Mademoiselle Squelette

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fasquelle (p. 259-261).
Les Spectres


MADEMOISELLE SQUELETTE


À Paul Bilhaud.


 
Mademoiselle Squelette !
Je la surnommais ainsi :
Elle était si maigrelette !

Elle était de la Villette,
Je la connus à Bercy,
Mademoiselle Squelette.

Très ample était sa toilette,
Pour que son corps fût grossi :
Elle était si maigrelette !

Nez camard, voix aigrelette ;
Mais elle me plut ainsi,
Mademoiselle Squelette.

J’en fis la bizarre emplette.
Ça ne m’a pas réussi,
Elle était si maigrelette !


Elle aimait la côtelette
Rouge, et le vin pur aussi,
Mademoiselle Squelette !
 
Sa bouche un peu violette
Avait un parfum ranci,
Elle était si maigrelette !
 
Comme elle était très follette,
Je l’aimai couci-couci,
Mademoiselle Squelette.
 
Au lit, cette femmelette
Me causa plus d’un souci :
Elle était si maigrelette !
 
Puis un jour je vis seulette,
L’œil par les pleurs obscurci,
Mademoiselle Squelette,
 
Cherchant une gouttelette
De sang très peu cramoisi :
Elle était si maigrelette !
 
Sa phtisie étant complète,
Elle en eut le cœur transi,
Mademoiselle Squelette.


Alors plus d’escarpolette ;
Plus un dimanche à Passy…
Elle était si maigrelette !
 
Sa figure verdelette
Faisait dire au gens : « Voici
Mademoiselle Squelette ! »
 
Un soir à l’espagnolette
Elle vint se pendre ici.
Elle était si maigrelette !
 
Horreur ! Une cordelette
Décapitait sans merci
Mademoiselle Squelette :
Elle était si maigrelette !