Poésies de Jean Froissart/Le Trettie du Joli Buisson de Jonece

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Verdière (p. 326-512).

CI APRÈS

SENSIEUT UN TRETTIE AMOUREUS

qui s’appelle

LE JOLI BUISSON DE JONECE.



Des aventures me souvient
Dou temps passé. Or me convient,
Entroes que j’ai sens et memoire,
Encre et papier et escriptoire,
Canivet et penne taillie,
Et volenté appareillie
Qui m’amonneste et me remort,
Que je remonstre avant ma mort
Comment ou Buisson de Jonece
Fui jadis, et par quel adrece.
Et puisque pensée m’i tire,
Entroes que je l’ai toute entire
Sans estre blechié ne quassé,
Ce n’est pas bon que je le passe.
Car s’en noncaloir me mettoie
Et d’autre soing m’entremettoie,
Je ne poroie revenir
De legier à mon souvenir.

Pour ce le vodrai avant mettre,
Et moi liement entremettre
De quant qu’à ma memoire sent
Dou temps passé et dou present.
Aussi nature qui m’a fet,
Créé et nouri de son fet,
Et qui encor de jour en jour
Me preste loisir et sejour
Que de ce que j’ai je m’avise
Et ce que je sçai je devise,
Se plainderoit, où que je soie,
De moi voir, se je me cessoie ;
Et bien auroit raison et cause.
Nulle escusance je n’i cause ;
Car pour ce m’a elle ordonné,
Sens et entendement donné
Que je remonstre en plain ventele
Ce que je sçai, dont je me mele,
C’est que de faire beaus dittiers
Qu’on list et qu’on voit volontiers,
Espécialment toutes gens
Qui ont les coers discrès et gens.
Ce n’est mie pour les villains ;
Car, ensi m’ayt sains Gillains !
Que je m’avroie assés plus chier
À taire et en requoi mucier
Que jà villains evist dou mien
Chose qui li fesist nul bien.
Ce n’est fors que pour les jolis
Qui prendent solas et delis

À l’oïr, et qui compte en font.
Pour ceuls servir mon coer tout font
En plaisance, et se m’i delitte
Que grandement j’en abilite
L’entendement et le corage,
De quoi nature m’encorage ;
C’est que je monstre et que je die
À quoi je pense et estudie.
Et je sui tous près d’obéir,
Ensi com vous porés véir.
Diex par sa grasce me deffende
Que nature jamès n’offende.
Jà fu un temps que l’offendi,
Mès le guerredon m’en rendi ;
Car elle qui esleve mot,
Sans ce qu’onques en sonnast mot,
Elle me fist, ci se miron,
Descendre ou pié dou sommiron.
Or y ot tant de bien pour mi,
Ensi qu’on dist à son ami,
Et qu’on ramentoit les grans plueves.
En jonece me vint cils flueves ;
Car s’en viellece m’euist pris
J’euisse esté trop dur apris.
Jonece endure moult d’assaus ;
Mès en viellece nuls n’est saus.
Pour ce fu dit en reprouvier :
En jone homme a grant recouvrier.
Si fui je esprit de grant anui
Si tos que je me recognui.

Mès tout seul, pour oster l’escandle
Dont je voeil ores qu’on m’escandle
Me mesfis, dont moult me repens ;
Car j’ai repris à mes despens
Ce de quoi je me hontioie ;
Dont grandement m’abestioie,
Car mieuls vault science qu’argens.
Point ne le semble aux pluisours gens
Qui ne scevent que bienfais monte.
Ançois me comptoïent pour honte
Ce qui m’a fait et envay
Et dont je vail. Ahy ! ahy !
Et comment le pooie faire ?
Or me cuidai trop bien parfaire
Pour prendre aillours ma calandise.
Si me mis en la marchandise
Où je sui ossi bien de taille
Que d’entrer ens une bataille
Où je me trouveroie en-vis.
Quant je m’avise et je devis
Comment oultrages et folie
Me misent en melancolie
Que dou don de nature perdre,
Pensées me viennent aherdre
Qui me font sainnier à merveilles,
Et dient : « Amis, or t’esveilles
» Et remonstre ce que tu scés.
» Il ne te doit pas estre scés
» De tes besongnes amplyer.
» Et pour toi mieuls exemplyer

» Et que dou monstrer aies, cause,
» Lis nous ensievaut ceste clause. »
» Les Romains qui jadis regnerent
» Et qui le monde gouvrenerent
» N’en orent pas la gouvrenance
» Sans grand art et bonne ordenance.
» Et s’il l’orent, ce fu raisons ;
» Car par hostels et par maisons
» Faisoïent les enfants cerchier
» Et de leur nature encerchier
» Là ou le plus il s’enclinoient,
» Et à ce les disciplinoient
» En quelque labour que ce fust,
» De piere, de fer ou de fust,
» De doctrine ou de grant science ;
» Et avoient tele conscience
» Que les clers faisoïent aprendre
» Et les armeres armes prendre.
» Dont ca ce tant s’abiliterent,
» Et telement si deliterent,
» Que ce furent jadis en Rome
» Li plus preu et li plus sage homme
» Qui fuissent regnant en ce siecle,
» Tout ensi qu’il comprent son ciercle ;
» Car par sens tous les ars passerent
» Et par armes les fors quasserent ;
» Et misent toutes nations
» Enclines à leurs actions.
» Ensi par les Romains te poes
» Aviser voires se tu voes

» Tu ne dois pas escarcyer
» Ce qui te poet agracyer.
» Se tu es ables et propisces
» D’aucun art, et celi guerpisses,
» Envers ta nature mesprens.
» Se tu l’as fait, si te reprens ;
» Et remonstre de franc voloir
» Ce de quoi tu poes mieulz valoir.
» Néis ! que diront li seigneur
» Dont tu as tant éu dou leur
» Les Roix, les Dus et li bon Conte
» Desquels tu ne scés pas le compte,
» Les Dames et li Chevalier ?
» Foi que je dois à Saint Valier !
» À mal employé le tendroient ;
» Et aultre fois il retendroient
» Leurs grans largheces et leurs dons,
» Et de droit aussi li pardons
» Ne t’en deveroit estre feis,
» Quant tu es nouris et parfais,
» Et si as discretion d’omme,
» Et la science, qui se nomme
» Entre les amoureuses gens
» Et les nobles, li Mestiers Gens ;
» Car tous coers amoureus esgaie,
» Tant en est li oye gaie !
» Et tu le voes mettre hors voie,
» Si que jamès nuls ne le voie.
» Il ne fait pas à consentir.
» Bien t’en poroies repentir.

» Or fai dont tost ; et si t’esveilles.
» Tu ne laboures ne traveilles
» De nulle painne manuele ;
» Ançois as ta rente annuele
» Qui te revient de jour en jour.
» En grant aise prens ton sejour.
» Tu n’as ne femme ne enfans,
» Tu as ne terres ne ahans,
» Qui ne soient tout mis à cense.
» Pour vérité je te recense,
» Se Diex vosist, il t’euist fait
» Un laboureur grant et parfait
» À une contenance estragne,
» Ou un bateur en une gragne,
» Un maçon ou un aultre ouvrier,
» Je n’ai cure quel manouvrier ;
» Et il t’a donné la science
» De quoi tu poes par conscience
» Loer Dieu et servir le monde.
» Or fai dont tos, et si le monde ;
» Et respont, sans plus colyer
» Qui te fait melancolyer. »
Ensi me vient Philozophie
Visiter, et dire à la fie
Parolles qui me font debatre
Pour moi en argumens embatre.
Et je respons à la volée :
« Dame, dame, trop afolée
» Est ma science en pluisours lieus
» Par receveurs et par baillieus,

» Par officyers et par gens
» Qui assemblent les grans argens
» Pour leurs enfans et pour leurs hoirs
» Et font faire les grans manoirs
» Où il se dorment et reposent,
» Et apainnes les seignours osent
» Dire quel chose il leur besongne.
» Mès quant il croist une besongne
» Pourfitable à ceuls dessus dis,
» Jà ne s’en ira escondis
» Ne marchéans ne couletiers.
» Il ont bien des seignours le tiers
» De tout ce qu’il ont de chevance.
» Ce grandement les desavance
» Et retrence leurs dons parmi.
» Quant bien g’i pense, he mi ! he mi !
» Je sui, foi que je dois mes ans !
» De tous bien faire si pesans
» Qu’à painnes puis je riens gloser.
» Pour Dieu laissiés moi reposer.
» Vous dittes que bons jours m’ajourne
» Et qu’en grant aise je sejourne,
» Je le vous accorde : à tant paix. »
Lors dist elle : « Se tu te tais
» Tu m’esmouveras en grant ire.
» Encores t’en voeil je tant dire,
» Et s’en poras bien valoir mains.
» Je te pri ; nomme nous au mains
» Les seignours que tu as véus
» Et dont tu as les biens éus

» Si prenderont leurs hoirs exemple. »
— « Volontiers ! Premiers vous exemple
» La bonne, qui pourist en terre,
» Qui fu royne d’Engleterre ;
» Phelippe ot nom la noble dame.
» Propisces li soit Diex à l’âme !
» J’en sui bien tenus de pryer
» Et ses largheces escryer,
» Car elle me fist et créa ;
» Ne onques voir ne s’effréa,
» Ne ne fu son coer saoulés
» De donner le sien à tous lés.
» Aussi sa fille de Lancastre.
» Haro ! mettés moi une emplastre
» Sus le coer, car, quant m’en souvient,
» Certes souspirer me convient
» Tant sui plains de melancolie !
» Elle morut jone et jolie
» Environ de vingt-et-deux ans,
» Gaie, lie, friche, esbatans,
» Douce, simple, d’humble samblance.
» La bonne dame ot à nom Blanche.
» J’ai trop perdu en ces deux dames ;
» J’en tors mes poins, j’en bac mes palmes.
» Encor ot la noble Royne
» Une fille de bonne orine
» Ysabiel, et de Couci dame.
» Je doi moult bien proyer pour l’ame ;
» Car je le trouvai moult courtoise
» Ançois qu’elle passast oultre Oise.

» Le Roy d’Engleterre autant bien.
» Son pere me fist jà grant bien,
» Car cent florins, tout d’un arroi,
» Reçuc à un seul don dou Roy.
» Aussi dou Comte de Herfort
» Pris une fois grant reconfort.
» Des dons monseigneur de Mauni
» Me lo ; ne pas ne les reni.
» Et son fils de Pennebruc voir
» En a moult bien fait son devoir. »
— « Et le grant seigneur Espensier
» Qui de larghece est despensier
» Que-t’a-il fait ? — « Quoi ! di-je ? assés ;
» Car il ne fu onques lassés
» De moi donner, quel part qu’il fust.
» Ce n’estoient cailliel ne fust,
» Mès chevaus et florins sans compte ;
» Entre mes mestres je le compte
» Pour seignour, et c’en est li uns.
» Et l’autre, si m’est moult communs,
» C’est le bon seignour de Couci
» Qui m’a souvent le poing fouci
» De beaus florins à rouge escaille,
» C’est raisons que de li me caille.
» Et Beraut, le Conte Daufins
» D’Auvergne, qui tant par est fins,
» Amoureus et chevalereus ;
» Il n’est felenes ne ireus,
» Mès enclins à tous bons usages
» Secrès, discrès, loyaus et sages,

» Acointables à toutes gens,
» En ses maintiens friches et gens.
» Et son fil le Duc de Bourbon,
» Loys, ai-je trouvé moult bon.
» Pluisours dons m’ont donné li doi.
» Aussi recommender je doi
» Charle le noble Roy de France.
» Grans biens me fist en mon enfance.
» Le Duc et la Ducoise aussi
» De Braibant, moult je regrasci.
» Car il m’ont tout dis esté tel
» Que euls, le leur et leur hostel
» Ai je trouvé large et courtois.
» Nullui ne congnois en Artois,
» Mès en Haynau m’en revenrai
» Et des segnours compte y tendrai
» Que g’i ai véus et servis
» Qui ne m’i voient pas en-vis.
» Le Duc Aubert premièrement
» M’a à toute heure liement
» Recoeillié, que vers li aloie
» Et grandement mieuls en valoie ;
» Et aussi mes seignours de Blois
» Loys, Jehan, et Gui ; des trois
» Moult acointés jà un temps fui,
» Et especialment de Gui
» Et encor le sui tous les jours ;
» Car dalès lui gist mes sejours,
» C’est le bon seignour de Beaumont
» Qui m’amonneste et me semont.

» Ce vous ai-je bien en couvent,
» Que véoir le voise souvent ;
» Et le senescal, Diex li vaille !
» Car c’est un seignour de grant vaille
» Et qui m’a donné volentiers ;
» Car, ensi com uns siens rentiers,
» Où qu’il me trouvast, ne quel part,
» J’avoie sus le sien ma part ;
» Et le seignour de Moriaumés
» De qui je sui assés amés.
» Encor en y a qui vendront
» Et qui mi mestre devendront,
» Car il sont jone et à venir ;
» Se m’en pora bien souvenir
» Quant je ferai un aultre livre.
» Mès tous ceuls qu’à présent vous livre
» M’ont largement donné et fait.
» Si les recommende et de fait
» Ensi qu’on doit, et sans fourfaire,
» Ses mestres et ses seignours faire.
» Amé, le Conte de Savoie,
» Je ne sçai se nomme l’avoie,
» Mès à Milans, en Lombardie,
» Une bonne cote hardie
» Me donna de vingt florins d’or ;
» Il m’en souvient moult bien encor,
» Pour un tant que moult me valirent ;
» Car oncques cil ne me fallirent
» Jusqu’à tant que je vinc à Romme.
» Et c’est raisons que je renomme

» De Cippre le noble Roy Pere,
» Et que de ses bienfais me pere.
» Premiers, à Boulongne-la-Grasce,
» D’Esconflan monseignour Eustasce
» Trouvai, et cils me dist dou Roy
» Dessus dit l’afaire et l’arroi ;
» Le quel me reçut à ce tamps
» Com cils qui moult estoit sentans
» D’onnour et d’amour grant partie
» Liement en celle partie ;
» Et me delivra à Ferrare
» Sire Tiercelés de la Bare,
» À son commant, lance sus faultre,
» Quarante ducas l’un sur l’aultre.
» Haro ! que fai ? je me bescoce ;
» J’ai oublié le roy d’Escoce,
» Et le bon conte de Duglas
» Avec qui j’ai mené grant glas.
» Bel me reçurent en leur marce
» Cils de Mare et cils de la Marce,
» Cils de Surlant et cils de Fi ;
» Segurement le vous affi.
» Je n’en sui mies si hays,
» Que, se je raloie ou pays,
» Je ne fuisse li bien venus ;
» Mès je serai lors tous chenus,
» Foibles, impotens, mas et sombres.
» Mon temps s’enfuit ensi qu’uns ombres.
» Vis m’est, de quanque j’ai esté
» Que j’aie noient arresté,

» Ensi que dist ens ou psautier
» David ; je li lisi l’autr’ier ;
» Si le retins pour valoir mieuls :
» Homs qui vis vois devant les yeus
» Mille ans amoncelés ensamble.
» C’est le jour d’ier ; il le te samble.
» Si vous suppli, très chiere dame,
» Laissiés moi dont penser pour l’ame ;
» J’ai éu moult de vainne gloire ;
» S’est bien heure de ce temps cloire
» Et de cryer à Dieu merci
» Qui m’a amené jusqu’à ci. »
Lors respondi Philozophie,
Qui oncques ne fu assouffie
D’arguer par soubtieves voies,
Et dist : « Amis, se tu sçavoies
» Que c’est grant chose de loenge,
» Et com prisie en est li enge,
» Plus chier l’auroies à avoir
» Qu’en tes coffres nul grant avoir.
» Pourquoi traveillent li seigneur
» Et despendent foison dou leur
» Ens es lointains pelerinages,
» Et laissent enfans et linages,
» Femmes, possessions et terre,
» Fors seul que pour loenge acquerre ?
» Que scevist on qui fu Gawains,
» Tristans, Percevaus et Yewains
» Guirons, Galehaus, Lanscelos,
» Li Roix Artus, et li Roix Los

» Se ce ne fuissent li registre
» Qui euls et leur fès aministre ?
» Et aussi li aministreur
» Qui en ont esté registreur
» En font moult à recommender.
» Je te voeil encor demander,
» Se no foy qui est approuvée,
» Et n’est elle faitte et ouvrée
» Par Docteurs et Euvangelistes.
» Sains Pols, sains Bernars, sains Celistes,
» Et pluisour aultre saint prodomme
» Que li Sainte Escripture nomme,
» N’en ont-il esté registreur ?
» Moult ont pour nous fet li docteur
» De proufit et de grant conseil.
» Pour tant, amis, je te conseil,
» Et te di en nom de chastoi :
» Ce que nature a mis en toi,
» Remonstre le de toutes pars,
» Et si largement le depars
» Que gré t’en puissent cil savoir
» Qui le desirent à avoir »
Je respondi à sa parolle :
« Or soit, di-je, que je parolle
» Que porai-je de nouvel dire ?
» Je ne vous ose contredire,
» Car toutes vos monitions
» Ont si douces initions
» Qu’il n’est rien si trettable chose
» Mès, dittes moi, je qui repose

» Et qui ressongne travillier,
» De quoi me porai-je esvillier
» Qui soit plaisant et proufitable
» Au lire, et l’oïr delitable ?
» Voirs est qu’un livret fis jadis
» Qu’on dist l’Amourous Paradys,
» Et aussi celi del Orloge,
» Où grant part del art d’amours loge ;
» Après l’Espinette Amoureuse
» Qui n’est pas al oïr ireuse ;
» Et puis l’Amoureuse Prison
» Qu’en pluisours places bien prison ;
» Rondeaus, Balades, Virelais,
» Grant foison de Dis et de Lays ;
» Mès j’estoie lors pour le tamps
» Toutes nouvelletés sentans,
» Et avoie prest à la main
» À toute heure, au soir et au main,
» Matere pour ce dire et faire
» Or voi-je changie mon afaire
» En aultre ordenance nouvelle. »
Et adonques me renouvelle
Philozophie un hault penser
Et dist : « Il te convient penser
» Au temps passé et à tes oevres ;
» Et voeil que sus cesti tu oevres.
» Il ne t’est mie si lontains,
» Ne tu si frois ne si estains
» Que memoire ne t’en reviegne.
» Et s’ensi est qu’il te conviegne

» Varyer par trop sejourner,
» Se me fai prendre et ajourner
» Où que tu voels, et de par toy,
» Se briefment ne te ramentoy
» Ce que tu as de pourvéance
» Où tu n’as gaires de béance.
» Or y pense. » — « Si fai-je, dame,
» Que voelt estre ? Ne sçai, par m’ame !
» Recordés m’ent. » — « Volentiers, voir.
» Tu dois par devers toi avoir
» Un coffret ens ou quel jadis,
» Il y a des ans plus de dis,
» Tu mesis, et bien m’en souvient
» Puisque dire me le convient,
» Un image bel et propisce
» Fait au semblant et en l’espisce
» Que ta droite dame estoit lors.
» Se depuis tu ne l’as tret hors
» Encores le dois-tu avoir.
» Je t’en pri ; or y va sçavoir,
» Tu y scés moult bien le chemin ;
» Et tu veras en parchemin
» L’image que je te devis,
» Pourtrette de corps et de vis,
» D’yeuls, de bouche, de nés, de mains,
» Toute otele, ne plus ne mains,
» Ouvrée en couleur bonne et riche
» Com fu ta dame belle et friche
» Pour qui tu as les mauls d’amer
» Senti, deçà et delà mer.

» Tu y auras grant recouvrier ;
» Car faitte fu de main d’ouvrier
» Qui riens n’i oublia à faire ;
» Et encores, pour mieuls parfaire,
» Et plus près ta plaisance attaindre,
» Coulourer le fesis et taindre
» Proprement, au samblant d’ycelle
» Qui lors estoit jone pucelle ;
» Et cils si bien y assena
» Qu’en l’image à dire riens n’a
» De propriété ne d’assise,
» Tant est à son devoir assise.
» Et si tos que tu le veras
» De respondre te pourveras,
» Et diras, sans nulle abstenance,
» Par une seule contenance,
» Que tu fesis l’image faire
» Qui bien afiert à son afaire ;
» Car elle est droite, et à un chief :
» Veci celle qui de rechief
» Me remet la vie ens ou corps.
» Pour l’amour de li, je m’acors
» À estre jolis et chantans
» Et penser à mon jone tamps
» Comment que la saison m’eslonge.
» Or ne quier voie ne eslonge
» Qui te destourne de ce point,
» Car elle te vient bien à point.
» Tu ne poes plus grant chose avoir. »
— « Haro ! di-je, vous dittes voir.

» Il me souvient moult bien, par m’ame !
» Qu’après la façon de ma dame
» Je fis pourtraire voirement
» Un image notoirement
» Par un paintre sage et vaillant ;
» De quoi, toujours en travillant
» Cest image avec moi portoie,
» Et grandement me deportoie
» Au véoir et au regarder.
» Et encores, pour mieuls garder,
» Mis l’avoie en toile cirée.
» Or ne sçai s’elle est empirée,
» Car il a bien sept ans entiers,
» Quoique g’i pense volentiers,
» Que je n’ouvri, ne fui au coffre. »
Et lors Philozophie m’offre
Et me prommet que mon image
Sans villonnie et sans damage
Trouverai segure et entire.
Tant dist, tant procure et tant tire
Que briefment je me mis à voie,
Et là vinc où je mis avoie
Le coffre, en sauf lieu et couvert.
Si l’ai deffremé et ouvert,
Et l’image que tant desir
À véoir voi illoec jesir.
Je le pris et le desploiai
De la toile où je le ploiai ;
Et si trestost quan mi le vi
Mou coer entirement ravi

En un penser fresc et nouvel
Qui me fist faire, et par revel,
Un virelay en ce moment.
Or lisiés vous ores comment.

Virelay.

Ve-me-ci resuseité
Et hors de peril jetté,
Puisque je voi
Le reconfort où je doi
Prendre liece et santé.

Et c’est bien chose certainne
Que toute joie m’amainne
Li regars
De ma dame souverainne.
Car quant sa façon humainne
Je regars,

Tout mi mal me sont esté,
Gari et réconforté,
Ne je ne boi
Chose qui touche à anoi ;
Saciés-le pour vérité.
Ve-me-ci etc.

Et se fortune se painne
De moi donner haire et painne
C’est li dars

De quoi les amans fourmainne.
Mès quoi qu’elle se demainne
Je me pars

De lui et de sa durté.
Et face sa volenté,
Car par ma foy
On ne vera jà en moi
Fors que toute loyauté.
Ve-me-ci etc.


