Bible Sacy/Ecclésiastique

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   Prologue.   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   17.   18.   19.   20.   21.   22.   23.   24.   25.   26.   27.   28.   29.   30.   31.   32.   33.   34.   35.   36.   37.   38.   39.   40.   41.   42.   43.   44.   45.   46.   47.   48.   49.   50.   51.   Livres


ECCLÉSIASTIQUE


DE JÉSUS


FILS DE SIRACH
________




ON peut voir dans la loi, dans les prophètes, et dans ceux qui les ont suivis, beaucoup de choses très-grandes et très-sages, qui rendent Israël digne de louange pour sa doctrine et pour sa sagesse, puisque non seulement les auteurs de ces discours ont dû être très-éclairés, mais que les étrangers même peuvent par leur moyen très-habiles à parler et à écrire. C’est cette manière que Jésus, mon aïeul, après s’être appliqué avec grand soin à la lecture de la loi et des prophètes, et des autres livres que nos pères nous ont laissés, a voulu lui-même écrire de ce qui regarde la doctrine et la sagesse, afin que ceux qui désirent d’apprendre s’étant instruits par ce livre, s’appliquent de plus en plus à la considération de leurs devoirs, et s’affermissent dans une vie conforme à la loi de Dieu. Je vous exhorte donc, vous qui voudrez lire ce livre, d’y apporter une disposition favorable et une attention particulière, et de nous pardonner s’il semble qu’en quelques endroits, voulant rendre toute la beauté et toute la force de l’original, nous ne pouvons trouver de paroles qui en expriment tout le sens. Car les mots hébreux n’ont plus la même force lorsqu’ils sont traduits en une langue étrangère : ce qui n’arrive pas seulement en ce livre-ci ; mais la loi même, les prophètes, et les autres livres, sont fort différents dans leur version de ce qu’ils sont dans leur propre langue. Étant donc venu en Égypte en la trente-huitième année, sous le règne de Ptolémée Évergète, et y ayant demeuré longtemps, j’y trouvai ce livre, qui y avait été laissé, et qui contenait une excellente doctrine. C’est pourquoi j’ai cru qu’il était utile, et même nécessaire, de travailler avec soin à le traduire. Ainsi, m’étant appliqué à cette traduction pendant quelque temps avec beaucoup de veilles et de soin, je l’ai achevée enfin, et ai mis ce livre en état d’être publié, pour servir à ceux qui voudront penser à eux-mêmes, et apprendre de quelle manière ils se doivent conduire dans la résolution qu’ils auront formée de régler leur vie selon la loi du Seigneur.



Origine de la sagesse. Son excellence. Dieu la donne à ceux qui l’aiment. Éloge de la crainte du Seigneur. Bonheur de ceux qui la possèdent. Elle est le commencement de la sagesse. Garder les préceptes du Seigneur. Fuir l’hypocrisie.


TOUTE sagesse vient de Dieu le souverain Seigneur ; elle a toujours été avec lui, et elle y est avant tous les siècles.

2. Qui a compté le sable de la mer, les gouttes de pluie, et les jours de la durée du monde ? Qui a mesuré la hauteur du ciel, l’étendue de la terre, et la profondeur de l’abîme ?

3. Qui a pénétré la sagesse de Dieu, laquelle précède toutes choses ?

4. La sagesse a été créée avant tout, et la lumière de l’intelligence est dès le commencement.

5. Le Verbe de Dieu au plus haut des cieux est la source de la sagesse, et ses voies sont les commandements éternels.

6. A qui la racine de la sagesse a-telle été révélée, et qui a pénétré ses artifices divins ?

7. A qui la conduite de la sagesse a-t-elle été révélée et montrée à nu ? et qui a compris la multiplicité de ses démarches ?

8. Il n’y a que le Très-Haut, le Créateur qui peut tout, le Roi puissant et infiniment redoutable, qui est assis sur son trône, le Dieu souverain dominateur.

9. C’est lui qui l’a créée dans le Saint-Esprit, qui l’a vue, qui l’a nombrée, et qui l’a mesurée.

10. Il l’a répandue sur tous ses ouvrages et sur toute chair, selon le partage qu’il en a fait, et il l’a donnée à ceux qui l’aiment.

11. La crainte du Seigneur est la véritable gloire et un sujet de se glorifier ; c’est une source de joie et une couronne d’allégresse.

12. La crainte du Seigneur réjouira le cœur ; elle donnera la joie, l’allégresse, et la longue vie.

13. Celui qui craint le Seigneur se trouvera heureux à la fin de sa vie, et il sera béni au jour de sa mort.

14. L’amour de Dieu est la sagesse vraiment digne d’être honorée.

15. Ceux à qui elle se découvre l’aiment aussitôt qu’ils l’ont vue, et qu’ils ont connu la magnificence de ses ouvrages.

16. La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse ; elle est créée avec les hommes fidèles dès le sein de leur mère ; elle accompagne les femmes choisies, et elle se fait remarquer dans les justes et dans les fidèles.

17. La crainte du Seigneur est la sanctification de la science.

18. Cette sanctification garde le cœur et le rend juste, elle le remplit de satisfaction et de joie.

19. Celui qui craint le Seigneur sera heureux, et il sera béni au jour de sa mort.

20. La crainte de Dieu est la plénitude de la sagesse, et elle rassasie ceux qu’elle possède de l’abondance de ses fruits.

21. Elle comble toute leur maison des biens qu’elle produit, et leurs celliers de ses trésors.

22. La crainte du Seigneur est la couronne de la sagesse, elle donne la plénitude de la paix et les fruits du salut.

23. Elle connaît la sagesse et le nombre de ses merveilles ; et l’un et l’autre est un don de Dieu.

24. La sagesse répand comme une pluie abondante la science et la lumière de la prudence, et elle élève en gloire ceux qui lui demeurent attachés.

25. La crainte du Seigneur est la racine de la sagesse, et ses branches sont d’une longue durée.

26. L’intelligence et la science religieuse se trouvent dans les trésors de la sagesse ; mais la sagesse est en exécration aux pécheurs.

27. La crainte du Seigneur chasse le péché ;

28. Car celui qui est sans crainte ne pourra devenir juste, parce que l’émotion de colère qu’il a dans le cœur est sa ruine.

29. L’homme patient attendra jusqu’à un certain temps, et après cela la joie lui sera rendue.

30. L’homme de bon sens retiendra en lui-même ses paroles jusqu’à un certain temps, et les lèvres de plusieurs publieront sa prudence.

31. Les règles de la conduite sont enfermées dans les trésors de la sagesse.

32. Mais le culte de Dieu est en exécration au pécheur.

33. Mon fils, si vous désirez la sagesse avec ardeur, conservez la justice, et Dieu vous la donnera.

34. Car la crainte du Seigneur est la sagesse et la science véritable ; et ce qui lui est agréable,

35. C’est la foi et la douceur, et il comblera les trésors de celui en qui elles se trouvent.

36. Ne soyez point rebelle aux impressions de la crainte de Dieu, et ne vous approchez point de lui avec un cœur double.

37. Ne soyez point hypocrite devant les hommes, et que vos lèvres ne vous soient point un sujet de chute et de scandale.

38. Soyez attentif à vos paroles, de peur que vous ne tombiez, et ne déshonoriez votre âme,

39. Et que Dieu, découvrant ce qui était caché en vous, ne vous brise au milieu de l’assemblée,

40. Parce que vous vous êtes approché du Seigneur avec une disposition maligne, et que votre cœur est plein de déguisement et de tromperie.



Exhortation a la patience dans les tentations et les épreuves. Avantages des afflictions et ries souffrances. Celui qui espère dans le Seigneur ne sera point confondu. Malheur à celui qui perd la patience ! S’humilier sous la main du Seigneur ; espérer en sa miséricorde.


1. Mon fils, lorsque vous entrerez dans le service de Dieu, demeurez ferme dans la justice et dans la crainte, et préparez votre âme à la tentation.

2. Humiliez votre cœur, et attendez avec patience : prêtez l’oreille, et recevez les paroles de sagesse ; et ne vous hâtez point au temps de l’obscurité.

3. Souffrez les suspensions et les retardements de Dieu. demeurez uni à Dieu, et ne vous lassez point d’attendre, afin que votre vie soit à la fin plus abondante.

4. Acceptez de bon cœur tout ce qui vous arrivera ; demeurez en paix dans votre douleur, et au temps de votre humiliation conservez la patience ;

5. Car l’or et l’argent s’épurent par le feu, et les hommes que Dieu veut recevoir au nombre des siens s’éprouvent dans le fourneau de l’humiliation.

6. Ayez confiance en Dieu, et il vous tirera de tous ces maux ; rendez votre voie droite, et espérez en lui ; conservez sa crainte, et y vieillissez.

7. Vous qui craignez le Seigneur, attendez sa miséricorde ; et ne vous détournez point de lui, de peur que vous ne tombiez.

8. Vous qui craignez le Seigneur, croyez en lui, et vous ne perdrez point votre récompense.

9. Vous qui craignez le Seigneur, espérez en lui, et la miséricorde qu’il vous fera vous comblera de joie.

10. Vous qui craignez le Seigneur, aimez-le, et vos cœurs seront remplis de lumière.

11. Considérez, mes enfants, tout ce qu’il y a eu d’hommes parmi les nations ; et sachez que jamais personne qui a espéré au Seigneur n’a été confondu.

12. Qui est l’homme qui soit demeuré ferme dans les commandements de Dieu, et qui en ait été abandonné ? qui est celui qui l’a invoqué, et qui ait été méprisé de lui ?

13. Car Dieu est plein de bonté et de miséricorde ; il pardonne les péchés au jour de l’affliction, et il est le protecteur de tous ceux qui le cherchent dans la vérité.

14. Malheur au cœur double, aux lèvres corrompues, aux mains souillées de crimes, et au pécheur qui marche sur la terre par deux voies !

15. Malheur à ceux qui manquent de cœur, qui ne se fient point en Diou, et que Dieu pour cette raison ne protège point !

16. Malheur à ceux qui ont perdu la patience, qui ont quitté les voies droites, et qui se sont détournés dans des routes égarées !

17. Et que feront-ils lorsque le Seigneur commencera à examiner toutes choses ?

18. Ceux qui craignent le Seigneur ne seront point incrédules à sa parole ; et ceux qui l’aiment demeureront fermes dans sa voie.

19. Ceux qui craignent le Seigneur rechercheront ce qui lui est agréable ; et ceux qui l’aiment seront remplis de sa loi.

20. Ceux qui craignent le Seigneur prépareront leur cœur, et ils sanctifieront leurs âmes en sa présence.

21. Ceux qui craignent le Seigneur garderont ses commandements, et ils auront patience jusqu’à ce qu’il jette les yeux sur eux,

22. En disant : Si nous ne faisons pénitence, c’est dans les mains du Seigneur que nous tomberons, et non dans les mains des hommes.

23. Car autant que sa majesté est élevée, autant est grande sa miséricorde.



Devoirs des enfants envers leurs pères et mères. Exhortation à la douceur et à l’humilité. Réprimer sa curiosité. Malheur du cœur dur, superbe et indocile. Vertu de l’aumône ; sa récompense.


1. Les enfants de la sagesse forment l’assemblée des justes, et le peuple qu’ils composent n’est qu’obéissance et amour.

2. Écoutez, enfants, les avis de votre père ; et suivez-les de telle sorte que vous soyez sauvés.

3. Car Dieu a rendu le père vénérable aux enfants, et il a affermi sur eux l’autorité de la mère.

4. Celui qui aime Dieu obtiendra par ses prières le pardon de ses péchés, il s’empêchera de les commettre à l’avenir, et il sera exaucé dans sa prière de chaque jour.

5. Celui qui honore sa mère est comme un homme qui amasse un trésor.

6. Celui qui honore son père trouvera sa joie dans ses enfants, et il sera exaucé au jour de sa prière.

7. Celui qui honore son père jouira d’une longue vie ; et celui qui lui obéit assistera sa mère.

8. Celui qui craint le Seigneur honorera son père et sa mère, et il servira comme ses maîtres ceux qui lui ont donné la vie.

