Congnoissance, a lui parfaire,
Sont ordené et establi.
356 Ces quatre vertus en oubli
Ne sont pas pour lui detrier. [146]
Et encor, pour lui affermer,
Met j′en son cuer un desirier [147]
360 Qui d′onneur le met en sentier,
Et une volenté jolie [148]
Qui tousjours le semont et prie
Qu′il soit jolis et pleins de joie.
364 Biaus dous amis, que te diroie ? [149]
Einsi les prisons que je preng [150]
En joie et en solas maintieng
Et les fais a honneur venir ;
368 Mais la mort prent sans revenir. [151]
Or t′ay je dit, se Dieus me gart. [152]
De ma puissance une grant part.
Mais encor te diray je plus,

372 Se tu vues oïr le seurplus.
Et si te diray de mon nom,
Se tu le vues savoir ou non, [153]
Je ne te le quier ja celer : [154]
376 Dieus d’Amours me fais appeller. »

Quant je vi que c’estoit mes sires,
Qui des maus amoureus est mires,
Onques de lui ne m’esloingnay,
380 Mais devant lui m’ageloingnay, [155]
Et li requis en souspirant,
A mains jointes et en plourant,
Qu’il me vosist reconforter [156]
384 Dou mal que j’avoie a porter, [157]
Et que donner meilleur espoir,
Me vosist, ou de desespoir [158]
Estoie près ou de morir,
388 Et qu’il me feïst remerir,
Se j’avoie riens desservi,
Ad ce que j’avoie servi
Ma douce dame simple et coie.
392 Mais einsi comme a lui parloie,
Moult doucement me respondi
Li dieus, que plus n’i attendi,
Que de ce me responderoit, [159]
396 Quant li lieus et li temps seroit.
Lors ne me volt plus escouter,
Pour ce qu’il me voloit compter
De tous les autres l’ordenance
400 Et de lui la signefiance.
Après me dist : « Scez tu pour quoy

Sans yeus sui et goûte ne voy ? [160]
C’est pour ce que, quant il avient
404 Qu’un cuer assener me couvient, [161]
Nulle goûte ne doy vëoir [162]
Au donner ne a l’asseoir ; [163]
Nulle raison n’i doy garder [164]
408 Ne nulle chose regarder, [165]
Biauté, richesse, ne lignage,
Scens, manière, ne cuer volage. [166]
Car s’a tels choses regardoie, [167]
412 Certes trop grant pechié feroie ;
Car li meins bel et li meins riche,
Li povre d’amis et li nice, [168]
Cil qui ont volenté legiere
416 Et cil qui ont po de manière,
Dou tout en tout honni seroient,
Se de moy oublié estoient ;
Et s’en seroit trop meins prisie [169]
420 Ma signourie et amenrie,
Dont j’aroie damage grant : [170]
Car vraiement, d’ore en avant, [171]
Jamais povres homs n’ameroit
424 Hautement, car il n’oseroit, [172]
Dont ce seroit trop grans dommages ;
Car de tous, quanque j’ay d’ommages. [173]
Tant soient haut, a mon devis,
428 Je ne suis gueres mieus servis [174]
Com dou povre qui aimme haut ; [175]
Car de riens qui soit ne li chaut, [176]

Fors que d’adès considérer [177]
432 Comment il me puist honnourer. [178]
Et c’est drois, quant il recongnoit [179]
Que de li nulle riens n’estoit, [180]
Quant premièrement je le pris,
436 Pour le tenir en mon pourpris ; [181]
Et d’autre part, il scet moult bien
Que toute Tonneur et le bien
Qu’il a li vient toute de moy. [182]
440 Pour ce te di en bonne foy,
Car il me sert, croit, aimme et crient [183]
Et fait tout ce qu’a gré me vient
A son pooir de cuer loial,
444 Honneur quiert et si fuit tout mal.

« Je nel di pas pour faire pires [184]
Les biaus, les sages, ne les riches, [185]
Car on ne les puet esprisier, [186]
448 Puis que les vueille tant prisier
Qu’en mon service les maintieng,
Ne nuls n’est de si fol maintieng
Que bon nel face devenir, [187]
452 S’avec moy le vueil retenir.
Mais je l’ay dit, pour mon propos
Ravoir, car trop seroie sos, [188]
Se li sages, riches et biaus [189]
456 Sus les povres, nices, loiaus
Avoient pooir, ne maistrie, [190]
N’avantage de don d’amie.
Mais je te fais bien assavoir,
460 Que tu saches de ce le voir, [191]

Que, puis que ce vient a amer, [192]
Je vueil chascun mon serf clamer, [193]
Quel qu’il soit, soit contes ou rois ; [194]
464 Et se sachiez tant de mes drois [195]
Que tout tel droit a li petis [196]
Comme li haus et li gentils.
Mais cils qui sert plus loiaument,
468 Cils a le milleur paiement.
Et pour cela point ne regarde,
Quant je preng un cuer en ma garde,
S’il est parfais ou non parfais.
472 Mais je te diray que je fais :
Je regarde la grant franchise
Qui en li est mise et assise,
Et comment il vuet sans fausser
476 En moy servir sa vie user ;
Et puis, selonc ce qu’amer vuet, [197]
Soit bas, soit haut mettre l’estuet, [198]
Car raison n’y iert ja gardée,
480 Puis que mise y iert sa pensée.
Lors le m’estuet énamourer
Et puis baillier sans demourer
A ceaus que la voy qui le prennent, [199]
484 Qui dou tout en tout li aprennent
Comment il se doit maintenir,
Puis qu’il vuet a honneur venir.
Et s’il est povres de biauté,
488 Je Tenrichi de loiauté.
De douceur, et li donne grâce
Qui pluseurs biautez veint et passe.
Grâce et douceur, ces deus ensamble, [200]

492 Valent bien biauté, ce me samble.
Et s’il est po riches d’avoir [201]
Ou d’amis ou de grant savoir,
Je l’enrichi de loiauté [202]
496 Et de grant debonnaireté.
Volenté li doing d’entreprendre
Quanque cuers oseroit atendre ;
Force, hardement d’achever [203]
500 Li doing pour s’onneur eslever.
Par ces cinc vertus puet conquerre [204]
Grant avoir et amis acquerre, [205]
Et par ce science conquiert
504 De retenir ce qu’il acquiert ;
Dont li cuers li est revestus [206]
De ces cinc très nobles vertus. [207]
Par moy n’est pas trop empirez,
508 Car bien puet estre comparez
A celui qui tant est puissans [208]
D’avoir, de lignage et de scens.
Et s’il a en lui cuer muable [209]
512 Ou manière descouvenable, [210]
Fine amour le dottrinera, [211]
Et tout son cuer li muera
Honte et grant désirer de plaire [212]
516 A s’amie, pour grâce attraire.
Cil troi le feront par nature
Ferme, de manière meüre. [213]
Or as tu oï grant partie
520 Pour quoy c’est que je ne voy mie.
Mais encor vueil que tu escoutes :
Dire te vueil mes vertus toutes.