En recordant ce virelay,
Tout ensi que droit ci mis l’ay,
Et en regardant mon image,
Grandement mon entente y mac-je.
Ce me remoet un souvenir
Qui me fait moult bien souvenir
Dou temps passé et de mes fès.
Haro ! di-je, trop fui mes-fès
Quant je gardoie un tel threzor.
Et si ne l’ai véu dès or
Que je le mis en celle toile.
Or n’a ou firmament estoille,
Tant soit clère ne reluisans.
Ne pour moi propisce ou nuisans
Qui la vertu de cesti passe.
Il n’est bericles ne topasce,
Rubis, saphirs ne dyamans,
Escarboucles ne aymans
Qu’on dist qui arreste le fer,

Qui me peuist faire escaufer,
Ensi que mon image a fait.
Or le voeil servir, et de fait,
Car moult m’en vaudra le regard.
Quant je l’imagine et regard,
Le temps passé me ramentoit
Et tout ce que mon coer sentoit
Lorsque ma dame regardoie
Pour laquele amour tous ardoie.
Or ai-je le fu descouvert,
Et le petit pertuis ouvert
Par où les estincelles sallent
Qui me renflament et rassallent,
Et ralisent cel ardent fu ;
Tout ensi com Acillès fu
Pour Polixena la riant,
La fille au noble Roy Priant,
Entroes que les trievves duroient.
Les Troyens qui moult curoient,
Et les dames de hault parage,
De venir en pelerinage
Ens ou temple d’Apolinis
Pour Hector qui estoit finis ;
Dont un jour Acillès y vint
Véoir les dames. Or avint
Que sa voie bien assena,
Car la belle Polixena,
Qui de beauté resplendissoit,
Encontra que dou temple issoit ;
Et lorsqu’il perçut la pucelle

Aux siens demanda : « Qui est celle
» De si noble et si friche arroi ? »
— « Fille est de Royne et de Roy
Ce respondirent si ministre.
Et Cupido lors aministre
Son arch ; et l’entoise et estent.
Et entroes qu’Acillès entent
À la pucelle regarder
Dont il ne se voelt retarder,
Une fleche ens ou coer le fiert
À qui nulle aultre ne s’affiert.
Moult dur navré d’illoec se part
Et se ne scet mie quel part
Il en puist garison avoir ;
Car son coer li fait à savoir
Qu’il est de grant folour espris,
Et s’a un grand oultrage empris
Quant il aimme celle, et bien scet
Que plus que nulle riens le het ;
Car il li a son frère mort.
Mès pour avis qui le remort,
Ne pour peril qu’à ses yeus voie,
Il n’en poet issir de la voie
Qu’il ne soit toutdis, sans sejour,
Pensans à celle nuit et jour.
Il s’en alitte, il s’en afame ;
Au Roy Priant et à sa fame
Envoie un messagier, qui met
Raisons avant, et qui prommet
Qu’il voelt estre leurs bons amis ;

Et dist comment Amours l’a mis
En tel estat, tout pour leur fille.
Tant l’en est que tous s’en exillc ;
Mès il le voelt à femme avoir
Et n’a cure de leur avoir.
Assés en a et terre et force.
Et dou prommettre encor s’efforce
Qu’il li couronnera le chief,
Et qu’il le mettera à chief
De sa guerre crueuse et dure.
En cel effroi, en celle ardure,
En ces pensers, en ces anuis
Passe Acillès et jours et nuis.
Une heure moult se reconforte,
Et l’aultre si se desconforte
Qu’il jette plours, souspirs et larmes.
Il het la guerre, il fuit les armes ;
Ne voelt porter lance ne targe.
Ançois lui et les siens atarge
De chevaucier, et d’euls armer.
Ensi est pris par fort amer.
Et se ne vit onques q’une heure
Celle pour qui il se deveure.
Mès le plus grant confort qu’il porte
Et où le plus il se deporte
C’est qu’il a devers soi en garde
Un image, et cesti regarde,
Car en regardant s’i console,
Et son coer en pest et soole
À toute heure, quant il le voit,

De ramentevoir li pourvoit
Polixena au corps parfet
Contre qui l’image estoit fet.
Ensi fortune le demainne
Qui jusques à la mort le mainne,
Car ens ou temple où le cop prist
De Cupido, quant il l’esprist
De l’amour de la dessus ditte,
Pour lui fu la terre entreditte.
Là fu occis, tout par sa coupe.
Mès de la mort de li j’encoupe
Amours, et di qu’il en fu cause,
Ensi com l’ystore le cause
Des Grigois, qui bien le remire.
Fortune, ensi dont Diex li mire,
Me demainne, si com je croi,
Et toutes fois je l’en mescroi ;
Car je m’arreste en grant folie.
Et se sçai bien que je folie ;
Si nen pui-je mon coer retraire.
Bien scet le Dieu d’Amours droit traire
Quant ens ou coer me mist la fleche
Qui si m’ensonnie et me bleche
Que je ne puis ailleurs entendre :
Et s’est la plaïe si très tendre
Q’uns seulz pensers le renouvelle ;
C’est chose faée et nouvelle.
Quant jai le temps passé tant chier
Que je ne m’en puis estanchier
Ne pour gaaing ne pour damage ;

Et encores en mon image
Prenc nouvelle colation
De grande consolation.
Or doinst Diex que bien m’en conviegne,
Car c’est raison qu’il me souviegne
De la belle douce et rians
À qui je sui merci crians,
Et comment pour s’amour jadis
J’ai esté souvent si adis
Qu’à painnes me pooie aidier,
Ains vivoie de souhaidier ;
Et ce trop grant bien me faisoit
Et grandement mon coer aisoit,
Quant je pooie en mon requoi
Souhedier, et savés vous quoi ?
Tant de choses qu’il n’en est somme.
Or n’est-il riens qui ne s’assomme
Et qui par nature ne fine,
Fors la vie amoureuse et fine ;
Mès celle ne poet definer
Ne pour morir ne pour finer.
Quant li uns fault, li aultres vient.
Encores moult bien me souvient
Que cilz qui paindi mon image
Pour ce au regarder m’i mach-je,
Li fist par tres bonne ordenance
De toute otele contenance
Com ma droite dame estoit lors,
Chevelés blons, un petit sors,
Sourcieus, entroeil, nés, face et bouche,

Com pour le temps avoit la douce,
Yeus simples, vairs et attraians
Et trop sagement retraians.
Il me samble qu’encor je voie
Son doulc regard aler la voie
Qui m’ont livret tamaint assaut.
Ce souvenir Diex le me sault,
Car moult il me rajovenist.
Pleüist Dieu qu’il me convenist
Rentrer encor en tel estour
Et prendre mon certain retour
Parmi jonece et tous ses plains.
Or regardés se je m’en plains.
Nennil, car ce n’est pas raisons.
Moult vault une bonne saisons.
Tous me resjoïs quant g’i pense.
Est-il nuls homs qui en dispense
Ne qui le peuist réitrer
Qui le poroit jà impetrer,
Ensi qu’on fait un benefisce,
Une prouvende, ou un offisce.
Moult y vodroie travillier,
Nuit et jour penser et villier
Ançois que je ne le revisse.
En quel pays que le sceuisse.
J’ai oy à parler souvent
De la Fontainne de Jouvent,
Ossi de pieres invisibles ;
Mès che sont choses impossibles,
Car onques je ne vi celi,

Foy que doi à saint Marcelli,
Qui desist : « J’ai droit là esté. »
Si ai-je en ce monde arresté
Trente cinc ans, peu plus, peu mains,
Dont j’en lo Dieu à jointes mains
Qui m’a amené si avant
Et qui me remet au devant
Sa nativité, son enfance,
Sa sainte june et sa souffrance,
Sa digne resurrection,
Et sa mirable ascention
Et la sentence qu’il fera
Quant cascune et cascuns vera
Son jugement cler et ouvert.
Là n’i aura nullui couvert
De kamoukas ne de velus.
Sains Jehans, saint Mars et saint Lus
Et sains Mahieus droit là seront
Qui leurs buisines sonneront
Dont resusciteront les mors.
Veci pour nous un grant remors,
Car cascuns r’aura sa car propre.
Là n’aura pité ne obprobre,
Ne seignourie point d’arroi.
Mès verra-on le puissant Roy
Rendre sa crueuse sentence.
Je tramble tout quant bien g’i pense.
Jà ne puissè-je desservir
Vers celui que je doi servir,
Que je perde par mon oultrage

Des sains cieulz le noble hiretage
Où sans fin joie adies commence
Qu’à Abraham et sa semence
Prommist. Je me tiens de ses hoirs ;
C’est mon argu et mes espoirs
Que les bons auront ceste gloire.
Je voeil atant ce pourpos clore,
Et à celi me retrairai
Par lequel à moi attrairai
Moult de coers loyaus et entiers
Qui oent parler volentiers
Des fais d’amours et des pointures,
Dont si douces sont les ointures
Qu’il n’est nuls si delicieus
Ongemens, ne si precieus,
Ne confors si grans ne si gens
Com cils ci est à jones gens.
On dist en pluisours nations
Que les imaginations
Qu’on a aux choses sourvenans,
Dont on est plenté souvenans
Tant sur terre com en abysmes,
Sont si propres d’elles méismes
Et si vertueuses aussi
Que souvent apperent ensi
Qu’on les imagine et devise.
Et encores, quant je m’avise,
En considérant les pensées
Qui ci vous seront recensées,
Comment me vindrent, et de quoi,

Soit en public ou en requoi,
Je tesmongne assés qu’il est vrai ;
Car ensi que jà me navrai
Par penser souvent à ma dame,
M’en est-il avenu, par m’ame !
Et par pensées qui ou chief
Me sont entrées de rechief
Et des queles biens me ramembre,
La trentieme nuit de novembre
L’an mil trois cens treiz et soissante,
Que nul gai oiseillon ne chante
Pour la cause dou temps divers,
Car lors est plainnement yvers,
Si sont les nuis longes et grans.
S’est nature encline et engrans,
Ce poet on moult bien supposer,
De dormir et de reposer.
Et je, qui volentiers m’aheure,
Me couchai ce soir de haulte heure.
Si m’endormi en un tel songe
Où nulle riens n’a de menchonge.
Et estoit la vision moie
Qu’en la chambre où je me dormoie
Véoie une clarté très grans.
Et je, qui moult estoie engrans
De savoir que ce pooit estre,
Levai le chief. Si vi sus destre
Une dame courtoise et gente.
Ce ne fu Flore ne Argente ;
Ains estoit ma dame Venus.

« Comment q’un peu soie chenus,
» Dame, di-je, dont j’ai anoi,
» Assés bien je vous recognoi,
» Car je vous vi, jà fu le tamps ;
» Et encores sui bien sentans
» Les paroles qui de vo bouche
» Issirent, qui est belle et douce. »
« T’en souvient-il ? » — « Oil, par m’ame ! »
— « Di que ce fu. » — « Volentiers, dame,
» Vous me donnastes don moult riche,
» Quant coer gai, amoureus et friche
» Aroie-je tout mon vivant,
» Et encores trop plus avant
» Que de dame humble, gaie et lie
» De tous biens faire appareillie
» Seroie fort énamourés.
» Or ai-je vos dons savourés.
» Non de tous, mès d’aucuns me loe. »
— « Compains, dist-elle, que je loe
» Ce dont tu te plains, je t’en pri. »
— « Volentiers ! Je qui merci cri,
» Et l’ai fait ensi que tout dis.
» Je n’en ai riens el qu’escondis
» Dangiers et refus, jours et nuis,
» Painnes, et assaus et anuis.
» Ne sçai comment les ai portés ;
» Mès je me sui seul deportés
» À estre loyal et entiers
» Et que de véoir volentiers
» Ma dame, à qui j’ai tout donné.

» Or avés vous abandonné
» Mon corage en un dur parti
» Car je, qui onques ne parti
» De servir entérinement
» Ma dame, et très benignement,
» Obéy, crému et doubté,
» Elle m’a arrier rebouté
» Pour autrui : ce m’est dur assés ;
» Car mon jone temps est passés,
» Sans pourvéance et sans ressort.
» Si que, je di que tout vo sort
» Ne me sont que confusions
» Et très grandes abusions. »
Lors me respont Venus en haste,
Et dist : « Amis, si je me haste
» De parler, par ire et sans sens
» Tu m’i esmoes, car je te sens
» En peril de toi fourvoyer.
» Dont, pour toi un peu ravoyer,
» Je me voeil retraire à l’ahan.
» Frois a esté li ars maint an
» De mon chier fil, dont moult le carge.
» Mès bien voi que, se plus atarge,
» Tu en es en peril de perdre,
» Car en folour te voes aherdre.
» Or te cuidoi-je plus séur
» Mieuls attempré et plus méur.
» On dist, et il est vérités :
» On a fait pluisours charités
» À euls tamaint mal cognéues.

» Tu eu as moult de moi éues,
» Dont c’est damages et anois,
» Car noient ne les recognois
» Quant tu me dis si grans obprobres,
» Qui deuisses estre si sobres
» En parlers, en dis et en fais.
» Grandement vers moi te mesfès
» Quant tu me blasmes sans raison.
» Te souvient-il de la saison
» Pourquoi au laidengier m’accoeilles.
» Je t’en pri que tu le recoeilles
» Et ton coer bien en examines,
» Et jusques au droit fons le mines ;
» Et quant tu l’as très bien miné
» Et justement examiné,
» Si me di quel chose il te fault,
» Et j’amenderai le defaut. »
Lors m’apaisai, car bien perçoi
Par les manières que reçoi
De Venus, que je le courèce ;
Et elle qui fout dis me prèce
Dist encor : « Tu es trop lentieus.
» Se deveroit un coer gentieus
» Reposer ou lit à ceste heure.
» Tu sces que nature labeure
» Par bois, par gardins et par champs.
» Tu os des oizeillons les chans
» Qui ne se voelent aquoisier,
» Ains se painnent d’euls degoisier,
» Tu os le rosegnol joli.

» Seulement pour l’amour de li
» Te deverois esvigurer
» Et dedens ton coer figurer
» La manière de son douc chant
» Car onques, puis soleil couchant,
» Il n’ot ne arrest ne sejour.
» Il est droit sus le point dou jour.
» La nuis se part, li aube crieve,
» Est-il nulle riens qui te grieve ?
» Lieve-toi ; alons nous esbatre,
» Marcir la rousée et abatre
» Dont l’oudour est trop plus propisce
» Et mieuls vault que de nulle espisce,
» Et si verons les arbrisseaus,
» Les fontenis et les ruisseaus,
» Et si orons les oizelés
» Chanter dessus ces rainsselés,
» Qui en euls solaçant s’esbatent
» Si qu’il samble quil se combatent.
» Se Thelephus o moi avoie
» Je l’auroie tost mis à voie
» Qu’il m’exposeroit liement
» De leurs chans le graliement,
» Car il entendoit sus quel fourme
» Cascuns sa chançonnette fourme. »
Quant je l’oy, je pris à rire,
Et di : « Merveilles vous oc dire.
» Fu jadis uns si sages homs
» Que des oizeaus que nous oons
» Entendoit les chans et les vers

» Qu’il nous chantent par mos divers ! »
Elle respont : « Oïl, sus m’ame ! »
— « Or vous pri, ma très chiere dame,
» Entroes que ci vous reposés
» La manière m’en exposés
» Et je me leverai entroes. »
— « Volentiers, puisque tu le voes.
» Thelephus fu uns pastoureaus
» Qui en bourses et en foureaus
» Avoit usage de porter
» Ce dont il se sot deporter,
» C’estoient pipes et musettes
» Et canimeaus à trois busettes,
» Dont si bien se sçavoit deduire
» Qu’on ne l’en peuist introduire.
» Cils servoit à Juno sans gages.
» Dont la Déesse des boscages,
» Des rivières et des fontainnes
» Et des préories lontainnes
» O ses nimphes et ses pucelles
» S’ombrioïent dessous saucelles
» Qui dalès Thelephus estoient,
» Et souvent à lui s’arrestoient
» Et le sievoient hault et bas,
» Tant pour l’amour de ses esbas
» Que pour ce qu’il estoit novisces,
» Plains d’ignorance et vuis de visces.
» Dont Dyane, qui moult l’ot chier,
» Une heure le vint embracier
» Et li dist : « Il te fault venir ! »

— « Où, dame : — « Lai-moi convenir.
» Je te menrai dedens mon regne
» Où toute joliveté regne,
» Et te ferai garde des bois,
» Des grans forès et des herbois,
» Et te donrai un don moult riche,
» Que tout oizel en ton service
» Seront, et y obéiront,
» Et jà le jour ne périront
» Que ta vodras à euls parler. »
— « Haro, dist-il, laissié-me aler.
» Que diroit Juno ma maitresse
» Qui si me sieut et si m’engresse
» Que ses brebisettes je garde. »
» Et Dyane adont le regarde ;
» Si le voit jone et ignorant ;
» Et ses pucelles en riant
» Li dient : « Dame portons l’ent. »
» Et ceste qui en ot talent
» L’emporta. Ensi fu ravis
» Thelephus, com je te devis ;
» Et ses brebisettes muées
» Qui au vol se sont remuées,
» Car ce devinrent plommion
» Trop mieulz noant que gouvion.
» Or quiert Juno son pastourel.
» Tout à esdos, sans gehorel,
» Sans selle, sans frain et sans bride
» Par le monde chevauce et ride,
» Et Thelephus partout demande.

» Aux quatre vens dist et commande
» Zepherus, North, Son-son-hest, Hest,
» Que s’il le troevent où il est,
» Comment qu’il soit on li ramainne.
» Pour noient elle se fourmainne.
» Je li lo qu’elle s’en apaise,
» Car Thelephus est à son aise
» Avec les nimphes et les fées
» Des montagnes et des vallées,
» Et plus honnourés qu’il ne soeille.
» Ossi vers vestis q’une foeille
» Qui est dessus l’arbre, en mi may.
» Il n’a ne doubte ne esmay
» Qu’il n’ait grandement sa chevance,
» Car la Déesse li avance,
» Dyane, qui bien li prommist,
» Quant en ses bois garde le mist.
» Méismes les oiseaus l’onneurent
» Et au son de sa vois akeurent.
» Il les escliffe ; il les appelle ;
» Il lor est courtine et chapelle
» À la pluie, au vent, à l’orage.
» Il l’aimment tout de bon corage
» Comme leur Dieu et leur ministre ;
» Car doucement leur aministre
» Leur pourvéance et leur pasture
» Ensi que requiert leur nature ;
» Il les anigre ; il les apaire ;
» Il lor ensengne leur repaire.
» Jà si loing ne sauront voler,

» Mès qu’au bois voeillent ravoler,
» Qu’il ne retroevent leurs maisons.
» Tout le cognoissent ; c’est raisons,
» Fors que seulement li vaneaus.
» Mès s’il est lours, s’est il isneaus
» De demander : « Las où est-il ? »
» Pour ce qu’il double le péril.
» Au bois se tient, non pas aux champs,
» Thelephus, qui entent les chans
» Des oizelés gais et jolis.
» Os tu, qui oi prens tes delis
» Au dormir et au reposer,
» Le t’ai je scéu exposer ? »
— « Dame, di-je, oïl, par ma foi !
» Mès je ris, savés vous de quoi ?
» J’ai usage, quant je me lieve,
» Afin que le jour ne me grieve
» De dire une orison petite
» Ou nom de Sainte Margherite.
» Hui l’ai commencié pluisours fois ;
» Mès, ensi m’ayt sainte Fois !
» Je ne l’ai poü à chief traire. »
«  Diex te deffende de contraire,  »
Ce dist Venus qui me pressoit
Que son commandement près soit,
« Une aultre heure r’aura son lieu ;
» Toutdis s’acquitte-on bien à Dieu. »
— « Dame, di-je, je sui tous près. »
Et elle qui m’estoit moult près,
Me dist : « Afuble ton mantel. »

Et si le me met en chantel
Par maniere de cointerie.
Là y ot bonne luiterie
De moi à li, pour retourner
Mon mantel et au droit tourner.
Elle me fait les bras estendre.
Et je qui toutdis voeil entendre,
À faire ce qu’elle requiert,
Par ses parolles me conquiert,
J’estenc les bras, je fac la roe.
Je passe si roit que tout froe
Mon coer en grant liece flote.
Je sui plus legiers q’une flote.
« Dame, di-je, par saint François !
» Nous n’irons plus avant ançois
» Aurai chanté un Virelay,
» Car depuis un peu apris l’ai. »

Virelay.

Deduit, solas et plaisance,
Et tout joious sentement
Sont en moi presentement
Et m’ont en leur gouvrenance ;

S’en lo Amours qui me paie
D’un si plaisant guerredon.
Car il n’est bien que je n’aie
Quant je pense au riche don

Et à la douce ordenance
Dont j’ai le commencement
Qui tele fortune attent.
Moult est plains de souffisance
Deduit, etc.

Il n’est rien qui ne retraie
Par nature à sa saison.
Dont se mon coer se resgaie
Il y a assés raison ;
Car j’ai bien la cognissance
Que Desir grant painne y rent ;
Et je le croi liement
Car j’ai de sa pourveance
Deduit, etc.


Ce virelay dit et chanté
Je ne sçai qui m’ot enchanté,
Mès grandement lies me sentoie
Et à tous deduis m’assentoie
De quoi Venus m’amonnestoit.
Et encores tele heure estoit
Que je m’en fuisse à mains passés,
Car j’en faisoie plus assés.
Espoir, qu’il ne me fust besoing.
Mès Plaisance et Desir sans soing
Pluisours choses souvent emprendent,
Dont garde à nulle fin ne prendent.
Et nom-pour-quant, bien me ramembre,
Quoique legier fuissent mi membre,

Mes manieres et mi atour,
Mes contenances et mi tour,
Plaisoient moult bien à Venus ;
Et me disoit : « Nulle ne nuls
» Ne t’en deveroit pis voloir,
» Car tu fais tout de grant voloir
» Ens ou nom de ta droite dame ;
» C’est ce qui te moet et entame.
» Et s’ensi te voes maintenir,
» Je ne te porai retenir
» Que tu ne viegnes en l’adrece
» Dou joli Buisson de Jonece. »
— « Haro : dame ! que dittes vous ?
» Or, seroi-je li vostres tous
» Se droit là me voliés mener.
» Je n’ai cure dou ramener,
» Car pleuist ore au Roy celeste
» Que par souhet g’i peuisse estre
» Et je n’en partesisse mès.
» Vous m’auriés servi d’un hault mès
» S’ensegnier m’i voliés la voie.
» Je vous pri, dame, que je voie
» De Jonece le franc Buisson ;
» Il y a jà des ans foison
» Que je ne m’i poc ombryer ;
» Trop m’avés laissié sobryer
» Qui me tienc li uns de vos fils. »
Lors dist Venus : « Es-tu tous fis
» De toi sagement deporter,
» Et les biens et les mauls porter

» Qui d’aventure ti vendront,
» Car pluisours choses t’avendront
» Entroes que tu seras en l’ombre. »
Lors li di : « Mettés moi ou nombre
» Hardiement des avisés.
» Et encor, se bien y visés,
» Vous savés que jadis y fui ;
» Il n’i a chambre ne refui
» Où dou temps passé esté n’aie,
» Espinette, pertuis ne haie ;
» S’en çognois assés les usages.
» Vous m’i verés entre les sages
» Bellement avoir et deduire. »
Dist Venus : « Je t’i voeil conduire.
» S’en seras de tant enrichis. »
Et je li respont : « Grant mercis ! »
Moult me sambloit jolis li tamps
Et au regarder delittans ;
Li airs seris et attemprés.
En bois, en jardins et en prés
Les herbelettes se poindoient ;
Qui près à l’un l’autre joindoient.
Rentrés estoit en sa caverne
Yvers, qui est larghe taverne
De pluie, de vent et de froit.
Estés habondamment offroit,
Et juroit en sa loyauté
Qu’il tendroit le temps en beauté ;
J’en vi les lettres de quittances :
Je vous dirai en quels istances.

Zephérus, qui si souef vente,
Avoit ses soufflès mis à vente
Com gracieus et bien apris,
Et là remonstroit de quel pris
Il estoient, par tel couvent
Car il souffloient un douc vent
Si cler, si net et si seri
Qu’onques foeillette n’en péri.
El nen faisoient que crincier ;
Et en après, pour recincier
Le doulc air qui venoit sus fautre,
Il rendoit à la fois un aultre
Qu’on recoeilloit par grant solas.
Je ne seroie jamès las
D’estre en parti de tel arroi ;
Car se le temps deuist un Roy
Recevoir, pour li bien arrer,
Il ne se peuist mieuls parer,
Ne vestir, ne appareillier.
Moult avoient bel orillier
Toutes bestelettes dormans.
Il n’est paintres, tant soit Normans,
Ne François, ne d’autre pays,
Ne tant soit bons ouvriers nays,
Ne renommés de ce mestier,
À qui ne fesist bien mestier
De prendre patron et exemple
À ce temps que je vous exemple.
Car fleurettes jones et vives
Hors de busettes et de tives

Apparoïent de toutes pars
Par champs, par jardins et par pars,
Cent mille par cent mille forges.
Et cil oizeillon en leurs gorges
Avoïent notes et chançons.
Dont si grande estoit la tençons
Qu’à painnes me pooie oïr.
Bien se doit un coer resjoïr
Qui en marce et en lieu sejourne
Où uns si beaus jours il ajourne
Que cils estoit qui se formoit.
La matinée m’enfourmoit
Qu’il feroit bel oultre l’ensengne.
Venus à chief de mois m’ensengne
Ce que je voi moult volentiers,
Ce sont roses et englentiers,
Flourettes et vers arbrisseaus
Graviers, fontenis et ruisseaus ;
Et me dist : « Alons y seoir
» Pour imaginer et véoir
» Comment li aigue et la gravelle
» À l’un l’autre jue et revelle. »
Par grant solas y sont assis
Tout en alant cinc fois ou sis
Et rafresci à bonne entente.
Elle me moet encor et tempte
Que je voeille un virelay dire.
Je ne l’en ose contredire
Lor en di un qui se commence
Par une amoureuse semence.

Virelay.

Par une amoureuse semence
Que bonne amour m’a ou coer mis
Vostre serai, dame, à tout dis.
Ne pensés jà que je vous mence.

Car très dont que premièrement
Vi vostre doulc contenement
Et friche arroi
À vous me donnai liegement,
De bon coer, enterinnement ;
Car, par ma foi,
Il nest pas temps que je commence
De vous servir, dame de pris ;
Car ens ou point où jà fui pris,
Sui et serai, qui qui me tence
Par une amoureuse etc.

Or vous suppli très humblement
Que vous metté aliegement
Sus mon anoi ;
Si seront aidié grandement
Les mauls passés et li présent
Que je reçoi.
Il n’est homme jour ne dimence
Que je pense à vo cler vis ;
Et telement y sui ravis
Qu’adies ce mal me recommence
Par une amoureuse etc.


