Vie de sainte Marie l’Égyptienne (ms. 23112 français de la BnF)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chi commence le vie de Marie Egyptiene

Oiés segnur une raison
Ou il ne a se verté non
Faite est et tote de verté
N’i a .i. mot de fausseté
Bien croi que volentiers l’orront
Cil qui Dameldiu ameront
Car a chiaus qui de lui n’ont cure
Moult est se parole aspre et dure
Tout cil qui le volront amer
Et por s’amor moi escouter
De me dame sainte Marie
L’Egyptiene orront le vie
Car che saichent tout pecheor
Ki forfait sont au creator
Que nus pekiés n’est si pesant
Ne si horrible ne si grans
Dont Dex ne fache vrai pardon
Par foi et par confession
A ciax qui prendent penitance
Mais gardent soi de mescreance
Se hom guerpist le merchi Dé
Cil peciés n’iert ja pardoné
Pechiés n’est giens creature
Anchois est mehains de nature
Onques Dex ne cria pechié
Et neporquant le consentie
En tous homes a son ostal
Et se force de faire mal
Nus hom n’en est en ceste vie
Tant soit saiges n’ait fait folie
Par maintes fois pechié firent
Li apostre qui Diu servirent
Por chou ne me pus merveillier
D’un pecheor quant l’oi pechier
Mais de celui est granz merveille
Qui tost ans dort et ne s’esveille
Et en sen ort pechié s’endort
Entrues que il vient a le mort
Quant il se muert et il se sent
Lors si dist il je me repent
Quant il est venus au morir
A tart se prent au repentir
Selonc les dis s’. Augustin
N’est mie bone icele fin
Car quant li caitis sent le mort
Ile ne puet faire droit ne tort
Guerpist le male iniquité
Car il n’en a mais poosté
Se plus i eust de se vie
Encore fesist il folie
Quant l’ame s’en vait miserine
Ki li puet faire medecine
Fors Damedieu qui le cria
Chou que a fait che trovera
Cheste dame dont vuel parler
Marie l’oi apeler
Egyptiene est por ce dite
Car ele fu nee d’Egypte
Illuec fu nee et baptisié
Mais malement fu enseignié
Legiere devint en s’enfance
Honte perdi et amaanche
Moult fu esprise de luxure
De nule autre rien n’avoit cure
Porche que ele iert bele et gente
Se fioit tant en se jovente
Que tout faisoit le sien plaisir
Ne li membroit pas de morir
De ii. parens ne se gardoit
A tout homes s’abandonoit
Ne quit que fust en ceste vie
Feme de plus grant legerie
Ses peres se mere vivoient
Por peu que de duel ne moroient
Il le voloient castoier
Ele nes prisoit . i. seul denier
Ne prisoit casti de parent
Plus que fesist trespas de nent
Fille chou li disoit la[1] mere
Car croi le casti de ten pere
Se longuement tiens cest mestier
Moult en arons grant reprouvier
Pour Dieu te pri fille Marie
Guerpis mais ceste legerie
Quant cest mestier aras guerpi
Nous te donrrons rice mari
N’est drois que tu soies perdue
Por souffraite de nostre aiue
Fille tu ies de grant parage
Moult par est de ti grant damage
Que tu ainssi soies perie
Pour te malvaise de legerie
Tes peres en est si iriés
Jamais nul jour ne sera liés
Et maudist tote s’aventure
Quant faite a tel engenrrure
Quant Marie l’oi parler
Ne le put seule escouter
Desqu’ele ot passé .xii. ans
A tous volst faire ses talens
Por parfaire se volenté
S’en fui en autre regné
Tout sen parenté deguerpi
Onques pus nus d’iaus nel vei
Ainssi s’en fui comme lerre
Sans seu de pere et de mere
El cemin s’en entra Marie
Onc n’i demanda compaignie
En Alixandre en este venue
El plus chief de le maistre rue
Cies les meretrix prist ostel
Illuec fist son cors venel
Ele estoit blance comme flour
Des jovenciax avoit l’amor
Tot i venoient au bordel
Por se biauté li jovenchel
Ele les rechevoit volentiers
Non seulement por lor deniers
Mais por faire le sien deduit
Les avoit o soi toute nuit
A sen delit iert ententive
De jor et de nuit le caitive
Car boire et mengier et luxure
Che ert toute le siue cure
Quant ele levoit del souper
O les daziaus aloit joer
Tant par amoit a iaus border
N’entendoit gaires al souper
Li jovencel tout li plusor
Erent si espris de s’amor
Que devant sen huis a l’entree
En faisoient mainte mellee
Por chou qu’il erent si ami
Se faisoient illuec hardi
Des gisarmes et des espees
S’entredonoient grans colees
Del sanc qui d’iax ert espandu
Encouroit aval li palus
Le caitive qui che veoit
Nul paor ne l’en prendoit
Se uns moroit de ses amis
Ele en ravoit .xl. vis
Quant ele en avoit .ii. ocis
Je plus tart n’en faisoit .i. ris
Ja cil qui iert por li navrés
Par li ne fust seul regarder
Plus amoit o les sains joer
Que les malades visiter
En Alixandre estoit Marie
Ou demenoit iceste vie
Illuec demena ses talens
Le caitive dusc’a .vii. ans
Le vile iert de li empirié
Auques estoit ja mehaignié
Et li pais tot environ
En iert grant perdicion
De se biauté de se figure
Si com ele est en escriture
Vueil .i. peu dire le samblant
Anchois que je trespas avant
Car a cel tens en icel regne
Ne vit nus hom plus bele feme
Ne onc contesse ne roine
N’en ot el front plus bele crine
Reondes avoit les oreilles
Mais blanches erent a merveilles
Les iex clers et sosrians
Les sorchix noirs[2] et avenans
Bouche petite par mesure
Et le pie et le regardeure
Le face tenrre et coloree
Com le rose qui sempre est nee
Ja el nés ne el menton
N’aparceussiés mesfaichon
En som le col blanc com ermine
Li un doit le bloie crine
Les mameles de cele dame
N’estoient menrres d’une pome
Desous le goule en le poitrine
Fit blanche comme flor d’espine
Blans bras avoit et blances mains
Les dois reons grailles et plains
Gent cors avoit et bien molle
Sous l’aissele lonc le coste
El n’iert trop grant ne trop petite
Ja se faichon n’en iert escrite
Ja le biauté de ceste dame
N’en iert escrite par nul home
Tant iert cortoise de parler
Riens n’i avoit que amender
A plaindre fait tel criaature
Quant del creator n’avoit cure
El recevoit plusors presens
S’en acatoit bons vestemens
Bons dras avoit et avenans
Por mix plaisir a ses amans
Ele n’avoit song de dras de laine
Au pior jor de la semainne
Bon bliaut avoit d’ostorin
Et affubloit mantel d’ermin
Soullers bien pains de cordouan
Cauchoit a tous les jors del an
Li citoien de le cité
L’amoient tout por se biauté
Li anchien home et li saige
Disoient tout Dex quel damage
Com mar fu onc ceste dolante
Tant fait a plaindre se jovente
Tant mar fu onques la siue vie
Quant si est plainne de folie
Tout disoient par le cité
Qu’ele estoit de haute parenté
Car a tos respondoit raison
Et tant iert de bele fachon
Ke li fix d’un empereor
Le peust prendre a grant honor
Che fu en mai le mois d’esté
Qu’ele iert al mur de le cité
Et esgarda aval au port
Ou soloit faire sen deport
Arriver vit une galie
Qui de Libe iert esquipié
Toute iert plainne de pelerins.