9. Honorez votre père par actions, par paroles, et par toute sorte de patience,

10. Afin qu’il vous bénisse, et que sa bénédiction demeure sur vous jusqu’à la fin.

11. La bénédiction du père affermit la maison des enfants ; et la malédiction de la mère la détruit jusqu’aux fondements.

12. Ne vous glorifiez point de ce qui déshonore votre père ; car sa honte n’est pas votre gloire.

13. Le fils tire sa gloire de l’honneur du père, et un père sans honneur est le déshonneur du fils.

14. Mon fils, soulagez votre père dans sa vieillesse, et ne l’attristez point durant sa vie.

15. Que si son esprit s’affaiblit, supportez-le, et ne le méprisez pas à cause de l’avantage que vous avez sur lui ; car la charité dont vous aurez usé envers votre père ne sera pas mise en oubli.

16. Car Dieu vous récompensera pour avoir supporté les défauts de votre mère ;

17. Il vous établira dans la justice, il se souviendra de vous au jour de l’affliction, et vos péchés se fondront comme la glace en un jour serein.

18. Combien est infâme celui qui abandonne son père ! et combien est maudit de Dieu celui qui aigrit l’esprit de sa mère !

19. Mon fils, accomplissez vos œuvres avec douceur, et vous vous attirerez non-seulement l’estime, mais aussi l’amour des hommes.

20. Plus vous êtes grand, plus vous vous humilierez en toutes choses, et vous trouverez grâce devant Dieu ;

21. Car il n’y a que Dieu dont la puissance soit grande, et il est honoré par les humbles.

22. Ne cherchez point ce qui est au-dessus de vous, et ne tâchez : point de pénétrer ce qui surpasse vos forces ; mais pensez toujours à ce que Dieu vous a commandé, et n’ayez point la curiosité d’examiner la plupart de ses ouvrages.

23. Car vous n’avez pas besoin de voir de vos yeux ce qui est caché.

24. Ne vous appliquez point avec empressement à la recherche des choses non nécessaires, et n’examinez point avec curiosité les divers ouvrages de Dieu.

25. Car il vous a découvert beaucoup de choses qui étaient au-dessus de l’esprit de l’homme.

26. Plusieurs se sont laissé séduire à leurs fausses opinions, et l’illusion de leur esprit les a retenus dans la vanité et dans le mensonge.

27. Le cœur dur sera accablé de maux à la fin de sa vie ; et celui qui aime le péril y périra.

28. Le cœur qui marche par deux voies ne réussira point, et l’âme corrompue y trouvera un sujet de chute.

29. Le cœur rebelle sera accablé de douleurs, et le pécheur ajoutera péché sur péché.

30. Les superbes assemblés ne se pourront convertir, parce que la tige du péché prendra racine en eux, sans qu’ils le connaissent.

31. Le cœur du sage paraîtra par sa sagesse, et l’oreille de l’homme de bien écoutera la sagesse avec une extrême ardeur.

32. Le cœur sage et intelligent s’abstiendra du péché, et il réussira dans les œuvres de justice.

33. L’eau éteint le feu lorsqu’il est le plus ardent, et l’aumône résiste au péché :

34. Dieu qui doit récompenser les bonnes œuvres la considère, et il s’en souvient dans la suite ; et celui qui l’a faite trouvera un appui au temps de sa chute.



Exhortation à l’aumône, à la douceur et a la compassion envers les pauvres. Avantages que la sagesse procure. Elle éprouve les hommes par l’affliction. Elle comble de bien ceux qui lui demeurent fidèles. Bonne et mauvaise honte.


1. Mon fils, ne privez pas le pauvre de son aumône, et ne détournez pas vos yeux de lui.

2. Ne méprisez pas celui qui a faim, et n’aigrissez pas le pauvre dans son indigence.

3. N’attristez point le cœur du pauvre, et ne différez point de donner à celui qui souffre.

4. Ne rejetez point la demande de l’affligé, et ne détournez point votre visage du pauvre.

5. Ne détournez point vos yeux du pauvre, de peur qu’il ne se fâche ; et ne donnez point sujet à ceux qui vous demandent de vous maudire derrière vous.

6. Car celui qui vous maudit dans l’amertume de son âme sera exaucé dans son imprécation ; il sera exaucé par celui qui l’a créé.

7. Rendez-vous affable à l’assemblée des pauvres ; humiliez votre âme devant les anciens, et baissez la tête devant les grands.

8. Prêtez l’oreille au pauvre sans chagrin, acquittez-vous de ce que vous devez, et répondez-lui favorablement et avec douceur.

9. Délivrez de la main du superbe celui qui souffre injure, et n’en concevez pas une amertume de cœur.

10. Lorsque vous rendrez un jugement, ayez pitié des orphelins, et, devenant comme leur père, tenez lieu de mari à leur mère ;

11. Et vous serez à l’égard du Très-Haut comme un fils obéissant, et il aura compassion de vous plus qu’une mère n’en a de son fils.

12. La sagesse inspire la vie à ses enfants ; elle prend en sa protection ceux qui la cherchent, et elle marche devant eux dans la voie de la justice.

13. Celui qui l’aime aime la vie ; et ceux qui veillent pour la trouver jouiront de sa paix.

14. Ceux qui la possèdent auront pour héritage la vie ; et Dieu versera sa bénédiction partout où elle entrera.

15. Ceux qui la servent seront obéissants au saint ; et ceux qui l’aiment sont aimés de Dieu.

16. Celui qui l’écoute jugera les nations ; et celui qui est attentif à la regarder demeurera en assurance.

17. S’il a confiance en elle, il l’aura pour héritage, et sa postérité la possédera ;

18. Car la sagesse marche avec lui dans la tentation, et elle le choisit entre les premiers.

19. Elle le fera entrer dans la crainte, dans la frayeur, et dans les épreuves ; elle l’exercera par les peines dont ses instructions sont accompagnées, jusqu’à ce qu’elle l’ait sondé dans ses pensées, et qu’elle se soit assurée du fond de son âme.

20. Elle l’affermira, elle retournera à lui par un chemin droit, et le comblera de joie ;

21. Elle lui découvrira ses secrets, et mettra en lui un trésor de science et d’intelligence de la justice.

22. Mais s’il s’égare, elle l’abandonnera, et le livrera entre les mains de son ennemi.

23. Mon fils, ménagez le temps, et gardez-vous du mal.

24. Ne rougissez point de dire la vérité lorsqu’il s’agira de votre âme :

25. Car il y a une confusion qui fait tomber dans le péché ; et il y en a une autre qui attire la gloire et la grâce.

26. N’ayez point d’égard à la qualité des personnes contre votre salut, et ne vous laissez point aller au mensonge aux dépens de votre âme.

27. Ne respectez point votre prochain dans sa chute,

28. Et ne retenez point la parole lors qu’elle peut être salutaire. Ne cachez point votre sagesse dans sa beauté :

29. Car la sagesse se fait connaître par la langue ; et le sens, la science, et la doctrine, paraissent dans la parole de l’homme sensé ; sa fermeté consiste dans les œuvres de justice.

30. Ne contredisez en aucune sorte la parole de vérité, et ayez confusion du mensonge où vous êtes tombé par ignorance.

31. Ne rougissez point de confesser vos péchés, et ne vous soumettez pas à l’homme pour commettre le péché.

32. Ne résistez point en face à l’homme puissant, et ne vous raidissez pas contre le cours du fleuve.

33. Prenez la défense de la justice pour sauver votre âme, combattez jusqu’à la mort pour la justice, et Dieu combattra pour vous, et renversera vos ennemis.

34. Ne soyez point prompt à parler, et en même temps lâche et négligent dans vos œuvres.

35. Ne soyez point comme un lion dans votre maison, en vous rendant terrible à vos domestiques, et opprimant ceux qui vous sont soumis.

36. Que votre main ne soit point ouverte pour recevoir, et fermée pour donner.



Ne point s’appuyer sur ses richesses. Ne pas abuser de la bonté de Dieu. S’attacher constamment à la justice. Être circonspect dans ses paroles.


1. Ne vous appuyez point sur les richesses injustes, et ne dites point : J’ai suffisamment de quoi vivre ; car tout cela ne vous servira de rien au temps de la vengeance, et au jour de l’obscurité.

2. Ne vous abandonnez pas dans votre puissance aux mauvais désirs de votre cœur,

3. Et ne dites pas : Que je suis puissant ! qui aura le pouvoir de me faire rendre compte de mes actions ? car Dieu certainement en tirera la vengeance.

4. Ne dites point : J’ai péché ; et que m’en est-il arrivé de mal ? car le Très-Haut est lent à punir les crimes.

5. Ne soyez point sans crainte de l’offense qui vous a été remise, et n’ajoutez pas péché sur péché.

6. Ne dites point : La miséricorde du Seigneur est grande, il aura pitié du grand nombre de mes péchés :

7. Car son indignation est prompte aussi bien que sa miséricorde, et il regarde les pécheurs dans sa colère.

8. Ne différez point à vous convertir au Seigneur, et ne remettez point de jour en jour ;

9. Car sa colère éclatera tout d’un coup, et il vous perdra au jour de la vengeance.

10. Ne vous embarrassez point pour les richesses injustes ; car elles ne vous serviront point au jour de l’obscurcissement et de la vengeance.

11. Ne tournez point à tout vent, et n’allez point par toute sorte de route ; car c’est ainsi que le pécheur se fait connaître par la duplicité de la langue.

12. Soyez ferme dans la voie du Seigneur, dans la vérité de-vos sentiments et dans votre science, et que la parole de paix et de justice vous accompagne toujours.

13. Écoutez avec douceur ce qu’on vous dit, afin d’acquérir l’intelligence, et de rendre avec sagesse une réponse qui soit véritable.

14. Si vous avez de l’intelligence, répondez à votre prochain ; sinon que votre main soit sur votre bouche, de peur que vous ne soyez surpris dans une parole indiscrète, et que vous ne tombiez dans la confusion.

15. L’honneur et la gloire accompagnent le discours de l’homme sensé ; mais la langue de l’imprudent est la ruine de son âme.

16. Évitez de passer pour un semeur de rapports, et que votre langue ne vous devienne pas un piège et un sujet de confusion :

17. Car comme le voleur tombe dans la confusion et le repentir, la langue double s’attire aussi une très-grande condamnation ; et le semeur de rapports, la haine, l’inimitié, et l’infamie.

18. Faites également justice aux petits et aux grands.



Être simple, doux et affable. Choisir pour conseil un ami longtemps éprouvé. Avantages et caractères de l’amitié. Travailler à acquérir la sagesse. Avantages qui l’accompagnent.


1. Ne devenez pas d’ami ennemi de votre prochain ; car le méchant aura pour partage la honte et l’ignominie, ainsi que le pécheur envieux et qui a la langue double.

2. Ne vous élevez point comme un taureau dans les pensées de votre cœur, de peur que votre folie ne brise votre force,

3. Qu’elle ne consume vos feuilles, et ne perde vos fruits, et que vous ne deveniez comme un arbre desséché dans le désert.

4. Car l’âme maligne perdra celui en qui elle se trouvera, elle le rendra la joie de ses ennemis, et elle le conduira au sort des impies.

5. La parole douce acquiert beaucoup d’amis, et adoucit les ennemis, et la langue de l’homme vertueux a une abondance de douceur.

6. Ayez beaucoup d’amis qui vivent en paix avec vous ; mais choisissez pour conseil un homme entre mille.

7. Si vous voulez vous faire un ami, prenez-le après l’avoir éprouvé, et ne vous fiez pas si tôt à lui.

8. Car tel est ami qui ne l’est que tant qu’il y trouve son avantage, et il cessera de l’être au jour de l’affliction.

9. Tel est ami qui se change en ennemi ; et tel est ami qui découvre sa haine, et qui se répand en querelles et en injures.

10. Tel est ami qui ne l’est que pour la table, et qui ne le sera plus au jour de l’affliction.

11. Si votre ami demeure ferme et constant, il vivra avec vous comme égal, et il agira avec liberté parmi ceux de votre maison.

12. S’il s’humilie en votre présence, et qu’il se retire quelquefois de devant vous, votre amitié sera fidèle, et elle s’entretiendra par l’union de vos cœurs.