Moult grandement plot à Venus
Ce virelay ; et dist que nuls
Ne le poroit nes un tel faire
Sans sentir l’amoureus afaire.
À ce qu’elle voelt je m’assens,
Et puis li di, selonc mon sens :
« Foi que je doi à Sainte Crois !
» Dame, je crienc et me mescrois
» Qu’à present ne vous fourvoyés.
» Je vous en pri, que vous voyés
» Se noient nous nos fourveions
» Afin que nous nos ravoions ;
» Car al homme qui se fourvoie
» Trop li est longue courte voie. »
Et elle respont en riant :
« S’un petit alons detriant,
» Tant nous est le deduit plus lons.
» Mès je scai bien que nous alons
» Droit au Buisson sans nul fourvoi.
» Et jà par devant nous le voi ;
» Car nous y vendrons temprement,
» Sans avoir nul emcombrement. »
Lors me fu vis qu’en une lande,
Ne sçai se c’estoit en Irlande,
En Engleterre, ou en Norgalles,
Mès ensi qu’on ramentoit galles
Et aventures qui sourviennent,
Car à la fois souvent aviennent
Pluisours choses à moult de gens
Dont le record est beaus et gens ;

Et pour ce que cils me plaist si
Je le voeil recorder ensi
Qu’il m’en avint foi que vous doi !
Venus me tenoit par le doi
Qui moult grant solas me portoit,
Car elle à moi se deportoit
De pluisours choses en alant ;
Et venimes, tout en parlant,
Parmi la lande longue et lée
Où il n’ot terne ne vallée,
Ce me fu vis, droit au buisson
Dont je ne sçai pas la muison
Volumer ne le compas prendre
Car je poroie bien mesprendre
Au mesurer bien et à point ;
Mès elle ne s’arresta point
À nuls des cors ne à l’entrée.
Ançois est par dedens entrée,
Et je o li, sans plus d’attente.
Or mis-je grandement m’entente ;
Et me fu adont grans esbas
De regarder et hault et bas
Pour imaginer de quel fourme
Le buisson dont je vous enfourme
Estoit ; mès com plus le regarde
Mains m’i cognois, se Diex me garde !
Bien me sambloit, c’est fin de somme
Tous ossi réons q’une pomme
À manière d’un pavillon.
De mains assés s’esmervillon,

Car je ni vi tuiel ne bus
Dont j’en estoie tous abus.
Et pensieus que ce voloit estre
Dont il pooit croistre ne nestre
Qui le portoit. Riens n’en savoie,
Mès onques tel véu n’avoie
En Vermendois, ne en Bapaumes ;
Car il estoit plus hault cens paumes
Que nuls qu’on en peüist trouver.
Et encores pour esprouver
La grandeur, se je le peuisse,
Ou se faire je le sceuisse,
Volontiers y fuisse avenus.
Mès je ne sçai mie se nuls
Le poroit justement comprendre.
Nom-pour-quant pour le compas prendre
Dou milieu, selonc tout mon sens,
Au cheminer avant m’assens.
Mès tant ne me sçai eslongier
Que j’en neuisse riens voir jugier
Pour faire question ne prueve.
Car tout-dis ou milieu me trueve
Par samblance, non par raison.
Ensi le lais par tanison,
Et emploie aillours mon pourpos.
Ce buisson dont je vous pourpos
Avoit une couleur très propre
Qui n’estoit mies de sinopre
D’or, ne d’argent, ne de noir pur ;
Ançois se traioit sus l’azur,

Cler et fin et resplendissant ;
Riens ne l’aloit amatissant.
Mès à chief de fois il s’ondoie
Sus le blanc ; c’est raisons c’on doie
Parler d’ouvrage de tel pris
Je n’avoie noient apris
À véoir chose si notable.
Si me sambloit-il peu estable,
Car il se transmuoit souvent ;
Mès c’estoit par le fait dou vent
Qui le demainne et le debrise.
Com plus le voi et mieulz le prise.
Mès saoulés je n’en puis estre.
Lors regarde, et perçoi sus destre,
Ce me fu vis, vers nous venant
Un jovencel moult avenant,
Friche et gai, et de bonne taille.
Nostre voie moult bien se taille,
Ce me samble, à l’aler vers li ;
De quoi moult il m’en abelli ;
Tant pour ent cognoissance avoir
Que pour plus justement sçavoir
Le nom dou lieu où sui remés
Et où je me senc enfremés
Qui le gouverne et qui le tient
Et qui le bel buisson maintient.
À nous s’en vint le jovenceaus,
Qui moult fu friches et isneaus,
Gent de corps et de lie maintien ;
Sa contenance bien retien.

Assés monstroit qu’il fust mis sus,
De bon lieu nouris et issus.
Grant temps a que je n’ai véu
Nul jone homme mieulz pourvéu
De ce qu’il affert à cointise.
Vestis fu, à la bonne gise,
De garnement nouvel et riche
Ouvré de taille bonne et friche.
Un chapelet de flours portoit,
Et à la fois se deportoit
D’un vert bastoncel de fenoul.
Il s’enclina sus son genoul
En nous saluant doucement.
Et Venus n’i mist longuement
De lui rendre, par bonne estrine,
Son salu ; n’en fu pas estrine
Car de lui ne sçai mieulz parlans
En quelque lieu que soie alans.
Dont, par les parlers qu’elle dist,
Cognoissable de lui me fist.
Ce dist lors Venus à Jonece
« Amis qui tant amés liece,
» Tous deduis et esbatemens
» Et amoureus acointemens,
» Danses, parolles et depors,
» Bonnes nouvelles vous apors.
» Veci un mien ami très grant,
» Pour lui fai caution et crant
» Qu’il a le coer d’otel taille
» Com ont cil de vostre bataille.

» Et encores, pour mieulz sentir
» Que vrai le trouvés et entir,
» Vous li monsterés hault et bas
» De vos depors pluisours esbas.
» Faittes li tant quil vous souffisse ;
» Car bien affiert à vostre offisce
» Que vous soyés courtois et gens
» À toutes amoureuses gens. »
Et Jonece respondi lors :
« Dame, mon coer, aussi le corps
» Avés tout prest à vo service.
» On ne me vera jà si nice
» Qu’à ce que vous me commandés
» Vous ne autrui riens amendés.
» Je prenc le jone homme en ma garde. »
Et Venus qui lors me regarde
Prent congié et d’illoec se part.
Elle me lait, Diex y ait part !
O Jonece mon compagnon.
Ënsi souvent s’accompagne on.
Je fui tos acointés de li,
Car je le vi friche et joli,
Jone et gent, courtois et discré,
Obéissant à tout mon gré,
Très enterin et moult engrant.
Nous sons d’un eage et d’un grant,
D’une manière et d’un aler,
D’une vois et tout d’un parler ;
Et c’est chose qui bien s’acorde.
Car le philozophe recorde

Que sannables quiert son sannable.
Or l’ai-je lie et raisonnable
Et tel que je le voeil avoir,
Car se riens me plaist à savoir
Qui me soit de necessité,
Il le me dist par amisté
Et le me monstre et appareille.
À moi tent volentiers l’oreille
De tout ce que j’endure et sens ;
À l’avis de son jone sens
Me conseille si très à point
Que je n’i voi de default point.
Moult a cils bon poisson peschiet
Quant al aventure il eschiet
À compagnon sage et secré,
Courtois, humble, lie et discré,
Et garni de tous tels bons mours
Qu’il fault à amant par amours
Large, loyal et bien celant
Et si justement conseillant
Qu’on ne puist sentir ne ne voie
Que son conseil riens se fourvoie.
Or l’ai tel, si le voeil garder.
Je ne le puis trop regarder,
Car je le voi moult volentiers.
Il m’ensengne tous beaus sentiers,
Et grandement me resjoïst
De ce que de coer conjoïst
Flourettes et vers arbrisseaus
Et quert fontenis et ruisseaus.

Quant il y est, se s’i ombrie.
Ensi avec moi se sobrie,
Si com un jone homme doit faire
Attaint del amoureus afaire ;
Tenir doit toute vie sobre,
Ou aultrement trop il s’obprobre
Et vient un temps qu’il s’en chastoie.
Une fois dalès lui estoie.
Si l’araisonnai dou buisson
Où j’avoïe jà grant fuison
Cheminé à mont et à val,
Une heure à pié l’autre à cheval.
Et li dis : « Compains et amis,
» La dame qui o vous m’a mis
» Me dist jà que vous me diriés,
» Endementroes qu’o moi sériés,
» De ce bel buisson l’ordenance
» Et grant part de la gouvrenance.
» Se cest chose qu’on puist savoir
» Cognoissance en vodroie avoir. »
— « Oil, ce respondi Jonece.
» Il nest riens de quoi on n’adrece.
» Tout ce que j’en sçai vous orés ;
» Sus ce aviser vous porés.
» Compains, comment que par samblance
» J’ai la coulour jonete et blance,
» Si fui-je aux escoles jadis,
» Il y a des ans plus de dis ;
» Et là nous lisoit à le fie
» Uns mestres en philozophie

» Liçons d’astrologie grans ;
» Et j’estoie lors moult engrans
» Que de retenir et d’aprendre.
» Pluisours fois li oy comprendre
» Le firmament, qui est réons
» Que coustumierement véons,
» À un buisson vert en tous tamps.
» Et encores sui bien sentans,
» Que, pour plus plainnement parfaire
» L’entention de son afaire,
» Il figuroit, tout par raison,
» Les foeillettes de ce buisson
» Aux estoilles qui sont sans nombre.
» Avec ce il comprendoit l’ombre
» Dou buisson qu’il universoit
» À nature, et li conversoit,
» La quelle ordonne et baille et livre
» Au monde ce dont il doit vivre,
» Et aministre nuit et jour,
» Sans avoir arrest ne sejour,
» Ne garder dimences ni festes,
» Hommes, femmes, oiseaus et bestes ;
» Et donne à cascun et cascune
» Sa proprieté si commune
» Que cascuns a se qualité
» Revenans à moralité
» De la figure dessus faitte,
» Afin qu’elle soit plus parfaitfe.
» En ce buisson jusqu’à sept branches
» Mettoit, selonc les ramembrances

» Que j’ai del astrologyen ;
» Et celles de si grant engien
» Et si magistraus faisoit estre
» Que trestout ce qui pooit nestre
» Ne dessous leurs èles comprendre
» À elles estoit à reprendre.
» Et ces branches cleres et nettes
» Figuroit-il aux sept planettes.
» À cascune un nom arrestoit.
» La Lune la première estoit ;
» La seconde Mercurius,
» Et la tierce appelloit Venus ;
» Le Soleil nommoit la quatrime ;
» Et Mars prendoit pour le cinquime.
» La sisime, qui bien le nombre,
» Jupiter le mettoit en nombre.
» La septime, selonc son us,
» Appellée estoit Saturnus.
» Ensi les ai nombrées toutes.
» Il en y a de moult estoutes,
» De douces et de felenesses.
» Et pour ce que tu es en esses
» À penser sus ceste matere,
» Je te dirai de quel mistere
» Elles sont, selonc l’astrologe
» Où grant philozophie loge.
» La Lune coustumierement
» Gouverne tout premierement
» L’enfant, et par quatre ans le garde,
» Et sus sa noureçon regarde.

» Très quil est ou ventre sa mère,
» Le prent ; pas ne li est amere,
» Ains en pense moult justement,
» Et le nourist très muistement.
» C’est pour l’enfant un gant secours.
» Et si tost qu’elle a fait son cours,
» À Mercurius le delivre
» Lequel, ce nous dient le livre,
» Au nourir dis ans se delitte,
» Et la langue li abilite
» Pour parler ; cilz ensi l’ordonne
» Et mouvement d’aler li donne,
» Et le fait soubtil et appert ;
» Et là où li enfès s’ahert
» Et le plus s’encline en ce temps,
» Il est volontiers arrestans.
» Mercurius ensi l’aprent.
» Puis vient Venus qui le reprent
» Et qui dis ans après en songne,
» Vous devés sçavoir de quel songne.
» D’ignorance le leve et monde,
» Et li fait cognoistre le monde
» Et sentir que c’est de delis,
» Tant de viandes com de lis ;
» Et le fait gai, joli et cointe,
» Et de tous esbanois l’acointe.
» Puis vient le Soleil cler et gens
» Qui n’en est mie negligens,
» Ains le fait à tout honneur tendre
» Et à plainne chevance entendre ;

» Tamaint visce en son coer pourist ;
» Et jusqu’à dis ans le nourist.
» Apres vient Mars qui douze ans regne.
» Celle a sus l’omme un moult garant regne,
» Car par lui prent la cognoissance
» Que c’est d’avoir et de poissance.
» Adont voelt li homs qu’on l’onneure,
» Bien li samble qu’il en soit heure.
» D’estre appellés et avanciés
» Ne seroit il jà estanchiés.
» Ceste planete est dure et fière ;
» N’est nulle qui à li saffiert
» De grant orgoeil et de fierté.
» Toutes guerres tient en chierté
» Hustins, meslées et desbas.
» À tels choses prent ses esbas,
» Et encline l’omme à acquerre
» Soit par grant art ou par conquerre.
» Puis vient Jupiter tout le cours
» Qui à l’omme fait grant secours ;
» Car d’outrages et de folies
» Et de pluisours melancolies
» Où jadis il s’est embatus
» Et dont il a esté batus,
» Tant par lui com par l’autrui ire,
» Compains, vous povés moult bien dire
» Que la planette l’en delivre,
» Et plus segur estat li livre
» Qu’on doit prisier et honnourer,
» Car elle li fait savourer

» Paix de corps et repos pour l’ame,
» Ordonner sepulture et lame,
» Amer l’église et Dieu cremir,
» Recognoistre, et de ce fremir,
» Que cils mondes n’est q’un trespas.
» Ceste planette ne lait pas
» L’omme, ançois l’estoie et yverne
» Et douze ans au plus le gouverne.
» Puis vient Saturnus li obscure
» Qui de nul bien faire n’a cure,
» Ne qui ne scet servir à gré,
» Et regne au septime degré,
» Tant qu’à nous c’est la plus lontainne.
» Elle est plus froide que fontainne.
» Moult sont doubtable et dur si meur.
» L’omme fait vivre en grant cremeur
» Et jusques en la fin le mainne.
» Et tout ce que nature humainne
» Forge et oevre, sans nul repos,
» Elle delivre à Atropos
» Qui desquire tout et deveure
» Sans regarder terme ne heure,
» Ne n’espargne roy ne berghier.
» Tout fait en terre herbergier
» Maugré Cloto et Lacesis.
» Je ne seroïe jà nesis
» De parler ent trois jours entiers ;
» Voires s’en m’ooit volontiers.
» Et je respons, sans plus attendre :
» Bien vous oc, mès c’est sans entendre ;

» Car mon coer est voir si espars
» De tous lès et de toutes pars
» À véoir ces vers rainsselés,
» Et d’oïr ces douls oizelés
» Ces graviers et ces fontenis,
» Que je ne puis, par saint Denis !
» Mettre à oevre riens qu’on me die.
» Jà n’ai-je point de maladie.
» Je me senc, Dieu merci ! tous fors ;
» Et se m’est le temps grans confors
» Qui est si beaus que c’est souhés.
» Dont, chiers compains, c’est mieuls mes hés
» À moi deduire et resjoïr,
» Que ce ne soit à vous oïr
» Parler de grant astronomie ;
» Car, au voir dire, je n’ai mie
» L’art ne l’arest sus tel ouvrage.
» Abuvré l’ai d’autre buvrage,
» Et nature ailleurs le m’adrece.
» Si seroie plains de rudece
» Se de bonne ordenance issoie
» Et son bien ne recognissoie.
» Espoir un temps encor vendra
» Que plus penser m’i convendra.
» S’en sentirai lors mieulz les gloses ;
» Car leurs saisons ont toutes choses.
» Si vodroi-je bien tant savoir
» Que pour la cognoissance avoir
» D’astronomie, et plus avant ;
» Mès ensi que j’ai dit devant,

» Mon esperit n’i poet entendre ;
» Car il ne voelt qu’à une tendre,
» C’est à estre gais et jolis,
» À amer solas et delis,
» Danses, caroles et esbas.
» Compains, à tout ce je m’esbas.
» Si vous pri, laissiés moi ester ;
» Car je ne me yoeil arrester
» À chose de si grant raison.
» Je perderoie ma saison ;
» J’auroie plus chier un chapiel
» Fait de flouretes, bien et bel,
» Donné de dame ou de tousete
» Jone, lie, friche et doucete,
» Que ne feroie tout le sens
» Qui est à Paris ne à Sens. »
Adont me respondi Jonece :
« Certes, compains, en vous n’a teche
» Qui noient face à reprouver.
» Or vous vodroi-je bien rouver
» Se vous savés riens de nouvel
» En nom de joie et de revel.
» Volentiers le vodroie oïr
» Pour nous encor plus resjoïr. »
Et je responc : « Oïl, assés.
» Partons de ci avant passés,
» Et je dirai un virelay
» Pour vostre amour, sans nul delay :

Virelay.

De tout mon coer vous fai don
Entirement,
Ma douce dame au corps gent,
Et le vous don
Pour tous jours en abandon
Très liement.

Mon coer, m’amour, mon desir
Voeil dou tout mettre et offrir
En vo douçour,
Comme cils qui moult desir
De vous loyalment servir
Sans nul fauls tour.

Et il soit dou guerredon
À vo talent,
Ou petit ou grandement,
Com vous est bon,
Car il ne doit par raison
Estre aultrement
De tout etc.

Car plus me povés merir
Que je ne puis desservir
Par ma labour,
Las ! quant verai-je venir
Le reconfort où je tir
Et par honnour.

Je sui en vostre prison
Tous liegement ;
Et coers qui merci attent,
Grasce et pardon,
Doit avoir, s’il vit, foison
Aliegement.
De tout etc.


Moult grandement nous rafreschi
Le virelay que j’ai dit ci,
Car matère lie et nouvelle
Toute joie en coer renouvelle.
Ce doient savoir amourous
Qui ont les coers gais et joious,
Comment proufitent tel recort.
Je m’ordonne tous et acort
À Jonece mon chier ami.
Il se tient moult privés de mi
Et me dist : « Compains et amis,
» Venus qui o moi vous a mis,
» Me pria et me commanda,
» Quant à moi vous recommanda
» Que j’en fesisse mon devoir.
» Or me voeilliés cognoistre voir.
» Que vous samble-il de ce buisson ?
» Il n’est riens dont ne se nuise on,
» Tant soit plaisant ne delitable.
» Savés-vous riens plus proufitable
» Ne qui mieulz vous viegne à plaisir ?
» Volés vous point de ci issir

» Et aultres aventures querre,
» Et Diex et Déesses requerre
» Qui vous mesissent mieulz à main
» Vostre esbat de soir et de main. »
Et je responc : « Que ne séjourne,
» Compains, jà le jour ne m’ajourne
» Ne la nuit ensievant ne viegne,
» Que de ci partir me conviegne.
» Or me dittes à brief parler
» Quel part poroie mieulz aler
» Pour avoir ce qui me besongne
» Jà n’est-il riens de quoi je songne
» Ne qui me puist blecier ne nuire.
» Je ne pense qu’à moi deduire
» En ce bel lieu, en ce cler ombre.
» Il ne fait ci obscur ne sombre ;
» On troeve bien de lieus divers,
» Mès cils ci est plaisans et vers
» Et sus tous je le recommande.
» Compains, encor je vous demande,
» Se nous avons par tout esté.
» Je n’i ai gaires arresté,
» Mès je veroie volentiers
» Chemins et voies et sentiers,
» Car moult en y a, ce me samble,
» Qui ne se traient pas ensamble.
» Je vodroie bien d’eulz aprendre
» Par quoi on ne me puist reprendre,
» Quant je venrai aillours que ci,
» Qu’on ne me die, Dieu merci !

» Que j’aie esté trop negligens
» Dou lieu cognoistre, qui est gens ;
» Car ce me seroit grant laidure
» Se je, qui bien la painne endure,
» Estoïe trouvés en mi voies
» Recréans. Compains, toutes voies
» Je nen vodroie pas avoir
» Les reproces, pour nul avoir.
» Pour un tant, chierement vous pri
» Que vous me menés sans detri
» Hault et bas, et ne mespargniés,
» Et fiablement m’ensengniés
» Tout ce que resjoïr me poet.
» Car qui bien servir à gré voelt
» Le jone homme, se li ensengne
» Son desir ne point ne l’espargne. »
Tant parlai et tant sermonnai
Que Jonèce et moi amenai
En un lieu assés agréable
Et moult grandement recréable,
Car de tous biens y ot fuison.
Cils liens fu enclos ou Buisson
Dont je parloie maintenant.
Jonèce par la main tenant
M’ensengne tout ce que je voeil
Véoir. Haro ! que font mi oeil ?
Or se reprendent al ouvrer,
Car je ne les puis dessevrer
De ce qu’en ma présence voi.
Attempré sont d’un tel convoi

Que pour Polixena jadis
Fu Acillès. Trop sui hardis
Quant si plainnement m’abandonne
Que mon coer entirement donne
Et l’arreste sus mon contraire.
Si n’ai-je pooir dou retraire ;
Car il est si entrelaciés
Qu’il n’en poet estre deslaciés ;
Et quant je vise de quels las
Je les recorde pour solas,
Et y pense très volontiers.
Jonèce qui de ses sentiers
M’avoit jà ensengnié fuison
En cheminant par le buisson
Ens ou quel j’estoie ravis
Nous amena, ce me fu vis,
En un lieu delitable et bel.
Moult y menoïent grant cembel
Li oizeillon par chans divers.
Beaus fu le lieu, ombrus et vers,
Et gracieus à regarder.
Ne sçai qui l’avoit à garder ;
Mes g’i vi dames et pucelles,
Dont moult me plot l’arroi dicelles
Et plus de l’une que de toutes.
Dures ne furent ne estoutes,
Mès doucement enlangagiés
Et de jone éage éagiés.
Jonece qui de près m’acoste

Me semont, ce n’est pas reproce,
Que pour leur amour me renvoize
Et qu’esbattre o elles me voise
Je m’acorde à ce quil me prie.
Adont m’en vienc, que ne detrie,
Et avec elles je m’esbas.
Mès si tos que je m’i esbas,
Vis mon mal qui se renouvelle,
Car je voi la grande nouvelle,
Com plus le voi, mieulz le regard.
C’est ma dame, se Diex me gard !
D’otel fourme et d’otel samblance,
Ossi tendre vermeille et blanche
Que véu l’avoïe jadis.
Un peu en fui premiers adis
Et esbahis pour l’aventure,
Mès jone homme qui s’aventure
Ne se doit pas esmervillier
S’amours le voelent travillier.
Je m’avisai lors en pensant
Tout bellement vers li passant,
Et di en moi : « N’est-ce ma dame ?
» Oil, non est ; si est, par m’ame !
» Folie t’en fait or jurer ;
» Bien t’en poroies parjurer.
» Pourquoi ? pour ce qu’à ceste fois
» Ta souverainne pas ne vois.
» Pluisours gens sont qui se ressamblent
» Quant en compagnie il s’assamblent.
» Si poroit moult bien estre ensi

» Que ta dame, au corps agensi,
» Ressambleroit sans nul fourvoi
» Celle qu en ton présent je voi. »
À painnes me vint mon argu ;
Mès mon esperit très agu
Et qui a grant seing et grant doubte
Que l’aventure ne redoubte
M’acertefie et dist tout oultre,
Et par pluisours signes me moustre
Que c’est ma dame sans mentir.
Je ne l’en ose desmentir
Mès longement y pense et vise ;
Et endementrues je m’avise
De l’image que je portois
Où jadis je me deportois,
Qui fu après ma dame estret
Bel figuré et bien pourtret.
Cest m’en dira tantost le voir.
Bon fait o luy son juge avoir.
Grant séjour ne fais sus ceste oevre
Une petite aloière oevre,
Qui estoit tresoriere et garde
De mon image que je garde
Dont je parloie maintenant.
Et si tos que le voi tenant.
Je le desploie tout dou lonc,
Et puis si me met tout selonc
Ma dame qui tant est parfette,
En quel nom la figure est fette.
Et tout couvertement le tienc ;

Mès la manière bien retienc ;
Et me donne de ce grant garde
Que ma dame pas ne regarde
Entroes que sur moi ses yex trait
Je l’ai lors véu si attret,
Si bien et si à grant loisir,
Pour mieulz saouler mon plaisir,
Toutes fois, ensi qu’en emblant,
Son bel maintien, son doulc samblant,
Qu’en droite verité aferme
Par entention bonne et ferme
Et le di tout notorement,
Que c’est ma dame voirement
Que je voi, dont moult m’esmerveille.
Mès trop grande n’est la merveille
De ce que je le voi tousete,
Joue, friche, lie et doucete.
Et del éage dont jà fu,
Quant, pour s’amour, del ardant fu
D’amour je fui pris et attains ;
Lequel fu n’est pas trop estains.
Mon rolet prenc et le reploie,
Et ma parolle ailleurs emploie ;
C’est à Jonèce mon ami
Qui estoit par d’encoste mi.
« Ô Jonece, compains entiers,
» Je regarde moult volontiers
» Ma droite, dame en ma presensce ;
» Mès en regardait trop fort pense
» De ce que si jone le voi.