De viex homes et de meschins
En Jherusalem en aloient
Par bon couraige se hastoient
Por estre a tans a une feste
Qui de le crois i devoit estre
Cil qui estoient plus legier
S’en s’aloient hors el gravier
Main a main s’aloient joant
Par le rivage li enfant
Mais quant les aparchut Marie
Ne pot muer qu’ele ne rit
Aprés soit vit un home ester
Commenche li a demander
Sire fait ele car me dis
Por icel Dieu par cui tu vis
Quel part iront icil baron
Qui laissent de cel dromon
Se je porroie i iaus aler
Car n’ai mais soing de ci ester
Aler vuel de ceste cité
Cho m’est vis trop i ai esté
Che li respondi li preudom
En Jherusalem en irom
Se lor aviés que doner
Bien porriés o iaus aler
Par Diu Sire dist le dolante
Je i voi moult bele jovente
Men cors lor metroie abandon
Je ne lor puis faire autre don
Ne lor puis faire altre loier
Car je n’en ai un seul denier
Quant li preudom ot le folie
Ne pot muer qu’il ne s’en rie
Quant il oi le couvenant
Guerpist le si s’en va riant
Et le dolante s’en torna
Onques a ostel ne repaira
Aval s’en va grant aleure
Si com le menoit s’aventure
Onques ne fina dusc’au vaissel
Ou estoient li jovencel
A chiaus parla auques briement
Tel sens com ele l’a lor despent
Segnor dist ele pelerin
Dex vous a maint a bone fin
Et vous doinst tele volenté
Que me fessissiez carité
Je sui chi une povre feme
Et si sui nee d’autre regne
Jo n’i ai ami ne parent
Se mi esta moult malement
O moi je n’ai argent ne or
Tot poés veir mon tresor
Je n’i ai autre manandie
Mais moult pris vostre compaignie
Se jou laiens o vous estoie
Moult volentiers vous serviroie
Et moult volroie o vos aler
Se vous me voliés porter
Ja por porter une caitive
Ne venrés ja plus tart a rive
Che respondent li jovencel
Venés o nos moult nos iert bel
Sus en le nef le font monter
Aprés se font desaancrer
De le rive se font voler
O les rains pernent a nager
Ne finerent li bacheler
Dusques furent en haute mer
En haute mer drechent lor voiles
Toute nuit ceurent as estoiles
Mais del dormir ni ot nient
Car Marie si lor desfent
Lors les commence a acoler
Aprés les prent a tastonner
A tous sengles aloit gesir
Por chou que miex peust plaisir
Onc n’i ot tant nu oscur dos
Fust jovenciax ou fust espous
Ki onques peust prendre respit
Ke ne peçast o li le nuit
Tant fu cointes de sen mestier
Ke tos les fist o soi pekier
Quant ele vit les hautes ondes
Desmesurees et parfondes
Et ele voit le grant oré
Qui amenoit le tempesté
Li cors de li estoit tant liés
De riens ne cremoit ses pekiés
Tous les peurex confortoit
Et a joer les envioit
Car tant l’avoit diale esprise
Toute nuit ert en se chemise
Ele n’iert mie tote le nuit
Nient seulement en un lit
Por parfaire a tos ses delis
Aloit le nuit par tous les lis
Cil le voloient de bon gré
Qui en fisent lor volenté
Merveille iert d’une feme seule
Ki pooit sousfrir si grant foule
Mes de chou n’estoit nul mi
Que diales ne fust en li
Qui moult volentiers le noiast
Se nostre Sires li laissast
Mais cil le mena a droit port
Et le gari trés bien de mort
Quant Marie fu arrivee
Dolante fu et esgaree
Souspire et pleure a le rive
Ne seit que faire le caitive
El n’i connoist home ne feme
Moult li samble estrange regne
A le parfin se purpensa
Que en le cité s’en ira
Et fera illuec son mestier
N’a coraige de li cangier
En Jherusalem est entree
Or oiés del maleuree
Onc ne se targa de pekier
Anchois commence a empirier
Oiés com grant perdition
Ains que venist l’Ascension
De le sainte feste aoree
Qui devoit estre honoree
Ot empirié si cel liu
Miex n’aussist que i courust li fus
Car ele decevoit le jouvente
Por chou qu’ele iert bele et gente
Li jouvencel de la cité
Erent espris de se biauté
Ne demora que un petit
Que li jors de le feste vint
De la sainte Assension
Este vous le procession
Des pelerins d’outre le mer
Qui erent venu por orer
Venu erent par bon coraige
Comme prodome et comme saige
Mais quant les aparchut Marie
Mist soi en cele compeignie
Mist soi en le procession
Nient par bone entention
Li pelerin qui le veoient
Se malvaistié pas ne savoient
Car se il seussent se vie
Ja o iaus n’eust compaingnie
Sor les degrés en sont monté
Dedens le temple en sont entré
Dedens entra le compaignie
Mais ainc n’i pot entrer Marie
Quant ele voloit avant aler
Arriere estouvoit reculer
Dedens le presse se metoit
Mais nule riens ne li valoit
Chou li ert vis son escient
Que ele veoit une gent
Qui li samloient chevalier
Mais moult avoiet le vis fier
Cascuns tendi vers li s’espee
Et le manechoient de l’entree
Quant ele aloit un peu avant
Des espees cremoit le brant
Quant vit que nient ert de l’entree
En un angle s’es reculee
Donc si commenche a porpenser
Ke doit qu’ele n’i pooit entrer
A le parfin voit et entent
Ke ses pekiés si li desfent
Del cuer commence a souspirer
Et des iex forment a plourer
A ses .ii. mains derront se crine
Grans cops se done en se poitrine
Set que Dex est vers li marri
Ne li osa crier merchi
Ahi dist ele pecherris
Tant mar fui onques meretris
Com mar fis les ordes pekiés
Porquoi Dex est vers moi iriés
Mal conseil ai tostans eu
Quant men creator ai perdu
Tant sui plainne de ville ordure
De malvaistié et de luxure
Que el temple ne puis entrer
Ne Dameldiu nos apeler
Que fera ore le caitive
Chou li poise que ele est vive
Del cuer li issent li souspir
Mains prise vivere que morir
Resgarda vers destre partie
