75%.png

Les Petits poèmes grecs/Anacréon/Ode LVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LVII.

Sur le printemps

Qu’il est doux de s’égarer sur des gazons émaillés que le zéphyr caresse de sa délicieuse et suave haleine, d’admirer les richesses de Bacchus, et sous l’ombre heureuse des pampres d’étreindre en ses bras une jeune fille respirant Vénus tout entière.