13. Séparez-vous de vos ennemis, et donnez-vous de garde de vos amis.

14. L’ami fidèle est une forte protection ; celui qui l’a trouvé a trouvé un trésor.

15. Rien n’est comparable à l’ami fidèle, et l’or et l’argent ne méritent pas d’être mis en balance avec la sincérité de sa bonne foi.

16. L’ami fidèle est un remède qui donne la vie et l’immortalité ; et ceux qui craignent le Seigneur trouvent un tel ami.

17. Autant que l’homme craint le Seigneur, autant il sera heureux en amis, parce que son ami lui sera semblable.

18. Mon fils, dès votre premier âge aimez à être instruit, et vous acquerrez une sagesse qui vous durera jusqu’à la vieillesse.

19. Approchez-vous de la sagesse comme celui qui laboure et qui sème, et attendez en paix ses excellents fruits.

20. Vous travaillerez un peu à la cultiver, et vous mangerez bientôt de ses fruits.

21. Que la sagesse est amère aux personnes indociles ! l’insensé ne demeurera point avec elle.

22. Elle sera à son égard comme ces pierres pesantes qui servent à éprouver la force des hommes ; et il cherchera bientôt à s’en décharger.

23. Car la sagesse qui rend l’homme intelligent est cachée selon le nom qu’elle porte, et elle n’est pas découverte à plusieurs ; mais dans ceux à qui elle est connue, elle demeure ferme jusqu’à ce qu’elle les conduise à la vue de Dieu.

24. Écoutez, mon fils, recevez un avis sage, et ne rejetez point mon conseil.

25. Mettez vos pieds dans ses fers, et engagez votre cou dans ses chaînes.

26. Baissez votre épaule, et portez-la, et ne vous ennuyez point de ses liens.

27. Approchez.-vous d’elle de tout votre cœur, et gardez ses voies de toutes vos forces.

28. Cherchez-la avec soin, et elle vous sera découverte ; et quand vous l’aurez une fois embrassée, ne la quittez point :

29. Car vous y trouverez à la fin votre repos, et elle se changera pour vous en un sujet de joie.

30. Ses fers deviendront pour vous une forte protection, et un ferme appui, et ses chaînes un habillement de gloire :

31. Car il y a dans elle une beauté qui donne la vie, et ses liens sont des bandages qui guérissent.

32. Vous vous revêtirez d’elle comme d’un habit de gloire, et vous la mettrez sur vous comme une couronne de joie.

33. Mon fils, si vous m’écoutez avec attention, vous serez instruit ; et si vous appliquez votre esprit, vous acquerrez la sagesse.

34. Si vous prêtez l’oreille, vous recevrez l’instruction ; et si vous aimez à écouter, vous deviendrez sage.

35. Trouvez-vous dans l’assemblée de sages vieillards, et unissez-vous de cœur à leur sagesse, afin que vous puissiez écouter tout ce qu’ils vous diront de Dieu, et que vous ne laissiez perdre aucune de leurs excellentes paroles.

36. Si vous voyez un homme sensé, allez le trouver dès le point du jour, et que votre pied presse souvent le seuil de sa porte.

37. Appliquez toute votre pensée à ce que Dieu vous ordonne, et méditez sans cesse ses commandements ; et il vous donnera lui-même un cœur, et la sagesse que vous désirez vous sera donnée.



S’abstenir du mal. Ne point rechercher les dignités. Fuir tout mensonge. S’appliquer au travail. Être fidèle à ses amis, attaché à sa femme, doux envers ses domestiques. Instruire ses enfants. Honorer ses parents. Rendre aux prêtres ce qui leur est dû. Se souvenir de sa dernière fin.


1. Ne faites point le mal, et le mal ne vous surprendra point.

2. Retirez-vous de l’injuste, et le péché se retirera de vous.

3. Mon fils, ne semez point les maux, dans les sillons de l’injustice, et vous n’en recueillerez pas sept fois autant.

4. Ne demandez point au Seigneur la charge de conduire les autres, ni au roi une chaire d’honneur.

5. Ne vous justifiez pas devant Dieu, parce que c’est lui qui connaît le fond du cœur ; et n’affectez point de paraître sage devant le roi.

6. Ne cherchez point à devenir juge, si vous n’avez assez de force pour rompre tous les efforts de l’iniquité, de peur que vous ne soyez intimidé par la considération des hommes puissants, et que vous ne mettiez votre intégrité au hasard de se corrompre.

7. N’offensez point toute la multitude d’une ville, et ne vous jetez point dans la foule ;

8. Ne serrez point deux fois le nœud du péché, car un seul que vous commettrez ne demeurera pas impuni.

9. Que votre cœur ne se laisse point aller à l’abattement :

10. Ne négligez point de prier, et de faire l’aumône.

11. Ne dites point : Dieu regardera favorablement le grand nombre des dons que je fais, et lorsque j’offrirai mes présents au Dieu très-haut, il les recevra.

12. Ne vous moquez point d’un homme dont l’âme est dans l’amertume ; car il y a un Dieu qui voit tout, et c’est lui qui élève et qui humilie.

13. Ne travaillez point à inventer des mensonges contre votre frère, et n’en inventez point non plus contre votre ami.

14. Donnez-vous de garde de commettre aucun mensonge ; car l’accoutumance de mentir n’est pas bonne.

15. Ne vous répandez point en de grands discours dans l’assemblée des anciens, et ne répétez point la parole dans vos prières.

16. Ne fuyez point les ouvrages laborieux, ni le travail de la campagne qui a été créé par le Très-Haut.

17. Ne vous mettez point au nombre des gens déréglés.

18. Souvenez-vous que la colère ne tardera pas longtemps à venir.

19. Humiliez profondément votre esprit, parce que la chair de l’impie sera la pâture du feu et des vers.

20. Ne violez point la foi que vous devez à votre ami, parce qu’il diffère à vous donner de l’argent, et ne méprisez pas pour de l’or votre frère qui vous aime sincèrement.

21. Ne vous éloignez point de la femme sensée et vertueuse que vous avez reçue dans la crainte du Seigneur : car la grâce de sa modestie est plus précieuse que l’or.

22. Ne traitez point mal le serviteur qui travaille fidèlement, ni le mercenaire qui se donne tout entier à vous.

23. Que le serviteur qui a du sens vous soit cher comme votre âme ; ne lui refusez pas la liberté qu’il mérite, et ne le laissez point tomber dans la pauvreté.

24. Avez-vous des troupeaux, ayez-en soin ; et s’ils vous sont utiles, qu’ils demeurent toujours chez vous.

25. Avez-vous des fils, instruisez-les bien, et accoutumez-les au joug dès leur enfance.

26. Avez-vous des filles, conservez la pureté de leurs corps, et ne vous montrez pas à elles avec un visage gai.

27. Mariez votre fille, et vous aurez fait une grande affaire ; et donnez-la à un homme de bon sens.

28. Si vous avez une femme selon votre cœur, ne la quittez point ; et ne vous fiez point à celle qui est mauvaise.

29. Honorez votre père de tout votre cœur, et n’oubliez point les douleurs de votre mère :

30. Souvenez-vous que vous ne seriez point né sans eux ; et faites tout pour eux, comme ils ont tout fait pour vous.

31. Craignez le Seigneur de toute votre âme, et ayez de la vénération pour ses prêtres.

32. Aimez de toutes vos forces celui qui vous a créé, et n’abandonnez point ses ministres.

33. Honorez Dieu de toute votre âme, révérez les prêtres, et purifiez-vous par le travail de vos mains.

34. Donnez-leur leur part des prémices et des hosties d’expiation, comme il vous a été ordonné, et purifiez-vous de vos négligences avec le petit nombre.

35. Offrez au Seigneur les épaules des victimes, et les sacrifices de sanctification, et les prémices des choses saintes :

36. Ouvrez votre main au pauvre, afin que votre sacrifice d’expiation et votre offrande soient entièrement parfaits.

37. La libéralité est agréable à tous ceux qui vivent, et n’empêchez pas qu’elle ne s’étende sur les morts.

38. Ne manquez pas à consoler ceux qui sont dans la tristesse, et pleurez avec ceux qui pleurent.

39. Ne soyez point paresseux à visiter les malades ; car c’est ainsi que vous vous affermirez dans la charité.

40. Souvenez-vous, dans toutes vos actions, de votre dernière fin, et vous ne pécherez jamais.



Ne point avoir de démêlé avec un homme puissant. Ne point faire de reproche à celui qui se corrige. Écouter les sages et les vieillards. Ne point irriter les passions des méchants. Ne point découvrir son secret à un étranger.


1. N’ayez point de démêlé avec un homme puissant, de peur que vous ne tombiez entre ses mains.

2. Ne disputez point avec un homme riche, de peur qu’il ne vienne à vous faire un procès ;

3. Car l’or et l’argent en ont perdu plusieurs, et leur pouvoir s’étend même jusqu’au cœur des rois pour les faire pencher où l’on veut.

4. Ne disputez pas avec un grand parleur, et ne mettez pas davantage de bois dans son feu.

5. N’ayez point de commerce avec un homme mal instruit, de peur qu’il ne parle mal de votre race.

6. Ne méprisez point un homme qui se retire du péché, et ne lui en faites point de reproche : souvenez-vous que nous avons tous mérité le châtiment.

7. Ne méprisez point un homme dans sa vieillesse ; car ceux qui vieillissent ont été comme nous.

8. Ne vous réjouissez point de la mort de votre ennemi ; considérez que nous mourons tous, et que nous ne voulons point devenir un sujet de joie.

9. Ne méprisez point les discours des sages vieillards, mais entretenez-vous de leurs paraboles ;

10. Car vous apprendrez d’eux la sagesse, la doctrine qui donne l’intelligence, et l’art de servir les grands d’une manière irrépréhensible.

11. Ne négligez point les récits des vieillards, parce qu’ils les tiennent de leurs pères ;

12. Car vous apprendrez d’eux l’intelligence, et à répondre lorsqu’il en sera temps.

13. N’allumez point les charbons des pécheurs en les reprenant, de peur que le feu de leurs péchés ne vous consume par ses flammes.

14. Ne résistez point en face à un homme insolent, de peur qu’il ne s’applique à tendre des pièges à vos paroles.

15. Ne prêtez point d’argent à un homme plus puissant que vous ; que si vous lui en avez prêté, tenez-le perdu.

16. Ne répondez point pour un autre au-dessus de vos forces ; que si vous avez répondu, mettez-vous en peine comme étant obligé de satisfaire.

17. Ne jugez point au désavantage du juge, parce qu’il prononce selon ce qui est juste.

18. Ne vous engagez point à aller avec, un homme audacieux, de peur qu’il ne fasse tomber sur vous le mal qu’il fera ; car il se conduira suivant sa passion, et vous périrez avec lui par sa folie.

19. Ne faites point de querelle avec un homme colère, et n’allez point avec l’audacieux dans un lieu désert ; car ce n’est rien pour lui de répandre le sang, et lorsque vous vous trouverez sans secours, il vous écrasera.

20. Ne délibérez point de vos affaires avec des fous ; car ils ne pourront aimer que ce qui leur plaît.

21. Ne traitez rien de secret devant un étranger ; car vous ne savez ce qu’il enfantera un jour.

22. Ne découvrez point votre cœur à toutes sortes de personnes, de peur de le découvrir à un faux ami, et qu’il ne médise ensuite de vous.



Ne point être jaloux de sa femme. Fuir la compagnie des femmes étrangères. Conserver ses anciens amis. Ne point envier la gloire des méchants. S’éloigner des grands. Se lier avec les sages. S’occuper de Dieu.


1. Ne soyez point jaloux de la femme qui vous est unie, de peur qu’elle n’emploie contre vous la malice que vous lui aurez apprise.

2. Ne rendez point la femme maîtresse de votre esprit, de peur qu’elle ne prenne l’autorité qui vous appartient, et que vous ne tombiez daus la honte.

3. Ne regardez point une femme volage dans ses désirs, de peur que vous ne tombiez dans ses filets.

4. Ne vous trouvez pas souvent avec une danseuse, et ne l’écoutez pas, de peur que vous ne périssiez par la force de ses charmes.