Vit l’ymaige sainte Marie
En le maisiere iert figuree
Moult pieument l’a esgardee
Dame dist ele douce mere
Qui en ten cors portas ten pere
Sains Gabriel en fu messaiges
Tu li respondis comme saige
Quand il te dist avé Marie
De le grace Diu raemplie
En ti prendra humanité
Li Fix au Roi majesté
Quanque il dist tu otrias
Et soie ancele te clamas
Et por che ies or Roine
A toi seule quier medecine
A mes plaies qui sont mortax
Ne quier autre medecinax
Se tu o le tien fil m’apaies
Bien seront sanees mes plaies
Ichi guerpis jou le diale
Et sen conseil car tot est fable
Chi deguerpis le siue voie
Que je jamais o lui ne soie
O le ton fil meth me creance
Toi meth en plege et en fiance
Ke toustans mais lui servirai
Ne ja de lui ne partirai
Toute guerpis je ceste vie
Et le malvaise legerie
Jamais n’iert jors n’aie pesance
Moult iert aspre me peneance
Virgine roine je croi bien
Que onques n’est icele rien
Qui tant soit forte a avanchier
Se tu ten fil en viex prier
Sempres ne soit faite par toi
Dame aies hui merchi de moi
En men coraige ai me creance
Que tes fix fu a ta naissanche
Il mist en ti virginité
Aprés i mist se deité
Moult fu grant merveille del pere
Qui de le fille fist se mere
Il prist de toi humanité
Onc n’en perdis virginité
Il fu et tes fix et tes peres
Tu fus et se fille et se mere
Moult fu chou merveilleuse cose
Et nequedent bien dire l’ose
Que de l’espine issi li fruis
Par quoi deables fu destruis
Un non avons ce est Marie
Moult est diverse nostre vie
Tu amas toustans caasté
Et jou luxure et ordee
Deables eus a anemi
Et je li ai toustans servi
Onc de le toie sainteé
Ne nasqui feme en cest regné
Je fui povre et orgueilleuse
Et de mon cors luxurieuse
Li nostres Sires toi ama
Et moi caitive refusa
Moi refusa et ama toi
Dames aies hui merchi de moi
Virge tu portas le tresor
Qui plus vaut que argent ne or
De toi prist car le Fix le Roi
Que s’. Jehans moustra au Doi
Il dis que li angeles estoit
Par quoi li mons salvé[3] seroit
Mais quant l’oi li anemis
Qui nos jeta de paradis
Ke il devoit le mont sauver
Issi le cuida enganer
Comme il fist le premerain home
Que il dechut par une pome
Par .iii. fois il l’en essaia
Li fel ainc riens n’i esploita
Quant si le vit armé et fort
Par traison li dona mort
Moult fu le mors boneuree
Par quoi fumes recouvree
Se li Fix Dieu ne fust ochis
Ja n’entrast hom en paradis
Par le mort prist le vertu[4]
Par quoi deables fu vaincu
Ochis vainqui le oceor
Del tout le traist a desonor
D’infer froissa les serreures
Et rompi toutes les clostures
Hors en geta se compaingnie
Qui del deable estoit ravie
El ciel les conduist a sen pere
En se gloire la ou il ere
Puis vint au sepulcre a sen cors
Par grant vertu l’en geta hors
A ses apostre s’apparu
Et .xl. jors o iax fu
Moustra lor le nouvele loi
Puis les baisa cascun par soi
Commanda lor se douce mere
Puis monta es ciex a sen pere
Del ciel lor tramist tel confort
C’onques puis ne cremirent mort
Saint esprit lor tramist
Ki tous langaiges lor aprist
Or siet a le destre son pere
Tu ies o lui se douce mere
Quant il venrra al jugement
A sen secont advenement
Tu seras en se compaingnie
Comme le soie douce amie
Il jugera et mors et vis
Li juste iront en paradis
Li mal iront el fu durable
La les tormentera deale
Virge roine coronee
Qui tant par fus boneuree
Ki chelui portas en ton ventre
Que tos li mons ne pot comprendre
Si com je croi chou que je di
Aies tu hui de moi merchi
Quant ele ot faite s’orison
Dex li a ja fait le pardon
De s’orison leva Marie
En son novel seignor se fie
En lui mist tote se fianche
El temple en entra sans doltance
El temple entra sans destorbier
Si va oir le Dieu mestier
Quant a oi le saint mestier
Estés le vous hors del moustier
De sen pechié se sent legié
Droit a l’ymage est repairié
En li a toute se fiance
Conseil quiert de se penitance
Confaitement ele fera
Et en quel tere s’en ira
Ot une vois que ele entent
Qui li a dit apertement
Va t’ent al moustier Saint Jehan
Puis passeras le flun Jordan
El moustier prendras medecine
Puis t’en iras en le gastine
Illuesques espaneiras
Toustans mais que viveras
Quant ele ot oie le vois
Saigna soi de le sainte crois
Es le vous entree el chemin
Devant li vint un pelerin
Trois maailles li presenta
Trois petis pains en acata
Auques fu che de se substance
Tant com el fu en penitance
Au flun Jordain en va Marie
Le nuit i prist herbegerie
Bien prés del mostier S’. Jehan
Sor le rive del flun Jordan
Se herbega sans nul ati
Un de ses pains manga demi
But de l’iaue saintefié
Quant en ot but moult par fu lié
Sen chief lava de le pure onde
De tous ses pechiés devint monde
Ele se sent alques lassee
Car ele ot faite grant jornee
De terre dure fist sen lit
Illueques jut tout le nuit
Dormi mais che fu petit
Car li durs lis si li toli
Par matin leva au moustier
S’en va oir le Dieu mestier
La rechut corpus Domini
Adonc fu lié ainc ne fu si
Quant ele fu acommenié
Poés savoir que moult fu lié
Puis si entra en un calan
Outre passa le flun Jordan
Quant ele fu outre passee
En le forest en est entree
Marie va par le gastine
Souvent deprie le roine
Que ele avoit mis en hostage
Le jor devant : devant l’ymaige
Par se merchi ne le guerpisse
Et del deale le garisse
Par le gast va grant aleure
En Dieu se fie toute est seure
Mais quant ele ot faite se jornee
Sous un arbre s’est acostee
Ele n’ot que .ii. pains et demi
