Odes (Horace, Séguier)/III/5 - Régulus

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 98-100).


V

RÉGULUS


La foudre en grondant atteste que Jovis
Règne aux cieux : voyez un autre divin sire
      Dans Auguste ajoutant à l’empire
   Perses fougueux, durs Bretons asservis.

Soldat de Crassus, eh quoi ! d’une étrangère
Tu vécus l’époux infâme ? L’on put voir
      (Oh ! sénat, oh ! mépris du devoir !)
   Vieillir aux champs d’un hostile beau-père,

Sous le sceptre mède, un Samnite, un Sabin,
Oubliant leur nom, leur toge, leurs anciles,

Vesta même aux traits indélébiles,
   Debout encor le Jupiter Romain ?

Il prévit cela, le grand cœur de Régule,
Lorsque, repoussant un protocole vil,
      Sa valeur montra comme un péril
   Pour l’avenir quiconque capitule,

Si ne périssaient, captifs, des jeunes gens
Indignes de pleurs. — « Dans les temples puniques,
      J’ai, dit-il, vu ces drapeaux, ces piques
   Qu’à l’ennemi nos lâches contingents

Rendirent sans lutte ; et j’ai vu des Quirites,
Les deux bras liés sur leur dos libre avant ;
      Porte ouverte, on allait cultivant
   Ces plaines, hier, par notre aigle détruites.

Sans doute un soldat, à prix d’or racheté,
Deviendra meilleur ? Non ! c’est joindre un dommage
      À l’affront : empourpré, tout lainage
   Perd à jamais sa blanche pureté,

Et la vertu noble, une fois dans la fange,
Ne remonte plus en des cœurs de valets.
      Si la biche, échappée aux filets,
   Vole au combat, près de Mars je le range.

Celui qu’un perfide à ses pieds tint d’abord,
Du Carthaginois un jour il sera maître.
      Ce héros qui, calme, se vit mettre
   Des fers aux mains, qui, redoutant la mort,

Et ne sachant plus comment sauver sa vie,
Mendia la paix dans la mêlée. Ô deuil !
      Ô Carthage élevant ton orgueil
   Sur les débris honteux de l’Italie ! »


On dit qu’à ces mots évitant le baiser
De ses tendres fils et de leur chaste mère,
      Vers le sol, en déchu volontaire,
   Ses fiers regards allèrent se poser :

Jusqu’à ce qu’enfin son conseil sans exemple
Ayant convaincu les flottants sénateurs,
      Du milieu de ses amis en pleurs
   Il s’arracha, banni digne d’un temple.

Régulus sait bien quels barbares tourments
L’attendent là-bas : cependant il écarte
      Et parents ligués pour qu’il ne parte,
   Et peuple entier luttant d’empêchements,

Du même air que si, laissant prépondérante
Sa part de clients aux procès du Forum,
      Il gagnait les champs de Vénafrum
   Ou les villas de la molle Tarente.