Odes (Horace, Séguier)/I/9 - À Thaliarchus

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 13-14).

IX

À THALIARCHUS


O Thaliarchus, vois comme le Soracte
Dresse un front neigeux : déjà sous les glaçons
      L’arbre plie, et le fleuve compacte
   Dort enchaîné dans ses blanches prisons.

Pour dompter l’hiver, de pesantes fascines
Comble ton foyer ; surtout ne cesse pas
      De puiser en tes urnes sabines
   Un vin âgé de quatre consulats.

Abandonne aux dieux le reste ; par leur ordre,
Les vents qui luttaient sur les flots courroucés
      S’apaisant, on ne voit plus se tordre
   Le vieil ormeau, les cyprès élancés.

Mais au lendemain jamais ne songe et prise
Autant qu’un bienfait chacun des nouveaux jours
      Dont le Sort te fera la remise.
   Aime la danse et les tendres amours,

Tandis que ta fleur échappe à la vieillesse
Morose. A toi donc le Champ de Mars, l’entrain
      Des forum ; puis, quand Phébus nous laisse
   Les tête-à-tête au charme souverain.


À toi mêmement l’angle obscur du bocage
D’où maint rire annonce une espiègle beauté,
      Qui vous livre en voluptueux gage,
   Son bracelet, son anneau convoité.