Or met t’entente au retenir, [214]
524 Car je ne t’en quier ja mentir. [215]

« Je te di que celle saiette,
Que je tien, en pluseurs cuers gette.
Mais nuls cuers ateins ne férus
528 N’en sont qui ne soient tenus
Et mis en ma prison joieuse,
Delitable est et gracieuse,
Et qu’amer tous ne les couveingne,
532 Soit tors, soit drois, comment qu’il prengne.
Et comment que li fers tranchans [216]
En soit devers les fins amans,
Si n’est mie le cop mortel,
536 Einsois le tesmoingne pour tel
Que nuls n’en voit la blesseûre ; [217]
On y sent sans plaie pointure [218]
Douce, plaisant a soustenir [219]
540 Et delitable a maintenir ; [220]
Com plus fort point, et plus agrée.
C’est fins déduis, joie esmerée, [221]
Qui vient d’une douceur parfaite
544 Qui tous en déduit les affaite,
Jusques a tant qu’une chaleur,
Qui naist d’une amoureuse ardeur, [222]
De ceste pointure s’engendre
548 Es cuers qui aimment sans mesprendre ;
Car chascun d’euls d’amer esprent [223]
Par Désir qui ce leur aprent.
Et quant Désirs si les a pris [224]

552 Qu’il sont de la chaleur espris, [225]
Souvent leur fait coleur muer,
Taindre, pâlir et souspirer.
Et lorsqu’il sont mis en tel point, [226]
556 Sachiés que je n’y aten point, [227]
Einsois laisse aler le brandon,
Que tu ci vois, par abandon. [228]
Que tout leur esprent doublement [229]
560 Cuer et corps amoureusement.
Cils brandons les tient et destreint, [230]
Le cuer leur art, le corps leur teint, [231]
Si que raison est oubliée
564 Et mesure s’en est alée.
Adont sont il en tel ardure
Et en pensée si obscure,
Car uns chascuns d’euls tous vorroit [232]
568 Sa joie eschever, s’il pooit. [233]
Mais cils feus ne s’en puet partir, [234]
Tant que je l’en fais départir ;
Et quant je voy que li temps vient [235]
572 Qu’a euls revenir appartient.
Pour joie d’amours recouvrer,
Je lais Grâce et Franchise ouvrer
Et Pitié la très débonnaire.
576 Ces trois leur donnent tel salaire
Qu’il reçoivent de jour en jour [236]
Cent joies pour une dolour.
Or t’ay je moustré la raison
580 De la saiette et dou brandon.

« Et de mes eles que tu vois
Dire t’en vueil a ceste fois [237]
Par quoy tu en soies certeins. [238]
584 Saches qu’il n’est nuls si lonteins [239]
Pais, règne ne région
Que tuit en ma subjection
Ne soient souvereinnement
588 Pour faire mon commandement.
Si que, quant j’ay les amans pris
Et dou mal amoureus espris,
Je les doy souvent viseter
592 Et de leurs maus reconforter, [240]
Sans plus faire de guerre don, [241]
Mais de joie et de guerredon, [242] [243]
Quant bien et loiaument me servent : [244]
596 Faire le doy, s’il le desservent. [245] [246]
Et quant devers euls vueil aler,
Telement y vois par voler [247]
Qu’en une heure et en un moment
600 Vois tout par tout le firmament, [248]
Pour reconforter mes amis
Qui en moy tous leurs cuers ont mis. [249]
Or t’ay de mes eles compté
604 Le pooir et la vérité.
Mais de ces nobles damoisiaus
Qui jouent parmi ces praiaus, [250]
Et de ces damoiselles gentes
608 Qui mettent toutes leur ententes [251]
A moy honnourer et servir
Te vueil je les noms descouvrir, [252]

Car ja ne te seront celé. [253]
612 Je te di qu′il sont appelle
Voloir, Penser et Dous Plaisir, [254]
Loiauté, Geler et Désir. [255]
Or t′ay dit les noms sans demour
616 Des damoisiaus de noble atour.
Mais je te vueil aussi nommer
Les noms qui tant font a amer [256]
Des damoiselles honnourées.
620 Saches qu′elles sont appellées [257]
Grâce, Pitié et Espérance,
Souvenir, Franchise, Attemprance.
Par ces douze nobles vertus
624 Sui j′honnourez et soustenus.
G′est mes avoirs, c′est mes trésors, [258]
G′est mes chastiaus, c′est mes ressors. [259]
Par euls sui sires de mon règne, [260]
628 Si que par tout le monde règne.
Or te vueil dire brief et court
De quoy il servent a ma court.
« Je te di tout premièrement
632 Que, quant li homs nouvellement
Entreprent l′amoureuse vie,
Il convient, quoy que nuls en die, [261]
Que Franche Volenté contreingne [262]
636 Son cuer, par quoy Tamer empreingne. [263]
Et quant Frans Voloirs Ta contreint,
Très Dous Pensers en li empreint [264]
Par sa force et par sa contrainte
640 De ce qu′il vuet amer l′emprainte [265]

Qui le justice main et lart. [266]
Adont un amoureus regart
El un très dous ris li présent,
644 Qu′il tient a moult noble présent. [267]
Lors le tien pris com mon prison
Dedens ma joieuse prison.
La ne fait il fors que penser [268]
648 A sa dame au viaire cler,
Et la ramembrance a toudis [269]
Dou regart et dou très dous ris [270]
Par quoy il a Tamoureus fais [271]
652 Empris, sans ja estre retrais. [272]
Et cils Dous Regars en li double [273]
S′amour et son voloir adouble. [274]
Einsi Penser et Franc Voloir [275]
656 Font l′amant d′amer esmouoir.
Et Dous Regars en fait la prise, [276]
Dont je Taim durement et prise. [277]
Mais Plaisance qui maint cuer maire
660 Fait que riens ne li puet desplaire [278]
Qu′en mon service puist sentir ;
N′il ne se porroit assentir
Que nuls amis en amer sente [279]
664 Amer ne riens qui le tourmente ;
Einsois tient a fine douceur
Ce qu′uns autres tient a doleur.
Einsi Plaisance le soustient [280]
668 Et en mon service le tient
Et fait en lui monteplier
Voloir, Penser et Desirier ; [281]

Car si plaisanment assaveure
672 Mes biens que Désirs li court seure. [282]
 
« Lors Désirs petit a petit [283]
Voloir li donne et appétit [284]
De plus grant joie recouvrer,
676 S’en dame le pooit trouver.
Mais einsois la faut desservir [285]
Et lui laissier moult asservir. [286]
Car vraiement, ja desservie,
680 Tant peüst dame estre servie, [287]
Ne seroit de tous les servans
Qui en ce monde sont vivans.
Et si est de moult près gardée [288]
684 Et en moult fort lieu enserrée [289]
Ceste joie, sans nul séjour,
Car adès, de nuit et de jour,
Gardée est de sis adversaires
688 Qui tuit au donner sont contraires : [290]
Ce sont Dangier, Paour et Honte, [291]
Durté et Cruauté, qui donte [292]
Mains cuers et fait mainte laidure, [293]
692 Et Doubtance de mespresure.
Ce sont li sis grief annemi [294]
Qui sont contraire a l’ami. [295]
 