» Je ne sçai se je me fourvoi
» Mès ceste est maintenant tousette,
» Gracieuse, friche et doucette,
» Telle com elle estoit jadis ;
» Dont il y a des ans jà dis
» Que ce ne fu dont je parolle. »
Et Jonece prent la parolle,
Et une response me fait
Moult courtoise, selonc mon fait.
« Compains, une figure avons
» Par laquele moult bien savons
» Que de vraie amour c’est grant chose.
» Le poëte met une glose
» De deus amans et si les nomme.
» Ydrophus appelloit on l’omme,
» Et la dame Neptisphoras.
» De ces deus merveilles oras,
» Car il s’amèrent jusqu’en fin.
» Je le vous di à celle fin
» Qu’en leurs coers ardoit li drois fus
» D’amours. Or s’en vient Ydrophus
» À sa dame, et se rent confès
» En dis, en oevres et en fès,
» Et dist : « Neptisphoras ; ma mie ;
» Je vous jur, ne m’en mescrès mie,
» Et le vous di en loyauté,
» Que voi jonece en vo beauté,
» Vostre phizonomie douce,
» Vo vair oeil et vo belle bouche,
» Et tout vo membre mis ensamble,

» En vérité ensi me samble
» Qu’il ne soient noient mué
» Ne de leur jouvent remué.
» Vous m’estes en un point tout-dis
» Et dou présent et de jadis.
» Et Neptisphoras li afferme,
» Qu’il l’amoit d’amour bonne et ferme.
» Ydrophus, de vous m’est otel,
» Soie en la ville ou en l’ostel,
» Où que je soie et vous soyés
» Je vous voie et vous me voyés.
» Vous estes tout dis en un point.
» Sus ce n’i a de change point. »
Je me retourne adont sus destre
Et di : « Comment poroit-ce estre
» Qu’on peuist sans enviellir vivre ?
» Vostre parolle tout m’enivre,
» Car vous sçavés, et il est voir,
» Qu’il fault son cours nature avoir.
» Dont, s’aultre raison ni metés,
» De folour vous entremettés. »
Et Jonece qui moult fu sages,
Et qui cognissoit mes usages,
Me respondi, sans plus d’attente.
À l’oïr mis-je moult m’entente.
« Les amans ci dessus nommés,
» Qui grandement sont renommés
» Ensi que dist li escripture,
» Ouvroient deseure nature,
» Car les fais naturels sont tels

» Que vieuls corrumpus et mortels,
» Et nature, qui bien l’expose,
» Onques ne cesse ne repose,
» Mès continuelment chemine,
» Et le corps affoiblist et mine,
» Et n’a nulle aultre affection
» Fors toutdis sa destruction.
» Mès pour ce n’en sont pas peris
» Ne corrumpus les esperis.
» Il ont commencement sans fin.
» Ces deus coers estoient si fin
» Si gai, si jone et si nouvel
» Si abuvrés de tout revel
» Et si garni d’aveulement
» Qu’il ne cuidoient nullement
» Envieillir comment que le tamps
» Ne fust point sur eulz arrestans.
» Car ; quant entre euls se regardoient,
» Leur coer de droite amour ardoient,
» Et ceste amour, de sa puissance,
» Lor ostoit toute cognissance
» Et lor esconsoit leur véue.
» Là fust-elle bien pourvéue
» De sens et d’avis d’aultre part ;
» Si n’avoit elle là point part.
» On dit qu’amours ne voient gouttes.
» Les mauls en sont plus fors que gouttes.
» Y ai-je mis solution ?
» Aurai-je or absolution ? »
Je respondi : « Oïl, par m’ame !

» Neptisphoras fu vaillans dame
» Et Ydrophus très loyaus homs ;
» Et puisqu’en tel matere sons,
» Chiers compains, s’on le poet savoir,
» En poroi-je encor un avoir,
» Car à l’oïr prenc garant solas. »
Et Jonece qui n’est pas las
Que de faire apres m’en agrée
Amiablement le m’agrée.
Il le me compte et g’i entens
À l’oïr l’oreille avant tens.
« Selonc les ancyens usages,
» Uns poëtes, qui moult fu sages,
» Entre les choses qu’il exemple
» Nous recorde encor un exemple
» D’un amourous qui fu jadis,
» Qui loyalment ama tout-dis.
» Architelès ot cils à nom.
» Mis est ou livre de renom ;
» Car loyalment ama Orphane
» Qui fu Déesse et serour Dane.
» Elle moru jone pucelle ;
» De quoi li damozeaus pour celle
» Apres sa mort ensi jura,
» Dou quel veu ne se parjura,
» Que jamès aultre n’ameroit.
» Il ne scet qui l’en blasmeroit
» Mes onques il n’en fu blasmés,
» Ne fols, ne recréans clamés.
» Ains l’escusèrent de tout visce

» Les Diex, pour son loyal servisce !
» Et à sa requeste obéirent
» Et de conseil le pourvéirent.
» Architelès, quant il prioit
» À Morphéus, pas ne rioit ;
» Ançois moult lamenteusement
» En larmes cremeteusement
» Disoit : « Chiers sires, Morphéus,
» Je seroïe bien pourvéus
» De confort et mis à repos,
» S’à ce s’enclinoit vos pourpos
» Que Yris vostre messagière,
» Qui en dormant est usagière
» Des desconfortés ravoyer
» Me voliés ores envoyer,
» Afin que ma très douce amie
» Qui pour tous jours est endormie
» Peuisse en mon dormant véoir
» Avec lui parler et séoir. »
» Tant pria cilz de coer devot,
» Que Morphéus aidier le volt
» Et qu’en joie sa dolour mist ;
» Car en dormant il li tramist
» Sa dame qu’il desiroit si,
» Laquele li disoit ensi :
» Architelès, je sui ta mie.
» Qui mis en oubli ne t’a mie.
» Haro ! pourquoi t’i metteroie ?
» De folour m’entremetteroie
» Se j’oublioie mon ami,

» Qui onques ne pensa à mi
» Fors estre loyaus et entiers.
» Les Diex t’envoient volentiers
» Cascuns parolle de cesti
» Qui a pour moi le noir vesti.
» Prent blanc et vert ou bleu entir.
» Lai le noir ; tu dois bien sentir
» Que je sui tes amours, Orphane.
» C’est bien li acors de Dyane
» Que querre nos esbas alons
» Et qu’à l’un l’autre nous parlons.
» Ensi estoit reconfortés
» Li damoizeaus, de confors tels
» Qui grandement le consoloient,
» Et que les Diex jadis soloient
» Aux vrais amans donner et faire.
» Encor, pour mon compte parfaire,
» Cils qui vivoit en tel arroi
» Estoit fils et frères de Roy.
» Au dormir prendoit tel solas
» Qu’il n’en euist esté pas las,
» Ce disoit-il, toute sa vie
» Et que trop li faisoit d’envie
» Li jours de travaus et d’anuis,
» Il n’en voloit fors que les nuis
» Pour ce qu’il y véoit souvent
» Sa droite dame en grant jouvent
» Et ce dont il s’esmervilloit
» Par espasses, quant il veilloit
» C’estoit, de ce je vous afie,

» Qu’il ne pot onques véoir fie
» Sa souverainne en vision
» Qu’elle euist nulle lesion
» Ne ne fust envieillie point.
» Tout dis li sambloit en un point
» Jone, lie, gaie et chantans.
» Se tint il à rieule un garant tamps,
» Tant que sa vie ot cours et terme.
» Architelès encor afferme
» Qui de soi trop bien se ramembre
» Quoique blecié fuissent si membre,
» De maladie et de viellece,
» S’estoit jones et en liece
» En dormant li siens esperis.
» Ne onques il ne fu peris
» Que par son samblant il n’alast
» Et qu’à sa dame il ne parlast
» Qui li estoit douce et humainne
» Dou mains une fois la sepmainne.
» Et li avenoit, je vous di,
» Ce le plus sus le samedi.
» Et quant il véoit le matin
» Cils qui bien entendoit latin
» Et qui moult se sentoit tenus
» Aux Diex, il ne voloit que nuls
» Fesist pour lui son offertore.
» À Morphéus ; ce dist l’ystore
» Offroit d’or un petit besant
» De treze dragmes de pesant.
» Compains, tu es en ce parti.

» Jà le poes bien savoir par ti.
» Lie as le coer et non le corps
» Se je di voir, si le m’acors.
» Or chemines tout dis avant.
» Tu vois ta dame ci devant
» Qui s’esbanoie et se deduit
» Quant jones gens sont en deduit.
» On se poet d’eulz trop mieulz fyer ;
» Et te puis je bien afyer
» Que dont qu’il fuissent en courous,
» Le coer grandement amourous
» Soloies tu jadis avoir. »
Et je, qui desir à scavoir
Nouvelletés, responc : « Amis,
» Vos deus exemples m’ont jà mis
» En une pensée nouvelle
» Qui voirement me renouvelle
» Les amourettes de jadis,
» Mès je ne sui pas bien hardis
» Pour estre venus ne alés
» Là où je ne sui appellés.
» Bien sçai comment jà il en prist
» À Action, qui s’i mesprist,
» Quant ou bois s’embati sus celles
» Qui furent nimphes et pucelles
» À Dyane la tresmontainne
» Qui s’ombrioit à la fontainne. »
Dist Jonece : « En scés tu le compte ? »
— « Oïl, di-je. » — « Or le nous compte ? »
— « Volentiers. » Et entroes qu’il m’ot

Je li recorde mot à mot.
« Actions fa uns damoizeaus.
» Les chiens ama et les oizeaus.
» Dont, pour son deduit pourchacier,
» Un jour ala aux chers chacier
» Aux levriers. Un en accueilli ;
» Et cils au cours les recoeilli.
» Le cerf fuit ; Action après
» Qui le sievoit bien et de près.
» Il a passé les bois menus ;
» Ens es landes s’en est venus :
» Action le sievoit encor
» Qui d’ivoire portoit un cor.
» N’en voelt layer ne cours ne chace ;
» Mès son grant damage il pourchace.
» Venus s’en est, ne s’en prent garde,
» Sus Dyane qui le regarde ;
» Car pas ne li estoit lontainne,
» Ains se bagnoit à la fontainne
» Avec les nymphes qu’elle avoit.
» Et sitos qu’elle Action voit,
» Si fu honteuse et très estrine.
» Ne sot de quoi faire courtine ;
» En la fontaine se retire.
» À Action prist lors à dire :
» Qui ci t’envoia, saces bien,
» Il ne t’ama gaires ne bien.
» Tel penitence t’en fault prendre,
» Que tout aultre y poront aprendre
» Exemple et chastoi, je t’affi.

» Hardis fus quan tu venis ci.
» Il ne nous vendroit pas à gré
» Se nostre afaire et no secré
» Estoient revelé par toi.
» Et pour ce, en nom de chastoi,
» Tu soies tels d’or-en-avant
» Que le cerf qui fuit ci devant. »
» Là fu mués en otel fourme
» Que le cerf dont je vous enfourme.
» Les levriers qui de près le sievent
» Au cours moult tost le raconsievent.
» Ne scevent qui c’est ne qui non.
» Ne nommer ne scevent son nom,
» Ne plus ne le tiennent à mestre.
» Là le fault en grant dangier estre
» Et eschéir et demorer.
» Riens n’i laissent à devorer.
» Ensi vint Action à fin.
» Compains, je le vous di à fin
» Se maintenant je me hastoie,
» Et sus ces dames m’embatoie
» Que sçai je, se Venus y est
» Qui me regarde, si se test,
» Dont je poroie estre escarnis ;
» Je sui ci seuls et desgarnis
» De conseil, hors mis que de vous. »
Dist Jonece : « Compains très douls,
» De ce ne vous convient songnier
» Ne les pucelles ressongnier ;
» Elles sont jones et novisses

» Et desgarnies de tous visces
» Qui vous puist decevoir ne prendre ;
» Et si fériés moult à reprendre
» S’ensi partiés ne le conseil ;
» Qui m’ave pris de vo conseil. »
Jonece ensi m’amonnestoit
Et grandement songneus estoit
De moi remoustrer et retraire
Que je me vosisse avant traire
Pour parler à ma droite amour.
Je li acorde sans demour ;
Et quoi qu’il ensi me desist,
Prendés quil le deffendesist,
Si n’avoi je pas aultre entente,
Selonc ce que desirs me tempte,
Que de là partir sans parler ;
Més ains que g’i vosisse aler
Ne que je m’osaisse eslargir
Pour moi encor mieulz assagir,
À Jonece di : « Chiers amis,
» Venus qui avec vous m’a mis
» Me dist que vous m’aprenderiés
» Et le compte me renderiés
» Des merveilles de ce buisson.
» J’en y ai jà véu foison.
» À présent dittes moi d’icelles.
» Cognissiés vous point ces pucelles
» Que je voi dalès ma dame estre ?
» Trois compagnons, qui sont sus destre,
» Ravise assés et recognois,

» Car il m’ont fait pluisours anois
» Et mainte proyere escondit
» Refus, dangier et escondit.
» Diex les mace en male sepmainne !
» Je ne sçai pourquoi on les mainne
» En nul lieu où on se déporte.
» Il n’en y a nul qui ne porte
» Grant felonnie en son corage ;
» Je les crienc trop plus que l’orage
» Car il sont fel et despitous,
» Et aux bonnes gens peu pitous.
» Il me font la cher hirechier.
» Je n’oserai jà approcier
» Ma dame, tant que droit là soient,
» Car je sçai moult bien, s’il osoient,
» Il me vendroient sus courir.
» Me vedriés-vous point secourir,
» Compains, se ces trois m’acoeilloient
» Et au trencier me recoeilloient ? »
Et Jonece prent lors à rire
Et dist : « Amis, laissiés les dire.
» Je sçai bien qu’il sont moult estous ;
» Mès il se fault passer de tous.
» On ne poet mies cascun batre.
» Trop se faudroit le jour debatre
» Qui vodroit à cascun respondre.
» Alés vous mucier et repondre,
» Lors que vous les vés par maison.
» Encor y a aultre raison,
» Beus compains, foi que je doi m’ame !

» Vallet de seignour et de dame
» Est on tenu de deporter.
» Vous ne vous povés pas porter,
» Encontre euls, ensi que vodriés ;
» Car trop mesfaire vous poriés.
» Souverain ont que vous doubtés.
» Si vous pri, que vo coer dontés
» Telement que de nuls des trois
» Vous ne soyés jà plus destrois
» Qu’il vous ont esté jusqu’à ci.
» Cryés les tout à Diex merci !
» Mieuls les povés ensi conquerre
» Que par euls follement requerre.
» Vous avés souvent oy dire :
» Douce parolle fraint grant ire. »
Moult m’estoit la doctrine honneste
De Jonece qui m’amonneste
Si souef et si bellement.
Et quoique ces trois fellement
Me regardaissent de travers,
Se recommence encor ses vers
Jonece, qui est dalès mi
Et qui me clamoit son ami
Et me recorde des pucelles
Et dist : « Compains, oés d’icelles ;
» Sept en y a tout d un arroi.
» Dignes sont pour servir un Roi ;
» Je le vous créant et prommès
» Les véistes vous onques mès ? »
Et je responc : « Je ne sçai voir ;

» Mès leurs noms vodroie sçavoir
» Volentiers, afin que j’en soie
» Avisés, car si je passoie
» Devant elles, si com ferai,
» Au mains pas ne me mesferai
» Au recognoistre et au parler,
» Car celle part vodrai aler,
» Puisque vous le me conseilliés. »
Et Jonece, qui moult est liés
De ce qu’en ce parti me voit,
Au nommer errant se pourvoit,
Et me dist : « Compains et amis,
» Avec vo dame Amours a mis
» Ces pucelles pour li garder.
» Premiers vous povés regarder
» Manière, Attemprance et Franchise
» Et Pité d’autre part assise ;
» Vous ariés bien mestier de li.
» Et Plaisance à ce corps joli,
» Cognoissance et Humilités
» Faites, et vous abilités,
» Et vostre sens pas n’engagiés ;
» Mes soyés si enlangaghiés
» Que les trois vallés dessus dis
» Refus, Dangier et Escondis,
» Ne vous puissent porter contraire. »
À ces mots me vois avant traire,
Sans mettre y nul alongement,
Et salue moult doulcement
Toutes celles qu’en présent voi ;

Et mes yeus plus qu’aillours convoi
Sus ma dame, tout en emblant.
Là fui saisis de Doulc-samblant
Qui me dist : « Amis, se j’osoie,
» Comment que hardis asses soie,
» Je vous feroie millour chiere
» Que ne fai, et ma serour chiere,
» Plaisance, a bien vouloir dou faire ;
» Mès cil vallet de put afaire,
» Escondit, Refus, et Dangier,
» Me font souvent pourpos changer.
» Et toutes fois, pour vostre amour,
» Nous commencerons sans demour
» Une feste et un esbanoi,
» Car point ne doit avoir d’anoi
» La où jone gent se recoeillent. »
Adont de toutes pars s’acoeillent
Les pucelles au caroller.
Liement me vint acoler
Uns très gracieus jovenceaus
Qui est moult bien amés de ceaus
Qui le compagnent soir et main,
C’est Desirs ; il me prist ma main
En suppliant que je li preste ;
Je li baille et il le m’arreste,
Et dalès ma dame me met.
Je ne sçai pas qui le commet
À ce faire, mes quant g’i fui,
Je ne vosisse pour un mui
De florins tenir aultre doi.

Forment recommender je doi
Plaisance qui, par grant revel,
Chanta un virelay nouvel,
Car toutes et tous resjoïr
Nous fist ; or le voeilliés oïr.

Virelay.

Se loyalment sui servie
Et bellement supplye
De mon doulc ami,
Il n’a pas le temps en mi
Perdu, je li certifie.

Souvent se fault abstenir
Et couvertement tenir
Pour les mesdisans,
Car il n’ont aultre désir
Que grever et escarnir
Tous loyaus amans.

Trop ont pluisours gens envie
Dessus l’amoureuse vie ;
Je l’ai bien senti ;
Mès j’ai tout là Dieu merci !
Enduré à cière lie.
Se loyalment etc.

Et pour ce qu’il scet souffrir
Et soi sagement offrir.
Il vendra le tamps
Qui guerredon très entir

Li rendera sans mentir
De tous ses ahans.

S’en servant n’estoit oye
Sa proyere et recoeillie
En trop dur parti
Seroit, et son temps aussi
Plorroit à chiere esbahie.
Se loyalment etc.


Si tos que Plaisanche ot chanté,
Jonece qui m’avoit hanté
Et compagnié an et demi
En dist un pour l’amour de mi,
Lequel est tout prest del avoir
Se celi vous volés sçavoir.

Virelay.

Assés je me recognoi.
Coers qui s’esbahist de soi
Ne scet qu’il fet ;
De joie en péril se met
Et en anoi.

Et pour ce qu’en ce parti
J’ai plus avant obéy
Dou temps passé
Qu’il ne besongnoit à mi
Dont j’en ai souvent senti
Mainte durté.

En nom de tout esbanoi,
Ma dame, je vous envoi
De coer parfet
Tout ce q’un amant prommet
En bonne foi
Assés je me recognoi etc.

Et voeil vivre sans soussi
Lies et gais, je le vous di ;
Car j’ai esté
Trop pensieus jusques à ci
Car votre amour m’a saisi
Et si navré

Que j’en perc sens et arroi ;
Mes li bien qu’en vous je voi
Me font si fel
Que de péril m’ont hors tret
Par leur chastoi
Assés je me recognoi etc.


Franchise, qui moult est courtoise,
Sa vois joliement entoise
Pour chanter à bonne maniere
Avecques sa serour, Maniere.
Moult furent belles et doucettes,
Et bel ouvroient leurs bouchettes
En chantant les deus damoiselles.
Vermeilles orent les maisselles
Et bel estoient coulourées.
Illoec furent moult aourées

Pour gracieuses et mignotes
Ens ou nom de lor douces notes ;
Et d’un virelay bel et gent
Qui fu chantés voiant la gent.

Virelay.

Se par honnour sui donnée
Et de coer enamourée
À mon doulc ami,
Qui m’aimme bien et je li,
Je n’en doi estre blasmée

Car je puis bien dire ensi :
Onques en lui je ne vi
Chose desrieulée.
Mès loyalment jusqu’à ci
M’a honnouré et servi
Et trop bien m’agrée

La grasce et la renommée
De tous bons recommandée
Qui est dedens li ;
Car onques n’en defalli
Soir ne matinée
Se par honnour etc.

Trop seroient enrichi
Losengier et bien parti
De bonne journée,
S’il estoient tout onni

Et les bons mis en oubli ;
J’ai aultre pensée.

Cils l’aura, dont sui amée
Et souverainne clamée,
Bien l’a desservi,
Or se conforte par mi,
Et de riens il ne s’effrée
Se par honnour etc.


Ensi estoient en solas
Et chantoient, dont hault, puis bas,
Si com les chançons l’aportoient.
Mès quoi qu’ensi se deportoient
Les damoiselles au chanter,
Je m’ose bien et puis vanter
Les trois compagnons dessus dit,
Refus, Dangier et Escondit
N’avoient cure de la feste ;
Ançois crolloit cascuns la teste.
Riens ne voient qui lor souffise.
Pour quoi sont tel gent en offisce ?
Il estoient là en la place.
Riens ne voi en euls qui me place ;
Car il avoient, li larron !
Trois testes en un chaperon ;
Ne je ne passe pié avant
Qu’il ne me soient droit devant
Le regard, et en mi la chiere
Sus moi on sus ma dame chière.

Haro ! que je les vois envis.
Quant il me regardent ou vis
À painnes pui je ouvrir la bouche
Pour chanter que cascuns en grouce.
Il sont ores de put afaire.
Se je ne cuidoie fourfaire
D’amende que quarante livres
J’en seroie tantos delivres,
Car j’ai bien volenté et ire
Que d’euls en mi la place occire,
Mès je ne les ose envaïr
Ne sus eulz montrer mon aïr,
Seulement pour ce que ma dame
Rit à la fois sus eulz, par m’ame !
Et soeffre bien qu’il soient tel
Soit à la feste on à l’ostel.
De tout ce qu’il font elle jue,
Et je me defris et mengüe.
Je vodroie, par saint Remi !
Qu’il fuissent ores droit en mi
La grant mer, en une escuielle,
Ou la langue euissent muielle,
S’auroie paix de leur parolle.
Car quant je danse ou je carolle,
Ou je fai aucun esbanoi,
Il en ont tristece et anoi,
Et me sont trop fort en aget.
Cure n’euisse de tel get,
Car je n’i puis nul bon point prendre.
Se me convient-il à euls rendre

Et estre en leur subjection ;
Mès c’est voir sans devotion,
Car je n’i ai point d’amisté.
Tout le temps que j’ai là esté
Il n’orent aillours leur regart
Fors dessus moi, se Diex me gart !
Au mieulz que je puis je m’en passe.
Doulc-samblant pas ne me trespasse
Au chanter, ançois m’en requiert.
Par sa parolle me conquiert
Un virelay de tel chant qu’ai ;
Moult bellement illoec chantai.

Virelay.

Mon bien, ma paix et m’amour
Mon souvenir nuit et jour,
Et toute ma joie,
Se vous voliés je seroie
Resjoïs de ma dolour.

Non, ma dame, que je voeil
Biens deviser sus vo voeil,
Ne jà il n’aviegne
Mès proyer que vo vair oeil,
Qui sont simple et sans orgoeil,
De moi l’on souvienne,

Quant ensi vendra à tour,
Car il sont d’un bel atour.
Trop mieulz en vaudroie

Se par vo gré en avoie
À chief de fois le retour
Mon bien etc.

Ne de riens je ne me doeil
Que le bien qu’avoir je soeil
Tout-dis ne me viegne.
Si tretos que je recoeil
Le regart de vostre accoeil,
Que Diex parmaintiengne !

Je me conforte en douçour
Et le fai pour le millour,
Car, voir se j’estoie,
Plus grans cens fois que ne soie,
S’ai je conquis toute honneur
Mon bien etc.


Humilités, qui moult est belle,
Ne fu pas au chanter rebelle ;
Et pour ce qu’on n’avoit encor
Dit nul rondel de chief en cor,
Elle en dist un bel et joli,
Lequel voeil pour l’amour de li
Recorder, car de belle bouche
En issi la vois lie et douce

Rondel.