5. N’arrêtez point vos regards sur une fille, de peur que sa beauté ne vous devienne un sujet de chute.

6. N’abandonnez en aucune sorte votre âme aux femmes prostituées, de peur que vous ne vous perdiez vous et votre bien.

7. Ne jetez point les yeux de tous côtés dans les rues de la ville, et ne vous promenez pas de place en place.

8. Détournez vos yeux d’une femme parée, et ne regardez point curieusement une beauté étrangère.

9. Plusieurs se sont perdus par la beauté de la femme ; car c’est par-là que la concupiscence s’embrase comme un feu.

10. Toute femme prostituée est comme de l’ordure dans un chemin, qui est foulée aux pieds de tous les passants.

11. Plusieurs ayant été surpris par la beauté d’une femme étrangère ont été rejetés de Dieu ; car l’entretien de ces femmes brûle comme un feu.

12. Ne vous asseyez jamais avec la femme d’un autre, et ne soyez point à table avec elle appuyé sur le coude :

13. Et ne causez point avec elle en buvant du vin, de peur que votre cœur ne se tourne vers elle, et que votre affection ne vous fasse tomber dans la perdition.

14. Ne quittez point un ancien ami ; car le nouveau ne lui sera point semblable.

15. Le nouvel ami est un vin nouveau ; il vieillira, et vous le goûterez avec plaisir.

16. N’enviez point la gloire ni les richesses du pécheur, car vous ne savez quelle sera sa ruine.

17. N’approuvez point la violence des injustes ; sachez que l’impie déplaira à Dieu jusqu’au tombeau.

18. Tenez-vous bien loin de celui qui a le pouvoir de faire mourir, et par-là vous vous mettrez hors d’état de craindre la mort.

19. Si vous approchez de lui, prenez garde de ne rien faire mal à propos, de peur qu’il ne vous ôte la vie.

20. Souvenez-vous que la mort est proche, parce que vous marchez au milieu des pièges et au travers des armes d’ennemis pleins de colère.

21. Examinez, autant que vous le pourrez, ceux qui vous approchent, et prenez conseil de ceux qui sont sages et prudents.

22. Invitez à votre table des hommes justes, et mettez votre gloire à craindre Dieu :

23. Que la pensée de Dieu occupe tout votre esprit, et que tous vos entretiens soient des commandements du Très-Haut.

24. Les ouvriers s’acquièrent de l’estime par les ouvrages de leurs mains. le prince du peuple par la sagesse de ses discours, et les vieillards par le sens de leurs paroles.

25. Le grand parleur sera terrible dans sa ville ; et l’homme précipité dans ses discours sera haï.



Avantages d’un bon gouvernement. Horreur qu’on doit avoir de l’avarice. Suites funestes de l’orgueil. Louange de ceux qui craignent le Seigneur. Parallèle do la gloire du riche et du pauvre.


1. Le juge sage jugera son peuple, et le gouvernement d’un homme sensé demeurera stable.

2. Tel qu’est le juge du peuple, tels sont ses ministres ; et tel qu’est le prince de la ville, tels sont aussi les habitants.

3. Le roi peu sensé perdra son peuple ; et les villes se peupleront par le bon sens de ceux qui gouvernent.

4. Le pouvoir souverain sur un pays est dans la main de Dieu ; et c’est lui qui y suscitera en son temps un prince pour le gouverner utilement.

5. Le bonheur de l’homme est dans la main de Dieu ; et c’est lui qui met sur la personne du sage les marques d’honneur qui lui appartiennent.

6. Perdez le souvenir de toutes les injures que vous avez reçues de votre prochain, et ne faites rien par la voie de la violence.

7. L’orgueil est haï de Dieu et des hommes, et toute iniquité des nations est exécrable.

8. Un royaume est transféré d’un peuple à un autre à cause des injustices, des violences, des outrages et des différentes tromperies.

9. Rien n’est plus détestable que l’avare. Pourquoi la terre et la cendre s’élèvent-elles d’orgueil ?

10. Il n’y a rien de plus injuste que d’aimer l’argent ; car un tel homme vendrait son âme même, parce qu’il s’est dépouillé tout vivant de ses propres entrailles.

11. Toute puissance subsistera peu. La maladie longue fatigue le médecin.

12. Le médecin coupe par la racine un mal qui dure peu : ainsi tel est roi aujourd’hui qui mourra demain.

13. Quand l’homme sera mort, il aura pour héritage les serpents, les bêtes, et les vers.

14. Le commencement de l’orgueil de l’homme est de commettre une apostasie à l’égard de Dieu ;

15. Parce que son cœur se retire de celui qui l’a créé. Car le principe de tout péché est l’orgueil ; celui qui y demeure attaché sera rempli de malédiction, et il y trouvera enfin sa ruine.

16. C’est pour cela que le Seigneur a couvert d’opprobre les assemblées des méchants, et qu’il les a détruites pour jamais.

17. Dieu a renversé les trônes des princes superbes, et il y a fait asseoir en leur place ceux qui étaient humbles.

18. Dieu a fait sécher les racines des nations superbes, et il a planté et fait croître ceux d’entre ces mêmes nations qui étaient humbles.

19. Le Seigneur a détruit les terres des nations, et il les a renversées jusqu’aux fondements,

20. Il en a fait sécher quelques-unes, et il les a exterminées, et il a effacé leur mémoire de dessus la terre.

21. Dieu a aboli la mémoire des superbes, et il a établi celle des humbles de cœur.

22. L’orgueil n’a point été créé avec l’homme, ni la colère avec le sexe des femmes.

23. La race de ceux qui craignent Dieu sera en honneur ; et la race de ceux qui négligent les commandements du Seigneur sera déshonorée.

24. Celui qui conduit les frères est parmi eux en honneur ; et ceux qui craignent le Seigneur seront agréables à ses yeux.

25. La gloire des riches, des personnes en honneur, et des pauvres, est la crainte du Seigneur.

26. Ne méprisez point un homme juste, quoiqu’il soit pauvre, et ne révérez point un pécheur, quoiqu’il soit riche.

27. Les grands, les juges et les puissants sont en honneur ; mais nul n’est plus grand que celui qui craint Dieu.

28. Les hommes libres sont assujettis au serviteur avisé ; celui qui est prudent et bien instruit ne murmurera point quand il sera repris, et l’imprudent ne sera point en honneur.

29. Ne vous élevez point en faisant votre œuvre, et ne vous laissez point aller à la paresse au temps de l’affliction.

30. Celui qui travaille et qui a tout en abondance vaut mieux qu’un glorieux qui n’a pas de pain.

31. Mon fils, conservez votre âme dans la douceur, et rendez-lui honneur selon qu’elle le mérite.

32. Qui justifiera celui qui pèche contre son âme, et qui honorera celui qui la déshonore ?

33. Le pauvre trouve sa gloire dans le règlement de sa vie et dans la crainte de Dieu : d’autres sont honorés pour leurs grands biens.

34. Combien aurait de gloire, s’il était riche, celui qui en reçoit tout pauvre qu’il est ? mais que celui qui n’est honoré que pour son bien prenne garde de ne pas devenir pauvre.



Ne pas juger des hommes par leur extérieur. Vanité des grandeurs humaines. C’est de Dieu que viennent les biens et les maux. Vanité des richesses. Mettre en Dieu sa confiance. Ne pas se fier à tout le monde.


1. La sagesse de celui qui est de basse condition l’élèvera en honneur, et le fera seoir au milieu des grands.

2. Ne louez point un homme pour sa mine avantageuse, et ne le méprisez point parce qu’il paraît peu de chose.

3. L’abeille est petite entre les animaux qui volent, et néanmoins son fruit l’emporte sur ce qu’il y a de plus doux.

4. Ne vous glorifiez point de vos vêtements, et ne vous élevez point au jour que vous serez en honneur ; car il n’y a que le Très-Haut dont les ouvrages soient admirables et dignes de gloire, et ils sont cachés et inconnus aux hommes.

5. Beaucoup de tyrans ont été sur le trône ; et tel a porté le diadème, auquel on n’aurait jamais pensé.

6. Beaucoup de puissants princes ont été entièrement ruinés ; et ceux qui étaient dans la gloire ont été livrés entre les mains des autres.

7. Ne blâmez personne avant que de vous être bien informé ; et quand vous l’aurez fait, reprenez-le avec équité.

8. Ne répondez point avant que d’avoir écouté, et n’interrompez point une personne au milieu de son discours.

9. Ne disputez point des choses qui ne vous regardent point ; et ne vous asseyez point pour juger avec les méchants.

10. Mon fils, ne vous engagez pas dans une multiplicité d’actions ; car si vous entreprenez beaucoup d’affaires, vous ne serez pas exempt de faute. Si vous les suivez toutes, vous ne pourrez y suffire ; et si vous allez au-devant, vous en serez entièrement accablé.

11. Tel travaille et se hâte, et souffre beaucoup ; mais étant sans piété, plus il travaille, moins il s’enrichit.

12. Tel est sans vigueur, dans un besoin d’être aidé en toutes choses, dans la défaillance et dans une extrême pauvreté ;

13. Et cependant l’œil de Dieu regarde cet homme favorablement, le tire de son humiliation, l’élève en honneur ; et plusieurs le voyant en sont surpris, et en rendent gloire à Dieu.

14. Les biens et les maux, la vie et la mort, la pauvreté et les richesses viennent de Dieu.

15. C’est en Dieu que se trouve la sagesse, le règlement de la vie, et la science de la loi. La charité et les bonnes œuvres ont leur source en lui.

16. L’erreur et les ténèbres sont créées avec les pécheurs ; et ceux qui se glorifient dans le mal vieilliront dans le péché.

17. Le don de Dieu demeure ferme dans les justes, et leur progrès dans le bien se termine à un bonheur éternel.

18. Tel s’enrichit par sa grande épargne, et toute la récompense qu’il en tire est

19. De pouvoir dire : J’ai trouvé moyen de me mettre en repos ; je mangerai maintenant mon bien tout seul :

20. Et il ne considère pas que le temps s’écoule, que la mort s’approche, et qu’en mourant il laissera à d’autres ce qu’il a.

21. Demeurez ferme dans l’alliance que vous avez faite avec Dieu ; que ce soit toujours votre entretien, et vieillissez dans la pratique de ce qui vous a été commandé.

22. Ne vous arrêtez point à ce que font les pécheurs ; mettez votre confiance en Dieu, et demeurez ferme dans votre place.

23. Car il est aisé à Dieu d’enrichir tout d’un coup celui qui est pauvre.

24. Dieu bénit le juste, et se hâte de le récompenser : il le fait croître, et lui fait porter du fruit en peu de temps.

25. Ne dites point : Qu’ai-je à faire de me mettre en peine ? qu’ai-je à espérer de bien désormais ?

26. Ne dites point aussi : Ce que j’ai me suffit ; quel mal ai-je à craindre pour l’avenir ?

27. Ne perdez pas le souvenir du mal au jour heureux, ni le souvenir du bien au jour malheureux ;

28. Car il est aisé à Dieu de rendre à chacun au jour de sa mort selon ses voies.

29. Le mal présent fait oublier les plus grands plaisirs, et à la mort de l’homme toutes ses œuvres sont découvertes.

30. Ne louez aucun homme avant sa mort ; car on connaît un homme par les enfants qu’il laisse après lui.

31. N’introduisez pas toutes sortes de personnes dans votre maison ; car le trompeur a beaucoup de pièges.

32. Comme il sort une haleine corrompue de celui qui a l’estomac gâté, comme la perdrix est conduite dans le filet, et le chevreuil dans le piège ; ainsi est le cœur des superbes, et de celui qui est attentif à regarder la chute de son prochain.

33. Car il dresse des embûches en changeant le bien en mal, et il imprime des taches dans les actions les plus pures.

34. Une étincelle seule allume un grand feu, ainsi le trompeur multiplie les meurtres ; et le pécheur dresse des pièges pour répandre le sang.

35. Gardez-vous de l’homme malicieux, qui est toujours appliqué à faire le mal ; de peur qu’il ne vous rende pour jamais la fable du monde.

36. Donnez entrée chez vous à l’étranger, et il y excitera un trouble qui vous renversera, et il vous chassera de votre propre maison.



Faire le bien avec discernement. On ne connaît les vrais amis que dans l’adversité. Se donner de garde d’un ennemi, même réconcilié.


