Odes (Horace, Séguier)/III/26 - À Vénus

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 130).


XXVI

À VÉNUS


La beauté naguère en moi trouvait des charmes
Et je militais, en soldat non obscur :
      À présent ce barbiton, ces armes,
   Mon congé pris, je les suspends au mur

Qui va protégeant de Vénus maritime
Le flanc gauche. Allons ! mettez là les falots
      Lumineux, l’arc d’amoureuse escrime,
   Et les leviers, effroi des durs enclos.

Ô diva que Cypre heureusement vénère,
Et Memphis narguant les neiges de Sithon,
      De Chloé, sous ta vive lanière,
   Change à l’instant, reine, l’orgueilleux ton.