Or ai Jhesucrist merchi de li
De ciax ne vivra ele mie
Se Dex ne li fait autre aie
Un petit menga de sen pain
Puis se dormi dusc’al demain
Lendemain leva par matin
Vers oriant tint sen chemin
Tant ala par jor et par nuit
A faim et a soif et a dur lit
Que tant parfont fu el boscaige
Toute devint illuec salvaige
Mais ele ne s’oublioit mie
De prier sainte Marie
Sovent li menbroit de l’ymaige
Que ele avoit mis en ostaige
Si souller furent tout usé
Et tout si drapel deschiré
Li cors de li remaint tout nu
N’avoit drapel ne fust rompu
Li chars de li mua coulor
Qui ains iert blance comme flor
Que por yver que pos esté
Tout li noircirent li costé
Coulor mua se bloie crine
Blanche devint com une hermine
Le bouce li fu tenevie
Et environ tout noirchie
Et avoit tant noir le menton
Comme s’il fust taint de carbon
Atenergé furent li oel
N’i avoit ore point d’orguel
Se vous veissiés les oreilles
Moult par vous presist grans merveilles
Car noire estoit et decrevee
Le blanche char tout muee
Noire et muee ert le poitrine
A escorce samblant d’espine
N’avoit plus char en ses traians
Ne mais com il a en uns gans
Les bras les mains et les lons dois
Avoit plus noirs que nule pois
Ongles avoit longes et grans
Ele les retailloit a ses dens
Li ventres li estoit caoit
Petit de despensse i metoit
Li pié li erent decrevé
En plusors lius erent navré
Car ele ne se gardoit d’espine
Quant ele aloit par le gastine
Che li ert vis sien esciant
Que ele n’i failloit nient
C’uns de ses pekiés li caoit
Quant une espine le pongnoit
Por chou estoit ele moult lié
Quant ele souffroit le hasquié
N’est merveille se iert noirchie
Car moult demenoit aspre vie
Plus de .xl. ans ala nue
N’iert merveille se iert moussue
Povre despense avoit o li
Or ait Jhesucrist de li merchi
.ii. pains avoit ne gaires grans
De chiaus vesqui par plusors ans
El premier an devinrent dur
Com se fust pierre de mur
Cascun jor en usoit Marie
Mais che iert petite partie
Quant ele ot tot son pain usé
Puis esrachoit l’erbe del pré
Quant autre beste le mengoit
De rien ne se confortoit
As mains buvoit l’iaue el ruissel
Quant ele n’avoit autre vaissel
Ne font a plaindre li pechié
Dont li cors fu si castié
D’erbe vesqui et de rachines
.xvii. ans par les gastines
Puis fu .xxx. ans onc ne menga
Se angeles ne li aporta
Li diables le an premier
Le soloit sovent essaier
Tout che li faisoit remembrer
Qu’ele soloit tos jors amer
Les bons mangiers et les biax lieus
Ou ele soloit faire les geus
Or fu ichi boneuree
Qu’ele de tout fu obliee
Onques puis en toute se vie
Ne li souvint mais de folie
Ne ainc en trestot le boscaige
Ne li vint puis beste salvaige
Ne autre vive creature
Par le gaut va toute seure
En plusors lius prist son ostel
Se vie ert tote espiritel
Or lairons ici de Marie
Si parlerons d’une abeie
Qui iert al cief de le forest
Si com le livre en trai a test
Onques Dex ne fist nule gent
Qui tant boneueseurement
Servissent a lor creator
Que faisoient icil seignor
Il n’avoit soing de mal faire
Cascuns avoit vestu se haire
Tant erent en grant descepline
Ne vestoient pas estamine
En haires erent et nus piés
Por espaneir lor pechiés
Ne il de jors ne il de nuit
Ja ne fussent trové en lit
Toustans estoient el moustier
Fors seul a l’eure de mangier
Il vivoient moult povrement
Ch’ert de pain d’orge et de polment
A tos les venredis del an
Vivoient de nois et de glan
Iaue buvoient nient saine
Car ele n’iert pas de fontaine
Entr’iax n’avoit pas symonie
Ne covoitise ne envie
N’avoient soing d’argent ne d’or
En Dieu estoit tot le tresor
Nus d’iaus n’avoit proprieté
Tot erent d’une volenté
N’est hom qui ja lor bonté die
Tant estoient de sainte vie
Quant venue iert le quarantaine
El premier jor faisoient çaine
Li abés li acumenioit
Corpus Domini lor donnoit
Quant les avoit commeniés
Par ordre lor lavoit lor piés
Puis aloient a orison
Et il lor faisoit le sermon
Commandoit les entrebaisier
Puis lor ouvroit l’uis del mostier
En le forest les envoia
A Damedieu les commanda
Li saint moine se departoient
Fors seul .ii. qui luec remanoient
Nient por le paor des larrons
Qu’il cremissent de lor maisons
Mais por faire le Dieu mestier
Car n’est pas bien de saint’eglise
Que li mestiers Dieu en defise
Li autre s’en issoient tuit
El desert vivoient de fruit
En Dieu avoient grant amor
D’erbe vivoient li plusor
Quant l’un veoit l’autre el desert
Fuioit s’en de la ou il ert
Ainssi s’en aloit en emblé
Ja par lui ne fust salvé
La ou le nuit l’entreprenoit
Sor l’erbe froide se gisoit
Par matin levoit el demain
Saignoit soi de se destre main
Il ne savoit ou il aloit
A Damediu se commandoit
Ceste meisme entention
Avoient tot si compaingnon
Des iex plouroient tenrrement
Souvenoit lor del jugement
Ou tout li angele tranlleront
De le paor que il aront
Quant il verront le Fil Dieu
En sen siege de majestieu
Et devant lui le fu durable
Dont il cruciera deale
Et tout li malvaise gent
Seront cruciet ensement
Et puis enfernal dechendront
Si que il jamais n’en istront
Por chou estoit icil moine
En le forest en tel essoine
Por tos lor pechiés espanir
Estoient il en tel peril
Quant passee iert le quarantainne
Et venoit le jor de le cene
Au jor de Ramis Palmaus
Repairoient tote en maison
Por escouter le saint sermon
Li sains abés estoit tous liés
Quant les veoit tos repairiés
Li paistres estoit liés del bercil
