« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Mâchicoulis » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
Liens inter-articles
mAucun résumé des modifications
(Liens inter-articles)
des pièces de bois ou des matières brûlantes. Les mâchicoulis existaient
dans les hourds de bois que l'on élevait sur les remparts dans les premiers
temps du moyen âge et jusqu'au XIII<sup>e</sup> siècle (voyez HOURD[[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 6, Hourd|Hourd]]). Mais les
hourds étant souvent incendiés par les assiégeants, on les remplaça,
vers
donne la figure 3. Les mâchicoulis sont solidement construits au moyen
d'arcs bandés sur des assises en encorbellement. On observera la
construction intéressante des grands mâchicoulis entre les contre-forts, dont
construction
intéressante des grands mâchicoulis entre les contre-forts, dont
les arcs jumeaux sont surmontés d'un arc de décharge qui soulage
l'encorbellement du milieu. Au droit de chaque contre-fort, les
chevrons de la charpente font saillie afin d'abriter les petits mâchicoulis.
chevrons
de la charpente font saillie afin d'abriter les petits mâchicoulis.
 
Toute cette construction est faite en belles pierres d'appareil de lave,
et il semble qu'elle date d'hier. Son effet extérieur est saisissant. Ces
mâchicoulis, en façon de larges rainures, appartiennent
particulièrement aux provinces méridionales et ont précédé de près d'un siècle les
aux provinces méridionales et ont précédé de près d'un siècle les
mâchicoulis du nord qui consistent en une suite de trous carrés ménagés
entre des consoles. Nous verrons tout à l'heure des mâchicoulis en forme
seuls de ce genre que l'on trouve en Auvergne. L'église de Royat, près de
Clermont, est couronnée par des mâchicoulis dont le style et la
construction méritent d'être étudiés. Alors, les architectes chargés de diriger
construction
méritent d'être étudiés. Alors, les architectes chargés de diriger
des travaux militaires ne croyaient pas que la laideur ou la vulgarité des
formes fût une des conditions du programme imposé, sous le prétexte
par des formes convenables tous les besoins, même les plus vulgaires,
et nous ne verrions nul inconvénient à ce que, dans nos défenses
modernes, l'aspect extérieur fût d'accord avec la réalité<span id="note1"></span>[[#footnote1|<sup>1</sup>]]. Couronner aujourd'hui une porte, une caserne, un ouvrage défendu par des
mâchicoulis, cela serait ridicule; mais il l'est tout autant, au moins, de donner
aujourd'hui une porte, une caserne, un ouvrage défendu par des
mâchicoulis,
cela serait ridicule; mais il l'est tout autant, au moins, de donner
à ces ouvrages militaires l'aspect d'un hôtel, de les entourer de pilastres
romains, de les terminer par des corniches profilées suivant les règles
pouvant battre toute l'étendue des remparts, et ceux-ci furent, à leur
base, disposés en prévision des effets produits par la chute des projectiles,
ainsi que cela avait été tenté déjà pour les hourds[[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 6, Hourd|HourdS]](voyez ce mot).
On voulut aussi que les mâchicoulis pussent battre les angles saillants.
Mais ces perfectionnements ne furent introduits dans l'art de la fortification
comme, par exemple, les retours d'équerre sur les tours, les consoles
d'angle, les mâchicoulis ressautants, etc. Les mâchicoulis des
remparts d'Avignon n'ayant jamais été destinés à être couverts et étant
remparts
surmontés d'un simple crénelage, afin d'éviter la bascule les constructeurs
d'Avignon n'ayant jamais été destinés à être couverts et étant
surmontés
d'un simple crénelage, afin d'éviter la bascule les constructeurs
ont donné aux encorbellements un assez grand nombre d'assises de
manière à charger la queue de chaque corbeau. Ainsi (11), soit en A
manière
à charger la queue de chaque corbeau. Ainsi (11), soit en A
l'angle d'une tour, il y aura des corbeaux diagonaux en B, lesquels,
suivant la coupe <i>c d</i>, donneront le profil D possédant six assises de corbeaux;
donnaient de longues rainures par lesquelles on pouvait jeter
non-seulement des pierres, mais des pièces de bois en travers (voyez
ARCHITECTURE[[Dictionnaire MILITAIREraisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 1, Architecture militaire|Architecture Militaire]], figure 40); ils avaient l'inconvénient de ne pas
battre le devant de ces contre-forts et de laisser ainsi des points accessibles
aux assaillants. Ce système n'a guère été employé par les architectes
au tracé perspectif O'; ainsi aucune chance de rupture dans la
construction. Un démaigrissement du parement entre chaque corbeau
laisse en P une *[?arête] saillante qui empêche les traits lancés du bas de
remonter en ricochant dans le chemin de ronde par les trous des
mâchicoulis.
jour en forme de balustrade. Ce monument, placé sur le point culminant
de la ville et se reliant aux fortifications, était considéré comme une citadelle,
et de tout temps il avait été garni de crénelages (voy. CRÉNEAU[[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, Créneau|Créneau]]).
Lors de la reconstruction de son abside, après les guerres des Albigeois,
on ne fit donc que se conformer à une tradition. Voici (14) une vue
5 406

modifications

Menu de navigation