Amours je vous regrasci
En quan que vous m’avés fait

Le temps me plest bien ensi.
Amours etc.
J’ai mon coer mis et censi
À bel et bon et parfait
Amours etc.


Desirs fu forment esméus
Et de chanter tous pourvéus
Un rondelet bel et plaisant.
Tels fu, si com je truis lisant.

Rondel.

Pour vous, doulce créature,
Me fault souffrir nuit et jour
Maint assault plain de dolour.
Pensers si garni d’ardure
Pour vous etc.
Regardés quels mauls j’endure.
Se briefment n’ai vo douçour
Morir m’estoet sans sejour.
Pour vous etc.


Encor en fist un aultre après
Desirs, qui m’estoit assés près,
Et lequel j’oy volontiers,
Car il poursievoit les sentiers
Que j’ai à mon pooir tenu.
Je l’ai assés bien retenu,
Car g’i mis mon coer et m’entente.
Si le vous dirai sans attente :

Rondel.

La pointure qui me point,
Dont conseillier ne me sçai.
Nuit et jour ne cesse point.
La pointure etc.
Et si me point si à point
Que riens ne crienc son assai.
La pointure etc.


Pités, qui fu de bon afaire
Un virelay volt droit là faire,
Et puis le chanta doucement.
Proyer ne s’en fist longuement,
Car elle estoit assés aisie
D’estre gaiette et envoisie.
Là remonstra de coer discré
Ce dont on li sot tres grant gré
Et qui grandement m’abelli.
Vous l’orés pour l’amour de li.

Virelay.

Mesdisant sont moult hardi
Qui s’ensonnient de mi.
Ne soevent comment,
Et mettent empecement
Entre moi et mon ami.

Cuident-il par leur gengler
Mon ami vers moi grever

Ne porter contraire ?
Certes, nennil ; c’est tout cler
Que je l’aimme sans fausser
Et bien le doi faire.

Il m’a loyalment servi
Doubté, cremu, obey ;
Si l’ai-je souvent
Refusé ; mès vraiement
Onques ne s’en desconfi.
Mesdisant etc.

Pour faire leurs coers crever,
En avant li voeil monstrer
Chiere debonnaire ;
Par quoi s’il les ot parler
Cause aura de tout porter
Soi souffrir et taire.

Bien le saura faire ensi,
Et l’a fait jusques à ci
Moult courtoisement.
S’en aura tel paiement
Qu’il vault et a desservi.
Mesdisant, etc.


Doulc-samblant, qui fu gens et cointes,
De tous et de toutes acointes,
Ot en la feste grant puissance
Avec sa serour Cognoissance.
Ne se fisent gaires pryer ;
Ains chantèrent sans detryer

Un virelay bon et nouvel.
En euls oant pris grant revel,
Tant ens ou chant com ens ou dit
Vous l’orés sans nul contredit.

Virelay.

Je n’ai bon an ne bon jour,
Ne reconfort ne douçour
Ne souvenir qui le vaille,
Se vos regart ne le baille
Ma droite dame d’onnour.

Dont souvent sui esbahis ;
Car je ne puis pas tout dis
Estre dalès vous.
Quant g’i sui c’est uns périls
Pour mesdisans, ce m’est vis
Qui voient en nous

Aucun vrai signe d’amour
Dont genglent li trahitour ;
C’est la mort, c’est la bataille
Que j’ai bien mestier qui faille
Pour alegier ma dolour.
Je n’ai etc.

Pour ce, humblement escris
À vous, ma dame de pris,
Com li vos tres tous ;
Et vous di que je suis cils
Qui plainnement est ravis
En vos maintiens douls.

C’est mon bien, c’est mon retour ;
C’est ma joie et mon sejour ;
Il n’est riens dont il me caille
Fors que briefment vers vous aille
Pour remirer vo colour.
Je n’ai etc.


Quant Attemprance à son tour vint
Et que chanter il le convint,
Elle n’en fu pas trop escarse ;
Mès d’une vois à point esparse
Et qui volentiers fu oye
Chanta. Se dist la resjoye,
Ce me fu vis, un Virelay
Le quel je dirai sans delay.

Virelay.

On dist que j’ai bien maniere
D’estre orgillousette.
Bien afiert à estre fiere
Jone pucelette.

Hui matin me levai
Droit à l’ajournée ;
En un jardinet entrai
Dessus la rousée ;

Je cuidai estre première
Ou clos sus l’erbette,

Mès mon doulc ami y ere
Coeillans la flourette
On dist etc.

Un chapelet li donnai
Fait de la vesprée ;
Il le prist, bon gré l’en scai ;
Puis m’a appellée.

« Voeilliés oïr ma proyere,
» Très belle et doucette
» Un petit plus que n’affiere
» Vous m’estes durette. »
On dist etc.


Jà ne seroient nul jour las
Jone gent d’estre en tel solas,
Car leur nature le requiert
Qui toutadies avant conquiert
Et les encline en tel besongne ;
C’est la plus especiauls songne
Qu’il ont ne qu’il voeillent avoir.
Il n’ont cure de grant avoir ;
Il on droit, car or ne argent
Dure petit à jone gent.
Quant il l’ont, liement l’espardent ;
Et s’il ne lont, il s’en retardent.
Je, qui jà telz assaus souffri
Tous me deris et me defri
Quant à la fois il m’en souvient
Des aventures qu’il convient

Un jone amourous endurer.
Ne sçai comment il poet durer
Tant dou corps que de sa chevance ;
Mès fortune ou le temps l’avance
Qui l’aydent, par soubtieus cas.
S’il n’a rente, s’a-il pourchas ;
Car tout dis vient ors et argens
Par droit usage aux jones gens,
Et se lor est le temps confors.
Or revenons au fait de lors
Et dou jour dont loer me doi,
Que je tenoie par le doi
Ma droite souverainne dame.
Je ne vosisse adont, par m’ame !
Estre Roy de Constantinoble
Ou d’un royalme encor plus noble,
Et je ne fuisse en ce parti.
Je l’avoie lors bien parti
Et grandement, au dire voir.
Me sçai comment poroie avoir
La fortune à ceste pareille.
Las mès ! entrées que j’appareille
La parolle, pour dire un mot,
Je ne sçai se li uns d’euls m’ot
Des vallés ci nommés devant,
Mès il traient tous trois avant.
Seul de leurs regars m’esbahissent ;
Il me murdrissent et trahissent.
Pourquoi sont-il si près de moi
Quant g’i pense tous et larmoi.

Toutes fois Franchise et Pité,
Cognoissance et Humilité
Voïent bien que pas ne sui aise.
Nom-pour-quant cascune s’apaise
À ce que je remonstre et die
À ma dame ma maladie.
Mès elles n’en osent parler,
Ne vers moi venir ne aler.
Le temps en laissent convenir,
Viegne ensi qu’il poet avenir.
Se n’i voeil-je, ne quier nul visce.
Là fui servis d’un bel servisce
De Jonece, mon compagnon ;
Pour ce souvent s’acompagnon
Avec les bons qu’on en vault mieulz.
Il, qui tout dis avoit les yeulz
Sus moi et sus ma dame ouvers,
Et qui se tenoit tous couvert
Afin qu’on ne s’en presist garde,
Voit bien, par ce qu’il me regarde,
Que j’avoie très grant desir,
Mès que j’euisse le loisir,
De dire et monstrer quelque chose ;
Et si ne puis, aussi je n’ose,
Pour les vallés qui sont ensamble.
Que fist-il ? trop bien ce me samble.
Un anelet d’or il portoit
Où à la fois se deportoit ;
Mès celi il laissa chéoir
Pour nous en parolle enchéoir ;

Et lorsqu’il le senti chéu,
Si com il l’en fust meschéu,
Il fist forment l’ensonnyé,
Et là a requis et pryé
Que on li voeille aidier à querre.
Et cascune et cascuns à terre
S’abaissent après l’anelet ;
Et méismes li troi vallet,
Lesquels je ressongnoïe si,
En l’erbe le quèrent aussi.
Lors fui boutés de Doulc-Samblant
Qui me dist, ensi qu’en emblant :
« Passe avant, car on t’a fait voie.
» Ne voi personne qui te voie.
» Parolle à ta dame ; il est tamps. »
Et je, qui pour li sui sentans
Pluisours assaus, li dis : « Ma dame,
» Vostre amour m’a si pris, par m’ame !
» Que je ne puis maniere avoir ;
» Et s’il vous plaisoit à sçavoir
» Dont ce vient, c’est, en loyauté,
» En pensant à vostre beauté.
» Le bien de vous et le grant sens
» M’a conquesté de tous assens.
» Cils se poroit à droit prisier
» De qui vous dagneriés brisier
» Les mauls, seul de vos douls regars. »
Plus ne parlai car je regars
Que l’anelet si fu trouvés,
Et oy qu’on dist : « Vous devés,

» Jonece, par raison le vin.
» Vous voliés aler au devin
» Pour demander vostre anelet. »
Dont sallent avant li vallet
Qui furent fel et despitous
Et encontre moi peu pitous,
Et me disent : « Trayes en là »
Et je respondi : « Ve-me-là ! »
Tout le plus grant bien que je pris
De ma droite dame de pris,
Fu que je vis après ma note
Sa belle bouchette mignote
En riant un petit mouvoir.
Plus n’i ot fait ne dit non voir,
Ce fu assés ; bien me souffist.
Or vous dirai quel chose on fist.
Là fu qui dist ceste parolle,
Qu’on laiast ester la carolle
Et qu’on presist aultre revel.
Dist l’un : « J’en sçai un tout nouvel
» Que je voeil monstrer et aprendre
» Et qui bien est tailliés dou prendre. »
Quel est le ju on li demande.
Il respondi à la demande :
« C’est cils de la pince merine.
» Enfant de Roy et de Royne
» Le poroient par honneur faire. »
Tout s’acordent à cel afaire.
Nuls n’i est à qui il ne place.
Là fu le ju jués en place.

Or nous convenoit entre nous
Estre en estant ou en genouls.
Si nous asséins environ
De ma dame, et en son giron
Mist cascune et cascuns son doi
Pour le ju dont parler je doi.
Et cils qui en fist la devise
Disoit ensi, quant je m’avise :
« Robins ne poet dormir ou clos
» S’il n’est de fleurettes enclos.
» Et dist que jà n’i dormira
» Jusqu’à tant que sa mie aura
» Et un et deus. » — « Or vous levés
» Dist on à moi, vous le devés. »
Je me levai sans nul delai
Et un petit en sus alai
Environ dix ou onse apas,
Par quoi ne les oïsse pas,
Et me mis en un buissoncel
Qui séoit dalès un moncel.
Je croi que il fu fais pour mi,
Car il estoit tous croes parmi,
Beaus et foellus, ombrus et vers.
J’estoie laiens tous couvers
De foeillettes à toutes pars,
Et toutdis estoit mes espars
Et mon regard dessus ma dame
Pour qui amours le coer m’entame.
Elle fait bien à regarder.
Et celles qui l’ont à garder

Maniere, Attemprance et Beautés,
Et Doulc-Samblant qui est bien tels
Qu’il ne me dagneroit mentir,
Et Pités qui me lait sentir
Qu’Umilités trop bien l’ordonne,
Et Cognoissance qui me donne
Grant confort quant ceulz voi et cel
Qui sont tout vallet et pucelles
Pour euls plainnement asservir.
Je sui bien tenus de servir
Dame si bien acompagnie
D’une si doulce compagnie ;
Et pour ce que je le convoi
De douls regars que li envoi
Qui en regardant m’abilitent
Et qui grandement me delittent,
Monstrer voeil que je ne dors mie ;
Car sa doulce phizonomie
Me fait bonne matère avoir
Pour dire une balade voir.

Balade.

Maniere en plaisant arroi
Est forment recommendée
En Dame, et fust fille à Roy ;
Car, quant elle en est parée,
Elle est de tous honnourée,
Amée et prisie aussi
Pour le bien qu’on voit en li.

Et c’est bien drois, par ma foi !
Car manière à point arrée,
Soit à vue, ou en requoi,
Est volentiers regardèe.
C’est vertus moult renommée.
Onques coers ne le hay
Pour le bien etc.
Et pour ce que je perçoi
Que ma dame en est armée ;
Sui je hors de tout anoi,
Car elle est de bons nommée
De grasce et de renommèe,
La parfette au coer garni.
Pour le bien etc.


Entroes que Beautés et Plaisance,
Desirs, Maniere et Cognoissance,
Doulc-Samblant et Humilité
Franchise, Attemprance et Pité
Entendoïent aux noms donner,
Ensi qu’on les doit ordonner,
Et que le requiert ii reviaus
Et le ju qui est moult nouveaus,
J’avoie ailleurs mis mon entente,
Ensi que bonne amour me tempte,
À la balade dessus ditte,
Comment qu’elle fust moult petitte.
Depuis ne fui je pas alés
Trop loing, quant je fui appellés,
Et me tu dit : « Hanin ! Haynau ! »

Je respondi : « Pié de chevau ! »
Et puis on dist : « Que voels que face ? »
Ei je responc : « Ce qu’à Dieu place. »
— « Or nous dittes, sans couroucier,
» Lequel vous avés or plus chier
» Qui vous raporte sans delay,
» Ou flour de lys, ou flour de glay,
» Ou la roze, ou la violette,
» Ou la consaude joliette,
» Ou bonne-aventure, ou fortune,
» Ou le cler soleil, ou la lune. »
Et je qui tout-dis m’aventure
Je respondi : « Bonne-aventure. »
Bonne-aventure avant salli.
J’avoie bien afaire à li.
Desir ot-on ce nom donné
Par le ju devant ordonné
Je fui moult lies par convenant
Quant je le vi à moi venant,
Et il se resjoy foison
Quant il me véy ou buisson.
« Amis, dist il, ci sui venus,
» Pour vous porter. G’y sui tenus. »
Et je li dis : « C’est bien mes grès. »
Lors est laiens o moi entrés,
Pourvéus pour moi enchargier,
Ne il ne s’en voelt atargier ;
M_s il convient voir qu’il s’afarge ;
Car si tre-tos com il m’encarge,
Il m’est avis de toutes pars

Que ce soit fus et que tous ars,
Et que je soie en mi la flame.
J’escrie lors : « J’ars tous et flame !
» Desir, Desir ! mettés moi jus.
» Jués vous ores de telz jus
» Qui me voles ensi ardoir ?
» D’aler avant n’ai le pooir.
» Je senc le fu qui me sousprent,
» Qui tout me bruist et esprent.
» Issiés de ci et appellés
» Ceuls et celles que vous volés.
» Dittes qu’en me vigne secourre ;
» Car vraiement j’ars tous en poure,
» Ne je ne senc que flame et fu.
» Et si ne sçai mies par ù
» Tele ardour puist venir ne nestre,
» Fors seulement q’une fenestre
» À la manière d’un petruis
» Dedens ce buisson voi et truis. »
Se li fis-je orains de mon doi.
Certes moult bien comparer doi
Ce meffait ; car par là souvent
Ai je hui véu le doulc convent
Que ma très souverainne garde ;
Quant bas et hault par tout regarde.
« Cesle ardour est par là entrée,
» Car je n’i voi nulle aultre entrée,
» Dittes, Desir, ai je dit voir. »
Et cils qui bien fait son devoir
Que del ardant fu atisier,

Me dist : « Vous vos ahatiés hier
» De porter, comme bons vassaus,
» Les merveilles et les assaus
» Qu’aux pluisours jones gens aviennent
» Qui par ce buisson vont et viennent ;
» Et je vous voi jà recréant.
» Amis, amis, je vous créant
» Que quant de ci vous partirés
» Vraies ensengnes en dirés
» À ceuls qui oïr les vodront,
» Par quoi mirer il s’i porront. »
— « Haro ! di je, j’en sçai assés
» Car je sui jà mas et lassés.
» Estes vous pour ce ci commis ?
» Venus le m’avoit bien prommis,
» Que, se longuement je vivoie
» Et avecques vous arrivois,
» Que j’auroie à souffrir foison.
» Et se vous scavés la poison
» De ceste ardour qui m’est si griés,
» Je vous pri, qu’elle me soit briés,
» Car pas ne sui fors pour porter ;
» Se m’en poriés bien déporter,
» Car ce fais ci trop fort me charge.
» Je n’ai pas apris si grant charge.
» J’estoie assés à paix avant,
» Quoique dangiers me fust devant.
» Mieuls ameroie o lui tout dis
» Et refusés et escondis
» Que d’estre en penitence tele.

» Il n’est créature mortele
» Qui longes porter le peuist,
» Que briefment la mort n’en euist,
» Car il me vient tout à revers.
» J’estoie maintenant couvers
» De foellettes et de vredure
» Et je sui tous rempli d’ardure.
» Or, me dittes s’onques nuls fu,
» Fors que moi, ens ou pareil fu ;
» Car j’auroie bien ma part d’ire,
» Mès que je le puisse pardire,
» Se j’estoie en ce monde seuls
» Qui euisse esté augoisseus
» Et passé parmi ceste flame
» Qui trestout me bruist et flame. »
Desirs qui est un grans brandons
D’ardour, et qui en fait grans dons
Là où il les cuide employer
Me va erramment desployer
Figures et exemples tels,
Et me dist. « Or vous confortés
» Amis, et si escoutés voir.
» Vous volés, ce m’est vis, sçavoir
» S’onques nuls fu dou fu attains,
» Fors que vous, dont vous estes tains.
» Nommer vous en voeil jusqu’à dis
» Qui plus le sentirent jadis
» Que vous n’ayés fait, Dieu merci !
» À tout le mains jusques à ci.
» Dis ! voires vingt, se mestier fait !

» Ou un cenz ! qui furent si fait,
» Si pris, si attaint et si ars
» Que hardemens, avis ne ars
» Ne les en porent aidier onques. »
Et je li respondi adonques :
« Or les nommés ; je les orai
» Parquoi oublyer m’i porai. »
— « Volentiers. Moult en fu Phebus
» Del ardant fu d’amours embus
» Pour Dane qu’il desiroit si,
» Et celle le fuioit ensi
» Qu’on fuit ce dont on ne fait compte
» Onques Phebus, dont je vous compte,
» N’en pot belle parolle avoir,
» Tant li fesist-il à sçavoir
» Comment desirs le pooit traire.
» Tout dis li fu dure et contraire.
» Et Orpheus pour Proserpine
» Qui se pinoit dessous l’espine,
» Que Pluto ravi et embla.
» Orpheus ses chans en vuerbla,
» Et prist sa harpe belle et bonne,
» Et sen vint droit dessus la bonne
» D’enfer où siet la droite entrée
» Par où sa mie y fu entrée
» Que Pluto porté y avoit.
» Cils, qui trop bien harper savoit,
» Sa harpe attempra doulcement.
» Tant harpa et si longement

» Que les Diex, pour la melodie,
» N’en y a nul qui mot en die
» Tout ouvrirent encontre li.
» Et Orpheus au corps joli
» Trouva sa mie, ce me samble ;
» Et parlerent lonc temps ensamble.
» Et l’a dou ravoir calengié.
» Mès on trouva qu’elle ot mengié
» Dou fruit d’enfer, quant elle y vint.
» Pour ce demorer li convint.
» Mès Orpheus, si com bien sçai,
» S’en mist toutes fois en l’assai ;
» Ce fu amour et ardour grans ;
» Et s’estoit dou véoir engrans
» Quant en enfer, où tel val a,
» Pour Proserpine il s’avala.
» Et pas ne fait à oublyer
» Léander, mès à publyer
» Et l’ardour dont tant il ama
» Héro pour qui il s’entama.
» Toutes les nuis un brach de mer
» Nooit li preux pour ceste amer.
» Point ne visoit à la tempeste
» Dont la mer souvent se tempeste.
» Tant i ala et tant y vint
» Qu’enfin demeurer li convint.
» Entre Albidos et l’autre dune
» Fu il souspris d’une fortune
» Et laquele il ne pot passer.
» En noant le convint lasser ;

» Et là où mainte nefs arrive
» Fu trouvés mors dessus la rive.
» Et ne fu plains d’ardant folie
» Et de grande mélancolie
» Pymalion, quant il bailla
» À l’image qu’il entailla
» Sa mour de si ardant entente,
» Espris dou brandon dont je tempte
» Maint baceler et mainte dame.
» Il, en priant, rendi là ame.
» Cepheus n’en ot mie mains.
» S’estoit il en tres bonnes mains
» Eschéus, s’il y presist garde.
» Mès les flamesches de ma darde
» Ne scevent nullui deporter.
» Grant ardour le vint enhorter,
» Et l’amonnesta et sousprist,
» Quant la melancolie il prist
» De monter à mont un lorier
» Pour véoir avant et arrier
» S’il veroit point venir sa dame
» Qui loyalment l’amoit, par m’ame !
» Car un usage entre euls avoient
» Qu’en un gardin il revenoient
» Parler de leurs amours ensamble.
» Or en defalli, ce me samble,
» Héro, qu’elle un jour point n’i vint ;
» De quoi à Cepheus mesvint.
» Quant il voit que le soir approce
» Pour infortunés se reproce,

» En tel argu pensant à li
» Soudainnement il tressalli,
» De l’arbre chéi jus à terre.
» Il ne le convint aillours querre.
» Là fu trouvés, là est ses lis,
» Car il y fu ensepvelis.
» Tubulus gousta moult mes flames.
» Le record n’en est mies blames,
» Car dou gouster et dou sentir
» Peu de gens en voi repentir,
» S’il ne sont d’attemprance dure.
» Mès li touseaus en ceste ardure
» Persevera et rendi ame.
» Ensi est escrit sus sa lame.
» Le Dieu d’amours en leva bulles
» Et dist que loyal fu Tubules.
» Narcisus fu de franche orine,
» Enfés de Roy et de Royne ;
» Tres beaus fu et de noble arroi.
» Fille de Royne et de Roy
» Enama ; Equo ot nom celle.
» Elle moru jone pucelle.
» Nom-pour-quant, s’elle morte fu,
» Onques estaint n’en vit le fu
» Narcisus, tel quil le portoit ;
» Mès nuit et jour li enhortoit
» Que il perseverast avant ;
» Et li remettoit au devant
» Equo la belle et bonne et sage.
» Or avoit Narcisus d’usage

» Que d’aler ens es bois chacier
» Pour son esbanoi pourchacier.
» Il, qui estoit très bons ouvriers
» De mettre avant chiens et levriers,
» À la chasse un cerf accoeilli ;
» Et cils au cours le recoeilli.
» De près le sieut li jouveuceaus,
» Passe vallèes et monceaus,
» Preories et grans herbois.
» Venus s’en est en un beau bois ;
» Et assés près d’une fontainne,
» Qui de toutes gens fu lontainne,
» Prist Narcisus le cerf à force.
» Il méismes droit là l’escorce
» Et la cuirie aus chiens en fait,
» Car bien savoit ouvrer dou fait.
» L’aigue qui couroit ou ruissiel
» Rafreschissoit le jovenciel.
» Pour la calour qui estoit grans,
» Fu Narcisus forment engrans
» Que de la fontaine il peuist
» Boire et son sool en euist.
» Adont à la fontainne vint.
» Quant il y fu, se li souvint
» D’Equo que tant amé avoit
» Que conseiller ne s’en savoit.
» Narcisus s’abaisse pour boire ;
» Et l’aigue qui est clere et noire
» Et qui siet en lieu orbe et sombre,
» D’une personne li fait ombre.

