Serments de Strasbourg

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Les Serments de Strasbourg)
Aller à : navigation, rechercher
Nithardus, Historiarum liber III, 5
Serments de Strasbourg
Sacramenta Argentariae
prononcés par Charles le Chauve et Louis le Germanique, et leurs troupes
842
Ms BN. lat. 9768 fol. 13


Transcription

Cumque Karolus haec eadem verba romana lingua perorasset, Lodhuvicus, quoniam maior natu erat, prior haec deinde se servaturum testatus est :

Traduction

Et lorsque Charles eut répété les mêmes déclarations en langue romane, Louis, étant l’aîné, jura le premier de les observer :

« Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvaraeio cist meon fradre Karlo, et in adiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dist, in o quid il mi altresi fazet ; et ab Ludher nul plaid numquam prindrai, qui meon vol, cist meon fradre Karle in damno sit. »

« Pour l’amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre commun salut, à partir de ce jour, autant que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je défendrai mon frère Charles par mon aide et en toute chose, comme on doit de droit secourir son frère, pourvu qu’il fasse de même pour moi, et je ne prendrai jamais avec Lothaire aucun plaid qui, de ma volonté, soit dommageable à mon frère Charles. »

Quod cum Lodhuvicus explesset, Karolus teudisca lingua sic hec eadem verba testatus est :

Lorsque Louis eut terminé, Charles répéta le même serment en langue tudesque :

« In Godes minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gealtnissi, fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got gewizci indi mahd furgibit, so haldih tesan minan bruodher, soso man mit rehtu sinan bruodher scal, in thiu, thaz er mig sosoma duo ; indi mit Ludheren in nohheiniu thing ne geganga, the minan willon imo ce scadhen werhen ».

Transcription

Sacramentum autem quod utrorumque populus, quique propria lingua, testatus est, romana lingua sic se habet :

Traduction

Et le serment que prononça chaque nation dans sa propre langue est ainsi conçu en langue romane :

« Si Lodhuvigs sagrament, quae son fradre Karlo iurat, conservat, et Karlus meos sendra de suo part lo stanit, si io returnar non lint pois, ne io ne neuls cui eo returnar int pois, in nulla aiudha contra Lodhuwig nun li iver ».

« Si Louis tient le serment qu’il jure à son frère Charles, et que Charles, mon seigneur, de son côté, ne le maintient pas, si je ne peux l’en détourner, ni moi ni aucun de ceux que j’en pourrai détourner, ne lui serons d’aucune aide contre Louis. »

Teudisca autem lingua :

Et en langue tudesque :

« Oba Karl then eid, then er sineno bruodher Ludhuwige gesuor, geleistit, indi Ludhuwig min herro then er imo gesuor, forbrihchit, ob ih inan es irwenden ne mag, noh ih noh thero nohhein then ih es irwenden mag, widhar Karle imo ce follusti ne wirdhic ».