Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l’usage/E

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

◄  D
F  ►

Échapper. — Que l’on se reporte par la pensée au temps où nos aïeux parlaient encore latin, mais un latin populaire qui dérogeait beaucoup à la langue classique. À ce moment se forma le mot capa, que les étymologistes dérivent de capere, contenir, et qui désigne un vêtement embrassant tout le corps. Il fut facile d’en produire le composé excapare, signifiant tirer hors de la chape, ou sortir de la chape. Dans ce milieu néo-latin, le terme classique evadere n’était pas en usage. Le langage, et surtout le langage populaire, a de l’inclination pour le style métaphorique. C’est à ce style qu’appartient échapper ; on se plut à dire sortir de la chape, au lieu de dire s’évader ; et le verbe nous est resté, mais sans le piquant qu’il avait à l’origine ; car qui, en disant échapper, songe désormais à une chape, ou, s’il y songe, ose se fier à une si forte métaphore ?

Éclat. — Les néologismes de signification sont quelquefois à noter aussi bien que les néologismes de mot. D’origine, éclat signifie un fragment détaché par une force soudaine. Dès le quinzième siècle, tout en gardant son acception primitive, il prend celle de bruit grand et soudain ; mais ce n’est que dans le dix-septième siècle qu’il reçoit sa dernière transformation, celle qui, au propre et au figuré, lui attribue l’acception d’apparition d’une grande lumière. Les transformations de sens sont bien enchaînées. L’usage a mis un long temps entre chacune ; la rupture d’un fragment l’a conduit à un grand bruit ; puis un grand bruit l’a conduit à une grande lumière. Il n’y a qu’à le féliciter d’avoir ainsi étendu le champ occupé par le mot.

Éconduire. — Ce verbe est un cas assez compliqué de pathologie linguistique. Il ne se trouve qu’au quinzième siècle avec le sens d’excuser, c’est-à-dire de se défaire, par paroles, de quelqu’un ou de quelque chose. Or ce sens ne peut, à aucun titre, appartenir à éconduire, qui représente exconducere, conduire hors. Mais, dans les siècles antérieurs qui n’ont pas éconduire, on trouve escondire, qui a précisément, et par l’étymologie et par l’usage, la signification d’employer la parole pour écarter quelqu’un ou quelque chose ; car il vient du latin fictif excondicere. À un certain moment, la langue, se méprenant, a donné à escondire la forme éconduire, en lui laissant son acception propre qui ne lui convenait plus ; puis, l’étymologie reprenant ses droits, les modernes, sans lui ôter sa signification usurpée, lui ont restitué le sens légitime de conduire hors. Si au quinzième siècle l’usage n’avait pas commis la lourde faute de transformer escondire en esconduire, on aurait gardé escondire pour se défaire de… par paroles, et créé esconduire pour écarter, éloigner. Au lieu de cela, il a doublé la méprise ; si c’est escondire qu’il a voulu garder, ce verbe ne peut signifier conduire hors ; si c’est esconduire qu’il a voulu créer, ce verbe ne peut signifier se défaire par paroles. Mais le mal est fait ; il ne reste plus qu’à se soumettre et à juger.

Épellation, épeler. — Eh quoi ! va-t-on me dire, vous écrivez épellation par deux l et épeler par une seule ; soyez donc conséquent, et mettez ou épelation ou épeller. Ami lecteur, ne m’accusez pas, c’est l’usage qui le veut ; mais il n’a pas été judicieux, d’autant plus digne de blâme que épellation est un néologisme qui n’aurait pas dû présenter de difformité. Il est bien vrai que nous disons appeler par une seule l, et appellation par deux ; et c’est sur ce modèle qu’on s’est cru autorisé à écrire et à prononcer épellation ; faible justification d’une faute d’orthographe. Appellation dérive non de appeler, mais directement du latin appellationem, tandis qu’il n’y a point de latin expellationem qui puisse donner épellation ; ce mot vient donc d’épeler, et l’on n’avait pas la liberté de doubler l. Mais qu’est ce verbe épeler ? un très vieux mot qu’on trouve dans nos anciens textes, qui n’a rien de commun avec appeler et qui provient du germanique. Le sens propre en est expliquer, signifier ; la langue moderne, le détournant de son acception générale, lui a donné l’acception spéciale de nommer les lettres pour en former un mot. Et vraiment, quand on lit dans un document du douzième siècle : Bethsames, cest nom espelt (ce nom veut dire) cité de soleil, on touche le moderne épeler. Fait bien curieux, certains mots peuvent avoir une existence latente que rien ne révèle ; on les croirait morts et pourtant ils ne le sont pas. Espeler au sens d’expliquer, de signifier, est depuis longtemps hors d’usage ; il semblait oublié ; mais il ne l’était pas tellement que l’usage ne soit allé le chercher dans sa retraite, et même l’ait assez rajeuni pour lui attribuer un emploi nouveau.

Épiloguer. — Les mots ne nous appartiennent pas ; ils proviennent non de notre fonds, mais d’une tradition. Nous ne pouvons en faire sans réserve ce que nous voulons, ni les séparer de leur nature propre pour les transformer en purs signes de convention. On est donc toujours en droit de rechercher, dans les remaniements que l’usage leur inflige, ce qui reste, si peu que ce soit, de leur acception primordiale et organique. Épiloguer exista dans les quinzième et seizième siècles. Je n’en connais pas d’exemple qui remonte plus haut, à moins qu’on ne suppose l’existence du verbe grâce à l’existence du substantif verbal, attestée au quatorzième siècle par une citation de Du Cange « Épilogacion, c’est longue chose briefment récitée. » Épilogue, epilogus, ἐπίλογος, signifient discours ajouté à un autre discours ; aussi le verbe qui en dérive n’a-t-il dans ces deux siècles que le sens de résumer, récapituler. Jusque-là tout va de soi ; mais le dix-septième siècle, qui reçoit le mot, n’en respecte pas la signification, et il l’emploie sans vergogne au sens de critiquer, trouver à redire. Est-ce pure fantaisie ? non, pas tout à fait ; dans ces écarts il y a de la fantaisie sans doute, mais il y a aussi un rémora imposé par le passé. À ce terme manifestement d’origine savante et qui lui déplut comme terme courant, l’usage, en un moment d’humeur, s’avisa de lui infliger une signification péjorative ; et, cela fait, on passa sans grande peine de résumer, récapituler, à critiquer, trouver à redire.

Espiègle. — On peut admirer comment une langue sait faire de la grâce et de l’agrément avec un mot qui semblait ne pas s’y prêter. Il y a en allemand un vieux livre intitulé Till Ulespiegle, qui décrit la vie d’un homme ingénieux en petites fourberies. Remarquons que Ulespiegel signifie miroir de chouette. Laissant de côté ce qui pouvait se rencontrer de peu convenable dans les faits et gestes du personnage, notre langue en a tiré le joli mot espiègle, qui ne porte à l’esprit que des idées de vivacité, de grâce et de malice sans méchanceté. C’est vraiment, qu’on me passe le jeu de mot, une espièglerie de bon aloi, que d’avoir ainsi transfiguré le vieil et rude Ulespiegle.