» Quant Narcisus en voit la fourme,
» Ardour l’amonneste et enfourme
» Que briefment c’est Equo sa mie
» Et que perdu il ne l’a mie.
» Adont se lieve contremont ;
» Et volentés si le semont
» Que de cryer envois ! envois !
» Equo ! Equo ! à clere vois.
» Le son des bois respont sans faille
» Tout ce que Narcisus li baille.
» À la fontaine s’abandonne,
» Car miréoir, ce dist, li donne
» Qu’il voit Equo en propre face.
» Tant li plet qu’il ne scet qu’il face.
» Il s’abaisse et souvent en boit.
» En ceste ardeur s’i il s’emboit
» Que droit là, sans partir, se tient.
» Et tout entirement maintient
» Que il parolle bouche à bouche
» À Equo sa mie très douce ;
» Car le son retentist et dist
» Tout ce que de Narcisus ist.
» Là se plaint et pleure et souspire ;
» Sa vie et sa santé empire,
» Car il est là tant longement,
» Sans mettre en soi aliegement,
» Espris d’un tel tison ardant
» En la fontainne regardant
» Par son samblant une figure,
» Et telement s’i esvigure

» À regarder, dont près, dont loing,
» Qu’il n’a aillours entente et soing,
» Ne aultre part ne voelt aler ;
» Car vis li est qu’il ot parler
» Equo, si-tos com il parolle
» Soit bas ou hault une parolle.
» Ceste ardour ensi le demainne
» Jusqu’à tant qu’en la fin le mainne.
» Ensi Narcisus pour sa dame
» Rendi en cel estat là ame.
» Paris, qui fu à Priant fils,
» De son damage estoit tous fis
» Quant il ala en Gresce querre
» Feme pour lui par fait de guerre ;
» Car Helenus et Cassandra
» Disoïent bien : Quant hors saudra
» Paris, pour faire emprise tele,
» C’est no destruction mortele.
» Et toutes fois, pour leur parler
» Il n’en laissa point à aler
» En Gresce, ains y ravi Helainne
» Dont la guerre fu si villainne
» Com il y pert et y parra
» Tant que de Troies on parra.
» Acillès pour Polixena
» En amoureuse ardour regna.
» Et qui voelt savoir par quel tour,
» Il convient prendre son retour
» Ci devant et droitement-u
» Li amans à son coffre fu

» Où il ot jà mis son image
» Et on vera à quel damage,
» Comment Acillès fu menés,
» Espris d’ardour et fourmenés.
» Tristrans aussi sus tele fourme,
» Si com sa vie nous enfourme
» Qui bien justement l’examine.
» Dou fu d’amour, qui maint coer mine,
» Telement fu examinés
» Que jusques en la fin menés.
» Maint Philozophe aussi j’en sçai
» Qui en chéirent en l’assai
» Et furent feru de la darde.
» Premiers qui Ovide regarde
» Vregile et Aristotle aussi,
» On voit que ce fu d’euls ensi.
» Compains, il n’est nuls qui ne passe
» Parmi ce fu, s’il a espasse,
» Tempre ou tart, mès c’en est l’adrece,
» Le joli Buisson de Jonece.
» Foi que doi à saint Innocent !
» J’en nommeroie jà un cent,
» Voire, par Dieu ! un grant millier,
» Se tant voloie travillier,
» Qui tout en ont esté bersé,
» Ardament espris et arsé.
» Mès, nennil ; il m’en fault issir ;
» Car je n’ai mies le loisir ;
» Et se nous fault de ci vuidier.
» Que poent maintenant cuidier

» Ceuls et celles qui sont là-jus,
» Qui s’esbatent aux pluisours jus
» Et qui à riensnée n’entendent,
» Fors seulement qu’il nous attendent.
» Il dient ensi, et de voir,
» Que je ne fai pas mon devoir
» De vous porter, quant tant demeure. »
Et je li respondi en l’eure :
« Desir ! Desir ! trop me hastés !
» Saciés que je ne sui pas tels
» Que je puisse de ci partir.
» Vous me véés, com un martir,
» En penitance et en ardure.
» Jà tant que ceste ardour me dure
» Je n’ai cure de nul revel
» Ne de ju, tant soient nouvel.
» Toute joie m’est marison.
» Je ne quier que ma garison.
» Si vous pri qu’il vous viegne à point
» Que vous regardés sus ce point
» Par quoi briefment reconfort aie
» De ce mal qui si fort m’esmaie. »
À ces mos Desirs me respont,
Qui de moi pas ne se repont :
« Compains, compains, ce ne poet estre
» Que nullement voyes le prestre
» Qui jà jour ses reliques blasme.
» Diex me desfende de tel blasme
» Que jà des miennes je mesdie
» Pour nulle chose qu’on m’en die,

» Car je n’i sui mie tenus.
» J’ai esté tous jours retenus
» De Venus et de son conseil,
» Pour ce que j’enhorte et conseil
» Que ses afaires est moult gens,
» Voires à toutes jones gens.
» Et le fu dont elle s’esbat
» Je le recorde pour esbat.
» Se tu t’en plains quele est la coupe ?
» Quant tu bois à otele coupe
» Que les amans dessus nommés
» Qui grandement sont renommés
» En la vie des amoureus.
» Tenir t’en dois pour éureus
» Quant Venus t’a tant adagnié
» Que le buisson t’a ensengnié
» Par où toutes jones gens passent,
» S’en mi chemin ne se mespassent. »
— « Desir, di-je, point ne m’en plains ;
» Mès pour ce que je sui tous plains
» D’ardour, enflamés et espris,
» Et noient ne l’avoie apris,
» Ce me fait gémir et cryer.
» Si vous vodroie bien proyer
» À jointes mains et en jenous
» Que ci bellement entre nous
» Vous vo voeilliés tant entremettre
» Que de ce fu à coron mettre,
» Car de vivre en un tel parti
» Je l’auroie trop mal parti. »

Tant parlai et si bellement
Que cils, qui assés fellement
M’avoit remonstré, ce m’est vis,
Une grant part de son avis
À moi réconforter s’acorde
L’estat, comment il le recorde.
« Compains, dist il, je partirai
» Et devers vostre dame irai
» Et devers ses pucelles toutes
» Qui ne sont dures ne estoutes,
» Mès d’une accointance très douce,
» Et lor dirai, car le fait touche,
» En quel ardour vous sejournés. »
— « Haro, di-je, très bons jours nés
» Me seroit, s’ensi le faisiés. »
Il me respont : « Or vous taisiés,
» Car ensi le ferai sans faille
» Que presentement le vous baille. »
Il prent congié ; de moi se part ;
Mès encor, ançois son depart
J’avoie une chançon petite
Qui estoit assés bien escrite.
Je le pris, et se li donnai
Et en li baillant ordonnai :
« Vous donrés, de par le malade,
» À ma dame ceste balade,
» Et li dirés, aussi à celles
» Qui sont lès li com ses pucelles,
» Comment je sui en l’ocquison
» De li, embrasés dou tison,

» Si qu’à painnes puis-je parler. »
Dist Desirs : « Laissiés moi aler ;
» Je vous cuide trop mieulz aidier
» Que vous ne sauriés souhaidier. »
Desirs se part, et se me let
Au partir un sien anelet
Ce sont ières dou revenir.
Il saura trop mieulz avenir
Et adrecier à ma besongne
Puisqu’il en a empris la songne
Que je ne feroie à nul foer,
Car il cognoist assés le coer
De ma dame, ensi q’uns servans
Qui lonc temps a esté servans
Entre les dames et pucelles.
Je croi bien qu’il parra à celles
Si sagement et si à point
Que je ne m’en plainderai point.
De moi se part, Diex le convoie
Et doinst que briefment le revoie !
Car j’auroie trop grant mestier
Que bien il peuist exploitier.
Le retour de lui moult me tarde.
Souvent de celle part regarde
Parmi le petruis en couvert
Que de mon doi avoie ouvert.
J’en fesoie adont ma fenestre.
Une heure à destre et à senestre
Regardoie avant et arrière
Et me tenoie à la barrière.

Aultre remede je n’i truis
À présent que de ce petruis ;
Et il m’estoit trop bieu séans,
Car ma dame et tous les séans
Véoie, et point ne me véoient
Endementroes qu’elles séoient.
Desir, qui est bon usagier,
Quant il voelt, d’estre messagier,
Leur sourvient garnis de parolle ;
Mès ne sçai de quoi il parolle.
Au retour il le me dira,
Ne jà riens ne m’en mentira
Ou cas qu’il le m’a en convent.
Je regardoie moult souvent
De ce lès et de celle part
Mès pour ce de moi pas ne part
Le fu ne l’amourouse flame,
Ançois me bruist et enflame ;
Je ne m’en puis desfinceler.
Car je le senc estinceler
Environ moi. Haro ! quel hoste !
Quant il avient que mes yex oste
De ma dame et ailleurs les mec,
En peu d’eure les y remec,
Ensi que cils que tout dis tire
À monteplyer mon martire.
Et c’est chose legiere assés,
Car je ne puis estre lassés
De remirer et de véoir
Le fu qui me fait enchéoir

En l’ardour dont je sui attains.
Si sui je près sus l’estre estains.
Or nest pensée qui n’aviegne
Attendans que desirs revienne
Et que nouvelles me raporte.
En pensant illoec me deporte
À faire un lay presentement,
Car j’en ai assés sentement
Et matère par ces deus mains.
Je m’en passaisse bien à mains ;
Mès puis qu’il fault qu’il soit ensi,
Très humblement j’en regrasci
Amours qui de ses biens m’envoie,
Et qui aussi m’a mis en voie
De faire le lay sus tel fourme
Que mon fait requiert et enfourme.

Lay amoureus.

Ardamment me voi espris
Et sans confort
De fu d’amours qui me mort,
Si que tous fris
Ou coer m’est ce fu escris
Qui me remort
Le gent corps, le bel deport,
Et les douls ris
De ma dame qui m’a pris
Par son effort.

Se brief n’ai son reconfort,
En ce pourpris
Qui tous est d’ardour pourpris
Et oultre bort
Demorrai jusqu’à la mort,
J’en sui tous fis ;

Car d’ardour
Plainne de vigour
Et de chalour
Très aspre et très fiere,
Sans douçour
Me voi nuit et jour
Espris pour
Vous, ma dame chiere.
S’en savour,
Si cruel estour
Qu’à ma dolour
N’est mal qui s’affiere.
Vostre amour,
Maint plaint et maint plour
Par grant tristour
M’a fait mettre en biere.

Lamenteusement
Cremeteusement
Et secretement
Bellement,
Quant j’en ai espasse,
Di en moi comment

Le temps me sousprent,
Qui point ne m’aprent
Nullement
De segure grasce ;
Ançois me deffent
Tout esbatement,
Car je voi souvent,
Vraiement !
Qu’il me fuit et passe
Trop legièrement,
Sans aliegement
Ne confortement
Dou tourment
Qui si fort me lasse.

C’est bien chose pour périr
Quant joïr
Ne resjoïr
Ne conforter ne me puis ;
Ains me fault ensi tenir,
Et sentir
L’ardant desir
Dont je sui ars et bruis,
Qui me fait plaindre et gemir
Et ouvrir
Tamaint souspir
Plains de dolours et d’anuis.
Et ne sçai où refuir,
Pour garir
Ne amenrir

Les grieftés qu’en moi je truis,

Mès quant mon coer examine
Et le mine
Jusques au fons de la mine,
Je m’avise nom-pour-quant,
En pensant.
Que vous estes si benigne,
Douce et fine,
Que ceste ardour qui m’afine
Me fera, je ne sçai quant,
Confort grant ;
Car vostre bonne doctrine
Me doctrine
Que, s’a point estes estrine,
C’est tout en reconfortant
Le plaisant
Fait d’amours ; car si bon signe,
J’adevine,
Ont leur cours un seul termine
Pour esprouver un amant
Bien servant.

Dont je ne vodroie,
Se Diex me doinst joie,
Estre en aultre voie,
C’est drois qu’on m’en croie,
Que je sui ;
S’une heure m’anoie,
L’autre m’esbanoie.
Quant je me fourvoie,
Tantos me ravoie.
Par autrui

Ardour me guerroie,
Quel part que je soie ;
Et si fort me loie
Que ne la diroie
À nullui.
Mès quoi que je voie
Et qu’amours m’envoie,
Doulce, simple et quoie
Tantost perderoie
Mon anui,

Se vos vairs yex,
Frans et gentieus
Dagniés assir sus mon regart ;
Mès si lentieus
Ou si hastieus
Les voi venir de celle part,
Que petit mieulz
Voir en tous lieus
En est à mon coer qui tous art.
S’en sui entieus
Et très pensieus
Quant fortune ensi me depart

De ses biens à golonnées.
Quel presse a à tels données,
Qui sont si infortunées
Et si très mal ordonnées,
Que les creatures nées
Presens et passés
Dou cognoistre acoustumées
Dient que ce sont fumées

De dolour environnées,
Et que de tels corrovées
De deus ou de trois denrées
On a plus qu’assés.
Fortune, ensi tu m’effrées,
Quar je crienc tant tes posnées
Et les dures destinées,
Je ne sçai à quoi tu bées.
Or le voes or le devées ;
De riens ne t’est sés.
J’ai jà servi matinées,
Soirs, nuitiés et journées,
Termes et mois et anées.
De quoi sont recompensées
Mes painnes et mes pensées ?
Di le, se tu scés.

Et pour ce que grant et petit
Te tiennent en si grant despit,
Je croi aussi, se Diex m’ayt !
Que tu es si despitte.
Tu as maint coer mort et murdrit.
En toi croire n’a nul proufit,
Tes oevres et tout ti delit
Ne valent une mitte.
Dangier, Refus et Escondit
Me sont contraire et ennemit.
Je n’ai ne triewes ne respit,
Heure tant soit petite.
Mon coer souspire font et frit ;

Je sçai, de voir on le m’a dit
Que quant je ploure ton coer rit,
Tant es fausse et trahitte.

Trop felon
Sont ti don ;
Ocquoison
N’i a nulle de raison,
Ce dient li ancïen
Absalon
Et Sanson
Et Noiron
Et le Roi Laomedon,
Et Grieu et li Troïen.
Salemon
Ne Caton
Ne Platon
Ne sorent comparison
Faire de ton fol maintien.
Il n’est hom,
Tant soit bon
Ne preudom,
Que tu prises un bouton
De tant te cognoi-je bien.

En toi a tant de contraire
Qu’on ne poet dire ne faire
Nul bien ne nul exemplaire
Qui puist ne qui doie plaire ;
S’en sui tous abus.
Nom-pour-quant je m’en voeil taire,

Et au doulc penser retraire
De ma dame debonnaire,
Comment en son doulc viaire
Je sui tous embus,
Car la doulce simple et vaire
A un doulc regart pour traire
Un coer retraire et attraire,
Car nature y volt pourtraire
Moult de ses vertus,
Tant sont ses yeus secretaire
De gentil et noble afaire
Et si paiant sans fourfaire,
Que nuls coers ne poet meffaire
Qui en est ferus.

Et pour ce mon esperis
Onques ne dort
Ains veille et traveille fort,
Pensant toutdis,
Et appelle un paradys
Le plaisant port
De ma dame et le ressort
De son cler vis.
Nuit et jour y sui ravis.
Et pas n’ai tort,
Aussi j’ai espoir d’acort.
Qui m’a prommis
Que je serai resjoïs ;
Dont tel recort
Rendent à mon desconfort
Trop grant avis.


En dementroes que Desirs songne
De dire et monstrer ma besongne,
Ensi qu’il scet que le fait touche
À la simple, plaisant et douce,
Ma droite dame, assi à celles
Qui se tiennent pour ses pucelles,
Et que bien estoit escolés,
J’avoïe mis à l’autre lès
Mon sentement, tout tel que l’ai,
À faire et à ditter mon lay.
Je n’estoie dont pas sans soing,
Et il m’estoit assés besoing
Que je présisse aucun deport ;
Car cils qui mon message port
Demora une longe espasse.
Or n’est anoi que soing ne passe,
Mès qu’il soit plaisans et ouvers.
J’estoie ou buissoncel couvers
Et environnés de vredure.
Quoique mon coer fust plains d’ardure
Si estoïent li mien espart
Tout-dis tirant de celle part
Vers ma dame ; ensi que soloie,
Au regarder me consoloie
La manière et la contenance
De Desir ; aussi l’ordenance
Comment il laboure et traveille
Pour moi, ensi q’un preud’om veille
Qui voelt estre bons et entiers.

Je sceuisse jà volontiers
Quel chose il dist et qu’il procure.
Selonc ce qu’il y met grant cure,
Il deveroit bien besongnier.
Je le lairai faire et songnier,
Car je croi que c’est tout pour mi.
Il y a plus d’an et demi
Que je vosisse avoir éu
Tel qu’il est, ossi pourvéu
De bon avis que je le cuide ;
Mès ançois que de ci je vuide
Nouvelles me raportera,
Ne jà ne s’en déportera.
Or doinst Diex qu’elles soient belles !
Il ne fu mie trop rebelles
Quant de là aler li requis ;
Mès seulement je le conquis
Par li aparler doucement.
Il demeure moult longuement,
Mès il ne le poet amender,
Car qui bien voelt recommender
Une personne à pluisours gens,
Il fault estre moult diligens
Et pourvéus de grant savoir,
Maniere et contenance avoir,
Tant en maniere com en fes.
Je croi que Desirs soit si fes,
Car il esploita bien et bel ;
Je n’i voeil mettre nul rappel ;
Et tout ensi qu’il li avint

Il le me dist quant il revint.
Tout premiers, de ma dame il fu
Aparlés qui demanda : « U,
» Desirs, avés vous mis vostre homme ? »
Et cils, qui pas ne me sournomme,
Respondi : « Dame, ci devant
» Ai je laissié vostre servant
» Dedens ce buissoncel tous seuls,
» Triste, pensieu et anguisseus.
» Dont, se remede n’i mettés,
» Il dist que vous li prommettés
» Et donnés la mort, tout pour voir.
» Quant de là le cuidai mouvoir
» Je le trouvai en tel parti,
» Que ne l’en euisse parti
» Bougié ne jetté nullement ;
» Car il est attains telement
» Dou fu d’amours environ lés
» Qu’il en est jà tous afolés
» Et descoulourés en la face ;
» Et quel chose qu’il die et face,
» Et que grevé soient si membre,
» Moult grandement il se ramembre
» De Doulc-samblant vostre vallet
» Qui bellement parler le let
» À vous, sans get et sans envie.
» Se dist, tant qu’il sera en vie,
» Loer s’en voelt, car c’est bien drois.
» Mès il en y a aultres trois
» Dont il se plaint oultre l’ensengne.

» Desirs adonques li ensengne,
» Refus, Dangier et Escondit.
» Certes, dame, cil dessus dit
» Font grandement à reprocier,
» Car il ne vous ose approcier
» Ne remonstrer qu’il li besongne
» Pour ces trois, tant fort les ressongne !
» Il l’ont jà moult dur recoeillié
» Et près au tencier accoeillié.
» Or s’est-il sagement souffers
» Et toutdis bellement offers
» À vous, dame, et à ceuls servir,
» Com cils qui se voelt asservir
» Entirement à tous vos grés.
» Dame, il est loyal et secrés,
» Jones, friches et esbatans.
» En tous lieus où il vient à tamps
» Porte-il bonne grasce et bon los ;
» Et bon renom, bien dire l’os.
» Et vous estes jone et jolie
» Et par droit amoureuse et lie,
» Et bien digne d’avoir ami
» De bon nom, par l’ame de mi !
» Si seroit une belle paire
» De vous, se vos coers s’i apaire
» Et que le voeilliés consentir.
» Dame, voeilliés un peu sentir
» Comment pour vous vit en ardure
» Et la grant painne qu’il endure
» Attendans la vostre merci.

» En tiesmoing ceste lettre ci
» Qui represente le malade. »
Adont mist avant la balade
Laquele ma dame reçut,
Car dou buissoncel le perçut.
Si en fui un peu resjoïs,
Car je voi qu’assés conjoïs
Est Desir, si com que je cuide.
Je ne me remu ne me uide
Dou buisson, mès ançois regarde
Celi qui moult sagement garde
L’ordenance de sa parolle ;
Car moult bel et à point parolle
Par bon sens et par grant avis
À ma dame, ce m’est avis.
Car s’il ne l’euist fait à point
Ma dame ne l’euist là point
Oy parler si longement,
Ne recéu si doucement
La balade qu’elle tenoit.
Mès trop bien elle s’abstenoit
Dou lire ; et s’elle aussi s’en garde
À chief de fois elle ans regarde,
Et puis ses yeus tantost en oste.
Or avoit elle là d’encoste
Foi, Franchise et Humilité,
Maniere, Jonece et Pité
Qui bien Desir oy avoient ;
Mès l’entente pas ne savoient
De ma dame, ne son afaire ;

Ne quel response elle voelt faire.
Si sallent avant Diex leur mire,
Car bien l’ordenance en remire
Dou buisson où je le convoi.
Tout premierement Pité voi
Qui parolle comme une sage,
Car depuis oy mon message
Dire tout ce qu’elle parla
Et comment la besongne alla,
« Dame, dame, ce dist Pités,
» De vostre servant respités
» La vie qui en peril gist.
» Jà oés vous qu’il s’assougist
» Et met du tout en vo franchise.
» Il est d’une tres belle assise,
» Toute tele que doit avoir
» Un amourous. En li n’a, voir !
» Chose qu’il ne soit tous si fes
» En dis en parolle et en fes,
» Que doit estre un vrai coer secrés.
» Il est humles, lies et discrés,
» Obéissans, courtois et gens,
» Acointables à toutes gens,
» Friches, loyaus et biens celans,
» Avisés et à point parlans,
» De grant grasce et de bon renom,
» Et porte bon los et bon nom,
» Et s’est encores à parfaire ;
» Dont j’en prise mieuls son afaire.
» Tant en aurés vous plus grant gré,

» Se vous le mettés ou degré
» De toute honnour par vostre emprise.
» Ne pensés jà que je le prise
» Pour chose que Desir là soit,
» Car se de gengles nous lassoit
» Nous le saurions bien mettre arrière
» Trop plus avant qu’à la barrière. »
Adont salli avant Jonece
Et dist ensi : « Desir, et n’es-ce
» De celi qui gist ou buisson ?
» Je l’ai jà compagnié foison ;
» Mes je l’ai voir toutdis véu
» De sens et d’avis pourvéu,
» Ensi qu’on doit véoir un homme
» Dont le bien se nomme et renomme.
» Tels est il ; il n’est mie doubte.
» Et se les trois vallés redoubte,
» Dangier, Refus et Escondit,
» Il l’ont tant de fois escondit
» Que c’est bien drois qu’il les ressongne.
» Nuls ne nulle pour li ne songne
» Ne ne met sa querelle avant,
» Fors nous qui sons vostre servant.
» Plus prisié ne soient li troi
» Qui nous empècent nostre otroi.
» Or véons, et bien le sçavés,
» Que se nouvelles n’en avés.
» Par nous vous n’en povés avoir
» Cognoissance, ne riens savoir.
» Et Desirs qui pas ne vous voet

» Decevoir, aussi il ne poet,
» Tant que vous soyés dalés nous,
» Vous prie humblement en genous
» Que vostre servant recevés.
» Et bien aviser vous devés
» À ce qu il vous dist et enhorte,
» Car lettres de créance porte ;
» Et encores n’est pas ci ditte
» La balade belle et petite
» Qu’en vos mains avés recéu.
» Dont se bien l’aves concéu,
» Et c’est chose qu’on puist oïr,
» Voeilliés nous ent tous resjoïr,
» Car d’oïr plaisance nouvelle
» Toute joie s’en renouvelle. »
Et ma dame lors le desploie
Qui au lire le temps emploie,
Tout ensi qu’il y ot escript,
Vous en véés le contrescript.

Balade.

D’ardant desir pris et attains
Tains sui, et ceste ardour m’afine.
Fine dame, je sui certains,
Certains que la vie en moi fine.
Y ne me poet estre aultrement
Car je sui espris ardamment.
Dame en vos douls regart humains,
Mains jointes et la face encline,
Cline mes yeus tous soirs, tous mains.
Au mains regardés ent le signe

Si ne m’eslongiés nullement
Car je sui etc.
Se par vous n’est cilz fus estains,
Tains ardans, plus vermaus que mine,
Minera mon coer, je m’en plains ;
Plains d’ardour, qui si m’examine,
En mi ne voi aliegement
Car je sui etc.


« Or regardés, ce dist Jonece,
» Tres excellente dame, et n’es-ce
» Grant chose d’amer loyalment.
» Ceste balade est royalment
» Fette et de sentement joli.
» Parler voeil encor de celi
» Dont elle vient et qui l’envoie.
» Qui le moet et le met en voie
» De faire ensi ? je di, par m’ame !
» Que c’est tout pour vostre amour, dame,
» Dont il est si pris et laciés
» Qu’il n’en poet estre deslaciés,
» Ne ne sera, jà jour ne heure.
» Mès trop simplement il labeure ;
» Car pour chose qu’on vous en die
» Ne qu’on monstre sa maladie
» Ne qu’on le vous chante ne compte,
» Par samblant vous n’en faites compte.
» Dame ! dame ! par sainte Fois !
» On a eslongié pluisours fois
» Tel dont on se repentoit puis.
» Encores bien prouver le puis

» Par une dame qui jadis,
» Il y a des ans deus fois dis,
» Fist un virelay tout pour li
» De sentement bon et joli.
» Moult fu amourouse et courtoise
» Née et nourie entre Esne et Oise. »
— « Je voeil le virelay oïr
» Dist-elle, s’on en poet joïr,
» Car comment qu’il fust jadis fes
» Si m’en sera nouveaus li fes. »
Et Jonece en present li dist,
Qui onques ne li contredist.

Virelay.

