Le Pet au Vilain

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




LXVIII


LE PET AU VILAIN


[PAR RUTEBEUF]


Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 837, fol. 315r°, 1593, fol. 71v° à 72r°, et 1635, fol. 63 r° à 63 v°.



En Paradis l’esperitable
Ont grant part la gent cheritable,
Mès cil qu’en aus n’ont charité,
Ne bien, ne pais, ne loiauté,
Si ont failli à cele joie.
Ne ne cuit que ja nus en joie,
S’il n’a en li pitié humaine.
Ce di je por la gent vilaine,
C’onques n’amerent clerc ne prestre,
Si ne cuit pas que Diex lor preste
En Paradis ne leu ne place.
Onques à Jhesu Crist ne place
Que vilainz ait herbergerie
Avec le Fil sainte Marie ;
Car il n’est raison ne droiture,
Ce trovons nous en Escriture ;
Paradis ne pueent avoir
Por deniers ne por autre avoir;
Et à Enfer ront il failli,
Dont li maufé sont maubailli ;

Si orrez par quel mesprison
Il perdirent celle prison.
   Jadis fu uns vilains enfers ;
Appareillez estoit Enfers
Por l’ame au vilain recevoir ;
Ice vous di je bien por voir,
Uns deables i ert venuz,
Par cui li drois ert maintenuz.
Un sac de cuir au cul li pent,
Maintenant que leanz descent,
Que li maufez cuide sans faille
Que l’ame par le cul en saille.
Mais li vilains por garison
Avoit ce soir prise poison,
Tant ot mengié bon buef as aus,
Et dou gras humé qui fus chaus
Que la pance n’estoit pas mole,
Ainz li tent com corde à citole,
N’a mès doute qu’en soit periz,
Car, si puet poirre, il est gariz.
A cest esfort forment s’esforce,
A cest esfort met il sa force ;
Tant s’efforce, tant s’esvertue,
Tant se torne, tant se remue,
C’uns pet en saut qui se desroie,
Li saz emplist, et cil le loie,
Quar li maufés par penitance
Li ot aus piez foulé la pance ;
Et en dit bien en reprovier
Que Trop estraindre fait chier.

Tant ala cil qu’il vint à porte,
Atout le pet qu’en sac aporte ;
En Enfer jete sac et tout,
Et li pez en sailli à bout.
Estes vous chascun des maufez
Mautalentiz et eschaufez,
Et maudient l’ame au vilain ;
Chapitre tindrent l’endemain,
Et s’accordent à cel acort
Que jamais nus ame n’aport
Qui de vilain sera issue ;
Ne puet estre qu’ele ne pue.
Ainsin s’acorderent jadis
Qu’en Enfer, ne en Paradis,
Ne puet vilains entrer sans doute.
Oï avez la raison toute.
   Rutebuez ne set entremetre
Où l’en puisse ame à vilain metre,
Qu’ele a failli à ces .II. regnes ;
Or voist chanter avec les raines,
Que c’est li mieudres qu’il i voie,
Ou el tiegne droite la voie,
Por sa pénitence alegier,
En la terre au pere Audigier ;
C’est en la terre de Cocusse,
Où Audigiers chie en s’aumusse.


Explicit du Pet au Vilain.