Odes (Horace, Séguier)/I/8 - À Lydie

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 12).

VIII

À LYIDIE


               Par tous les dieux, Lydie,
Perdras-tu Sybaris en tes lacs périlleux ?
               Quoi ! cette âme enhardie
Au hâle, au sable ardent, craint le champ soleilleux ?
               Que ne va-t-il bellique
Jouter avec ses pairs, soumettre au loup dompteur
               Un étalon gallique ?
D’où vient qu’il fuit le Tibre ? Oh ! pourquoi du lutteur,
               Plus qu’un sang de vipère,
A-t-il l’huile en dégoût, et ne porte-t-il plus
               De stigmates de guerre,
Lui, le prince du disque et des traits résolus ?
               Pourquoi le cacher, comme
D’Achille on fit, dit-on, avant les maux troyens,
               De peur qu’un habit d’homme
Ne l’envoyât fougueux contre les Lyciens ?