Utilisateur:Cyz/Mishna Nezikim Baba Metzia I

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Mishna Nezikim Baba Metzia I)
Aller à la navigation Aller à la recherche
Sefer Baba Metzia Pereq I Michna I


Introduction[modifier]

Cette michna traite des modalités de partage d'un objet trouvé par deux personnes en même temps.

Texte Original[modifier]

שניים אוחזין בטלית,
זה אומר אני מצאתיה, וזה אומר אני מצאתיה,
זה אומר כולה שלי, וזה אומר כולה שלי –
זה יישבע שאין לו בה פחות מחצייה,
וזה יישבע שאין לו בה פחות מחצייה,
ויחלוקו.
זה אומר כולה שלי, וזה אומר חצייה שלי –
האומר כולה שלי, יישבע שאין לו בה פחות משלושה חלקים,
והאומר חצייה שלי, יישבע שאין לו בה פחות מרביע;
זה נוטל שלושה חלקים,
וזה נוטל רביע.

Traduction Française[modifier]

Deux personnes tiennent1un morceau de tissu.

Celui-ci dit: "C'est moi qui l'ai trouvé !"
Celui-là dit: "C'est moi qui l'ai trouvé !".
Celui-ci dit: "Il est tout à moi"
Celui-là dit: "Il est tout à moi".

Celui-ci jure2 qu'il n'en possède pas moins que la moitié, et celui là jure qu'il n'en possède pas moins que la moitié.
Et ils partagent.

Celui-ci dit: "Il est tout à moi"
Celui-là dit: "La moitié est à moi"

Celui qui a dit: "Il est tout à moi", jure qu'il n'en possède pas moins que les trois quarts3.
Celui qui a dit: "La moitié est à moi", jure qu'il n'en possède pas moins d'un quart.

Celui-ci [qui a dit que tout était à lui] prend les trois quarts,
et celui-là [qui a dit que la moitié était à lui] prend le quart.

Explications[modifier]

1. Les deux personnes ont pris l'objet dans leurs mains au même moment.

2. Le fait de jurer était considéré comme extrêmement grave. On les fait jurer pour s'assurer que chacun considère vraiment avoir saisi l'objet le premier. Mais, même s'ils considèrent avoir la totalité de l'objet, on les fait jurer sur le minimum possible. Ils ne jurent donc pas que la totalité de l'objet leur revient, mais qu'ils n'en possèdent pas moins que la moitié.

3. Dans cette hypothèse, l'un des protagonistes reconnaît que l'autre possède la moitié de l'objet. Le litige ne porte donc que sur la deuxième moitié que l'on partage.