« Or te diray je de Désir,
696 Quant il vient l’amant assaillir,

Comme il le demeinne et debrise, [296]
Et comment il l’art et atise. [297]
Désirs l’esprent, Désirs l’assaut, [298]
700 Désirs li fait maint divers saut ; [299]
Sans froidure le fait trembler [300]
Et sans chaleur le fait suer ;
Souspirer li fait maint souspir ; [301]
704 Dementer le fait et gémir ;
Il Tart, il l’alume, il l’esprent, [302]
Et puis d’autre part le reprent,
Car il le fait pâlir et teindre ;
708 En ardeur le tient, sans esteindre. [303]
Qui de plus en plus monteplie ; [304]
Comme mort le tient a la fie, [305]
Ne ja il ne l’ara si chier [306]
712 Qu’il ne le face tout sechier [307]
Et qu’il ne li toille vigour [308]
Par sa force et par sa rigour.
Dont il avient auques souvent
716 Qu’il le presse si durement [309]
Que tous désespérez morroit,
S’Espoirs ou Souvenirs n’estoit. [310]
Mais Souvenirs li va aidier
720 Et moult très humblement prier [311]
Et ramentevoir qu’il repreingne
Dous Penser, et qu’il li souveingne [312]
De la très noble biauté fine
724 Qui toutes autres veint et fine.

Et dou très gracieus viaire
Qui dou dous regart le vint traire, [313]
Et de la manière jolie
728 Qui en loial amour le lie,
Si qu’il met dou tout en oubli
Le désir qui l’a assailli. [314]
Car Souvenirs Ten met en voie [315]
732 Par Dous Penser, qui le ravoie [316]
De penser a la ramembrance
De la gracieuse samblance [317]
De celle a cui il est donnez
736 Ligement et abandonnez.
Lors y pense si doucement
Et de si parfait sentement,
Quant einsi puet bien remirer
740 Sa dame et li en lui mirer, [318]
Qu’une gracieuse espérance
Pour son bien et pour s’aligence
S’engendre de ceste pensée [319]
744 Que Souvenirs li a moustrée.
Et quant il est d’espoir garnis, [320]
Sachiez qu’il est sains et garis [321]
Et tous de joie repeûs [322]
748 Pour les maus qu’il a receüs.
Car Espérance, la seûre, [323]
Li promet et bien l’asseüre <ref>K la seure.
Qu’onques biauté si affinée
752 Ne pot estre sans Pitié née ;
Et puis que douceur est en li.
Franchise y doit bien estre aussi ;

Pour ce ne croiroit a nul fuer [324]
756 Que Pitié ne fust en son cuer. [325]
Einsi Espoir le reconforte,
Qui moult doucement li enorte
Qu’il soit pleins de bon reconfort,
760 Car il ara joie et confort,
Mais qu’il soit loiaus et secrez,
Dous, humbles, courtois et discrez,
Et qu’il endure en pacience
764 Tout ce qui iert a la plaisance [326]
De sa dame pour qui il vuet
Auques valoir, se valoir puet.
Einsi Dous Espoir le garit,
768 Si qu’en joie et en solas vit.

« Mais quant einsi énamourez
Est et d’espoir asseurez. [327]
Et il a servi longuement
772 Et obeï desiranment,
Ja soit ce qu’en bon espoir vive, [328]
Adès Désirs en lui s’avive
Et Volenté de recouvrer
776 La joie qu’il ne scet rouver. [329]
Si que, quant je le voy couart, [330]
S’il a desservi nulle part
Des amoureus biens que je doin [331]
780 Aus fins amans et abandoin,
Voloirs de joie savourer [332]
Et très grans désirs d’achever,
Et ce qu’il ne puet plus attendre [333]
784 Li font la requeste entreprendre
Et li donnent le hardement

De requérir couardement.
Mais quant il a le don requis [334]
788 A celle a qui il est acquis,
Certes, désespérez seroit,
Si que jamais joie n’aroit»
Se ces damoiselles n’estoient [335]
792 Qui par leur force le resjoient.
Car cil qui la joie ont en garde
De ce se prennent si près garde
Que nuls ne te saroit despondre [336]
796 Le débat qui est au respondre : [337]
Car Dangiers orguilleusement
Respont et despiteusement
Tout premiers que celle requeste
800 N’est bonne, belle, ne honneste, [338]
Eins est outrages et folie ;
Et dit que moult bien emploiie [339]
Seroit une très grant vergoingne
804 A celui qui point ne ressoingne
Si haute joie a demander
Com celle qu’il devroit garder ;
Et moult est ore outrecuidiez, [340]
808 Quant il est de lui tant cuidiez
Que tels cuide estre et tant valoir [341]
Com pour la joie recevoir ;
Et dit qu’assez mieus ameroit, [342]
812 Qui de ce a chois le mettroit. [343]
Qu’on le pendist ou traïnast, [344]
Qu’on l’ardist vif ou escorchast,
Que ce qu’il fust en la saisine
816 De la joie qui tant est fine.

« Après ce Cruautez respont,
Qui son parler point ne repont, [345]
Einsois se débat et raisonne
820 Si que tous les autres estonne,
Et dit qu’onques ne fu veue
Tel merveille n’aperceue [346]
Com dou chetif maleureus
824 Qui par son cuidier est si preus
Qu’il cuide la joie emporter
Que nuls ne porroit raporter ;
Il a ou corps la rage esprise
828 Que tous les gardiens si po prise [347]
Qu’il cuide que, par son parler, [348]
On li laisse la joie aler ; [349]
Et jure que, se li gardien [350]
832 A ce tuit s’assentoient bien [351]
Qu’il eust le don et l’ottroy
De la grant joie, ja par soy
Ne li iert li dons ottroiez, [352]
836 Mieus ameroit estre noiez. [353]
Après ce Durtez durement
Respont et moult crueusement
Le honteus amant despita,
840 Car en li dueil et despit a
De la joie qu’il a rouvée, [354]
Et dit que, s’elle avoit trouvée
Tel mille joies a denier, [355]
844 Que, se ja Dieus li puist aidier [356]
Ne s’il ne puist estre enroez, [357]
N’iert il ja saisis ne doez [358]

De la plus mendre qu’il aroit,
848 Se tout le monde li donnoit ;
Et au plus chetif de ce monde
La joie qu’en douceur abonde
Ameroit mieus cent fois donner,
852 Ce dit, qu’a celui la moustrer. [359]

« Après, Doubtance de metîaire
Dit qu’a nul fuer de tel affaire [360]
Entremettre ne se vorroit,
856 Et que mieus mourir ameroit
Que ce qu’elle fust consentans
Que nuls en la joie partans
Fust, qui seur toutes est loée
860 Douce, plaisant et affinée. [361]
Et vraiement, trop metferoit [362]
Qui au donner s’assentiroit, [363]
Dont empirie estre y deüst, [364]
864 Puisque rescousse estre peüst ;
Car la joie qui n’a grigneur [365]
Est de si très haute valeur [366]
Qu’on n’en porroit si po oster [367]
868 Qu’on ne la feïst empirer [368]
Et que la flour n’en fust perie. [369]
Pour ce Doubtance ne vuet mie
Que nuls homs y doie partir,
872 Car la flour en feroit partir.