1. Si vous faites du bien, sachez à qui vous le ferez, et ce que vous ferez de bien plaira beaucoup.

2. Faites du bien au juste, et vous en recevrez une grande récompense, sinon de lui, au moins du Seigneur.

3. Car il n’y a point de bien à espérer pour celui qui s’applique toujours au mal, ou qui ne fait point l’aumône, parce que le Très-Haut hait les pécheurs, et qu’il fait miséricorde aux pénitents.

4. Donnez à celui qui a de la bonté, et n’assistez point le pécheur ; car Dieu rendra aux méchants et aux pécheurs ce qu’ils méritent, et il les réserve pour le jour de sa vengeance.

5. Donnez à celui qui est bon, et n’assistez point le pécheur.

6. Faites du bien à celui qui est humble, et ne donnez point au méchant ; empêchez qu’on ne lui donne du pain, de peur qu’il ne devienne ainsi plus puissant que vous,

7. Car vous trouverez un double mal dans tout le bien que vous lui ferez. parce que le Très-Haut hait lui-même les pécheurs, et qu’il exerce sa vengeance contre les méchants.

8. L’ami ne se connaît point pendant la prospérité, et l’ennemi ne se peut cacher dans l’adversité.

9. Quand un homme est heureux, ses ennemis sont tristes ; et quand il est malheureux, on connait quel est son ami.

10. Ne vous fiez jamais à votre ennemi ; car sa malice est comme la rouille qui revient toujours au cuivre :

11. Quoiqu’il s’humilie et qu’il aille tout courbé, soyez vigilant, et donnez-vous de garde de lui.

12. Ne l’établissez point auprès de vous, et qu’il ne s’asseye point à votre droite, de peur qu’il ne veuille prendre votre place et s’asseoir dans votre chaire, et que vous ne reconnaissiez enfin la vérité de mes paroles, dont vous vous trouverez percé jusqu’au cœur.

13. Qui aura pitié de l’enchanteur lorsqu’il sera piqué par le serpent, et de tous ceux qui s’approchent des bêtes ? Ainsi on n’en aura point de celui qui s’unit avec le méchant, et qui se trouve enveloppé dans ses péchés.

14. Il demeurera avec vous pendant quelque temps ; et s’il vous voit pencher tant soit peu, il n’y pourra plus durer.

15. Votre ennemi a la douceur sur les lèvres, et dans son cœur il songe à vous tendre des pièges pour vous faire tomber dans la fosse.

16. Votre ennemi a la larme à l’œil, et, s’il trouve l’occasion, il sera insatiable de votre sang.

17. S’il vous arrive du mal, vous le trouverez le premier.

18. Votre ennemi a les larmes aux yeux, et feignant de vous secourir, il tâchera de vous faire tomber.

19. Il secouera la tête, et battra des mains, et changeant de visage il sèmera en secret beaucoup de faux bruits.



Dangers de la société avec les superbes et les puissants. Conduite qu’on doit tenir à l’égard des grands. S’attacher a Dieu. S’unir à ses semblables. Parallèle du pauvre et du riche.


1. Celui qui touche la poix en sera sali ; et celui qui se joint au superbe deviendra superbe.

2. Celui qui se lie avec un plus grand que lui se met un fardeau pesant sur les épaules. N’entrez point en société avec un plus riche que vous.

3. Quelle union peut-il y avoir entre un pot de terre et un pot de fer ? car lorsqu’ils se heurteront l’un contre l’autre, celui de terre sera brisé.

4. Le riche fait une injustice, et il crie avec menaces ; le pauvre a été offensé, et il demeure dans le silence.

5. Tant que vous lui rendrez service, il vous emploiera ; et lorsqu’il n’aura plus rien à attendre de vous, il vous abandonnera.

6. Si vous avez du bien, il fera bonne chère avec vous, et il vous épuisera ; et il ne se mettra nullement en peine de ce que vous deviendrez.

7. Tant que vous lui serez nécessaire, il vous trompera, il vous donnera de bonnes espérances en souriant, il vous parlera favorablement, et vous dira : Avez-vous besoin de quelque chose ?

8. Il vous fera festin pour vous piquer d’honneur à faire de même, jusqu’à ce qu’il vous épuise en deux ou trois repas ; et à la fin il se moquera de vous, vous abandonnera, et vous insultera en secouant la tête.

9. Humiliez-vous devant Dieu, et attendez que sa main agisse.

10. Prenez garde de ne vous pas humilier follement en vous laissant séduire.

11. Ne vous humiliez pas dans votre sagesse, de peur qu’étant humilié vous ne vous laissiez séduire pour commettre une folie.

12. Si un grand vous appelle, retirez-vous ; car il en sera plus porté à vous appeler.

13. Ne le voyez pas trop souvent, de peur qu’il ne se dégoûte de vous ; et ne vous en éloignez pas, de peur qu’il ne vous oublie.

14. Ne l’entretenez pas longtemps comme si vous étiez son égal, et ne vous fiez pas à ses longs entretiens ; car il vous tentera en vous faisant beaucoup parler, et en souriant il vous demandera ce que vous devez conserver secret.

15. Son cœur impitoyable conservera toutes vos paroles ; et il n’épargnera ni les mauvais traitements, ni les prisons.

16. Prenez garde à vous, et écoutez avec attention ce qu’il vous dira, parce que vous marchez sur le bord du précipice :

17. Mais, en l’écoutant, prenez ses paroles pour un songe, et vous veillerez.

18. Aimez Dieu toute votre vie, et invoquez-le pour votre salut.

19. Tout animal aime son semblable ; ainsi tout homme aime celui qui lui est proche.

20. Toute chair s’unit à celle qui lui ressemble, et tout homme s’unit avec son semblable.

21. Comme le loup n’a point de commerce avec l’agneau, ainsi le pécheur n’en a point avec le juste.

22. Quel rapport a un homme saint avec un chien ? et quelle liaison a un homme riche avec un pauvre ?

23. L’âne sauvage est la proie du lion dans le désert ; ainsi les pauvres sont la proie des riches.

24. Comme l’humilité est en abomination au superbe, ainsi le pauvre est en horreur au riche.

25. Si le riche est ébranlé, ses amis le soutiennent ; mais si le pauvre commence à tomber, ses amis mêmes contribuent à sa chute.

26. Si le riche a été trompé, plusieurs l’assistent ; s’il parle insolemment, on le justifie :

27. Mais si le pauvre a été trompé, on lui fait encore des reproches ; s’il parle sagement, on ne veut pas l’écouter.

28. Que le riche parle, tous se taisent, et ils relèvent ses paroles jusqu’au ciel.

29. Que le pauvre parle, on dit : Qui est celui-ci ? Et s’il fait un faux pas, on le fait tomber tout à fait.

30. Les richesses sont bonnes à celui dont la conscience est sans péché ; et la pauvreté est très-mauvaise au méchant qui a le murmure dans la bouche.

31. Le cœur de l’homme change le visage, et le rend ou bon ou mauvais.

32. Vous trouverez difficilement, et avec travail, un bon visage qui soit la marque d’un bon cœur.



Bonheur de celui qui ne pèche point par sa langue. Malheur de l’avare. Se souvenir de la mort. Faire un bon usage de ses biens. Fragilité de la vie. Bonheur de celui qui s’applique à rechercher la sagesse.


1. Heureux l’homme qui n’est point tombé par les paroles de sa bouche, et qui n’est point piqué par les remords du péché !

2. Heureux celui dont l’âme n’est point abattue de tristesse, et qui n’est point déchu de son espérance !

3. Le bien est inutile à l’homme avare et attaché à l’argent : et que sert l’or à l’envieux ?

4. Celui qui amasse injustement des richesses les amasse pour d’autres, et un autre viendra qui dissipera tout ce bien en débauche.

5. A qui sera bon celui qui est mauvais à lui-même, et qui ne jouit en aucune sorte de son bien ?

6. Rien n’est pire que celui qui s’envie sa propre subsistance ; et cette disposition même est la peine de sa malice.

7. S’il fait du bien à quelqu’un, c’est sans y penser et malgré lui ; et enfin il découvrira sa malignité.

8. L’œil de l’envieux est malin ; il détourne son visage, et méprise son âme.

9. L’œil de l’avare est insatiable dans son iniquité ; il ne sera point content qu’il ne dessèche et consume son âme.

10. L’œil malin ne tend qu’au mal ; il se regrettera le pain qu’il mange, il est affamé et triste à sa propre table.

11. Mon fils, si vous avez quelque chose, faites-vous-en du bien à vous-même, et offrez à Dieu de dignes offrandes.

12. Souvenez-vous de la mort qui ne tarde point, et de cet arrêt qui vous a été prononcé, que vous devez aller au tombeau ; car cet arrêt, que tout homme doit mourir, est pour tout le monde.

13. Faites du bien à votre ami avant la mort, et donnez l’aumône au pauvre selon que vous le pouvez.

14. Ne vous privez pas des avantages du jour heureux, et ne laissez perdre aucune partie du bien que Dieu vous donne.

15. N’est-ce pas à d’autres que vous laisserez les fruits de vos peines et de vos travaux, qu’ils partageront entre eux ?

16. Donnez et recevez, et sanctifiez votre âme.

17. Faites des œuvres de justice avant votre mort, parce qu’on ne trouve point de quoi se nourrir dans le tombeau.

18. Toute chair se fane comme l’herbe, et comme la feuille qui croît sur les arbres verts.

19. Les unes naissent, et les autres tombent : ainsi dans cette race de chair et de sang les uns meurent, et les autres naissent.

20. Tout ce qui est corruptible sera enfin détruit, et l’ouvrier s’en ira avec son ouvrage.

21. Toute œuvre excellente sera reconnue enfin pour ce qu’elle est, et celui qui l’a faite y trouvera sa propre gloire.

22. Heureux l’homme qui demeure appliqué à la sagesse, qui s’exerce à pratiquer la justice, et qui pense sans cesse à cet œil de Dieu qui voit toutes choses ;

23. Qui repasse ses voies dans son cœur, qui pénètre dans l’intelligence de ses secrets, qui va après la sagesse, comme suivant ses traces, et marchant dans les routes par où elle passe ;

24. Qui regarde par ses fenêtres, et qui écoute à sa porte ;

25. Qui se tient auprès de sa maison, et qui, enfonçant un pieu dans ses murailles, se bâtit une petite cabane auprès d’elle, où ses biens se conservent pour jamais dans un grand repos !

26. Il établira ses fils sous son ombre, et il demeurera sous ses branches.

27. Il trouvera sous elle un couvert contre l’ardeur du jour, et il se reposera dans sa gloire.



Celui qui recherche la sagesse la trouvera. Dieu n’est point auteur du péché. Il a laissé à l’homme le choix du bien et du mal.


1. Celui qui craint Dieu fera le bien, et celui qui est affermi dans la justice possédera la sagesse ;

2. Et elle viendra au-devant de lui comme une mère pleine d’honneur, et le recevra comme une épouse vierge reçoit son époux.

3. Elle le nourrira du pain de vie et d’intelligence, et lui fera boire l’eau de la sagesse qui donne le salut : elle s’ affermira dans lui, et elle le rendra inébranlable ;

4. Elle le tiendra de sa main, et il ne sera point confondu : elle l’élèvera parmi ses proches,

5. Et lui ouvrira la bouche au milieu de l’assemblée ; elle le remplira de l’esprit de sagesse et d’intelligence, et elle le revêtira d’une robe de gloire.

6. Elle lui amassera un trésor de joie et d’allégresse, et lui donnera pour héritage un nom éternel.

7. Les hommes insensés ne la comprendront point ; mais les hommes de bon sens iront au-devant d’elle. Les insensés ne la verront point, parce qu’elle se tient bien loin de l’orgueil et de la tromperie.

8. Les menteurs ne se souviendront point d’elle ; mais les hommes véritables se trouveront avec elle, et marcheront heureusement jusqu’à ce qu’ils arrivent à la vue de Dieu.

9. La louange n’est pas belle dans la bouche du pécheur,

10. Parce que la sagesse vient de Dieu. La louange de Dieu accompagne la sagesse, elle remplit la bouche fidèle, et elle lui est inspirée par le souverain Dominateur.

