Motion du Dr Tribulat Bonhomet touchant l’utilisation des tremblements de terre

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
P.-V. Stock, éditeur (p. 13-24).




Quand Pharamond ceignit la tiare, la France n’était qu’une vaste étendue paludéenne, — bien plus propre aux ébats du canard sauvage… qu’au jeu régulier des Institutions constitutionnelles.


Un sage moderne.

MOTION


DU


Dr TRIBULAT BONHOMET


TOUCHANT


L’UTILISATION DES TREMBLEMENTS DE TERRE [1]


À Monsieur Gustave GUICHES.



« — Arpentons-nous un terroir de fantaisie dont nous sommes les… capucins de cartes ?

« Quoi ! venant de fêter, derechef, une naïve tradition de nos pères, — ces jours gras dont s’extasie la jeunesse, — voici qu’au moment où nous allons nous livrer au sommeil les cours d’honneur de nos plus conséquents hôtels, en notre capitale, se voient envahies, à l’arrivée des trains du soir, par des hordes plus que sommairement vêtues (quelques dames ayant poussé la terreur jusqu’à l’impudicité), voici que les majordomes, se croyant les jouets d’hallucinations morbides, — sinon d’une sortie de bal de barrière, — ne peuvent que béer à ce spectacle, tandis que, mandés en toute hâte et présumant déjà quelque nouvelle fumisterie d’anarchistes, les accourus gardiens de cette paix, — qui nous est plus chère que toute chose excepté la vie, — se caressent silencieusement l’impériale au narré des confidences, trémolantes encore, de tous ces voyageurs qu’ils écoutent d’une oreille distraite, en les enveloppant de regards obliques et soupçonneux !

« — Vraiment, lorsqu’au lu des dépêches méridionales l’électricité contraignit chacun de se rendre à l’évidence, nous ne sûmes, avouons-le, que penser. C’était à se croire en plein Moyen-âge ! »

« Comment d’aussi mélodramatiques phénomènes peuvent-ils encore se produire au milieu de nos civilisations constitutionnelles et régulières ? Cela ne répugne-t-il pas au Sens-commun ! Ces cataclysmes, aujourd’hui sans raison d’être, et qui ont fait leur temps, riment-ils à quelque chose ? Non pas ! Ils choquent, simplement, toutes les idées reçues et ne sauraient qu’exiger une prompte répression. Quoi ! dans notre siècle de lumières, six mille personnes, pour la plupart honorables, ne peuvent innocemment prendre le frais sans être exposées à ce qu’une inopinée trépidation du sol les écrase à l’improviste ?… Je trouve à ceci comme une vague odeur d’obscurantisme.

« Comment soumettre ces secousses aux freins d’une sage réglementation ? les museler, pour ainsi dire, en les classant sous un régime ingénieusement administratif ?… Il n’y a pas à tergiverser : il faut arriver à ça.

« Sinon la Science, qui est tout, absolument tout, finirait par ne plus sembler qu’un leurre — nous assimilant, autant dire, à des jouets de la Mécanique-céleste : — ce qui est inadmissible.

« Que le sous-sol, en de certains volcaniques voisinages, présente encore des difficultés d’investigations momentanément appréciables, soit ; mais devons-nous être, longtemps encore, à la merci des éventuelles gracieusetés d’un solfatare, alors que nos jours en dépendent ? Ne vaudrait-il pas mieux nous résigner, comme de pratiques savants le proposent, à vider tout bonnement le Vésuve, pour créer des exutoires plus libres aux suburbaines flatuosités de la planète ?

« Question.

« Le plus révoltant de l’aventure est que maintes gens, tolérés, dans nos grands centres, on ne sait trop à quel titre — (à celui d’« artistes » je crois ?) — ont l’air, pour gouailler le Progrès, de s’autoriser de ces calamiteuses fumisteries de notre étoile, prétextant que ces aveugles oscillations des couches terraquées de l’Italie démontrent l’ingérence, en nos affaires, de Puissances secrètes, espiègles et nuisibles. — Oui ! oui ! c’est cette idée biscornue (et pas une autre !) que cachent toutes ces transparentes insinuations, — ces réticences, même ! de certaine presse : — et nous les voyons venir !… Oui, oui, nous les voyons venir.