« Après dient isnellement [370]
Honte et Paour couardement
Que deshonnourées seroient, [371]

876 S’a ce faire se consentoient ;
Car vraiement on le saroit ;
Si qu’einsi la joie seroit
De tous a tousjours meins prisie,
880 Et s’en seroit la flour perie ; [372]
N’il n’a ou monde si grant honte,
Qui bien saroit a quoy ce monte,
Com de la joie abandonner. [373]
884 Pour ce ne vuelent accorder
Que la joie soit ottroiie
Au fin amant qui en mendie. [374]
Einsi Paour de révéler
888 Et Honte de joie donner,
Duriez, Cruautez et Dangier
Et Doubtance font eslongier
L’ami de joie qu’il aient, [375]
892 Pour qui peinne et doleur a tant.
Mais quant il ont tuit debatu [376]
Le don de toute leur vertu
Et il ont l’amant villené
896 Villeinnement et ramposné
Et despité par leur envie
Com villeins pleins de villenie,
Sachiez que ces sis damoiselles, [377]
900 Qui sont juenes, gentis et belles,
Sont champions et advocas [378]
Pour l’amant qui est si très mas
Qu’il est de toute doleur pleins [379]
904 Pour la doubtance des villeins.
Car Grâce, ma très chiere amie,
Va a Dangier, et se li prie
Qu’il ne soit pas si dongereus

908 Au tin amant qui est honteus. [380]
Et qu’atant se vueille souffrir [381]
De lui ramposner et laidir,
Et que plus ne li soit contraires,
912 Car il est dous et débonnaires,
Et s’a servi moult humblement
Et enduré pacienment ;
Et pour le bien qui est en li,
916 Dit elle, qu’il a desservi
De la joie moult grant partie,
Et que mieus seroit emploiie
En lui qui vuet vivre toudis [382]
920 Amoureus en fais et en dis
Qu’en celui qui d’amours porroit
Son cuer oster, quant il vorroit.
Einsi de Dangier desloial
924 Deffent Grâce l’ami loial.

« Après Grâce, Pitié revient
Qui moult doucement se maintient, [383]
Et dit que Cruautez a tort
928 Qui l’amant vuet mettre a la mort. [384]
Pour ce qu’il a rouvé le don [385]
De la joie, car en pardon
Ne doit mie tousjours servir,
932 Et qu’il fait mal de retenir [386]
Son guerredon et son salaire ;
Et encor dit la débonnaire
Que ce seroit trop grans péchiez,
936 S’uns amis si bien entechiez
Com cils est morroit par deffaut
De la joie qui si tost faut ;

Car la joie n’est ordenée
940 Sans plus que pour estre donnée
Aus amans qui de cuer entier
Aimment pour leurs corps avancier ;
Et s’il aimme sans décevoir, [387]
944 Si doit la joie recevoir.
Einsi encontre Cruauté
Deffent l’amant douce Pité.

« Mais Franchise, la très courtoise,
948 Dit a Durté sans faire noise
Qu’il ne se doit point entremettre
De retolir ne de promettre [388]
Les dous biens plaisans, savoureus,
953 Qui sont fait pour les amoureus ; [389]
Car par Franchise sont acquis
Et par Franchise départis.
Et quant départir on les vuet,
956 Ja Durté venir n’i estuet,
Cruauté, Dangier ne Paour,
Honte ne Doubtance d’errour. [390]
N’on n’i doit nelui appeller [391]
960 Qui la joie puist destourner,
Ne par quoy li très dous delis [392]
De la joie soit amenris. [393]
Einsi Durté fait foie emprise
964 De ce faire, ce dit Franchise. [394]
« Après ce revient Attemprance [395]
Et Hardemens devers Doubtance
Qui li dient, sans arrester,
968 Que nulle riens ne doit doubter

A faire le don de la joie ; [396]
Car puis que li amis ottroie
Cuer et corps tout entièrement
972 Pour faire le commandement
De celle en qui la joie maint,
Et Amours a ce le destraint,
On li puet donner sans mesprendre [397]
976 Et doit la joie, sans attendre. [398]
Mais on la doit celéement
Donner et attempréement,
Quant li lieus et li temps eschiet ; [399]
980 Car cils de s’onneur trop dechiet [400]
Qui par trop folement parler,
Ou par mauvaisement celer, [401]
Ou par sa hastiveté pert [402]
984 La joie et le bien qu’il dessert.

« Après, Loyauté sans demour
Et Celers vers Honte et Paour
Viennent moult debonnairement
988 Et leur dient courtoisement
Qu’il ne font mie bien a point
De tenir l’amant en tel point ;
Car puis qu’il est d’amer espris,
992 Si qu’il n’en vuet estre despris, [403]
Et il a tousjours loiaument
Servi et celé sagement.
On ne doit point paour avoir
996 De faire vers lui son devoir.
Ne ce n’est mie honte aussi,
S’on li donne joie et merci ;
Eins est honneur et grans vertus, [404]

1000 Quant on est au faire tenus.
Et cestui toudis a esté
Secrez et pleins de loyauté :
Si ne li devez faire anui
1004 Ne de riens estre contre lui,
Eins li devez la joie tendre
Que vous volez vers lui deffendre ;
Car nous le tesmoingnons pour digne [405]
1008 En tous cas, sans nul mauvais signe. [406]
Einsi te di je vraiement
Que Grâce a Dangier se deffent
Et Pitié contre Cruauté,
1012 Si que sachiez en vérité [407]
Que Cruautez n’a tant pooir
Qu’il ne le couveingne chëoir.
Et Franchise ra grant débat [408]
1016 Qui contre Durté se combat. [409]
Et si appertement le tient
Que Durtez point ne se soustient. [410]
Et Attemprance et Hardement
1020 Tiennent Doubtance fermement,
Loyauté, Celers a Paour [411]
Et a Honte font tel estour
Qu’il ne se pueent plus tenir, [412]
1024 Qu’il ne les couveingne obeïr
Au voloirde ces damoiselles
Que tu vois gentes et isnelles. [413]
Lors ces damoiselles leur font
1028 Jurer que jamais ne seront
A nul loial ami contraire, [414]
Ne ne feront riens qui desplaire