Qui escapés iert del peril
El moustier les faisoit entrer
Aprés faisoit les huis fremer
Puis estoient tot l’an seur
Ne lor estoit cremir eur
Li premiers jors vint de quaresme
Que cascuns d’iax aloit son esme
Li abés fist que il soloit
Ses oeilles mist hors del toit
Ainchois les fist entrebaisier
Puis lor ouvri l’uis del mostier
En le forest les envoia
A Damedieu les commanda
Uns s’en va a destre partie
Qui moult estoit de sainte vie
Cil iert apelés Zosimas
Vestus iert de moult povres dras
Miex ama il se povreté
Que nus quens n’ainme se conté
En le forest parfondement
Se mist o povre fornement
Hermites i cuida trouver
De Dieu voloit o iaus parler
Mais quant il ot fait .xx. jornees
Qui moult erent desmesurees
Et vit que nul n’en peut trover
N’a coraige d’avant aler
A droit miedi commence s’eure
De Damediu et si l’aeure
Quant il ot s’orison fenie
Si resgarda vers orient
Un ombre vit son essient
Qui estoit ou d’ome ou de feme
Mais ele estoit de l’Egyptiene
Dex l’avoit illuec amenee
Ne voloit plus que fust celee
Descouvrir voloit le tresor
Qui ert plus precieus que or
Li sains hom fu forment pensis
Quant vers l’ombre torna son vis
Cuida que fust encantement
Reclama Diu omnipotent
Ke le deffende de felon
Et de male temptation
Quant il ot s’orison fenie
Le figure vit de Marie
De Marie vit le figure
Apertement sans covreture
Car il ne savoit pas son non
Se par sainte esperite non
Environ li estoit se crine
Tant blance comme flor d’espine
Li blanc cavel et li delgiés
Li avaloient dusc’as piés
Quant celi soslevoit li vent
Dessous paroit le char bruslee
 Del solel de le gelee
Le dame quant le vit venir
Isnelement prent a fuir
Li s’. hom le vait en cauchant
Auques le va ja aproismant
Ne garda pas a se viellece
Moult li est peu quant il se blece
Par le forest va achoupant
Moult sovent le va apelant
Dame fait il parole a moi
Se tu en Diu as nule foi
Je te conjur par Dieu le grant
Que tu ne voises plus avant
Quant le dame ot de Diu parler
De pitié commence a plorer
Dex dist ele Rois Creator
Sire toi lo et toi aor
.xl. ans a et .vi. che croi
Que n’oi mais parler de toi
Or m’as chi un home tramis
Jou ne li os torner mon vis
Ne li os torner me faiture
Car je sui une creature
Or est arrestee le dame
N’osa son vis torner vers l’ome
Ele ne se volra mais celer
A lui commencha a parler
Keles dist ele Zosimas
Jetés me chi .i. de vos dras
Car je n’os mie aler a toi
Aprés porras parler a moi
Quant Zosimas soi nommer
Sot que Dex le faisoit parler
Car ele ne savoit pas son non
Se par le sainte esperite non
Un de ses dras li geta
Et le dame si aproisma
Au drapel vint rusant Marie
De son cors covri grant partie
Quant du drapel fu affublee
Vers le s’. home s’est tornee
Sire dist ele dous amis
Car me dis que tu as chi quis
Chi pués veir une dolante
Ki en cest gast plore et gemente
Por les peciés que jou ai fais
Qui si sont horrible et lais
N’est hom ses ot n’en ai pesance
Or en fas chi le peneance
Quant il s’. hom l’ot si parler
De pitié commence a plourer
As piés li fait affliction
Requiert li se beneichon
Le dame requiet a ses piés
Moult cremeuse de ses pechiés
Merci li crie moult souvent
Et il li crie ensement
Zosimas se gist en le place
L’iaue li decort par le face
Les larmes li caent des iex
Moult tenrement pleure li niex
Tele angoisse a que tot tressue
Par le barbe qu’il a cenue
Li dekeurt aval li suor
Le dame prie par amor
Que por lui fache orison
Et doinst li se beneichon
Sire dist ele dous amis
Tu m’as beneichon requis
Je n’enten pas que soit raison
Ke te doigne beneichon
Tu ies prestres messe cantant
Por ce est il plus avenant
Que tu le doignes ore a moi
Que se je le donnoie toi
Moult iert le rien saintefié
Qui de te main sera segnié
Je croi bien que par ten signacle
Fait Dex sor son autel miracle
Que li pains devient le sien cors
Li vint le sanc qu’en issi hors
Dex connoist bien ten sacrefice
Toute te vie m’a aprise
Tu li as servi des t’enfance
En lui pués avoir grant fiance
Moult en aras grant guerredon
Mais or vuel[5] te beneichon
Dame che respont Zosimas
Ja me beneichon n’i aras
Se tu primes ne le me fais
Ne de ci ne leverai mais
Por faim ne por nule souffraite
De ci que tu le m’aras faite
Or voit bien et entent Marie
Que li s’. hom ne levera mie
Toustans iert en cele orison
Se il ne se beneichon
Torne sen vis vers orient
Deprie Dieu omnipotent
Dex dist ele Rois Creator
Pere toi loe et toi aor
Sire beneois soies tu
Et tote le toie vertu
De nos peciés nos fai pardon
Puis arons te beneichon
Lors se leva Zosimas
Grant plaint jeta et moult ert las
Et Marie parole o lui
Moult s’entregardent ambedui
Et li commence a demander
Et moult sovent a entrover
Des rois et des contes de le tere
Se il ont pais ou il ont guerre
Et des pastors qui le loi tienent
Confaitement il se contienent
Dame Zosimas li respont
Dex a mis pais par tot le mont
N’est hom qui tant voist par le tere
Qui ja oie parler de guerre
Mais sainte eglise a grant besong
Que por li faichiés orison
Que Dex li envoit pais durable
Et le deffende del diale
Marie li a respondu
Dex le govert par se vertu
Ele garda vers orient
Drece ses mains al ciel les tent
Et deproie le creatour
Moult preument et par amour
Si que le bouce li movoit
Mais nule vois ne s’en issoit
De tere fu sempres ravie
Si que le n’i avenoit mie
Zosimas ot paor moult grant
Damediu en trait a garant
