Le Viol de Lucrèce/Traduction Hugo 1872

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Viol de Lucrèce Trad. F.-V. Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare , Pagnerre, 1872, 15 (pp. 203-206).
◄   Argument   ►


LE VIOL DE LUCRÈCE

AU

TRÈS-HONORABLE HENRY WRIOTHESLY

COMTE DE SOUTHAMPTON ET BARON DE TICHFIELD.


L’amour que je voue à Votre Seigneurie est sans fin, et cet opuscule, sans commencement, n’est qu’un morceau superflu. C’est l’assurance que j’ai de votre noble disposition, et non le mérite de mes vers novices, qui me rend certain d’une acceptation. Ce que j’ai fait est à vous, ce que j’ai à faire est à vous, comme portion du tout que je vous ai consacré. Si mon mérite était plus grand, mon hommage paraîtrait plus grand ; tel qu’il est, en attendant, il est dédié à Votre Seigneurie, à qui je souhaite une longue vie, sans cesse prolongée par le bonheur.

De Votre Seigneurie
le tout dévoué serviteur,
WILLIAM SHAKESPEARE.