Leur doie, ne doleur ne peinne [415]
1032 Ne que la joie souvereinne
Jamais ne leur deffenderont. [416]
Et quant li villein einsi sont
Vaincu par leur male aventure [417]
1036 Et tourné a desconfiture,
Ces damoiselles devant mi [418]
Viennent et m’ameinnent l’ami, [419]
Et aussi tuit cil damoisel
1040 Qui sont juene, gent et isnel. [420]
Si me viennent trestuit prier
Que la joie vueille ottrier [421]
A l’ami ; et si le tesmoingnent [422]
1044 Pour tel qu’en lui riens ne ressoingnent [423]
Qu’il ne soit secrez et loyaus,
Pleins de tous biens, vuis de tous maus.
Et quant je puis apercevoir
1048 Qu’il est dignes de recevoir
La joie qui est nompareille,
Sachiez que, qui vueille ou ne vueille,
Moult très liement li ottroy [424]
1052 De la joie don et ottroy.
Mais c’est toudis sauve l’onneur [425]
Des dames et sans deshonneur ;
Car a nul fuer n’ottrieroie
1056 Joie a nul amant ne donroie [426]
Dont dame fust deshonnourée ;
Eins vueil que l’onneur soit sauvée [427]
Des dames, quel part que ce soit.
1060 Et s’aucuns autrement faisoit,

Ja ne seroit tant mes privez
Qu’il ne fust de ma court privez.

« Or t’ay je dont tout descouvert, [428]
1064 Que je ne t’y ay riens couvert, [429]
De ceuls que vois en ma présence, [430]
Qui tuit me font obéissance,
Les noms, la force, le servise, [431]
1068 Et si t’ay dit toute la guise
De moy, et comment li amis
Est de joie par moy saisis.»

Quant li dieus m’ot tout cela dit [432]
1072 Et moustré sans nul contredit,
Bien me souvint de la prière [433]
Que faite avoie darreniere, [434]
Si qu’encor li renouvelay,
1076 Et humblement prié li ay
Pour Dieu qu’il me vosist aidier
Et de mes doleurs aligier,
Et qu’il vosist le cuer muer
1080 De ma dame au viaire cler,
Par quoy j’eusse aucune aïe [435]
De li qui me toldra la vie, [436]
S’endurer me fait longuement
1084 Ma doleur sans aligement.
Et qu’il li vosist anoncier
Comment je l’aim de cuer entier [437]
Et comment je n’ay nul pooir [438] [439]
1088 Ne que je ne puis riens valoir, [440]

Se de li proprement ne vient
Qui a son voloir me maintient.
Et pour ce que dous le trouvay,
1092 Encor humblement li priay
Qu’il me vosist dire le voir
Que c’est, ne que je puis avoir,
Quant je vueil faire ma clamour
1096 A ma dame de ma dolour.
Je ne la puis araisonner
Ne je ne puis un mot sonner,
Einsois pers toute contenance,
1100 Scens, vigour, manière et puissance, [441]
Tant sui dou vëoir esperdus,
Et tout aussi comme homs perdus [442]
Sui, ne je ne li puis gehir [443]
1104 Les maus qu’elle me fait sentir.
Adont li dieus me respondi,
Tantost que plus n’i attendi,
Que il m’aideroit et diroit
1108 Tout ce, que ja n’en mentiroit.
Lors me dist que, se je voloie [444]
Des haus biens amoureus la joie.
Qu’il me couvenoit loyauté [445]
1112 Maintenir par neccessité.
Ne ja li homs qui se mainteingne [446]
Loyaument, comment qu’il aveingne. [447]
Ne puet faillir qu’il n’ait secours [448]
1116 De dame, d’amie et d’Amours ;
Mais il convient que secrez soit,
Pour celer les biens qu’il reçoit.
Et qu’il soit secrez esprouvez,

1120 Eins qu’il ait les biens savourez ; [449]
Et cils qui en son cuer norrit
Loyauté, Celer, le délit
Puet avoir moult legierement [450]
1124 Qu’il a désiré longuement. [451]
Lors me commanda que je fusse [452]
Loyaus, secrez, et que j’eusse
Mémoire des autres vertus
1128 Qu’il m’avoit moustré par dessus,
Se je voloie ja joïr [453]
De ce que j’aim tant et désir ; [454]
Et dist que, s’einsi le faisoie, [455]
1132 Que de riens ne me mefferoie.
Et que, se loyal esprouver
Me pooit et secret trouver,
Que de ma dame convertir
1136 Feroit le cuer et adoucir, [456]
Si que ma doleur cesseroit
Et ma grant joie doubleroit, [457]
Et que je seroie aligiez
1140 Des maus dont mes cuers est chargiez.
Mais encor dist il, sans attendre. [458]
Qu’il me voloit dire et aprendre
Comment einsi perdus estoie,
1144 Quant ma douce dame vëoie.
Lors me dist qu’il n’est nuls vivans
Qui soit amis, s’il n’est doubtans ; [459]
Car on doit sa dame doubter,
1148 Et li de courrons eschever,
N’on ne li doit dire ne faire
Chose qui li puisse desplaire.

« Et pour c′iés tu einsi péris [460]
1152 De scens et de force amenris
Et perdus de manière toute,
Quant tu la vois, car tu as doubte
Que tu ne doies faire ou dire
1156 Chose qui ta besoingne empire.
Et d′autre part ton grant désir,
Quant tu pues sa douceur veir,
Te navre, t′assaut et destreint, [461]
1160 Et le pooir de toy si vaint [462]
Qu′il te convient ou cuer couvrir
Ce que tu cuides descouvrir. [463]
Et Biautez dont elle est garnie [464]
1164 Et Amours qui t′a en baillie
Te font la chose entroublier [465]
Que tu li voloies compter.
Et quant tu la pues vis a vis
1168 Regarder tout a ton devis,
Tu ne scez qu′il t′est avenu [466]
Pour la biauté qui t′a féru, [467]
Ne tu ne scez quel part tu iés
1172 Pour l′amour dont tu iés loiés.
Et avec ce tant iés honteus
Devant li et si paoureus
Qu′aucune personne ne sache [468]
1176 L′amour qui en ion cuer s′atache, [469]
Et que ne soies perceüs, [470]
Dont estre puisses deceüs,
Que cela dou tout bestourner
1180 Fait ton voloir et destourner [471]
Le hardement que tu avoies

Ou cuer, quant dire li voloies ; [472]
Car Bontez, Biautez et Amour, [473]
1184 Honte, Paour et Grant Douçour
Te font par leur noble victoire
Perdre scens, manière et mémoire.
Or t’ay je dit et devisé
1188 Tout ce que tu m’as demandé. [474]
Maintenant plus ne t’en diray.
Tu demourras ; je m’en iray ;
Mais je t’apenray au partir,
1192 Se tu vues aus dous biens partir
Et estre garis de tes maus, [475]
Que secrez soies et loiaus». [476]

Einsi li dieus se départi,
1196 Qui de joie me reparti,
Pour ce qu’il me moustra la voie [477]
Comment maintenir me dévoie.
Et einsi comme il s’en vola,
1200 Tous li biaus arbrissiaus crosla,
Si qu’adont la froide rousée [478]
Est seur mon visage avalée. [479]
Que li dieus y fist dechëoir [480]
1204 Par la force de son mouvoir.
Et quant je senti la froidure
Qui chut de dessus la verdure. [481]
Elle me fist tout tressaillir,
1208 Si qu’a moy me fist revenir
Et mist hors dou transissement [482]
Ou j’avoie esté longuement.