11. Ne dites point : Dieu est cause que je n’ai pas la sagesse ; car c’est à vous à ne pas faire ce qu’il déteste.

12. Ne dites point : C’est lui qui m’a jeté dans l’égarement ; car les méchants ne lui sont point nécessaires.

13. Le Seigneur hait toute abomination et tout dérèglement, et ceux qui le craignent n’aiment point ces choses.

14. Dieu, dès le commencement, a créé l’homme, et il l’a laissé dans la main de son propre conseil.

15. Il lui a donné de plus ses ordonnances et ses préceptes.

16. Si vous voulez observer les commandements, et garder toujours avec fidélité ce qui est agréable à Dieu, ils vous conserveront.

17. Il a mis devant vous l’eau et le feu, afin que vous portiez la main du côté que vous voudrez.

18. La vie et la mort, le bien et le mal, sont devant l’homme : ce qu’il aura choisi lui sera donné ;

19. Car la sagesse de Dieu est grande, il est invincible dans sa puissance, il voit tous les hommes à tous les moments.

20. Les yeux du Seigneur sont sur ceux qui le craignent, et il connaît lui-même toutes les œuvres de l’homme.

21. Il n’a commandé à personne de faire le mal, et il n’a donné à personne la permission de pécher ;

22. Car il ne se plaît point en un grand nombre d’enfants infidèles et inutiles.



Ne pas se réjouir d’avoir beaucoup d’enfants, s’ils n’ont point la crainte de Dieu. Dieu extermine les méchants ; il récompense les bons. Il voit le fond des cœurs. Ses voies sont impénétrables, ses jugements terribles, sa puissance infinie.


1. Ne vous réjouissez point d’avoir beaucoup d’enfants, s’ils sont méchants ; et ne mettez point en eux votre joie, s’ils n’ont point la crainte de Dieu.

2. Ne vous appuyez point sur leur vie, et ne vous prévalez point de leurs travaux ;

3. Car un seul enfant qui craint Dieu vaut mieux que mille qui sont méchants ;

4. Et il est plus avantageux de mourir sans enfants, que d’en laisser après soi qui soient sans piété.

5. Un seul homme de bon sens fera peupler toute une ville ; et un pays de méchants deviendra désert.

6. J’ai vu de mes yeux plusieurs exemples de cette sorte, et j’en ai entendu de mes oreilles de plus grands encore.

7. Le feu s’allumera dans l’assemblée des méchants, et la colère s’enflammera dans une nation qui est incrédule.

8. Les anciens géants n’ont point obtenu le pardon de leurs péchés ; ils ont été détruits à cause de la confiance qu’ils avaient en leurs propres forces

9. Dieu n’a point épargné la ville où Lot demeurait comme étranger, et il en a eu les habitants en exécration à cause de leur insolence.

10. Il n’a point eu de compassion d’eux, et il a exterminé toute cette nation qui s’enorgueillissait dans ses péchés.

11. Il a perdu de même les six cent mille hommes qui avoient conspiré ensemble dans la dureté de leur cœur : aurait-il donc pardonné à un seul homme, s’il eût été opiniâtre comme ceux-là ?

12. Car la miséricorde et l’indignation l’accompagnent toujours. Il est puissant pour pardonner, il l’est aussi pour répandre sa colère.

13. Ses châtiments égalent sa miséricorde, et il juge l’homme selon ses œuvres.

14. Le méchant n’échappera pas dans ses rapines, et la patience de celui qui assiste le pauvre ne sera pas longtemps sans être récompensée.

15. Toute action de miséricorde fera placer chacun en son rang selon le mérite de ses œuvres, et selon la prudence avec laquelle il aura vécu comme étranger sur la terre.

16. Ne dites point : Je me déroberai aux yeux de Dieu ; et qui se souviendra de moi du haut du ciel ?

17. Je ne serai point reconnu parmi un si grand peuple ; car qu’est-ce que mon âme parmi ce nombre innombrable de toutes les créatures ?

18 Le ciel et le ciel des cieux, les abîmes, toute l’étendue de la terre, et tout ce qui y est compris, trembleront à sa seule vue.

19. Les montagnes, les collines, et les fondements de la terre, seront ébranlés de frayeur au moindre de ses regards.

20 Il voit le cœur insensé parmi toutes ses créatures, et il pénètre le fond de tous les cœurs.

21. Qui est celui qui comprend les voies de Dieu, et cette tempête que l’œil de l’homme n’a jamais vue ?

22. Beaucoup de ses œuvres sont cachées ; mais qui peut exprimer les effets de sa justice, ou qui les peut soutenir ? Car les arrêts de Dieu sont bien loin de la pensée de quelques uns, et il remet à examiner toutes choses au dernier jour.

23. L’imprudent a des pensées vaines ; et l’homme indiscret et égaré s’occupe de folies.

24. Écoutez-moi, mon fils ; apprenez à bien régler votre esprit, et rendez votre cœur attentif à mes paroles :

25. Je vous donnerai des instructions très-exactes, et je vous représenterai les règles les plus justes de la sagesse : rendez, dis-je, votre cœur attentif à mes paroles, et je vous représenterai avec un esprit plein de droiture les merveilles que Dieu, dès le commencement, a fait reluire dans ses ouvrages, et je vous apprendrai à le connaitre dans la vérité.

26. Dieu dans sa sagesse a formé d’abord ses ouvrages ; il a distingué les parties du monde aussitôt qu’il les a créées, et il en a placé les principales pour subsister dans le temps qu’il leur a marqué.

27. Il les a ornées pour jamais, et les a conduites dans leurs mouvements, qu’elles ont continués sans interruption, sans aucun besoin, et sans se lasser.

28. Jamais l’une n’a pressé ni dérangé l’autre.

29. Ne soyez pas incrédule à la parole du Seigneur.

30. Après cela Dieu a regardé la terre, et l’a remplie de ses biens.

31. Il l’a couverte de tous les animaux qui y sont, et qui retournent dans la terre d’où ils sont tirés.



Création de l’homme ; prérogatives que Dieu lui a données. Faveurs que Dieu a faites aux enfants d’Israël. Bonté de Dieu envers les pénitents. Exhortation à la pénitence.


1. Dieu a créé l’homme de la terre, et l’a formé à son image.

2. Il l’a fait rentrer ensuite dans la terre d’où il l’avait pris, et l’a revêtu de force selon sa nature.

3. Il lui a marqué le temps et le nombre de ses jours, et lui a donné pouvoir sur tout ce qui est sur la terre.

4. Il l’a fait craindre de toute chair, et lui a donné l’empire sur les bêtes et sur les oiseaux.

5. Il lui a créé de sa substance un aide semblable à lui ; il leur a donné le discernement, une langue, des yeux, des oreilles, un esprit pour penser, et les a remplis de la lumière de l’intelligence.

6. Il a créé dans eux la science de l’esprit, il a rempli leur cœur de sens, et leur a fait voir les biens et les maux.

7. Il a fait luire son œil sur leurs cœurs, pour leur faire voir la grandeur de ses œuvres,

8. Afin qu’ils relevassent par leurs louanges la sainteté de son nom ; qu’ils le glorifiassent de ses merveilles, et qu’ils publiassent la magnificence de ses ouvrages.

9. Il a prescrit encore le règlement de leur conduite, et les a rendus les dépositaires de la loi de vie.

10. Il a fait avec eux une alliance éternelle, et leur a appris les ordonnances de sa justice.

11. Ils ont vu de leurs yeux les merveilles de sa gloire, et il les a honorés jusqu’à leur faire entendre sa voix : Ayez soin, leur a-t-il dit, de fuir toute sorte d’iniquité.

12. Et il a ordonné à chacun d’eux d’avoir soin de son prochain.

13. Leurs voies lui sont toujours présentes, et elles n’ont jamais été cachées à ses yeux.

14. Il a établi un prince pour gouverner chaque peuple ;

15. Mais Israël a été visiblement le partage de Dieu même.

16. Toutes leurs œuvres ont paru aussi clairement devant lui que le soleil ; et ses yeux se sont appliqués sans cesse à considérer leurs voies.

17. Les lois qui leur ont été prescrites n’ont point été obscurcies par leurs offenses, et Dieu a vu toutes leurs iniquités.

18. L’aumône de l’homme est devant Dieu comme un sceau, et il conservera le bienfait de l’homme comme la prunelle de l’œil.

19. Dieu s’élévera enfin, il rendra à chacun la récompense qu’il aura méritée, et il précipitera les méchants jusqu’au fond de la terre.

20. Mais il donne aux pénitents un retour dans la voie de la justice. Il affermit ceux qui sont tentés de perdre la patience, et il leur destine la vérité pour partage.

21. Convertissez-vous au Seigneur, quittez vos péchés ;

22. Offrez-lui vos prières, et éloignez-vous de plus en plus de ce qui vous est un sujet de chute.

23. Retournez au Seigneur ; détournez-vous de l’injustice, et ayez en horreur ce que Dieu déteste ;

24. Connaissez la justice et les jugements de Dieu ; demeurez ferme dans l’état où il vous a mis, et dans l’invocation du Dieu très-haut.

25. Allez prendre part au siècle saint. avec ceux qui vivent et qui rendent gloire à Dieu.

26. Ne demeurez point dans l’erreur des méchants ; louez Dieu avant la mort : la louange n’est plus pour les morts, parce qu’ils sont comme s’ils n’étaient plus.

27. Louez Dieu tant que vous vivez, louez-le pendant que vous jouissez de la vie et de la santé ; louez Dieu, et glorifiez-vous dans ses miséricordes.

28. Combien est grande la miséricorde du Seigneur, et le pardon qu’il accorde à ceux qui se convertissent à lui !

29. Car tout ne se peut pas trouver dans les hommes, parce que les enfants des hommes ne sont pas immortels, et qu’ils mettent leur plaisir dans la vanité et dans la malice.

30. Qu’y a-t-il de plus lumineux que le soleil ? et néanmoins il souffre des défaillances. Qu’y a-t-il de plus corrompu que ce que pense la chair et le sang ? et cette malignité sera punie.

31. Le soleil contemple ce qu’il y a de plus élevé au haut des cieux ; mais tous les hommes ne sont que terre et que cendre.



Grandeur de Dieu ; faiblesse de l’homme. Patience et miséricorde de Dieu. Faire l’aumône avec joie. Prévenir les maux. Résister à ses passions.


1. Celui qui vit éternellement a créé toutes choses ensemble. Le Seigneur sera seul reconnu juste, et il est le roi invincible qui subsiste pour jamais.

2. Qui sera capable de raconter ses ouvrages ?

3. Qui pourra pénétrer ses merveilles ?

4. Qui représentera la toute-puissance de sa grandeur ? et qui entreprendra d’expliquer sa miséricorde ?

5. On ne peut ni diminuer, ni ajouter rien aux merveilles de Dieu, et elles sont incompréhensibles.

6. Lorsque l’homme sera à la fin de cette recherche, il trouvera qu’il ne fait que commencer ; et, après s’y être longtemps appliqué, il ne lui en demeurera qu’un profond étonnement.

7. Qu’est-ce que l’homme ? en quoi peut-il être utile à Dieu ? quel bien ou quel mal lui peut-il faire ?

8. La vie de l’homme, même la plus longue, n’est que de cent ans. Ce peu d’années au prix de l’éternité ne sera considéré que comme une goutte de l’eau de la mer, ou un grain de sable.

9. C’est pourquoi le Seigneur les attend avec patience, et il répand sur eux sa miséricorde.

10. Il voit la présomption et la malignité de leur cœur ; il connait le renversement de leur esprit, qui est corrompu.

11. C’est pour cela qu’il les traite dans la plénitude de sa douceur, et qu’il leur montre le chemin de la justice.

12. La miséricorde de l’homme se répand sur son prochain ; mais la miséricorde de Dieu s’étend sur toute chair.

13. Étant plein de compassion, il enseigne et châtie les hommes, comme un pasteur ses brebis.

14. Il fait miséricorde à celui qui reçoit les instructions de sa miséricorde, et qui se hâte de se soumettre à ses ordonnances.

15. Mon fils, ne mêlez point les reproches au bien que vous faites, et ne joignez jamais à votre don des paroles tristes et affligeantes.

