Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
aucun résumé de modification
<div class=prose>
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 1, Ange|Ange]]</center>
linteau, sont sculptés les vingt-quatre vieillards. Au portail royal de la
cathédrale de Chartres (1), on voit aussi le
 
[[Image:Animaux.cathedrale.Chartres.png|center]]
 
Christ entouré des quatre animaux seulement.
Les vingt-quatre vieillards sont disposés dans
dans les tympans des pignons, sur les contre-forts des façades, dans les
clefs de voûtes, et même dans les chapiteaux des piliers de chœurs.
 
[[Image:Animaux.cathedrale.Chartres.png|center]]
 
Avant le XIII<sup>e</sup> siècle, les quatre animaux sont ordinairement seuls; mais,
Au sommet des deux tours de la façade de la cathédrale de Laon, les
sculpteurs du XIII<sup>e</sup> siècle ont placé, dans les pinacles à jour, des animaux
d'une dimension colossale (3). Aux angles des contre-forts du portail de<br>
<br>
 
[[Image:Animaux.cathedrale.Laon.png|center]]<br>
<br>
 
Notre-Dame de Paris, on voit aussi sculptées d'énormes bêtes, qui, en se découpant
sur le ciel, donnent la vie à ces masses de pierre (4). Les balustrades<br>
<br>
 
[[Image:Animaux.Notre.Dame.Paris.png|center]]<br>
<br>
 
de la cathédrale de Reims sont surmontées d'oiseaux bizarres, drapés, capuchonnés.
Dans des édifices plus anciens, au XII<sup>e</sup> siècle, ce sont des frises d'animaux
qui s'entrelacent, s'entre-dévorent (5); des chapiteaux sur lesquels<br>
<br>
 
[[Image:Animaux.XIIe.siecle.png|center]]<br>
<br>
 
sont figurés des êtres étranges, quelquefois moitié hommes, moitié bêtes;
possédant deux corps pour une tête, ou deux têtes pour un corps; les églises
Nous donnons ici un de ces animaux, sculpté
sur un des vantaux de porte de la cathédrale
du Puy-en-Vélay (6). Ce tigre, ce lion,<br>
<br>
 
[[Image:Animal.cathedrale.Puy.en.Velay.png|center]]<br>
<br>
 
si l'on veut, est en bois; sa langue, suspendue
sur un axe, se meut au moyen d'un petit
la sculpture, en devenant plus pauvre, plus maigre, et se bornant
presque à l'imitation de la flore du nord, supprime en grande partie les
animaux dans l'ornementation sculptée ou peinte; mais, pendant le<br>
<br>
 
[[Image:Animal.eglise.St.Sernin.Toulouse.png|center]]<br>
<br>
 
XVe siècle et au commencement
du XVI<sup>e</sup>, on les voit
5 406

modifications

Menu de navigation