« Car ces vils aligneurs de mots sont toujours de l’opinion des choses en retard : leur arrière-pensée serait de nous ramener aux rois fainéants, au droit du seigneur et à l’Inquisition : — ils sont une peste pour le corps social. — Certes, je n’en disconviens pas, nous les décorons, nous les couvrons d’or, nous les rassasions de démonstrations admiratives et chaudement sympathiques ; mais, au fond, nous savons très bien que nous les méprisons et haïssons comme la boue de nos souliers. N’était cet esprit de modération qui est le principe de notre être et de notre ère, il y a belle lurette que nous les eussions exterminés sous le bâton. Mais, voilà ! ce serait excessif.

« Il nous faudrait donc leur préparer un trépas hideux, — dont nous puissions, ostensiblement, nous laver les mains. Je crois répondre au vœu secret de tous en prenant sur moi de le déclarer.

« Eh bien ! cette idée m’est venue de les confier à la maternelle Nature, puisqu’ils sont de l’opinion de cette dernière. — Voici donc mon projet.

« M. Eve del Rio, ayant bien voulu nous communiquer ses prévisions, — (que l’événement, hélas ! n’a que trop justifiées le 2 du courant), — nous abuserons encore de son amabilité en le priant de vouloir bien nous préciser les époques selon lui les plus scabreuses, ainsi que les terrains les plus suspects quant à quelque prochain Tremblement de terre, le plus imminent possible.

« Les indications de ce moderne Jonas une fois obtenues, je propose que, sur l’endroit le plus menacé, soient édifiés, pour l’époque utile, d’énormes bâtiments à toiture de granit. Cela fait, itérativement je propose qu’avec toutes ces câlineries persuasives et doucereuses (en lesquelles nous sommes, Dieu merci, passés maîtres !) nous invitions à s’y établir toute l’inspirée ribambelle de ces prétendus Rêveurs, — que Platon voulait, en son indulgence, que l’on couronnât de roses en les jetant à la porte de la République.

« L’aléatoire de la catastrophe nous couvrirait, aux yeux de la Loi, de leur anéantissement.

« Bref, nous leur offririons un logis confortable, brillant même, avec des horizons, des couchers du Soleil, des horizontales, des étoiles, des falaises, des myrtes, des vins fins, des romans, des fleurs, des oiseaux, enfin l’entourage où ces messieurs perçoivent toutes leurs insipides fantasmagories. Et, puisqu’ils s’obstinent, malgré l’évidence, à croire encore au Mystérieux, qu’ils soient ainsi livrés au Mystérieux !

— De sorte qu’au moment où ils y penseront le moins,


krrraaââk ! ! !


« nous en serons débarrassés ! — Et nous nous frotterons joyeusement les mains à cette nouvelle, en leur souhaitant bon voyage chez Pluton.

« De cette façon, ces périodiques interventions de l’Absurde, ces sursauts des dernières forces aveugles de la Nature seront utilisées et rationalisées… Similia similibus.

« Tout calcul fait, il y aurait économie : le matériel nous resterait, à la surface du globe, pour, — de temps en temps, — renouveler cette sorte de purgation sociale.

« Et la preuve que je suis dans le vrai, quand je propose, après l’avoir mûrement pesé, ce dérivatif, c’est que, si nous eussions eu le choix, enfin, de troquer les six mille personnes honorables, écrasées dans la dernière catastrophe, contre six mille barbouilleurs de papier, quel est celui d’entre NOUS qui eût hésité ? — ne fût-ce qu’une seconde. »

  1. À la nouvelle des très horribles tremblements de terre (des fin février et ier mars 1887), — phénomènes qui désolèrent le Midi, — l’illustre Docteur crut de son devoir d’adresser aux bureaux de nos deux Chambres la présente Motion, dont l’urgence, — malgré le vœu secret d’une double majorité, — fut (du moins au dire énergique de Bonhomet lui-même), remise aux « calendes grecques ».

    Nous n’ajoutons que l’épigraphe, pour indiquer le la particulier à l’intonation professorale du célèbre spécialiste.