16. La rosée ne rafraîchit-elle pas l’ardeur du grand chaud ? ainsi la parole douce vaut mieux que le don.

17. La douceur des paroles ne passe-t-elle pas le don même ? mais toutes les deux se trouvent dans l’homme juste.

18. L’insensé fait des reproches aigres ; et le don de l’indiscret dessèche les yeux.

19. Travaillez à acquérir la justice avant que de juger ; et apprenez avant que de parler.

20. Usez de remèdes avant la maladie, interrogez-vous vous-même avant le jugement, et vous trouverez grâce devant Dieu.

21. Humiliez-vous avant que de tomber dans l’infirmité, et faites voir le règlement de votre conduite au temps de la maladie.

22. Que rien ne vous empêche de prier toujours, et ne cessez point de vous avancer dans la justice jusqu’à la mort, parce que la récompense de Dieu demeure éternellement.

23. Préparez votre âme avant la prière, et ne soyez pas comme un homme qui tente Dieu.

24. Souvenez-vous de la colère du dernier jour, et du temps auquel Dieu rendra à chacun selon qu’il aura vécu.

25. Souvenez-vous de la pauvreté pendant l’abondance, et des besoins de l’indigence au jour des richesses.

26. Du matin au soir le temps se change, et tout cela se fait en un moment aux yeux de Dieu.

27 L'homme sage sera toujours dans la crainte, et pendant les jours du péché il se gardera de la paresse.

28. Tout homme habile reconnait la sagesse, et il rend honneur à celui qui l’a trouvée.

29. Les hommes de bon sens témoignent aussi eux-mêmes leur sagesse dans leurs paroles ; ils ont l’intelligence de la vérité et de la justice, et ils répandent comme une pluie les sentences et les paraboles.

30. Ne vous laissez point aller à vos désirs, et détournez-vous de votre propre volonté.

31. Si vous contentez votre âme dans ses désirs, elle vous rendra la joie de vos ennemis.

32. Ne vous plaisez point dans les assemblées pleines de tumulte, non pas même dans les plus petites, parce qu’on s’y commet, et qu’on y pèche sans cesse.

33. Ne vous réduisez point à la pauvreté en empruntant à usure pour contribuer autant que les autres à faire des festins, pendant que vous n’avez rien dans votre bourse ; car vous vous ôtez ainsi à vous-même le moyen de vivre.



Maux que causent le vin et les femmes. Taire les défauts d’autrui. Avertir son ami du mal qu’on dit de lui. Vraie et fausse sagesse.


1. L’ouvrier sujet au vin ne deviendra jamais riche ; et celui qui néglige les petites choses tombe peu à peu.

2. Le vin et les femmes font tomber les sages mêmes, et jettent dans l’opprobre les hommes sensés.

3. Celui qui se joint aux femmes prostituées perdra toute honte ; il sera la pâture de la pourriture et des vers ; il deviendra un grand exemple, et son âme sera retranchée du nombre des vivants.

4. Celui qui est trop crédule est léger de cœur ; il en souffrira de la perte, et il sera de plus considéré comme péchant contre son âme.

5. Celui qui aime l’iniquité sera déshonoré ; celui qui hait les réprimandes en vivra moins ; et celui qui hait le trop parler éteindra le mal.

6. Celui qui pèche contre son âme s’en repentira ; et celui qui met sa joie dans la malice sera déshonoré.

7. Ne rapportez point une parole maligne et offensante, et vous n’en souffrirez point de mal.

8. Ne dites vos pensées ni à votre ami ni à votre ennemi ; et si vous avez commis un péché, ne le leur découvrez point :

9. Car celui à qui vous le direz vous écoutera et vous observera, et, faisant semblant d’excuser votre faute, il vous haïra, et il sera toujours prêt à vous nuire.

10. Avez-vous entendu une parole contre votre prochain ; faites-la mourir au dedans de vous, et assurez-vous qu’elle ne vous fera point mourir.

11. L’insensé se presse d’enfanter une parole qu’il a entendue, comme une femme qui est en travail.

12. La parole ouïe est dans le cœur de l’insensé comme une flèche qui perce la cuisse.

13. Reprenez votre ami, de peur qu’il n’ait point su ce qu’on disait de lui, et qu’il ne vous dise : Je ne l’ai point fait ; ou, s’il l’a fait, afin qu’il ne le fasse plus à l’avenir.

14. Reprenez votre ami sur ce qu’on l’accuse d’avoir dit, parce que peut-être il ne l’a point dit ; ou, s’il l’a dit, afin qu’il ne le dise plus.

15. Reprenez votre ami, parce qu’on fait souvent de faux rapports ;

16. Et ne croyez pas tout ce qui se dit. Tel pèche de la langue, qui ne pèche point du cœur.

17. Car qui est celui qui ne pèche point de la langue ? Reprenez votre ami avant que d’user de paroles rudes,

18. Et donnez lieu à la crainte du Très-Haut ; car la crainte de Dieu est la souveraine sagesse : c’est elle qui apprend à craindre Dieu, et elle consiste toute à exécuter ses lois.

19. L’art de faire le mal avec adresse n’est pas sagesse, et la conduite des méchants n’est point prudence.

20. Il y a une malice ingénieuse qui est exécrable, et il y a une stupidité qui n’est qu’un défaut de sagesse.

21. Un homme qui a peu de sagesse et qui manque de sens, mais qui a la crainte de Dieu, vaut mieux que celui qui a un grand sens, et qui viole la loi du Très-Haut.

22. Il y a une adresse qui ne manque point le but, mais elle est injuste ;

23. Et il y en a qui usent de paroles de bon sens et qui ne disent que la vérité. Tel s’humilie malicieusement, dont le fond du cœur est plein de tromperie :

24. Tel se soumet jusqu’à l’excès avec une profonde humiliation ; tel baisse le visage, et fait semblant de n’avoir pas vu ce qui est secret ;

25. Mais si sa faiblesse l’empêche de pécher, il ne laissera pas de faire le mal lorsqu’il en aura trouvé l’occasion.

26. On connait une personne à la vue, et on discerne à l’air du visage l’homme de bon sens.

27. Le vêtement du corps, le ris des dents, et la démarche de l’homme, font connaître quel il est.

28. Il y a une fausse réprimande qui naît de la colère d’un homme insolent ; il y a un jugement qui se trouve n’être pas juste ; et tel se tait, qui le fait par prudence.



Vices et vertus de la langue. Succès funestes ; maux heureux. Présents intéressés. Mauvaise honte. Le mensonge déshonore. Mauvais effets des présents. De celui qui cache la sagesse.


1. Ne vaut-il pas beaucoup mieux reprendre un homme, et lui donner lieu par-là d’avouer sa faute, que de garder sa colère contre lui ?

2. Celui qui viole la justice par un jugement injuste

3. Est comme l’eunuque qui veut faire violence à une jeune vierge.

4. Que c’est un grand bien, lorsqu’on est repris, de témoigner son repentir, puisque vous éviterez ainsi le péché volontaire !

5. Il y en a qui se taisent qui sont reconnus pour sages ; et il y en a qui se rendent odieux par leur intempérance dans les paroles.

6. Il y en a qui se taisent parce qu’ils n’ont pas assez de sens pour parler ; et il y en a d’autres qui se taisent parce qu’ils discernent quand il est temps de parler.

7. L’homme sage se tiendra jusqu’à un certain temps dans le silence ; mais l’homme léger et imprudent n’observera point les temps.

8. Celui qui se répand en paroles blessera son âme : et celui qui s’attribue un pouvoir injuste se fera haïr.

9. L’homme sans conscience réussit dans le mal, et ce qu’il invente tourne à sa ruine.

10. Il y a un don qui est inutile, et il y a un don qui est doublement récompensé.

11. Tel trouve sa perte dans sa gloire même, et tel s’élève par son humiliation.

12. Tel rachète beaucoup de choses à vil prix, qui sera obligé d’en payer sept fois autant.

13. Le sage se rend aimable dans ses paroles ; mais ce qu’il y a d’agréable dans les insensés s’écoulera comme l’eau.

14. Le don de l’insensé ne vous sera point utile, car il a sept yeux dont il vous regarde.

15. Il donnera peu, et il le reprochera souvent ; et quand il ouvre la bouche, c’est comme une flamme qui se répand.

16. Tel prête aujourd’hui, qui redemande demain ; et cet homme-là se rend odieux.

17. L’insensé n’aura pas un ami, et le bien qu’il fait ne sera point agréé ;

18. Parce que ceux qui mangent son pain le trompent par leurs discours. Et combien de fois et de combien d’hommes sera-t-il moqué !

19. Car il ne se conduit point par le bon sens, soit en distribuant ce qu’il devait réserver, soit en donnant même ce qu’il ne devait pas garder.

20. Celui qui se sert de sa langue pour tromper est dans sa chute comme un homme qui tombe sur le pavé : ainsi la ruine des méchants viendra tout d’un coup.

21. L’homme qui ne se rend point aimable est comme un méchant conte qui est toujours en la bouche des gens qui n’ont point d’éducation.

22. La parole sage sera mal reçue de la bouche de l’insensé, parce qu’il la dit à contre-temps.

23. Tel s’abstient de pécher n’en ayant pas le moyen, qui en ressent les désirs lorsqu’il est dans le repos.

24. Tel perd son âme par un excès de honte, il la perdra en cédant à une personne imprudente ; et il se perdra lui-même pour avoir eu trop d’égard à une personne.

25. Tel promet à son ami par une honte indiscrète, qui le rend ainsi gratuitement son ennemi.

26. Le mensonge est dans un homme une tache honteuse ; ce vice se trouve sans cesse dans la bouche des gens déréglés.

27. Un voleur vaut mieux qu’un homme qui ment sans cesse ; la perdition sera le partage de l’un et de l’autre.

28. La vie des menteurs est une vie sans honneur, et leur confusion les accompagne toujours.

29. Le sage attire l’estime par ses paroles, et l’homme discret plaira aux grands.

30. Celui qui cultive sa terre amassera des monceaux de blé ; celui qui fait les œuvres de justice sera élevé lui-même, et celui qui plaît aux grands fuira l’injustice.

31. Les présents et les dons aveuglent les yeux des juges ; et ils sont dans leur bouche comme un mors qui les rend muets, et les empêche de châtier.

32. Si la sagesse demeure cachée, et que le trésor ne soit pas visible, quel fruit tirera-t-on de l’un et de l’autre ?

33. Celui qui cache son insuffisance vaut mieux que celui qui cache sa sagesse.



Fuir le péché ; expier ses fautes. Maux que cause l’orgueil. Fin malheureuse des méchants. Différents effets de la parole sage. Caractère de l’insensé. Le semeur de rapports se rend odieux.


1. Mon fils, avez-vous péché, ne péchez plus ; mais priez pour vos fautes passées, afin qu’elles vous soient pardonnées.

2. Fuyez le péché comme un serpent ; car si vous vous en approchez, il se saisira de vous.

3. Ses dents sont des dents de lion, qui tuent les âmes des hommes.

4. Tout péché est comme une épée à deux tranchants, et la plaie qu’il fait est incurable.

5. Les outrages et les violences dissiperont les richesses, la maison la plus opulente se ruinera par l’orgueil ; et le bien du superbe sera détruit jusqu’à la racine.

6. La prière du pauvre s’élèvera de sa bouche jusqu’aux oreilles de Dieu, et il se hâtera de lui faire justice.

7. Celui qui hait la réprimande marche sur les traces du méchant, et celui qui craint Dieu se convertira du fond du cœur.

8. L’homme puissant et audacieux en paroles se fait connaître de bien loin, et le sage sait la manière de se défaire de lui.

9. Celui qui bâtit sa maison aux dépens d’autrui est comme celui qui amasse des pierres pour bâtir durant l’hiver.

10. L’assemblée des méchants est comme un amas d’étoupes, et leur fin sera d’être consumés par le feu.

11. Le chemin des pécheurs est uni et pavé de pierres ; mais il conduit à l’enfer, aux ténèbres, et aux supplices.

12. Celui qui garde la justice en pénétrera l’esprit.

13. La sagesse et le bon sens sont le fruit de la parfaite crainte de Dieu.

14. Celui qui n’est pas sage dans le bien ne deviendra jamais habile.

15. Il y a une sagesse qui est habile dans le mal, et la prudence n’est point où est l’amertume du cœur.

16. La science du sage se répandra comme une eau qui se déborde, et le conseil qu’il donne subsistera comme une source de vie.