Par un tout seul escondire
De bouche non de coer fait
Ai-je mon ami retret
De moi, dont je morrai d’ire.
Helas ! que ma bouche fait,
Ne comment ose elle dire
Tout le contraire dou fait
De ce que mon coer desire.
Lasse ! je ploure et souspire ;
Et si n’ai-je riens fourfet
Fors que de ma bouche ai tret
La glave pour moi occire.
Par un tout seul etc.
Et se jamès se retret
Vers moi, Diex me puisse nuire !
Se briefment ne me remet

On point où amours me tire.
J’en voeil mon coer assouffire,
Maugré que la bouche en et ;
Ne jà, pour cri ne pour bret,
Ne s’en laira desconfire.
Par un tout etc.


« Ensi, dame, com vous oés
» Fu le virelay moult loés,
» Et plus celle assés qui le fist ;
» Et encores moult il souffist
» À ceuls del amoureus offisce.
» Aussi croi-je qu’il vous souffisse ;
» Car bien doient les oevres plaire
» Qui donnent voie et exemplaire
» De toute recreation.
» De tres grande discretion
» Fu la dame qui volt sentir
» Que son coer ne dagnoit mentir,
» Et de bon avis avisée
» Quant elle arresta sa visée
» Et qu’elle estoit trop decéue
» Et en grant fourfet eschéue,
» Quant elle avoit donne congié
» Celi, et de soi eslongié
» Que si loyalment elle amoit ;
» Dont pour ignorant s’en clamoit.
» Et volentiers, s’elle peuist,
» Retrait et rappellé l’euist.
» Dame ; or pensés dont sus ce fait.

» Moult folie qui se fourfait.
» Par ceste le monstre et ensengne,
» Si vous pri, mettés ci ensengne ;
» Car je sui tout segur et fis,
» Autrui doctrine est grans proufis ;
» Et regardés à vo servant
» Qui vous a servi, je m’en vant,
» À son pooir très loyalment.
» Onques ne fist ignoramment
» Chose que il euist à faire.
» Encor, pour cremour de fourfaire
» N’ose il ne venir ne aler
» Ne à vous plainnement parler,
» Se ce n’est ensi qu’en emblant.
» Par l’emprise de Doulc-samblant,
» L’autre hier au parler s’enhardi,
» Mès tantos s’en racouardi,
» Car vo vallet avant sallirent
» Qui au tenchier pres l’assallirent
» Et en fu si dur reboutés
» Que tous jours les a puis doutés.
» Se ne sont-il pas tant prisié,
» Comment qu’il soient offrisié,
» Richement paré et vesti,
» Q’un damoisel tel que cesti,
» Qui ne voelt que bien et honneur,
» Jà l’aient trouvé sus le leur
» Deuissent voloir nul hansage.
» Il ne sont ne courtois ne sage
» Quant ensi le voelent sourquerre.

» S’il voloit ses amis requerre
» Et par la guerre aler avant,
» Jà lor en metteroit devant
» Des oultrageus et des despis,
» De quoi il vaudroient bien pis
» Encor fuissent-il plus grant mestre.
» Mès nennil, car pas ne voelt estre
» Rihotous, ne trop soursallis ;
» Non, s’il n’estoit si assallis
» Que force le fesist deffendre ;
» Mès il se lairoit ançois fendre
» Un grant cren, qu’il li avenist
» Ne que tencier le convenist,
» Tant est-il paciens et douls,
» Humbles à toutes et à tous ;
» Onques on n’i vit mesprison.
» En toutes places le prison,
» Et est tenus en grant chierté
» Pour sa grant debonnaireté.
» Las ! et point vous n’i prendés garde,
» Mès consentés trop bien qu’il arde
» Et bruisse en flame et en pouarre ;
» Se le fault-il d’iloec secourre ;
» Car comment qu’il ne soit point ci,
» Toutes et tous crions merci
» Pour li, et vous certefions
» Que c’est voir aujourd’ui li homs
» Qui plus vous airame et mieulz vous prise.
» Se seroit la chose mal prise
» S’il ne li estoit remeri.

» Trop sont de vous, dame, enchieri
» Les trois vallés par leur gengler,
» Car s’il les devoient embler
» Les bourdes de quoi il vous cenglent,
» Tant en dient et tant en genglent
» Qu’il vous mettent en tel espoir
» Qui onques ne fu, je l’espoir.
» De quoi ce n’est mies nos grés
» Que si legierement les crés ;
» Car vis nous est que nous faisons
» Mieuls à croire en toutes saisons
» Qu’il ne font jà, aient los tel
» D’estre bien venus à l’ostel ;
» Car nous ne volons que lièce
» Joie, esbatemens et jonèce,
» À point prendre et à point layer,
» Le temps et le monde payer
» Ensi que la saisons le donne
» Et que nature en vous l’ordonne
» Qui estes jone, lie et friche
» De membres et de santé riche,
» Et bien taillié de savoir
» Que c’est d’amourettes avoir
» Tels que cilz est dont nous parlons.
» Et s’il samble que nous valons
» Que vous nous en doyés oïr,
» Si nous en voeilliés resjoïr
» Et li faites en avant chiere
» Qui ne soit escarse ne chiere,
» Quel gré que les vallés en aient

» Qui trop sans raison s’en mespaient ;
» Car s’un petit apris l’avoient,
» Et bien justement il savoient
» Qu’il voelt, qu’il demande et qu’il quiert,
» Et quel chose à avoir requiert,
» Il le lairoïent sans regart
» Parler à vous, se Diex me gart.
» Si y deveriés conseil mettre,
» Et donner ançois ou prommettre
» Dou vo qu’à son acord ne fuissent ;
» Car bien saciés que, s’il le nuisent
» D’un lés, aussi font il vous voir.
» Quant vodrés vous le temps avoir
» Se maintenant vous ne l’avés.
» Par vous meismes vous savés,
» Il ne vous en fault point aprendre,
» Que vous estes en point dou prendre
» Esbanois, joies et depors,
» Tous deduis de coer et de corps.
» Trop povés perdre al atargier,
» Car si poriés le temps cargier
» D’ans, de sepmaines et de jours,
» Que durs vous seroit li sejours
» Et que n’i poriés revenir.
» Si ques laissiés nous convenir ;
» Créés nous, et amés celi
» Où on ne vit onques en li
» En dis, en fais ne en pourchas,
» Que parfette honneur en tous cas,
» Et donnés congié de haulte heure

» Ces vallés, car cascuns demeure
» Avec vous oultre no voloir.
» Il vous feront encor doloir,
» Tant vous en voeil-je bien prommettre,
» Quant remede n’i porés mettre. »
Dist Franchise : « Par saint Remi !
» Il y a plus d’an et demi
» Que je li ai ensi monstré,
» Mès cil vallet sont si oultré
» En sen amour et en sa grasce
» Que pour voir ou l’en hode et lasse,
» Et en est son coer tous ireus
» Quant on parolle riens contre euls.
» S’ont il ores de tel afaire
» Qu’on en doie grant compte faire.
» Mès de quoi poeent il servir,
» Ne les grans gages desservir
» Qu’il ont aussi, ne les bienfais,
» Quant cascuns est tels et si fais
» Qu’il héent ceuls qui son bien voelent.
» Mès s’il sont tel, estre le soelent,
» Leur nature ne poet mentir,
» Il ne s’en scevent repentir.
» Riens ne valent au tout prisier.
» On ne poet le villain brisier
» Sa nature, bien dire l’os ;
» Tout-dis refuit le leu au bos.
» Encor y a, dont plus m’anoie ;
» Car ossi de coer s’esbanoie,
» Soit en estant ou en genous

» Avec euls qu’elle fait o nous,
» Et si ne l’en poet on à dire. »
Dist Desirs : « J’en sui si plains d’ire
» Que droit sur l’ain de marvoyer ;
» Se le nous fault il ravoyer,
» Quoique la chose voist tramblant. »
Dont dist Desirs à Doulc-samblant :
« Es-ce par vous, se Diex vous voie !
» Que no dame ensi se fourvoie ? »
Et Doulc-samblant respont adonques :
« Par moi, lasse ! je ne cesse onques
» De li dire et ramentevoir
» Qu’elle ne fait pas son devoir
» De celi amer qui le sert,
» Et qui si loyalment dessert
» L’amour de li oultre l’ensengne ;
» Je le vous remoustre et ensengne ;
» Et li pri qu’elle m’en descoupe.
» Se ce n’est ma cause et ma coupe,
» Dame, dame, voeilliés le dire. »
Et ma dame prist lors à rire
Qui longement s’en fu tenue
Et moult sagement abstenue
De leurs parolles retrencier.
« Or est heure de commencier,
Dist-elle, « et que ce soit vos grés.
» Pour très discretes et discrés
» Vous tienc toutes et tous aussi,
» Et croi assés qu’il soit ensi
» De celi dont parlé m’avés,

» Car ses conditions sçavés,
» Queles eles sont et con fettes ;
» Et se Diex m’ayt ! vous en fettes
» Grandement à recommender,
» Quant, sans riens de li demander,
» Bon los li portés et bon pris.
» Je ne le blasme ne ne pris,
» Ne mies n’apertient à mi ;
» Ne pour servant ne pour ami
» Je ne l’ai encor retenu ;
» Ne nous ne sons là pas venu ;
» Si voeil-je assès qu’il me souviegne,
» De lui, et que tous biens li viengne
» Ne jà ne m’en verés arrière.
» Mès que je sois à sa proyère
» Si legierement descendans,
» Il n’avenroit en un cent d’ans.
» Et aussi ce ne seroit point
» Son proufit, gardés sus ce point,
» Que je li donnasse de sault
» L’amour de moi sans aultre assaut.
» Jà nen auroit savour ne goust
» S’il l’avoit à si petit coust ;
» Plus y poroit mettre que prendre.
» Or primes est il à aprendre,
» Si n’a que faire qu’il se carge
» De grant seing ne de pesant carge.
» Et qui par amours amer voelt,
» Si de ce acquitter se poet ;
» Ces deux choses li fault avoir.

» Or devés-vous moult bien savoir
» Qu’il n’est riens que grans soings ne brise.
» Il n’est pas sages qui le prise
» Ne qui le prent pour soi lasser,
» Ens ou cas qu’il s’en puist passer.
» Se ne li voeil-je pas brisier
» Son pourpos, mes très bien prisier,
» D’estre jolis et esbatans ;
» Car jamès n’i vendra à tamps
» Se de maintenant il n’i vient.
» Et puis qu’amer il li convient
» Et qu’il dist et vous met en voie
» Que ces pensers je li envoie,
» Je le voeil un peu resjoïr ;
» Et, vous, voeilliés comment oïr.
» Je me lairai de tant adire
» Que d’esbatre parler et rire
» Liement, sans li decevoir,
» Le vodrai hui mès recevoir.
» Mès que j’acorde ne ordonne
» Qu’à mes trois vallés congié donne
» Qui m’ont servi très loyalment,
» Je ne le ferai nullement,
» Car moult j’en seroie escarnie
» Et de grant conseil desgarnie
» S’il estoient en sus de mi.
» Il me sont servant et ami
» Moult gracieus et très propisce ;
» Et bien affiert à leur offisce
» Qu’entre euls aient la contenance

» Au revers de vostre ordenance.
» Mès à leur maniere m’assens,
» Car leur oultrages m’est grant sens,
» Et tout ce qu’il font bien lor siet.
» Voirs est qu’il n’ont mies laissiet
» Cesti ne venir ne aler,
» Ne à toute heure à moi parler
» Qu’il en a le voloir éu.
» Et pour ce que je l’ai véu
» Qu’il s’en est sagement souffers,
» Et très benignement offers,
» Et de grant coer, en mon servisce,
» Sans penser ne fraude ne visce,
» C’est bien raisons qu’il m’en sonviegne
» Et qu’aucuns guerredons l’en viengne.
» Desir, qui son advocat estes
» En tous cas courtois et honnestes
» Par devers lui vous en irés,
» Et de par moi vous li dirés
» Qu’il viengne jusqu’à ci sans doubte,
» Et que les vallès qu’il redoubte
» Il les trouvera soir et main
» Plus agréable et mieuls à main
» Qu’il n’aient esté ci-devant.
» Mès je ne voeil pas qu’il s’en vant
» Par nulle oultrageuse parolle. »
Et Desir reprent la parolle
Et dist : « Dame, par saint François !
» Il se lairoit occire ançois
» Qu’il mesist jà hors de sa bouche

» Chose qui à vantise touche. »
Ensi Desir lies et joious
À moi qui estoie anoious
De ce qu’il demoroit jà tant,
Et qui me tenoie en estant
Enfremés dedens le buisson,
Tout ensi qu’en une prison,
Est revenus apertement.
Encor puis son departement
Sus l’estat dont peu me casti
Avoie un virelay basti,
Lequel vous orés sans attente
S’en responderés vostre entente.

Virelay.

Or n’est-il si grant douçour
Que de penser sans sejour
À sa douce dame gaie.
J’ai ce penser qui me paie
Ensi qu’il doit, nuit et jour ;

Je vous voeil dire comment :
Premierement
Je ne cesse nullement
Que de penser
À ma dame entirement
Et liement.
Cilz pensers me vient souvent
Amonnester

En remirant sa coulour
Son bien, son sens, sa valour.
Dont c’est bien raisons que j’aie
Ou coer l’amourouse plaie
Quant tel saintuaire aour.
Or n’est il etc.

Et ce me sont grandement
Esbatement,
Et me font legierement
Le temps passer ;
Car quant je voi en present
Son doulc corps gent,
Je ne puis de ce présent
Mes yeus oster.

C’est mon bien, c’est mon retour,
C’est ma souverainne amour,
C’est le desir qui m’esgaie ;
Et s’est la fortune vraie
Qui me fait tendre à honnour.
Or n’est-il, etc.


Desir me dist de branche en branche,
Car bien en ot la ramembrance,
La besongne, ensi qu’elle va.
À très bonne heure il arriva
Quant il vint en mon purgatore,
Car il me rendi grant victore
De la flame et del ardent fu
Qui entours moi ou buisson fu.
D’illoec se part, que plus n’atarge ;

Mès il me prent et si m’encarge,
Et tout en solaçant m’aporte,
Là où ma dame se deporte
Ensi que le requiert li jus.
Et quant entre elles me mist jus,
Je fui sachiés et detirés ;
Mès je m’en fuisse enuis irés,
Car de tout ce que je véoie
De coer et liement rioie.
Puisse-di au Roy-qui-ne-ment
Juames nous moult longuement.
Entre les jus et les solas,
Dont je ne seroie jà las
Dou dire et dou ramentevoir,
Car je sçai bien, et tout de voir,
Que les recors moult en agréent
Aux amans, car moult les recréent,
Et lor remoet et renouvelle
Pensée joiouse et nouvelle,
Selonc l’aventure qu’il sentent
Dou temps passé où il s’assentent,
Et les enflame et encorage ;
Je qui avoïe mon corage
Mis et tourné, et n’entendoit
Fors à une, ne ne tendoit,
C’estoit que le loisir véisse,
Et aussi je m’en pourvéisse
De parler à ma droite dame
Pour qui amours le coer m’entame ;
Tant arrestai en ce sejour
Que ma pensée vint à jour

Et que je vi heure et chevance.
Adonques au parler m’avance
Et di : « Dame, pour Dieu merci !
» Vostre amour m’a mis jusqu’à ci
» En mainte imagination,
» Mès n’ayés indignation
» Sus moi. Se vo vallet m’ont dit,
» Refus, Dangier et Escondit
» Pluisours parlers contrarious,
» Se j’ai esté vers eulz irous,
» Espoir plus qu’il n’aperceuis,
» Mès il n’est nuls qui soustenist,
» S’il navoit trop grant attemprance,
» Non qui portast tele souffrance
» Que j’ai porté, Dame, pour voir
» Sans li aucunement mouvoir.
» Il m’ont esté grand ennemi,
» Hélas ! il ne l’ont pas en mi
» Trouvé qu’il me soient si fet,
» Car mes parolles et mi fet,
» Se dire le puis sans vantise,
» Mès qu’il amassent ma hantise,
» Sont tout prest en leur ordenance.
» Mès de trop simple contenance,
» Trop ignorant et peu hardi,
» Cremetous et acouardi,
» M’ont il esprouvé et véu.
» Si ai-je voir tout-dis éu,
» Quoiqu’il m’aient fait moult doloir,
» Très grant corage et bon voloir

» De vous servir par bonne entente.
» Or me moet Desirs et me tempte
» Que je vous remonstre et vous die
» Une part de ma maladie.
» Merci vous pri à jointes mains
» Que vos frans coers me soit humains.
» En vos douls regars me soloie
» Consoler, ne mieuls ne voloie
» Que la présence et le regart.
» Et maintenant, se Diex me gart !
» Il me murdrissent et occisent ;
» Car ardant fu ou coer m’atisent.
» Si les voi-je très volontiers ;
» Et m’est au véoir grans dentiers ;
» Et si les crienc, bien est tele heure,
» Car par euls je boi et saveure
» La flamme de ce fu ardant,
» En eulz volentiers regardant.
» De quoi assés je m’esmerveil,
» Quant en ces pensers je m’esveil,
» Dont tels fus poet venir ne nestre.
» Car je voeil vostre servant estre
» Obéissans à tout vo gré,
» De coer humle, vrai et secré,
» Sans jamès partir ne mouvoir.
» Certes, dame, je di tout voir ;
» Non que je taille ne devis
» Riensnée sus vostre devis ;
» Car vous povés, sans rien fourfaire,
» De moi tout vostre bon gré faire,

» Mès j’ai en vous tant de fiance,
» Et en la très douce alliance
» D’amours, qui les loyaus coers voit
» Et qui de grasce les pourvoit,
» Que vous metterés temprement
» En ma doulour attemprement.
» Dame, si j’ose dire ou puis
» Comment il m"a esté depuis
» Que premièrement avisai
» Vostre gent corps, bien avisai
» Dou dire et dou ramentevoir.
» Et quoique j’en die le voir
» Et qu’au recorder je m’assens,
» Les biens de vous et les grans sens
» M’ont conquesté plain et entire.
» Mès tant qu’au fait de mon martyre
» Que j’ai enduré et souffert
» Et les pensées m’ont offert
» Pour vostre amour, qui si me lime,
» Je n’en diroie la centime ;
» Car ce mal est jà si espars
» De tous lès et de toutes pars,
» Et si fort en sui abuvrés
» Que, se temprement n’i ouvrés
» Vous verés bien que ce sera.
» Mes jamès il ne cessera
» Jusqu’à tant que de votre bouche
» Qui est si plaisans et si douce
» Aucuns courtois parlers saudront,
» Et lors ma dolour assaudront.

» Et le desconfiront de sault.
» Chiere dame, se Diex me sault,
» Qui prie il est en grant merci.
» Toutes fois je vous remerci
» Quant ores me dagniés oïr ;
» Et moult me povés resjoïr
» Par mettre un seul parler avant :
» Je te retienc pour mon servant !
» Dame, voeilliés le dire ensi
» Et vous me verés sans nul si
» Gai, joli et enventureus
» Et me tendrés tres éureus
» Et tout conquesté de vo droit. »
Et ma dame qui ne vodroit,
Ce m’est vis, selonc mon afaire,
Que toutes choses à point faire,
Me respondi ; tout en apert :
« Fols est qui sert, que son temps pert ;
» Mès service fait loyalment
» À personne d’entendement
» Ne fu onques mors ne peris
» Qu’en la fin ne soit remeris. »
Nos parolles atant faillirent,
Car les vallès avant sallirent,
Refus, Escondis et Dangier
Qui me fisent mon sens changier.
Sitos que je les voi venant
Bien perçoi par leur convenant
Qu’il se tiennent pour decéu
Dou grant loisir que j’ai éu

De parler à ma droite dame.
Encontre euls n’alai pas, par m’ame !
Pour demander : « Que querés-vous ? »
Ançois fis le simple et le douls
Et cline mes yeus contre terre.
Par ensi n’i ot point de guerre.
Haro ! en doi je estre blasmés,
Se de tels vassauls enflamés
Et appareilliés de tencier
Sai les parolles retrencier
Par euls a parler doucement ?
Depuis ne remest longement
Que Pités, Franchise et Maniere
Qui reconfortent ma banière,
Plaisance, Jonece et Desir
Prisent entreuls un garant loisir
Que de solacier et d’esbatre.
Ma dame ne lor volt debatre,
Mès s’acorda à leur bon gré.
Et droitement en un vert pré,
En l’ombre d’un vert arbrissiel
Tout joindant un joli ruissiel
Où l’aigue couroit rade et vive
Qui d’une fontainne y arrive
Fu li esbanois ordenés.
Là estoïe moult adonnés
À moi déduire et solacier ;
Car ma dame a tous solas chier
Et li viennent à grant revel.
Qui savoit là riens de nouvel

Pas ne l’en convenoit proyer,
Ains le disoit sans detryer ;
Bien estoit oys et véus.
Jonece, qui est pourvéus
Tout dis que de faire et de dire
Choses pour solacier et rire,
Mist là parolles en avant.
Et dist : « J’ai véu, je m’en vent,
» Que jone cent, telz que nous sons,
» Et qui par bien le temps passons,
» S’esbatoïent au souhedier ;
» Je vous pri, voeilliés nous aidier
» À faire et ordener souhès,
» Et ce soit vos gous et vos hès.
» Et cils qui bien s’i aidera,
» Ou celle, et mieuls souhaidera,
» Un vert chapelet bel et gent
» Où il n’aura or ne argent,
» Mès de flourettes fais sera,
» Sus son chief on li assera. »
Tout s’acordent à son devis.
Et Jonece, qui est de vis
Beauls et douls, et de simple afaire
Va errant un chapelet faire
De flourettes bel et joli,
Et dist : « Pour l’amour de celi
» Que présentement vous véés
» De souhedier vous pourvéés. »
Là fumes nous en un detri,
Sans avoir tençon ne estri

À savoir qui doit commencier,
Ne nuls ne s’en voet avancier.
Là fu à la busquette fret
Ordonnéement et attret ;
Et là le gagna de son droit
Plaisance, qui pas n’en vodroit
Pour nulle rien estre escusée,
Car elle est assés bien usée
De souhedier. Si dist ensi,
Par langage très agensi.

Le Souhet de Plaisance.

Je souhede qu’il fust toutdis estés
Beaus et jolis, et li airs attemprés,
Clers et seris, gracious et soués,
Et qu’on véist, par vregiers et par prés
Roses et lys et flourettes assés,
Et qu’on euist en partie ses grés
De ce qui est pure necessités.
Secondement :
Cascun amant fu loyal et secrés,
Obeissans, percevans et discrés,
Et de parler si bien acoustumés
Que de tous fust prisiés et honnourés,
Et de sa dame entirement amés,
Et à la fois liement escoutés.
Et dame aussi, c’est bien ma volentés,
Certainement
Euist en li un si bon sentement

Si grant avis et tel entendement
Qu’elle peuist cognoistre clerement
Le vrai amant, qui prie loyalment,
Et à celi donnast entirement
Son coer, s’amour, sans nul departement.
Et cel estat pour l’amourouse gent
Fust ordenés,
Et se tenist tous jours en un moment.
Encor avant je vous dirai comment
En bon deduit, en grant esbatement,
On ne parlast jamais d’or ne d’argent
Mès on euist tantost presentement
Ce c’on vodroit à son commandement,
Et cascuns fust en demandant briefment
Bien avisés.


Lors que Plaisance ot souhedié,
Afin que mieulz soient aidié
Leur souhet et mis en recort,
Il orent entre euls un acort
Qu’on les escrise et les registre.
Lors me delivrent le registre
Encre et papier, ce me fu vis.
Puis mis mon sens et mon avis
À l’escrire et au registrer.
Adont leur oy reitrer
L’ordenance de leurs souhès.
C’estoit grans biens, et un douls hès,
Douls oïr, véoir et entendre.
Et là fu requis, sans attendre,

Desirs que son souhet il die.
Et cils qui peu y estudie,
Car il fut assés bien sentaus,
Respondi : « Certes il est tamps ! »
Lors souheda de coer parfet,
Et je l’escrisi tout à fet.

Le Souhet de Desirs.

Je souhede toutdis joie et liece,
Et que soussis nul vrai amant ne blece,
Ne jà ne soit riens qui leur grasce empece,
Ne il ne soit chastiaus ne forterece
Où mesdisans puist avoir son adrece,
Envie soit morte et mise en tristrece,
Et bonne amour en son estant se drece
Pour resjoïr
Les jolis coers qui vivent en noblece,
Et cil entre eulz aient sens et proece
Et bien de quoi faire honneur et larghece,
Et se ne soit estas qui les courece
Ne qui les puist amener en foiblece
Ne savourer les dangiers de viellece,
Mès tout adiés aient force et jonece,
Et grant desir
De toute honnour conquerre et poursievir,
Et volontes de leurs dames servir,
Parfettement honnourer et cremir,
Et à tous fais amourous obéir,
Vertus amer et tous visces haïr,
Et loyauté tout adiés maintenir ;

Ne pour refus qui fait souvent sentir
Mainte destrece
On ne se puist tourbler ne afoiblir,
Et tous jours vivre en joie sans morir.
Et si trestos qu’on die : je desir
À avoir ce par souhet, sans fallir
Presentement on le voie venir
À son commant tout prest et tout entir ;
Ne entre nous on ne puist ja veir
Nulle rudece.