Et quant a moy fui revenus,
1212 Certes, je fui tous esperdus
Et si fui en moult grant effroy,
Car je regarday entour moy [483]
Et de tout cela riens ne vi [484]
1216 Que veü avoie et oÿ. [485]
Mais adès bien me ramembroie
Que li diéus dist, se je voloie [486]
Venir a mon entendement,
1220 Que toudis souvereinnement
Loiaus, secrez en tous cas fusse [487]
Et que bonté en moy eüsse. [488]
Et pour ce toudis maintenir
1224 Vueil bonté et moy maintenir [489]
Loyaument, tant com je vivray,
Car mis en Amours mon vivre ay [490]
D’une volenté si très vraie
1228 Que ja, pour nul mal que j’en traie
Ne pour nul bien, n’en partiray :
Plus chier mon cuer a partir ay.
Et quant mes cuers en partiroit,
1232 Helas ! li las, quel part iroit ?
Certes, il le faudroit partir,
Se de li se vëoit partir,
Car autre nulle en li ne part
1236 Fors celle qui en tous biens part.
Pour ce n’en quier faire partie, [491]
Car trop seroit grief départie [492]
De ma très douce dame chiere
1240 Qui par sa gracieuse chiere
Me fait amer très chierement

De loial cuer si chierement
Qu’elle est vers moy seul enchierie,
1244 Et s’est seur tous de moy chierie,
Qui tant l’aim, pris, serf et tien chier [493]
Que ja ne m’en quier destachier. [494]
Et vraiement, se bien savoie
1248 Qu’en son dous service morroie,
Et que bien peûsse garir
D’un autre, s’aim je mieus morir [495]
Dessous son gracieus voloir [496]
1252 Que de nulle autre joie avoir. [497]
Or est a ce faire ordenée [498]
Ma volenté et atournée,
Et j’aussi sui a ce tournez, [499]
1256 Q’envers Amours sui si tournez [500]
Que nulle riens ne me destourne [501]
Que tousjours, quel part que je tourne, [502]
Mes cuers ne preingne son retour
1260 Vers ma dame au plaisant atour
Qui fait mon cuer mettre et tourner
A li servir, sans retourner. [503]
Pour ce l’ameray loyaument
1264 Et serviray celéement [504]
Com vrais amis loyaus, parfais,
Qui vueil et par dis et par fais [505]
Dou tout en tout son voloir faire
1268 Et li honnourer sans meffaire [506]
Jusques a mon definement
De bon cuer si très finement [507]

Qu’einsois sera mes corps finez
1272 Et mes cuers li très affinez [508]
Partis en deus pars, que je fine
D’amer de loyal amour fine
Li et s’onneur, de cuer si fin [509]
1276 Qu’elle me mettra a ma fin,
S’elle n’est de tele fin née
Et par Pitié si affinée [510]
Que le mal face definer,
1280 Qui Paour me fait definer. [511]
Einsi jamais ne fineray ;
Car plus chier a definer ay, [512]
Et toudis je vueil endurer,
1284 Tant comme je porray durer,
Son très dous voloir, sans mesprendre,
Humblement, et de cuer attendre [513]
Le don qui m’a esté promis
1288 Dou dieu, se je sui vrais amis,
Qui dessus tous est pleins d’onnour. [514]
Pour c’en doubtance et en cremour
Vueil ma douce dame obeïr,
1292 Servir, celer, et sans partir
Vivre en son amoureus dangier.

==Ci fenist le Dit dou Vergier.==


  1. M Et si
  2. intervertis dans C
  3. le manque dans E
  4. E Pour lamour
  5. E du v.
  6. E Que bonté
  7. ABDEKJ Qui
  8. K aroit
  9. D Estoit li doulz roussignolot ; C roussignoulz
  10. K Qui par r. ; J Qui par renuoisement
  11. D tous
  12. E sen ; J me r.
  13. KJ sumez
  14. M li d.
  15. B1 Du.
  16. DKJ quen ; C que
  17. et manque dans E
  18. BiDEJKC ou milieu ; KJ arbretel
  19. F Si dous {correction de seconde main)
  20. J si agréable
  21. AEKJD Qui
  22. E ou il e. entains
  23. M toute
  24. M nulz ; K aroic
  25. C En corps de n.
  26. E fachon
  27. D Encherie
  28. BDEKJ pitié
  29. K la fine
  30. D En
  31. M Des ; si omis dans D
  32. KJ très douce
  33. A mieudre ; KJ mendres
  34. KJ De t. fais
  35. C car je ; D omet que
  36. E Que créature
  37. FM Soustieument ; CE Soutiuement ; KJ Soutilment ; D Subtilment (de même dans la suite)
  38. B Nonques
  39. D sa main
  40. BDE veult ; C voust ; KJ vost (de même dans la suite)
  41. ME plaisans
  42. BD si dure.
  43. M sest ; D le meffait
  44. D detlait
  45. KJ qui ou
  46. DE Pourquoi
  47. D Par p. je r.
  48. MBDE Cestoit ; D mon cuer
  49. manque dans J
  50. KJ Nuls
  51. KJ reçoit
  52. C jai pensai ; KJ jo pense
  53. E asnoy
  54. BDEKJ ad.
  55. FM ci endroit.