Ke plus de .ii. piés et demi
Avoit entre le tere et li
Ou ele faisoit se proiere
Tant l’avoit nostre Sire chiere
De le paor qu’ot Zosimas[6]
S’en commenche a aler le pas
Cuida fantosme avoir trové
Arriere s’est auques rusés
Quant Marie l’en vit torner
Sel commenche a apeler
Keles dist ele Zosimas
Biaus ciers peres por quoi dotas
Por qoi dotas por une feme
Saichés que je sui crestienne
Baptizié fui en m’enfance
En Dieu ai toute me creance
Ici sui por espaneir
N’en partirai dusc’au morir
Se destre main leva amont
Le sainte crois fist en son front
Li s’. hermite bien le vit
As piés de le dame cai
Ele l’emprist a lever
Derekiés se prist a plorer
Dame dist il saintime feme
Dont est tu nee et de quel regne
Descoevre me tote te vie
Por Dieu nel me celer tu mie
Di le moi par confession
Que Dex t’en face avoir pardon
Sire che li respont Marie
Je ne le te celerai mie
Quant tu nue m’as esgardee
Ja me vie ne t’iert celee
Trestoute le te conterai
Si que ja rien n’en celerai
Or commence a conter Marie
Rien n’i laisse que tot ne die
Mais dementres que le conta
Poés savoir que grant honte a
Quant ele ot contee se vie
As piés li chiet merchi li crie
Zosimas a oi se vie
Le creator en glorefie
Merchi en rent au Creator
Puis li a dit par grant amor
Dame por quoi ciés a mes piés
Por Dieu te pri que tu t’en liés
N’est pas en moi le dignité
Ne ne sui de l’auctorité
A ce que t’ai oi conter
Que te doie sens escouter
Ainc mais le tue per voi
Por Dieu aies de moi merci
Par carité conseille moi
Se porroie remaindre o toi
Nenil fait ele par me foi
Car n’est pas gent que soie o toi
Zosimas ce respont Marie
Ains t’en iras en t’abeie
Mais ne te caut dire me vie
Entre que je soie fenie
Se Dex m’a a toi demoustree
Par toi volrai estre celee
A l’abé Jehan parleras
Cest message li porteras
De ses oeilles prenge cure
Car tel ja trop lascure
Pregne conroi de l’esgarder
Car il ja a amender
Mais quant venrra a en cestans
Emferm seras si com je pens
Quant ti per et ti compaignon
S’en iront hors de le maison
Et li jors venrront de quaresme
Que cascun de le ira son esme
En ton lit t’estovra gesir
Ne porras pas o iax issir
Molt t’iert grant ues de reposer
Ne porras pas o iax aler
Quant passee iert la quarentene
Et venrra le jour de le cene
Garis seras com je croi
Donc reporras venir a moi
Le cors nostre Seigneur me met
En .i. vaissel qui moult soit net
Del sanc en un autre vaissel
Mais che garde que moult soit bel
Peres quant tu m’aporteras
Plus prés de toi me trouveras
Saiches que serai a l’autre en
Encontre toi al flun Jordan
Illuec serai acommenié
Por ce m’en serai aproismié
Desque passai le flun Jordan
Desous le moustier s’. Jehan
Ne rechui le cors mon Seignor
O cui est toute me douchor
Ne ne vi home fors que toi
Aler m’en vuel prie por moi
Or s’en est le dame tornee
El grant desert s’en est entree
Quant le s’. hom l’en vit torner
Sor ses piés pas ne pot ester
A ses iex le siut el desert
Moult a grant doel quant il le pert
A le tere est agenouilliés
La ou avoit tenu ses piés
Baisa le tere moult souvent
Et loa Dieu omnipotent
Dex dist il loés soies tu
Qui en feme as mis tel vertu
Sire ti puisse je amer
Qui le me donnas encontrer
Puis li membra de sen mostier
Dont se commenche a repairier
Repairiés est en se maison
Ensement sont si compaignon
Li abés Jehans fu moult liés
Quant trestos les vit repairiés
Mais cascuns d’iax s’est bien tenu
De chou que il avoit veu
Nul n’en i avoit novelier
Qui se volsist gloirefier
Bien les garda l’abés Jehan
Mais quant orent passé cel an
Li premiers jors vient de quaresme
Que cascuns aloit a son esme
En sen lit se jut Zosimas
Malades fu n’i ala pas
Sot que voire est le prophetie
Qu’avoit oi dit Marie
Toute passe le quarantene
Quant vint au juesdi de le cene
Zosimas se senti gari
Donc a pris corpus domini
Le sanc precieux ensement
Por faire le commandement
Donc la dame l’avoit proié
Quant ele prist de lui congié
Zosimas commenche a sen oirre
O lui portas .i. peu de çoirre
Et de lentilles ensement
Il n’avoit soing d’autre forment
Al flun Jordain vint Zosimas[6]
Quant il fu vespres fu bas
Illuec quida trover Marie
Mais encore n’i estoit mie
Crient de le rien que plus covoite
Que ses peciés li ait toloite
Ou qu’ele i eust ja esté
Et il eust trop demoré
De l’atendre soit anuié
Et por ce s’en fust repairié
Dex dist il Rois de majesté
Ne me laisse[7] ci esgaré
Lai me veir encore le feme
Qui n’a sen per en tot le regne
Ja n’en ira si com j’espoir
S’encore ne le puis veoir
Mais s’el venoit a mi parler
Comment porroit ele passer
Com passera le flun Jordan
Quant ele n’i a nef ne chalan
Peres de toute creature
De trestout pues tu prendre cure
Tant par est grant ta poesté
De tot est faite te volonté
Quant il ot s’orison fenie
Outre le flueve vit Marie
Sor le rive le vit ester
Dont le commence a apeler
Dame chou li dist Zosimas
Bele mere quel le feras
Comment passeras tu a moi
Car point de passage n’i voi
Quant Marie l’oi parler
De pitié commence a plorer
A Damediu s’est commandee
Dedens le flun est entree
Seur le flun va sans doutance
Oiés com fu de grant creance
Seur l’iaue rade va le pas
Moult s’en merveille Zosimas
Li sains hom le voust aorer
Le dame le prent a coser
Quant a le rive fu venue
Va al saint home s’el salue
Aprés li est caue as piés
Moult cremeuse de ses pekiés
As piés li fait affliction
Requiert li se beneichon
