Le Vilain qui conquist paradis par plaid

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Auteurs du Moyen Âge
Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, Texte établi par Anatole de Montaiglon et Gaston RaynaudLibrairie des Bibliophiles (p. 209-214).


Nos trovomes en escriture
Une merveilleuse aventure !
Qui jadis avint un vilain,
Mors fu par .I. venredi main;
Tel aventure li avint
Qu'angles ne deables n'i vint;
A cele ore que il fu morz
Et l'ame li parti du cors,
Ne troeve qui riens li demant
Ne nule chose li coumant.
Sachiez que mout fu eüreuse
L'ame, qui mout fu pooreuse;
Garda à destre vers le ciel,
Et vit l'archangle seint Michiel
Qui portoit une ame à grant joie;
Enprès l'angle tint cil sa voie.
Tant sivi l'angle, ce m'est vis,
Que il entra en paradis.
Seinz Pierres, qui gardoit la porte,
Reçut l'ame que l'angle porte;

Et, quant l'ame reseüe a,
Vers la porte s'en retorna.
L'ame trouva qui seule estoit,
Demanda qui la conduisoit :
« Çaienz n'a nus herbergement,
Se il ne l'a par jugement :
Ensorquetot, par seint Alain,
Nos n'avons cure de vilain,
Quar vilains ne vient en cest estre.
Plus vilains de vos n'i puet estre,
Çà, » dit l'ame, « beau sire Pierre ;
Toz jorz fustes plus durs que pierre.
Fous fu, par seinte paternostre,
Dieus, quant de vos fist son apostre ;
Que petit i aura d'onnor,
Quant renoias Nostre Seignor ;
Mout fu petite vostre foiz,
Quant le renoiastes .III. foiz;
Si estes de sa compaignie,
Paradis ne vos affiert mie.
Alez fors, or tost, desloiaus,
Quar ge sui preudons et loiaus ;
Si doi bien estre par droit conte. »
Seins Pierres ot estrange honte ;
Si s'en torna isnel le pas
Et a encontré seint Thomas ;
Puis li conta tot à droiture
Trestote sa mesanventure,
Et son contraire et son anui.
Dit seinz Thomas : « G'irai à lui,

N'i remanra, ja Dieu ne place! »
Au vilain s'en vient en la place :
« Vilains, » ce li dist li apostres,
« Cist manoirs est toz quites nostres,
Et as martirs et as confès;
En quel leu as tu les biens fais
Que tu quides çaienz menoir?
Tu n'i puez mie remanoir,
Que c'est li osteus as loiaus.
Thomas, Thomas, trop es isneaus
De respondre comme legistres;
Donc n'estes vos cil qui deïstes
As apostres, bien est seü,
Quant il avoient Dieu veü
Enprès le resuscitement ?
Vos feïstes vo sei rement
Que vos ja ne le querriez
Se ses plaies ne sentiez;
Faus i fustes et mescreanz. »
Seinz Thomas fut lors recreanz
De tencier, si baissa le col;
Puis s'en est venuz à seint Pol,
Si li a conté le meschief.
Dit seinz Pols : « G'irai, par mon chief,
Savoir se il vorra respondre. »
L'ame n'ot pas poor de fondre,
Aval paradis se deduit :
« Ame, » fait il, « qui te conduit ?
Où as tu faite la deserte
Por quoi la porte fu ouverte ?

Vuide paradis, vilains faus !
Qu’est ce ? » dit il, « danz Pols li chaus,
Estes vos or si acoranz
Qui fustes orribles tiranz ?
Jamais si cruels ne sera ;
Seinz Etienes le compara,
Que vos feïstes lapider.
Bien sai vo vie raconter ;
Par vos furent mort maint preudome.
Dieus vos dona en son le some
Une buffe de main enflée.
Du marchié ne de la paumée
N’avon nos pas beü le vin ?
Haï, quel seint et quel devin !
Cuidiez que ge ne vos connoisse ? »
Seinz Pols en ot mout grant angoisse.
Tornez s’en est isnel le pas,
Si a encontré seint Thomas
Qui à seint Pierre se conseille ;
Si li a conté en l’oreille
Du vilain qui si l’a masté :
« En droit moi a il conquesté
Paradis, et ge li otroi. »
A Dieu s’en vont clamer tuit troi.

Seinz Pierres bonement li conte
Du vilein qui li a dit honte :
« Par paroles nos a conclus ;
Ge meïsmes sui si confus
Que jamais jor n’en parlerai. »
Dit Nostre Sire : « Ge irai,

Quar oïr vueil ceste novele. »

A l’ame vient et si l’apele,
Et li demande con avint
Que là dedenz sanz congié vint :
« Çaiens n’entra oncques mès ame
Sanz congié, ou d’ome ou de feme ;
Mes apostres as blastengiez
Et avilliez et ledengiez,
Et tu quides ci remanoir !
Sire, ainsi bien i doi menoir
Con il font, se jugement ai,
Qui onques ne vos renoiai,
Ne ne mescreï vostre cors,
Ne par moi ne fu oncques mors ;
Mais tout ce firent il jadis,
Et si sont or en paradis.
Tant con mes cors vesqui el monde,
Neste vie mena et monde ;
As povres donai de mon pain ;
Ses herbergai et soir et main,
Ses ai à mon feu eschaufez ;
Dusqu’à la mort les ai gardez,
Et les portai à seinte yglise ;
Ne de braie ne de chemise
Ne lor laissai soffrete avoir ;
Ne sai or se ge fis savoir ;
Et si fui confès vraiement,
Et reçui ton cors dignement :
Qui ainsi muert, l’en nos sermone
Que Dieus ses pechiez li pardone.

Vos savez bien se g’ai voir dit :
Çaienz entrai sanz contredit ;
Quant g’i sui, por quoi m’en iroie ?
Vostre parole desdiroie,
Quar otroié avez sanz faille
Qui çaienz entre ne s’en aille ;
Quar voz ne mentirez par moi.
Vilein, » dist Dieus. « et ge l’otroi ;
Paradis a si desresnié
Que par pledier l’as gaaingnié ;
Tu as esté à bone escole,
Tu sez bien conter ta parole ;
Bien sez avant metre ton verbe. »

Li vileins dit en son proverbe
Que mains hom a le tort requis
Qui par plaidier aura conquis ;
Engiens a fuxée droiture,
Fauxers a veincue nature ;
Tors vait avant et droiz aorce :
Mielz valt engiens que ne fait force.


Explicit.