    Tome I. 2
  56. CDE désespérer
  57. M cest a t. le d. a. ; D de tous déduis a. ; KJ Et fait (K a corrigé sest en fest) a tous si d. a.
  58. D nul
  59. C centiesme
  60. KJ sui ; D fu
  61. KJ jen sui ; E sui ; D fu
  62. BDEKJ sceus ; M soy ; C sai
  63. D Ainsois ; CDJ fu ; E sui
  64. K Que o. ; mais manque dans KJ ; DE la par.
  65. A En ; FM prael
  66. D gentis jolis ; AV J. gentilz plaisans et b.
  67. D Qui m.
  68. M aubrissel ; C arbruissel ; KJ arbrecel.
  69. K Ce
  70. BD très (B1 rétablit trop)
  71. BD Et en lautre main un h. ; F comble une lacune au commencement du vers par Et de feu en 1.
  72. E voloir
  73. E a. belle et moult clere
  74. MKJ et vermeille
  75. AVE. douurage
  76. D mise
  77. A vis ; Z) encore vi d.
  78. Ce vers dans B a été ajouté au bas de la colonne
  79. MJ chascuns
  80. 191 et 192intervertis dans AM ; AMJ Grâces ; C et loyauté
  81. K Si ; M corn.
  82. K Jeus en moy
  83. K ou arrier
  84. KJ si parlay
  85. D qui se seoit d.
  86. E Et commença ; D Et commençai ; KJ Et com. lors a p.
  87. FM moult d.
  88. E hardiement
  89. D tout
  90. J fut.
  91. E du feu
  92. D ferre
  93. 227-8 manquent dans J
  94. A ces
  95. B1 cilz
  96. A Le d. et le p.
  97. C proiere
  98. D Je suis cil
  99. BDEKJ Or ne argent.
  100. C En joie
  101. DJ mien
  102. BDJ Saches
  103. C li poure
  104. M en lui
  105. M Et de ce
  106. J compaignie
  107. K Queu ; J Quen ; J roys
  108. D son cuer ; C en gr. d. ; J
    desroys
  109. KJ Deurs
  110. KJ mendres ; FM de li
  111. B Sans quil ; B’ ja ses solas
  112. C liee ; M mes las
  113. D Et se sache ; B’J saches ; E Et se face.
  114. C tous ; BD mobedience
  115. D Il ne le pueuent c. ; C rien
  116. cuers manque dans M
  117. MBDEKJ tout
  118. ABDEKJ Un cuer
  119. ABDEKJ Un desir
  120. D conionter a vnee ; C et muee
  121. K Se il ce met
  122. DE Se le ; K Se la ; E qui
  123. A tout vice
  124. BD du fol
  125. homme manque dans D
  126. 317 et 318 intervertis dans D
  127. D s. meisme
  128. D et dottrine
  129. A soustiuete
  130. D tant comme est ; C quil pert
  131. E Hault ; J et gentilz
  132. D sera plus tost batus
  133. J prenge ; D fieble
  134. D me
  135. D ne me c ; J li
  136. C Que jay ; K Que je ay
  137. manque dans D
  138. C Sans e, boys ne prez
  139. 5 en tel g. ; M a la g.
  140. mort manque dans E
  141. est manque dans E
  142. K esprisure ; J espresture ; D présure
  143. BDE en ma maistrise
  144. BDE maistrise
  145. D bonté ; KJ mal faire
  146. CKJ doctriner
  147. EJ Mais ; E désir ; AFBDKJ désirer
  148. D En
  149. C diroie je
  150. M Einsis
  151. F mors
  152. C Or te dirai.
  153. KJ tu veulz le s. ; FD nom
  154. D Ne je ne le te quier c. ; C le te
  155. KJ Mais humblement li suppliay
  156. M resconforter ; E conforter
  157. K Om
  158. KJ car de d. ; de manque dans E
  159. KJ Qua ce ; D respondroit.
  160. C S. y. fai ; C ni
  161. D asseir
  162. FDKJ ni : D garder
  163. manque dans D
  164. manque dans D
  165. manque dans KJ
  166. D de cuer
  167. D Que ; M chose ; KJ entendoie
  168. BDEKJ damours ; D li riche
  169. D trop mieus
  170. AFC jauroie ; BDEK dommage
  171. FM or ; DE doresenauant
  172. D et il
  173. CE tout
  174. K guieres
  175. M Com dun
  176. E quil.
  177. DEK que ades
  178. D Comme
  179. E Car ; M sest
  180. D nulles riens
  181. KJ a mon p.
  182. DJ toute li vient
  183. D Que ; et manque dans KJ
  184. M ne dis
  185. D b. et sages
  186. B le
  187. DE ne
  188. E fos
  189. E les
  190. D maistrise
  191. K sachies.
  192. KJ p. reuient a
  193. D pour serf
  194. F Quelz ; D quil soient ; J soit ou c. ou r.
  195. BDEJ saches
  196. KJ t. tant d.
  197. KJ amours
  198. M mestre
  199. B1DKJ vois
  200. D Grâce doucour.
  201. BDEKJ est trop poures da.
  202. E en surcharge dumilité
  203. AI escheuer
  204. C .vi. vertus
  205. C Grant amis
  206. CDEK cuers (D cuer) qui est
  207. C Par ; Mss. ces .vi. t. n. V.
  208. KJ luissans
  209. M si
  210. BD En
  211. E la
  212. KJ Bonté ; DK désir
  213. M F. et de ; C et meure.
  214. E mes ; BD a
  215. D Car nen quier ja a toy m.
  216. M li cops mortelz
  217. C voie
  218. CE Ou il ; K On en ; J Ou en
  219. BDE D. et p.
  220. KJ Pesant tout amant resioir
  221. A fins désirs ; KJ Cest aus amans j. (K avait fins, corr. en aus)
  222. K odour
  223. C Car saucuns
  224. D qu. dessus ; Kci.
  225. D de grant chaleur
  226. BDEKJ est mis
  227. DKJ Saches ; M entens
  228. ci manque dans M
  229. C tout ce leur
  230. F le ; D deffraint
  231. E le corps estaint
  232. A un chascun ; C Car chascuns deulz deulz vous v. ; tous manque dans E: D verroit
  233. AD acheuer
  234. D foulz : E pot
  235. D Et que je ; J vois
  236. M recouuient.
  237. DK te V.
  238. D Pour
  239. K qui
  240. CKJ leur
  241. manque dans C
  242. manque dans C
  243. KJ de j. les guerredon
  244. manquent dans F
  245. manquent dans F
  246. MK le don ; M si le ; K sil me d.
  247. C pour
  248. C tout entour
  249. KJ tout leur cuer
  250. K joient ; A preaus
  251. BDE leurs
  252. K Je te vueil les n. ; D les mains.

