Vénus et Adonis/Traduction Hugo 1872

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vénus et Adonis Trad. F-V Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare , Pagnerre, 1872, 15 (pp. 147-150).
◄   Sonnets Le viol de Lucrèce   ►
◄   Vénus et Adonis   ►


VÉNUS ET ADONIS

AU

TRÈS-HONORABLE HENRY WRIOTHESLY

COMTE DE SOUTHAMPTON ET BARON DE TICHFIELD.


Très-honorable,

Je ne sais pas combien je me rendrai coupable en dédiant mes vers imparfaits à Votre Seigneurie, et combien le monde me blâmera de choisir un si fort soutien pour un si faible fardeau. Si votre Votre Honneur paraît seulement satisfait, je me regarde comme hautement loué, et je fais vœu de mettre à profit toutes mes heures de loisir pour vous offrir l’hommage d’un plus sérieux travail. Mais, si le premier-né de mon invention est reconnu difforme, je regretterai de lui avoir donné un si noble parrain, et je renoncerai désormais à labourer un terrain si stérile, de peur qu’il ne donne toujours une aussi mauvaise récolte. Je livre ceci à votre honorable examen, et Votre Seigneurie au contentement de son cœur : puisse-t-il répondre toujours vos propres désirs et aux espérances impatientes du monde !

De Votre Seigneurie
le tout dévoué serviteur,
WILLIAM SHAKESPEARE.