Li sains l’en aie a lever
De pitié commenche a plorer
N’osa seur li faire signacle
Quant Dex por li fait tel miracle
Q’a pié le fait aler sor l’onde
De l’iaue qui tant est parfonde
Quant de le tere s’est drechié
Par vraie amisité l’a baisié
Ele le quiert le credo Dé
Que il li die por l’amor Dé
Et il li dist moult belement
Et le patre nostre ensement
La dame respont aprés lui
Moult s’entregardent ambedui
Quant orent fait lor parlement
Li s’. li moustre tel present
Comme del cors nostre Seignor
Par cui erent salvé peceor
Zosimas le tient en se main
Dame dist il ce samle pain
Mais chou est li cors Jhesu Crist
Que li malvais pueples[8] ocist
En crois fu penés et ocis
Ja hom n’ara sen paradis
Se il nel rechoit en se vie
Che croi je bien ce dist Marie
Mais encore ai en me creance
Que il fu ferus de le lance
O le sien Pere nos fist paie
Par le sanc qu’issi de la plaie
Par lui firent cil si ami
Qui ains erent si anemi
Por le forfait del premier home
Qui seur sen vé menga le pome
Icel sanc nos laissa il
Moult est cil fox qui lui a vil
Se tu l’as aporté o toi
Por Dieu te pri done le moi
Li sains hom l’ot si desraisnier
Forment se prent a merveillier
Le saintisme cors li moustra
Le sainte dame li ora
Il li donna ele le rechut
Le cors menga et le vin but
Quant ele fu commeniié
Poés savoir que moult fu lié
Dex dist ele Rois Creator
Peres toi lo et toi aor
Biax sire or oés me raison
Et si m’en ren men guerredon
.L. et .iii. ans t’ai servi
Dex aies hui de moi merchi
Fait de t’ancele a ton plaisir
Car or volroie jou morir
Or si te plaist que vive plus
Biax chers peres pas nel refus
Ceste vie ne refus pas
Tant le volrai com tu volras
Mais s’il te venist a plaisir
De ore volroie je morir
Des ore volroie mes soldees
Sire que tu m’as aprestees
Pri en ten Fil virge Marie
Que mete me en se compaingnie
Se une fois estoie o toi
N’en partiroie mais je croi
La canteroie a tes anceles
En tes cambres qui tant sont beles
Le cant novel o le douç son
Que canta li rois Salemon
Ici ne puis je pas canter
Mais tenrement m’estuet plorer
En ceste vie qui est poie
N’ara jamais hom vraie joie
Car le joie de ceste vie
Est tote tornee a folie
Quant s’orison ot akievee
Vers le saint home s’est tornee
Sire dist ele Zosimas
Chiers peres or t’en repairras
Aempli m’as men desirrier
Repaire t’en a ten moustier
Mais a l’autre an ne m’oublier
Ke ne vignes a moi parler
Del flun Jordan passa le rive
Troveras ou morte ou vive
La u tu premiers me trouveras
Si ferai jo dist Zosimas
Mais se tu fais men desirrier
De nostre fruit t’estuent mengier
Lentilles traist de sen sacon
N’i avoit autre garison
Il l’entendi en ses .ii. mains
Et le dame en menga .iii. grains
Trente ans avoit si erent passé
Q’el n’avoit mais de riens gosté
De l’eve but sans nule foi
Puis li a dit pri por moi
A icest mot s’en est tornee
En une heure fu rapassee
En icel liu que moult ot chier
Ou Zosimas le vit premier
En une heure fu tresportee
Et si i avoit moult grant jornee
Quant a cel liu fu parvenue
Ou Zosimas le trova nue
Ki mielx oloit et plus forment
Qui ne fait basme ne piument
A le tere s’est acoutee
A Damedieu s’es commandee
Dex dist ele qui me fesis
Et en cors ame mesis
A toi le puisse je livrer
Et otrier et commander
Or sai je bien que tu m’as chiere
Car tu as oi me priere
Sevrer me viex de ceste vie
Chi voi venir te compaingnie
Je croi qu’ele vient por moi
M’ame et mon cors commant a toi
Dont s’est alé tere estendue
Si comme ele estoit tote nue
Ses mains croisa seur se poitrine
Et s’envolepa en se crine
Et clost ses iex avenamment
Et sen nés et se bouce ensement
En paradis s’en va durable
Onc n’i osa venir deable
En l’angeliel compaignie
S’en ala l’ame de Marie
Li cors de li remest tot nu
Fors d’un drapel tot desrompu
Ki encovroit une partie
Povrement fu ensevelie
Essample nos dona la dame
Que ce saichent tot li riche home
Qui povre ne sont a le mort
Que a Dameldiu en font tort
Ja li rice n’i enterront
Se il ançois povre ne sont
A tere jut li cors Marie
Tot l’an sans altre compaingnie
N’ot el desert ferain tant fier
Qui ainc i osast aproismier
Sor li n’osa oisiaus voler
Tant le voloit Dex honorer
Tant grant miracle por li fist
C’onques se chars ne li malmist
C’onques por froit ne por calor
N’issi de li malvais odor
Tant fu li cors desenterés
Quant li ans fu trestoz passés
Zosimas ne s’oblia mie
Repaira s’en en s’abeie
Mais d’une rien fu moult iriés
Li s’. quant il fu repairiés
Quant a la dame avoit parlé
Et son non n’avoit demandé
Ne li avoit son non enquis
Del tout s’en tint a entrepris
Mais quant il ot eu congié
Que il pot issir de sen sié
Et passés fu tot icil an
Moult tost passa le flun Jordan
Par le desert quiert le mollier
O moult merveillex desirrier
Tant l’a quise par le desert
Que il vint la ou li cors ert
Mais ançois qu’il l’eust trové
Le veissiés moult esgaré
Duel fait moult grant et pleure et crie
Prés iert del cors n’en savoit mie
Pere dist il qui me fesis
Mouste moi ce que j’ai ci quis
Sachiés de chi ne mourai
N’avant n’arriere n’irai
Dusques jo voie encor le feme
Qui n’a sen per en tot le regne
Ja n’en irai si com je croi
Se morte ou vive ne le voi
Lai me veir le cors Marie
Car je quit qu’ele est fenie
S’ele vesquist si com je croi
Ele fust ja venue a moi
Ja esgaré ne me laissast
Si com je croi ens en cest gast
Sire se tu de moi as cure
Lai me faire se sepulture