    Tome I. 3
  253. D ten
  254. FMC Voloirs pensers
  255. FMC Celers
  256. E sont
  257. FMC Sachiez
  258. KJ Cest mes chastiaux
  259. KJ Cest mes auoirs ; D et m. r.
  260. A resne
  261. quoy manque dans M
  262. C Que franchise v.
  263. manque dans D
  264. E empaint
  265. F qui.
  266. D qui le contraint et m.
  267. E Qui
  268. il manque dans D
  269. a manque dans D
  270. D A dou r. et du doulz ris
  271. D Pour
  272. E E. et a estre r.
  273. M Et si ; KJ la
  274. C au double
  275. F Pensers et frans voloir
  276. D Et fait le doulz regart lemprise
  277. D doucement
  278. D puist
  279. J amans
  280. D Aincois
  281. J pensée ; AFDK désirer.
  282. biens manque dans C ; D que dessus li
  283. D Lors desus
  284. et manque dans E
  285. C le ; KJ fait d.
  286. D Et soi lessier
  287. Mss. puet ; BDEKJ estre dame ; E desseruie
  288. C de moult riches gardes
  289. C enserres
  290. KJ Qui trop sont a donner c ; C Qui tout ; BDE sont au donner
  291. C Cest
  292. BD Loyauté ; EKJ Loyautez ; D qui doubte
  293. CE Maint ; D Maint cuer et mainte fait 1.
  294. C Cest ; D ennemis
  295. M sont au contr. ; D sont contraires aux vrais amis.
  296. A Com ; KJ Comment ; KJ et rise
  297. C comme ; l manque dans M
  298. D Dessus (deux fois)
  299. C m. dur assaut ; E assaut
  300. D fraidure
  301. D le
  302. CJ I manque les trois fois
  303. D estraindre
  304. K Et ; D de plus monteplie en plus
  305. E la ; D tient ou partus
  306. D il naura si ch.
  307. D se face ; E la
  308. E qui ; D que
  309. D Qui
  310. A souuenir
  311. J treshonorablement
  312. K qui.
  313. KJ Qui dun d. ; le manque dans E
  314. D quil la
  315. C le ; E les met
  316. E la ; D reuoie
  317. CBDEKJ De la tresdouce saoulance
  318. M Sa dame en lui et li m. ; AFMKJE et lui en li ; BD et lui en lui
  319. M celle
  320. BDE garis
  321. BD Saches
  322. D tout ; E Et de toute joie r.
  323. DE lasseure
  324. BDEKJM croiroie
  325. D soit
  326. BD est ; D Tout quil est a la p,
  327. E Et desespoir ass.
  328. bon manque dans E
  329. D soit trouuer ; J qui ne soit r.
  330. E la
  331. BDEKJ Des biens amoureus
  332. M Doloir
  333. D De ce.
  334. E acquis
  335. M ses
  336. D respondre
  337. D Le délit
  338. D bonne ne belle
  339. KJ dist
  340. DE ores ; E entrecuidies
  341. K Car
  342. M dist
  343. BM metteroit
  344. E Que Ion (sur rature).
  345. BDC respont
  346. E Telle
  347. DKJ Qui les gardiens
  348. D Qui c.
  349. J En
  350. K jurt
  351. K A ce tint ; M assentoient
  352. BDEJ est
  353. ACE ameroie
  354. D joie qua demandée
  355. D Telles mil j. ; BEKJM millier
  356. D ja se d.
  357. MDKJ Et ; £ Se il ; ne manque dans KJ ; M en puist ; KJ honnourez
  358. K et doez.
  359. ACBD que celui
  360. D de celle aff.
  361. FKJC plaisans
  362. KJ mefferont
  363. AT J a donner sassentiront
  364. BD Donc an pitié ; y manque dans KJ
  365. sa manque dans J
  366. KJ Et
  367. D ne pourroit
  368. C len
  369. M ne
  370. C die
  371. M deshonnourez.
  372. D Si en s.
  373. K la ja ab.
  374. D A
  375. D de la joie ; 3/ qui
  376. C tout ; E tant
  377. BKJ Saches
  378. AC champion
  379. D Qui ; M toutes doleurs.
  380. C amant qui en mendie
  381. MBDEKJ sen vueille
  382. C vueil
  383. C sagement
  384. E a mort
  385. D quil refuse le don
  386. D qui.
  387. M cil
  388. D amoureus
  389. D Quer
  390. D Honte doubtance ne reour ; KJ H. et d.
  391. E Nen
  392. C Et ; E pourquoy ; D le tr. d.
  393. BDEKJC soient ; E anientis
  394. D Pour
  395. ce manque dans E ; J reuint.
  396. M le bon
  397. A Et ; BD le
  398. AFB doint
  399. KJ li temps et li lieus y chiet
  400. FD cil ; D de souuenir
  401. KJ Trop souuent venir ou aler
  402. sa manque dans F
  403. M Et ; MBDKJ ne
  404. FDEKJ grant.
  405. D le tenons
  406. nul manque dans M
  407. D ques ; DKJ saches
  408. KJ Fr. y met grant d.
  409. E Encontre
  410. ne manque dans D ; BDEKJ le soustient
  411. M et paour
  412. A puelent
  413. C veiz ; C et belles
  414. E A my loial.
  415. D doloir
  416. KJ deffendront, D deffront
  417. E leur noble au.
  418. M Ses
  419. E maintiennent
  420. J gentil ynel
  421. joie manque dans F
  422. E Que laim
  423. D Pour lui que riens
  424. D Mon ; E Mon cuer tresliement
  425. E saine Ion.
  426. E deuroie
  427. A gardée.
  428. BDEKJ du tout
  429. KJ Ne je nen ay riens c. ; D ni ti
  430. M voy
  431. D lafaire ; EKJ et le
  432. K mot ce dit, corrigé en ot cela dit
  433. KJ souuient ; K de la première
  434. M fait
  435. D Pour ; D aide
  436. E tandra
  437. D du
  438. 1087-8 intervertis dans BDEKJ
  439. K nul espoir
  440. A rien.

    Tome I. 4
  441. E vig. maide et p. ; et manque dans KJ
  442. FM tout ainssi
  443. E Suis je ne le puis g. ; je manque dans KJ
  444. FD dit
  445. K conuenroit
  446. C ce
  447. D L. quoi quil en a.
  448. K quil nest s.
  449. D ait secret sau.
  450. E moult auoir
  451. E Ce quil a d.
  452. K que feusse
  453. E ja oir
  454. D jaim ja tant
  455. que manque dans KJ
  456. E Feroie
  457. A grant dolour
  458. A Mais einsois
  459. D Quil.
  460. K ainsi pris
  461. A tassaut te destraint
  462. CDE KJ Qui … sen vaint
  463. AMCEKJ Et
  464. BD De
  465. KJ tel chose
  466. t manque dans K
  467. C sa biauie
  468. E Chascune
  469. F en son cuer
  470. KJ Que ne s. ; CBDEKJ apperceus
  471. FBK Fait tout voloir ; C bestourner.
  472. BDEKJ En ; D le
  473. E Car biaute bontés et a.
  474. F corrige en mas deuise
  475. AM de telz m. ; D de tous m.
  476. F soiez
  477. me manque dans D
  478. D Quer adonc ; E Si que dont
  479. DE Et
  480. y manque dans D ; KJ dieus il fit
  481. JK chcoit dessus ; C chuit
  482. KJ hors de t.
  483. C regardoy
  484. AC rien ; E vey
  485. C Quauoie veu et oy
  486. D dit que se v.
  487. KJ en tous temps
  488. C loyauté
  489. AFM et ma main t. ; C et mon cuer t.
  490. D mise ; E amour
  491. A ce ne q.
  492. manque dans D.
  493. C Que
  494. K dastachier
  495. K Dune
  496. BDEKJ grac. dangier ; B1 corrige en voloir
  497. KJ Que dune (K dame) autre joie espérer ; D nul ; E autre acointier
  498. C Ore
  499. j manque dans KJ ; D Et aussi je sui
  500. manque dans D
  501. E mi
  502. KJ que je soie
  503. Mss. lui
  504. D secrètement
  505. BD veult
  506. J ennourer
  507. E De mon cuer.
  508. MB1E si tresaff.
  509. KJ et honnour
  510. AFMDEK Que
  511. manque dans J ; B defuier
  512. D a finer
  513. E H. de cuer et at.
  514. D et plain.