Ornithologie du Canada, 1ère partie/Le Moucherolle olive

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Atelier typographique de J.T. Brousseau (p. 160).

LE MOUCHEROLLE OLIVE.[1]
(Red-eyed Flycatcher.)


Ce Moucherolle est assez commun en cette partie de la province. Il arrive en mai et fait résonner sa voix bruyante pendant des heures entières au sein des fourrés où il cherche les insectes. Ce chant consiste en trois ou quatre parties et se fait distinguer facilement de celui des autres chantres des bocages. En juin, ce Moucherolle se construit un joli nid suspendu, à quatre ou cinq pieds de terre, entre les petites branches d’un arbrisseau. Ce nid se compose de filasse, de feuilles sèches, de morceaux de papiers retenus ensemble par la salive de l’oiseau ; du crin, des herbes fines, voilà pour l’intérieur. Ces nids sont des merveilles de solidité. Les œufs sont au nombre de quatre, blancs, excepté au gros bout où l’on distingue des points bruns ou roussâtres. Le Moucherolle olive couve d’ordinaire deux fois l’année dans les pays tempérés.

Ce Moucherolle a le bec couleur de plomb ; l’iris rouge ; le dessus de la tête gris ; les parties supérieures du cou et du corps d’un beau vert olivâtre ; toutes les inférieures d’un blanc verdâtre ; une ligne transversale brunâtre à travers les yeux ; une blanchâtre au-dessus ; les pennes des ailes et de la queue d’un olivâtre foncé, et bordées de blanc ; les pieds bruns. Longueur totale, 5 , envergure, 9.

La femelle est marquée presque comme le mâle, ses couleurs sont plus foncées.


  1. No. 240. — Vireo Olivaceus. — Baird.
    Vireo Olivaceus .Audubon.