Bien fu qui reprist la parolle
Humilités, qui bel parolle ;
Car elle en fu toute ensegnie,
Et s’en vient de droite lignie
À parler bel et doucement.
Se dist sans mettre y longuement
Un souhet lequel j’escrisi ;
Moult me plot quant je le lisi.

Le Souhet d’Humilités.

Je souhede d’estre lie et leghiere,
Esbanians, friche gaie et entiere,
En tous deduis gracieuse et mesniere,
Au bel parler aussi très coustumiere,
Au bien danser avoir grasce et maniere,
De tous depors estre nommée ouvriere,
Et que jamès je ne véisse en chiere
Nul mesdisant ;

Car il n’est griés que leur langue ne fiere.
Pluisours fois m’ont fait clore la minière
De tous solas, dont je sui trezoriere.
Et mon ami refuse sa proyere
Et estre à lui orgillousete et fiere.
Pour ce les voeil mettre de moi arriere.
Pleuist à Dieu quil fuissent tout en biere
Sans remanant,
Ou telement converti en avant
Qui fuissent plus dou fu d’amours ardant,
Et embrase, et fout en bien faisant,
Que ne sont cil qui vivent maintenant
En cel estat amoureus et plaisant.
Si en seroit exaucie de tant
La douce vie ou leur lange s’espant
La mal parliere.
Et quanqu’il ont des gengles en parlant
Fuissent mottet bien ordonné en chant.
À eulz oïr y auroit presse grant.
Et que tout-dis, sans mouvoir tant ne quant,
Fors en solas usissiens no vivant ;
Et tous souhès euissent vrai amant
À leur plaisir tout-dis en accroissant
Joie pleniere.


Jonece qui fu beaus et douls,
Amés de toutes et de tous,
Tant pour ses bons parlers savoir
Que peur ce qu’il se scet avoir
Gentement et de maintien friche,

Un abit portoit noble et riche
Dent il estoit le mieulz prisiés.
À moi dist : « Amis, escrisiés
» Mon souhet, car je vous en pri. »
Et je, qui pour riens el ne fri,
Que d’oïr telz solas sans fiâiille
Li escris, ensi qu’il le baille.

Le Souhet de Jonece.

Je souhede que je soie si fés
En tous estas, en maintiens et en fés
Que par raison doit estre uns amans vrés,
Très envoisiés, lies, amourous et gés,
Et tant avoir en bons deniers tous sés
Que pour payer despens et cous et frès
Que je poroie avoir acquis et fès,
Et que chevance
En nul pays ne me fausist jamès ;
Et de mon corps fuisse ossi armerès
Et ossi preus, pour estre plus parfés,
Com jadis fu Hector ou Acillès ;
Et grasce avoir à Dieu com ot Moysès,
Et acomplis veisse tous souhès
Tels que feroie ; et se fust bonne pes
Par toute France
Et en tous lieus où ferme est no créance ;
Et que cascuns bacelers qui s’avance,
Ou qui en a volonté et plaisance,
Fust avec moi et en ma gouvrenance

En terre sainte où Dieus reçut souffrance
La large au col et ens ou poing la lance,
Pour remonstrer no force et no puissance
Aux coers malvès.
Et jusqu’en fin bonne persevérance,
Victoire et gloire et joie et souffissance ;
Et ma dame euist la cognoissance
Dou grant desir qui pour s’amour me lance,
Et me donnast confort et espérance
D’estre escoutés selonc ma penitance ;
Et se tenist ferme ceste ordenance
À tous jours mès.


Endementroes que j’escrisoie
Ce souhet, forment le prisoie ;
Et me sambloit au voir entendre
Que cils a bon voloir de tendre
À toute honnour qui fait l’avoit.
Maniere qui moult bien savoit
Qu’elle ne poet estre escusée,
S est moult doucement acquittée
D’un souhet dire tout ensi
Par langage com ve-le-ci.

Le Souhet de Manière.

Parfette amours qui onques ne se part
Des loyaus coers, car elle y claimme part
Et de ses biens largement lor depart,
Presentement m’esmoet, Diex y ait part !

Que je souhede, et je souhede à part,
Que tous les biens qu’elle donne et depart
Soient à nous desployé et espart,
Si que tous plains.
Cascune en soit et cascuns tempre et tart ;
J’aie le corps jone, friche et gaillart,
Très amoureus et plaisant en regart,
Et que le bon et le bel que Diex gart
Que j’ai amé et aimme sans fauls art,
Sente que c’est parfettement dou dart
Dont bonne amour les siens enflame et art.
À tout le mains
S’atainte en sui il en puist estre attains ;
Et nompourquant de lui pas ne me plains,
Car je cognoi et voi par ses complains
Que cils assaus li est assés proçains
Et qu’il en est environnés et chains,
Car il ne s’est pas jusques à ci fains
De moi proyer ; et pour ce voir je fains
Sans nul depart ;
Et oultre plus en os quant je remains
En bon pourpos, afin que je ramains
Toute raison que je n’en vaille mains,
Mon afaire soit pitous et humains,
Et aie assés de quoi entre les mains
Pour donner à tamaintes et tamains.
Tout bon éur soit mon cousin germains
Sans fol regart.


Pités ne fu pas esbabie

Car sans ce que nuls li aye
Ne nulle aussi, c’est bien m’entente,
Fors Amours qui le moet et tempte,
Souheda un souhet moult bel.
Ne sçai s’elle aura le chapiel ;
Mès le souhet je registrai
Où les aultres registre ai.

Le Souhet de Pités.

Je souhede qu’il fust tous jours ensi
Que dame euist de son servant merci,
Et avec ce le sens si grant en li
Que de cognoistre le vrai et le garni,
Le pourvéu, rameureus, le joli,
Et le peuist veoir ou coer parmi,
Par quoi le dou dou gracious otri
Ne fust bailliés
Fors à celui qui l’auroit desservi,
Et les malvais fuissent si asservi
Que de tous liens debouté et bani
Ou par raison vivent li resjoï ;
Et se peuïsse avoir si gai ami
Que je sceuisse et véisse de fi
Nulle n’euist le pareil dessus mi,
Par quoi plus liés
En fust mon coer et le plus renvoisiés,
Et mon ami fust si bien conseilliés
Si gracious et si appareilliés
À toutes gens qu’on me desist getiés

Comment cilz est courtois et esvilliés,
Et doucement et bien enlangagiés,
Dessus tous est ydones et tailliés
Sans nul detri
Que en priant soit pris et recoeilliés,
Reconfortés, resjoïs et aidiés.
Vive tel coer qui est acompagniés
De toute honneur, pourvéus et aisiés ;
Cascune dame où tout bien est fichiés
Dont le coer est en bonne amour lyé.
L’euist tout tel non aultre, ce saciés,
Tel l’ay l’ami.


Sitos que Pités ot parlé,
On n’euist gaires lonc alé
Que Doulc-Samblant, un siens germains,
Qui moult fu courtois et humains,
Jetta en place un beau souhet,
C’est bien raisons qu’on l’oc et ait,
Car je l’escrisi ; je m’en vaut
Apres ceuls qui sont ci devant.

Le Souhet de Doulc-Samblant.

Je souhede joie paix et repos,
L’esbatement des plains champs et des bos,
Cours de levriers et des oiseaus beaus vols,
Et à véoir jardins vreghiers et clos
Bien ordonnés et rieuléement clos,
Arbres et fruis, tant meniers que gros,

Fuissent dedens grant quantité enclos,
Pour solacier,
Cardeneruels, merles et rosegnols
Et tous oiseauls amourous et mignos,
Et tous les jours en oïsse les mos.
Encor vodroi-je ou vregié dou parclos
Arbres et flours naissans de leurs estos
De tous regars et de divers compos
Ma dame aussi qu’on poet de tous bons los
Agracyer
Pour li et moi ensamble esbanoyer
En toute honnour. Là ne fault riens cuidier
Parlans d’amours et dou joli mestier
Et tous nos bons avoir et souhedier.
Nulle ne nuls, ne refus ne dangier,
Ne mesdisant qui font à ressongnier
Ne peuissent tourbler ne empecier
Nostre pourpos.
En tel estat non pas un an entier
Mès jusqu’à dont que Diex, pour nous jugier,
Vodra ça-jus ses signes envoyer,
Peuissons nous ensi solacyer,
En l’éage que nous aurons plus chier.
Se j’ai bien dit plus requérir n’en quier,
Mès en esté tout-dis sans point divier
Fust le temps nos.


Or voi assés qui me constrainst ;
Car com plus gelle et plus destraint
Aussi plus viennent en avant

Les darrains passent ceuls devant.
Haro : que di ? je me reprens.
En parlant un peu me mesprens.
Pas ne sui juges de la cause ;
Ce n’est pas drois que je le cause ;
Si men tairai, par saint François !
Car vraiement il faut ançois
Que le chapelet soit donnés
Q’uns vrais juges soit ordonnés
Qui en rendera la sentensce.
Là ni aura estri ne tensce ;
Je croi qu’il seront bien d’acort.
Cestui souhait mis en recort
Et registrai ensi qu’il doit.
Franchise qui el n’attendoit
Fors tant que elle fust prye
Pour souhedier, on li escrie
En disant : « Damoiselle douce
» Il vous convient ouvrir la bouche
» Et payer ce que vous devés : »
Elle respont : « Pas ne me vés
» Arrière que je ne le face
» Mon souhet, mettés-le en escrit. »
Lors l’ai incontinent escrit ;
Mot à mot et bien rassamblé.
En escrisant m’a beaus samblé.

Le Souhet de Franchise.

Je souhede joie et paix en tous tamps,

Liece en coer et bien estre esbatans,
Sus toutes riens bien dansans et chantant,
Friche de corps amoureuse et sacans,
Bien avisée et sagement parlans,
Chevance avoir et seignouries grans.
Destriers, coursiers et palefrois amblans,
Et compagnie
Lie et joiouse ; et se fust mes commans
Tos accomplis par villes et par champs,
L’estat d’amours aussi je recommans,
Et vodroie qu’il ne fust nuls amans
Qui loyalment ne fust toutdis servans
Dame et amours, et très obéissans,
Et avec euls fuïsse persevrans
En l’éage de quinze ou de seze ans,
Plus n’en voeil mie ;
Et tout-dis fust honnour et courtoisie
Et unité entre amant et amie,
Hardiement un peu de jalousie
Euist son cours en l’amourouse vie,
Car cel estat, quoi qu’on le contredie,
L’avance moult, exauce et monteplie.
Pour ce le voeil, car il est à le fie
Trop bien séans ;
Et cilz aussi qui de m’amour me prie
Fust si garnis de grant bacellerie
Que son bon los et sa chevalerie
Par tout le monde euist grasce et prisie,
Et nettement fuisse tout-dis servie
De jone gent et de friche mesnie

Nulle ne nuls n’euist sus moi envie,
Villains ne frans.


Apres ces souhès fais et dis,
Desir qui me semont tout-dis
Et me requiert que je m’avance
Et deffent que point ne me vance,
Me prie q’un souhet là face ;
Et je le regarde en la face
Et li di : « Compains et amis,
» Vous m’avés o ma dame mis
» Dont grandement vous remerci ;
» Mès je vous pri, pour Dieu merci !
» Que vous ne mettés ce avant ;
» Car pas n’affiert à un servant
» Tels que je sui et que voeil estre
» Que je face droit ci le mestre.
» Jà poroie tout en gabois
» Dire tel chose en ce beau bois
» Dont je seroie à tous jours mès
» Reprociés, je le vous prommès.
» Souffire doit, bien le savés,
» Ce que fait et dit en avés ;
» Ils sont mis devers moi en garde. »
Desirs se taist ; si me regarde
Et jette ailleurs tout son avis
Droit sus ma dame, ce m’est vis ;
Et de faire un souhet l’accuse.
Mès elle bellement s’escuse,
Et tant dist qu’il n’i a celi

Ne celle qui ne soit de li
Très bien contens de sa parolle.
Et adont Jonece parolle
Et demande : « Qu’en devons faire ?
» Jà savés vous par quel afaire
» Il furent premiers commencié.
» Nous avons enconvenencié,
» Celle ou cils qui mieulz parleroit
» Le chapelet par droit aroit.
» Dont, nous convient eslire un juge
» Qui dou chapelet donner juge,
» Car tant qu’à moi, pas n’en sui sages ;
» Et se n’est pas uns beaus usages
» Que cilz méisme qui devise
» Soit jugéour de la devise.
» Or nous fault entre nous savoir
» Où nous en porons un avoir. »
Et Desirs s’est lors tres avant
Et dist : « J’en sçai un, je m’en vant ;
» Qui est sages et bien apris,
» Plains d’onnour, de los et de pris. »
— « Et qui est cils ? » on li demande.
Il respondi à la demande :
« C’est cilz qui vault, il n’est pas doubte,
» Qu’on l’aime et prise et serve et doubte ;
» Le dieu d’Amours ! Or l’ai nommé,
» Et non mie si renommé
» Que je sui bien tenus dou faire.
» Mès pour nostre esbanoi parfaire
» Et nos souhès mettre à bon chief

» Je le vous monstre de rechief,
» Entroes que nous sommes ensamble.
» Se le prendés, se bon vous samble ;
» Encor vault il mieulz qu’il nous voie,
» Ens ou cas qu’il nous est en voie,
» Que nul aultre, mès qu’il souffisse ;
» Car nous sommes tout d’un offisce.
» Tres volontiers il nous vera ;
» Et saciés qu’il nous pourvera
» De jugement bon et joli.
» Ni aura celle ne celi
» Qui au partir ne s’en contente. »
Tout s’acordent à ceste entente
Et disent : « Ensi le ferons.
» Au dieu d’Amours nous offerons
» Tous nos souhès, au dire voir,
» Car cognoissance en doit avoir. »
Et quant ce dire leur oy,
Le corage m’en resjoy
Pour ce qu’en ce voiage iroie,
Car grandement je desiroie
À véoir et cognoistre aussi
Le Dieu d’Amours qu’on prise si ;
Quels homs c’est, ne de quel eage.
En cheminant en ce voiage,
En paix, en joie et en revel,
En chantant un motet nouvel
Qu’on m’avoit envoyé de Rains,
Premiers n’estoie ne darrains,
Mès en mi lieu par grant solas

Parés d’uns noes solers à las,
Ensi qu’amant vont à la veille.
On me boute, adont je mesveille.

Homs qui s’esveille en tels pensées
Qui ci ont esté recensées
On ne s’en voist esmervillant
S’il s’esmerveille en esvillant.
Pour moi le di, c’est bien raisons ;
Car pas n’adonnoit la saisons
Qui estoit yvrenouse et froide ;
Et li airs qui le temps refroide
Que j’euisse lors nul revel.
Mès ce que je voi de nouvel
Et que g’i recognois et sens,
Tant m’a Diex envoyé de sens
En reconfortant la merveille
Dont en veillant je m’esmerveille
Di et dirai, où que je soie,
Que c’est pour ce que je pensoie
À ma dame, sans nul sejour.
Or fault ou de nuit ou de jour
Soit en dormant ou en veillant,
On ne sen voist esmerveillant,
Que les pensées à chief traient
Et que leur cours par nature aient.
Et ce qui en veillant habonde
En dormant volontiers redonde.
Ensi, ce vous ai-je en convent,
Aviennent les songes souvent

Les grans merveilles invisibles
Qui samblent en dormant visibles.
Et lors comme on est esvillié,
Quoi qu’on y aie travillié,
De tout ce qui est avenu
On ne scet que c’est devenu,
Se demeurent les visions,
Voires se bien y visions
Ens ou mémoire dou veillant
Sitos qu’il se va esveillant
Aucunes fois, non pas tout-dis ;
Mès noient je ne m’escondis,
Ne je ne puis ne ne poroie,
Ne faire aussi je ne vodroie
Que quant je me fui esvilliés,
Et une espasse ermervilliés
Que je n’euisse en droit de mi
Plain memoire, sans nul demi,
De mon songe tel et si fait
Qu’en dormant je l’avoie fait.
Assés legièrement m’acorde
À ce que par moi le recorde,
Et quant je l’ai bien recordé
Riens n’i perçoi par le corps dé
Qui bien à recorder ne face,
Car g’i voi en première face
Ce qui forment me resjoïst
Et que mon coer moult conjoïst.
Encores fui-je adont si fols,
Si m’ayent Diex et Sains Pols !

Que je tastai à mon grenon
À sçavoir s’il estoit ou non
Mués. Mès je senti pour voir
Qu’il ne s’estoit dagniés mouvoir,
Fors tant qu’il fu passés avant
Sis heures puis la nuit devant.
Et ce dont le plus m’esmerveil,
En pensant, entroes que je veil
C’est de ce qu’en ou buissoncel,
En l’éage d’un jouvencel
Fui de fu et de flame attains ;
Si n’en sui-je mors ne estains.
Mès adont il me fu avis,
Par le songe où je fui ravis
Sitos que Desirs o moi fu,
Que j’estoie en flame et en fu
De tous lès et de tous assens
Et à present riens je n’en sens.

En ceste imagination
Fis un peu de colation
Contre ma vie et mon afaîre
Et di : Je n’euisse que faire
De penser à teles vuiseuses,
Car ce sont painnes et nuiseuses
Pour l’ame qui noient n’i pense,
Et qui il fault en fin de cense
Rendre compte de tous fourfais
Que li corps aura dis et fais
Qui n’est que cendre et pouriture ;

Et la bonne âme est nouriture
De joie et de perfection,
Et a tous jours affection
Ensi que dient li auctour
Que de tendre à son créatour ;
Car si tretos que le corps peche,
Sa gloire et son proufit empeche.
Pour ce me vodrai retrencier
Que d’acroire à un tel crencier
Que pechiés est, qui tout poet perdre.
Je ne mi doi ne voeil aherdre
Et s’en moi se sont espani
Aucun villain visee, pas n’i
Voeil arrester, mès mettre y ces
Et principalment pour yces
Fourfaitures à coron traire.
Humblement je me voeil retraire
Vers la mere dou Roy celeste,
Et li prie qu’elle voeille estre
Pour moi advocate et moyenne
À son fil, qui tout amoyenne
Et qui est vrais fus habondans,
Caritables et redondans
Pour coers enflamer et esprendre,
Et pour grasce à ce saint fu prendre.
Et que mon coer en soit espris
Viergne royal, j’ai or empris
À ordonner présentement
Un lay de nouvel sentement ;
Et vous le voeilliés oïr, dame,
Car je vous offre et corps et ame.

Lay.

Flour d’onnour très souverainne
En qui virginité maint
Et parmaint,
Euls tamaint
Sont gari del ardant painne
Que temptation amainne
Par l’anemi qui nous chaint
Et destraint
Et constraint
À toute heure et nous fourmainne ;
Mès de tous biens est si plainne
Qu’ens es sains cielz ne remaint
Sainte ou saint
Qui se faint
De loer à longe alainne
Ta vertu noble et hautainne
Qui n’amendrist ne ne fraint,
Mais estaint
Et restraint
Nostre adversité proçainne.

Et pour ce te doi
De coer et de foi
Honnourer loer et servir,
Car cils ou je croi
Descendi en toi
Sans virginité amendrir.
Saint Jehan au doi

Nous ensengne quoi
Ton fil, qui pour nous volt morir,
No nouvelle loi
Confrema par soi
Quant hom mortel volt devenir.

Anciennement,
Par mainte gent
Et justentent
Selonc l’ancyen testament
Estoit prophetisié et dit
L’avenement
Dou saint advent ;
Et proprement,
Par les signes dou firmament
Véoient li saint homme escrit
Tout clerement
L’aliegement
Dou dampnement
Qu’Eve et Adam par le serpent
Avoient fait et entredit.
Dont purement,
Divinement
Et castement
Conçûis viergne et dignement
Le fil et dou saint esperit.

Edefye
Et raemplie,
Et ceste oevre auctorisie

Estoit un grant temps devant
Apparant
Demonstrée et prononcie
Par Ysaye
Et Jheremie,
Par David et par Helye,
Et par la vois dou criant
En criant
Ou desert fu averie
La prophezie,
Lorsque Marie
Se dist ancelle et amie
De Dieu, en li saluant.
Fu errant
Parolle en car convertie,
Dont la lignie
D’Adam perie
Confremée et baptizie
Est sauvée, parmi tant
Qu’en créant
Le glorious fruit de vie.

Qui desconfi
L’ennemi,
Quant en celi
Descendi
Qui nous rendi
Et ouvri
De tenebres joie et lumiere.
Moult nous chieri ;

Et aussi
Bien nous servi,
Quant ensi
Il se vesti
Et offri
À nostre humanité legiere.
Homs nous perdi
Et je di
Que cils homs ci
Acqueri,
Quant mort souffri
Et pendi
En croix, nostre gloire hiretiere.
Je sçai de fi
Et affi
Que puisse-di
Tout par li
Resurrexi
Et issi,
Hors dou saint monument de piere.

Par vertu noble et divine
Lois juïse, or adevine
Comment et par quel doctrine
Cils qui le monde enlumine
Couchiés on monument digne
Ressuscita dou tombiel.
On te dist et endoctrine
Que Jhesucris, face encline,
Moru en croix par hayne ;

Au tierc jour, à bonne estrine,
Brisa d’enfer la saisine
Et issi dou saint vaissiel.
Bien en trouverent le signe
La Magdelainne benigne
Et la Cléophée fine,
Et Salomé leur cousine.
Qui bien no loy examine
Riens n’i troeve que tout bel.
Croi dont en la vertu trine,
Un seul dieu qui tout afine,
Et en la viergne royne,
Et en sa sainte gesine,
Et le salu imagine
Dou saint Angel Gabriel ;

Si saras
Et aras
Grant douçour,
Car en l’errour
Que tu as,
Cest uns estas
Sans honnour.
Que diras
Quant veras
Ton signour
Au darrain jour ?
Mas et las
Tu trembleras
De paour.
Tu oras

En ce cas
Que pluisour
Aront sa mour
À plains bras,
Et tu iras
En tristour.
Là plorras,
Gemiras
Sans sejour
En grant dolour,
Ne poras
Avoir un pas
De retour.

Dont entroes
Que bien tu te poes
Et as loisir dou retourner,
Si t’esmoes,
Et ton coer promoes
Au justement considerer
Quelconquès
Le vies ou li noés
Testament le poet profiter,
Se tu voels.
Tu es ci a lués
Pour toi perdre et pour toi sauver.

Met ton advis,
Et soies fis
Qu’il est enfers et Paradys,

Et que tous corps humains a ame.
Peres et fils,
Sains esperis
En ces trois noms est un seul pris ;
Et le fil conçut nostre dame.
Dont se tu lis
Tous nos escris ;
C’est cils qui à Moise jadis
Parla ens ou buisson sans flame.
S’estoit il vis
Qu’il fust espris.
La viergne, ensi pense-y, Juis,
Conçut le fil de Dieu sans blasme.

N’a oevre noble et secrée
Très discrée,
Acordée
Et ordonnée
De la sainte trinité
Onques n’en fu violée
Ne grevée ;
Mès parée
Et aournée
Sa sainte virginité ;
Et pour ce l’a très loée
Honnourée
Est nommée
Et figurée
À la racine jessé ;
Car en li vint la rousé.

Des cieulz née
Inspirée,
En car fourmée
Quant li angles dist : Ave.

C’est le buisson resplendissans
Non amenrissans,
Mès croissans
Et edefians
Tous biens par divine ordenance.
Et son fils, ce dist sains Jehans,
Est li fus plaisans,
Non ardans
Mès enluminans
Tous coers qui en lui ont fiance.
Qui descendi, jà fu li tamps,
Entre ses enfans
Inspirans
Et euls alenans,
Et lor donna plainne puissance
De convertir, tous coers errans,
Et les fist si grans
Que parlans
Et bien entendans
Tontes langues sans variance.

Viergne, c’est chose certainne :
Tout dis le bien faire vaint
Et convaint
Et rataint,

En la creature humainne,
Le pechié qui le demainne ;
Dont la sainte ame se plaint
Et complaint.
Mès no plaint
Sont remis à voie sainne
Par ton fil, qui nous ramainne
La croix où on le vit taint
Et destraint
Et attaint
De mort horrible et villainne.
Or te pri, viergne purainne,
Que se pechiés nous constraint
Et nous taint,
Que no claint
Aient vois en ton demainne
Là ou toute joie maint.


EXPLICIT LE TRETTIÉ AMOUROUS DOU JOLI BUISSON DE JONECE.