Les Fleurs du mal/1861/Le Guignon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SPLEEN ET IDÉAL
Les Fleurs du mal (1861)Poulet-Malassis et de Broise (p. 30-31).


XI


LE GUIGNON



Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe, il faudrait ton courage !
Bien qu’on ait du cœur à l’ouvrage,
L’Art est long et le Temps est court.

Loin des sépultures célèbres,
Vers un cimetière isolé,
Mon cœur, comme un tambour voilé,
Va battant des marches funèbres.


— Maint joyau dort enseveli
Dans les ténèbres et l’oubli,
Bien loin des pioches et des sondes ;

Mainte fleur épanche à regret
Son parfum doux comme un secret
Dans les solitudes profondes.