Biax Peres Rois de majesté
Ne me laissiés chi esgaré
Quant il ot s’orison fenie
Dex li mostra le cors Marie
Vers le destre a resgardé
En un liu vit une clarté
A le clarté s’est aproismiés
Le cors trova moult se fist liés
A le tere estoit estendus
Par un peu qu’il n’estoit tos nus
Sen vis avoit vers orient
Et les iex clos avenanment
Se crine avoit seur sen viaire
Ele n’avoit altre suaire
Au cors aprocha Zosimas
Seur li posa .i. de ses dras
Les piés commenche a baisier
A l’autre cors n’ose aprochier
Il resgarda amont au chief
Letres i vit com un brief
Es letres que li s’. hom vit
Est cest commandement escrit
Zosimas pren le cors Marie
Si l’ensevli o Dieu aie
Quant tu l’aras enseveli
Prie por li par te merchi
Les letres furent de bon tor
Com se fussent faites le jor
En le tere erent figurees
Li s’. hom les a recitees
Mais quant il a le non trové
Grace et merchi en rent a Dé
Por le bel non moult en est lié
Le bel servige a commenchié
Mais quant il ot fait sen mestier
Et dit les psalmes du sautier
Dont veissiés home esgaré
Car il n’avoit riens aporté
Dont il peust le tere ouvrir
Et le saintisme cors enfoir
Un fust trova par aventure
Foir en voust le tere dure
Il voust le tere manouvrer
Ne le pooit seul entamer
Tous tressuoit desous se haire
Et nule rien ne pooit faire
Grant besong a li s’. d’aiue
Tel ahan a que tous tressue
Et neporquant por tot l’ahan
Ne l’achievast il en tot l’an
Se Dex ne li donast aie
Por les desertes de Marie
Dex li tramist bon compaignon
Noient altre mais .i. lion
Un lion issi del desert
La s’aproisma ou li cors ert
Les piés li commence a lechier
Nes savoit altrement baisier
Signe faisoit de l’obeir
Et que il le voloit servir
Quant li s’. hom vit le lion
N’avoit apris tel compaignon
N’eust soing de se compaingnie
Se Dex li donast autre aie
Premierement le volt fuir
Quant il le vit au cors venir
Mais quant il le vit si privé
Et de si grant humilité
Et tant soef com un agnel
Poés savoir moult li fu bel
Sot que Dex li avoit tramis
Puis li a dit biax doz amis
Ceste dame q’ot non Marie
Qu moult par fu de sainte vie
M’a ci demoustré en .i. brief
Que je ai trové en son cief
Que parmi vielt estre enfoie
Mais j’ai grant besong d’aie
Se tu me voloies aidier
Son s’. cors volroie enterrier
Li lions fu appareilliés
Del mandement estoit moult liés
Oiés com il sot obeir
Le tere commenche a foir
Li lions fuet le tere dure
Li sains li mostre le mesure
O les piés devant les raoit
O ciax derriere li couroit
Grans iert le vertu del lion
Quant il estruoit le sablon
Par son le bos qui n’iert nient clers
El faisoit le sablon voler
Se .iiii. homes i eust mis
Qui eussent besces et pis
Ançois se peussent crever
Qu’il peussent tant manovrer
Le fosse fu sempres cavee
Et de le tere bien curee
Zosimas fu liés qui chou vit
Devers le chief le cors si prist
Et li lions l’a as piés pris
El sarcus l’ont entr’iax .ii. mis
Quant en le tere ont mis le cors
Zosimas en est issus hors
Dont dist la commendation
Sans adjutoire del lion
Cil ne li pooit faire aiue
Car il ert une beste mue
Mais quant ce vint al racovrer
Nel estut pas amonnester
Tote le terre rauna
Sor le saint cors le ramena
Aprés quant il l’ot rauné
S’obedience ot akievee
A terre s’est agenollié
Signe fist de prendre congié
Dont s’en est arriere torné
El grant desert s’en est alé
Quant Zosimas l’en vit torner
Damedieu commence a loer
Dex dist il loés soies tu
Tant par est grande te vertu
Bien m’as demostré par Marie
Que moult est fox cil qui t’oblie
Bien voi et croi tot sans dotance
Que fort cose a en penitance
Jamais jor sans espanir
Ne serai mais dusc’al morir
Tous jors mais espanirai
Ja de mon cors merci n’arai
Or se commence a repairier
Plorant s’en va a son mostier
Ensement font si compaingnon
Tot s’en repairent en maison
Quant tot furent en lor ostel
En lor capitre communel
Zosimas commence a parler
Il ne se volra mais celer
De l’Egyptiene Marie
Lor raconte toute le vie
Com il le trova el desert
El liu delitavle ou ele ert
Et com ele ert a l’altr’an
Encontre lui al flun Jordan
Com ele ala a pié sor l’onde
De l’eve qui tant par est parfonde
Li moine oent trestos ses dis
A Diu en rendent il merchis
Li abés pleure tenrrement
Et li autre moine ensement
N’i ot nul qui n’amendast se vie
Por les miracles de Marie
Nos meismes nos amendon
Qui plus grant mestier en avon
Et deprion ceste Marie
Dont nos avons oi le vie
Qu’ele deprit nostre Seignor
A cui il ot tant grant amor
Que il nos pardoinst nos pechiés
Tos les noviax et tos les viés
Et li puissons faire present
De nos ames au jugement
Amen

Corrections[modifier]

  • L’éditeur Renard Migrant (d) a fait les corrections suivantes, selon les mss. 19525 français de la BnF, 3516 de l’Arsenal, et l’édition du poème de Cooke. Et seulement quand elles sont nécessaires pour conserver le sens du texte.
  1. ms. li. 3516 et 19525 la mere
  2. ms. nois, correction selon 19525 neirs, 3516 noirs
  3. ms. salver
  4. ms. vretu, 19525 vertuz, 3516 vertus. Le manque de s final est la raison pour vaincu (et non vaincus) au vers suivant
  5. ms. vubl ? Corrigé selon 19525 voil
  6. a et b ms. Zisomas, le copiste a inverti le o et le i
  7. ms. laissier, infinitif. Corrigé selon 19525 et 3516 laisse. Puis, ça fait huit syllabes
  8. ms. puiles que je ne trouve nulle part. Cooke poeple, j’ai repris le pueples du ms. 3516