17. Le cœur de l’insensé est comme un vase rompu, il ne peut rien retenir de la sagesse.

18. Que l’homme habile entende une parole sage, il la louera aussitôt, et il se l’appliquera ; que le voluptueux l’entende, elle lui déplaira, et il la rejettera derrière lui.

19. L’entretien de l’insensé est comme un fardeau qui pèse dans le chemin ; et la grâce se trouve sur les lèvres de l’homme sensé.

20. La bouche de l’homme prudent est recherchée dans les assemblées, et les hommes repasseront ses paroles dans leur cœur.

21. La sagesse est à l'imprudent comme une maison ruinée ; et la science de l’insensé est une confusion de paroles mal digérées.

22. L’instruction est à l’imprudent comme des fers aux pieds, et comme des chaînes qui lui chargent la main droite.

23. L’insensé en riant élève sa voix ; mais l’homme sage rira à peine tout bas.

24. La science est à l’homme prudent un ornement d’or, et comme un bracelet à son bras droit.

25. L’insensé met aisément le pied dans la maison de son voisin ; mais l’homme qui sait vivre est fort réservé à visiter une personne puissante.

26. L’insensé regardera par la fenêtre dans une maison ; mais l’homme discret se tiendra dehors.

27. Le fou montre sa folie en écoutant par une porte ; mais cette bassesse sera insupportable à l’homme prudent.

28. Les lèvres des imprudents diront des sottises ; mais les paroles des hommes prudents seront pesées à la balance.

29. Le cœur des insensés est dans leur bouche, et la bouche des sages est dans leur cœur

30. Lorsque l’impie maudit le diable, il se maudit lui-même.

31. Le semeur de rapports souillera son âme, et il sera haï de tout le monde ; celui qui demeure avec lui sera odieux : mais l’homme sensé et ami du silence sera honoré.



Homme paresseux. Enfants mal élevés. Femme effrontée. C’est perdre son temps que d’instruire l’insensé. Pleurer l’insensé plus qu’un mort ; éviter sa compagnie. De ce qui rompt l’amitié. Garder la fidélité à son ami.


1. Le paresseux est comme lapidé avec de la boue ; tous parleront de lui pour le mépriser.

2. Le paresseux est lapidé avec la fiente des bœufs ; tous ceux qui le toucheront se secoueront les mains.

3. Le fils mal instruit est la honte de son père ; la fille immodeste sera peu estimée.

4. La fille prudente sera un héritage pour son mari ; mais celle dont la conduite fait rougir sera le déshonneur de son père.

5. La femme hardie couvre de honte son père et son mari, elle ne le cédera point aux scélérats ; et elle sera méprisée de l’un et de l’autre.

6. Un discours à contre-temps est comme une musique pendant le deuil ; mais la sagesse emploie toujours à propos le châtiment et l’instruction.

7. Celui qui instruit l’imprudent est comme un homme qui veut rejoindre les pièces d’un pot cassé.

8. L’homme qui parle à celui qui ne l’écoute point est comme celui qui réveille un homme d’un profond sommeil.

9. Celui qui parle de la sagesse à un insensé entretient un homme qui s’endort ; et à la fin du discours il lui dira : Qui est celui-ci ?

10. Pleurez sur un mort, parce qu’il a perdu la lumière ; pleurez sur un insensé, parce qu’il a perdu le sens.

11. Pleurez moins sur un mort, parce qu’il est entré dans le repos.

12. Mais la vie criminelle de l’insensé est pire que la mort.

13. On pleure un mort pendant sept jours ; mais l’insensé et le méchant doivent être pleurés toute leur vie.

14. Ne parlez pas beaucoup avec l’imprudent, et n’allez point avec l’insensé.

15. Gardez-vous de lui, pour n’en être point inquiété, et vous ne vous souillerez point par la contagion de son péché.

16. Détournez-vous de lui, et vous trouverez le repos, et sa folie ne vous accablera pas de chagrin.

17. Qu’y a-t-il de plus pesant que le plomb ? et quel autre nom lui donnera-t-on, si ce n’est celui d’insensé ?

18. Il est plus aisé de porter le sable, le sel, et une masse de fer, que l’imprudent, l’insensé, et le méchant.

19. Comme le bois bien lié et attaché ensemble sur le fondement d’un édifice ne se désunit point, ainsi le cœur établi sur un conseil solide demeurera ferme.

20. La résolution d’un homme sensé ne s’affaiblira point par la crainte, en quelque temps que ce soit.

21. Comme une cloison de bois en un lieu élevé, et une muraille de pierre sèche, ne peuvent résister a la violence du vent,

22. Ainsi le cœur timide de l’insensé, dans l’incertitude de ses pensées, ne résistera point à la violence de la crainte.

23. Comme le cœur craintif de l’insensé demeure toujours dans sa pensée sans aucune crainte, ainsi est immuable celui qui se tient toujours attaché aux commandements de Dieu.

24. Celui qui pique l’œil en tire des larmes, et celui qui pique le cœur y excite le sentiment.

25. Celui qui jette une pierre contre les oiseaux les fera envoler : ainsi celui qui dit des injures à son ami rompra l’amitié.

26. Quand vous auriez tiré l’épée contre votre ami, ne désespérez pas ; car il y a encore du retour.

27. Quand vous auriez dit à votre ami des paroles fâcheuses, ne craignez pas ; car vous pouvez encore vous remettre bien ensemble. pourvu que cela n’aille point jusqu’aux injures, aux reproches, à l’insolence, à révéler le secret, et à porter des coups en trahison ; car dans toutes ces rencontres votre ami vous échappera.

28. Gardez la fidélité à votre ami pendant qu’il est pauvre, afin que vous vous réjouissiez avec lui dans son bonheur.

29. Demeurez-lui toujours fidèle pendant le temps de son affliction. afin que vous ayez part avec lui dans son héritage.

30. La vapeur sort de la fournaise, et la fumée s’élève en haut avant le feu ; ainsi les injures, les outrages et les menaces, précèdent le meurtre et l’effusion du sang.

31. Je ne rougirai point de saluer mon ami, je ne me cacherai point devant lui ; et si après cela il me traite mal, je le souffrirai.

32. Mais tous ceux qui le connaîtront ensuite se donneront de garde de lui.

33. Qui mettra une garde à ma bouche, et un sceau inviolable sur mes lèvres, afin qu’elles ne me fassent pas tomber, et que ma langue ne me perde pas ?



Prière contre le mauvais usage de la langue, l’orgueil, la gourmandise, et l’impureté. Ne pas s’accoutumer à jurer, ni à dire des paroles indiscrètes. Adultère odieux à Dieu et aux hommes.


1. Seigneur, qui êtes mon père et le maître de ma vie, ne m’abandonnez pas à la légèreté indiscrète de ma langue, et ne permettez pas qu’elle me fasse tomber.

2. Qui fera ressentir à mon esprit une verge qui le frappe, et à mon cœur les reproches de la sagesse, afin qu’elle ne m’épargne point dans les manquements d’ignorance que la langue me fera faire, et que ces fautes ne paraissent point,

3. De peur que mes ignorances ne viennent à croître. que mes offenses ne se multiplient, que mes péchés ne s’augmentent de plus en plus, que je ne tombe devant ceux qui me haïssent, et que je ne sois exposé aux insultes de mon ennemi ?

4. Seigneur, qui êtes mon père et le Dieu de ma vie, ne m’abandonnez pas à leur volonté.

5. Ne me donnez point des yeux altiers, et détournez de moi toute cupidité.

6. Éloignez de moi l’intempérance de la bouche, que la passion de l’impureté ne s’empare point de moi, et ne m’abandonnez pas aux excès d’une âme qui n’a plus de honte ni de retenue.

7. Écoutez, mes enfants, les instructions que je vous donne pour régler la langue : celui qui les gardera ne périra point par ses lèvres, et il ne tombera point dans les actions criminelles.

8. Le pécheur sera pris par la vanité de ses paroles ; le superbe et le médisant y trouveront des sujets de chute.

9. Que votre bouche ne s’accoutume point au jurement ; car en jurant on tombe en bien des manières.

10. Que le nom de Dieu ne soit point sans cesse dans votre bouche ; ne mêlez point dans vos discours les noms des saints, parce que vous ne serez pas en cela exempt de faute.

11. Car comme un esclave qu’on met sans cesse à la torture, en porte toujours les marques, ainsi tout homme qui jure et qui nomme sans cesse le nom de Dieu ne sera point pur de péché.

12. Celui qui jure souvent sera rempli d’iniquité, et la plaie ne sortira point de sa maison.

13. S’il ne fait pas ce qu’il a promis avec serment, son péché sera sur lui ; et s’il y manque par mépris, il péchera doublement.

14. S’il jure en vain, ce ne sera pas une excuse qui le justifie devant Dieu ; et sa maison sera remplie de la peine qu’il en souffrira.

15. Il y a une autre parole qui est une parole de mort : qu’elle ne se trouve jamais dans l’héritage de Jacob.

16. Car ceux qui servent Dieu sont éloignés de tous ces vices, et ils ne s’engagent point dans ces excès.

17. Que votre bouche ne s’accoutume point à des paroles indiscrètes ; car il s’y trouvera toujours du péché.

18. N’oubliez pas votre père et votre mère, parce que vous êtes au milieu des grands.

19. De peur que Dieu ne vous oublie devant ces grands mêmes, et que, devenant insensé par la trop grande familiarité que vous aurez avec eux, vous ne tombiez dans l’infamie, que vous ne souhaitiez alors de n’être point né, et que vous ne maudissiez vous-même le jour de votre naissance.

20. L’homme accoutumé à dire des paroles outrageuses ne se corrigera jamais.

21. Deux sortes de personnes pèchent souvent, et la troisième s’attire la colère et la perdition.

22. L’âme qui brûle comme un feu ardent ne s’éteindra point jusqu’à ce ce qu’elle ait dévoré quelque chose :

23. L’homme qui abuse de son propre corps ne cesse point jusqu’à ce qu’il ait allumé un feu.

24. Tout pain est doux au fornicateur ; il ne se lassera point de pécher jusqu’à la fin de sa vie.

25 L’homme qui viole la foi du lit conjugal méprise son âme, et il dit : Qui est-ce qui me voit ?

26. Les ténèbres m’environnent, les murailles me couvrent, nul ne me regarde : qui craindrai-je ? le Très-Haut ne se souviendra point de mes péchés.

27. Il ne considère pas que l’œil du Seigneur voit toutes choses, et que c’est bannir de soi la crainte de Dieu que de n’avoir que cette crainte humaine, et de n’appréhender que les yeux des hommes :

28. Il ne comprend pas que les yeux du Seigneur sont plus lumineux que le soleil, qu’il regarde de tous côtés toutes les voies des hommes, qu’il perce la profondeur des abîmes et le fond du cœur humain, et qu’il pénètre jusque dans les lieux les plus cachés.

29. Car le Seigneur notre Dieu connaissait toutes les choses du monde avant qu’il les eût créées ; et il les voit de même maintenant qu’il les a faites.

30. Cet homme sera puni dans les places publiques, il sera mis en fuite comme le poulain de la cavale, et il sera pris lorsqu’il s’y attendra le moins.

31. Il sera déshonoré devant tout le monde, parce qu’il n’a pas compris ce que c’était que de craindre le Seigneur.

32. Ainsi périra encore toute femme qui abandonne son mari, et qui lui donne pour héritier le fruit d’une alliance adultère.

33. Car premièrement elle a désobéi à la loi du Très-Haut ; secondement elle a péché contre son mari ; troisièmement elle a commis un adultère, et elle s’est donné des enfants d’un autre que de son mari.

34. Cette femme sera amenée dans l’assemblée, et on examinera l’état de ses enfants.

35. Ils ne prendront point racine, et ses branches ne porteront point de fruit ;

36. Sa mémoire sera en malédiction, et son infamie ne s’effacera jamais.

37. Et ceux qui viendront après reconnaitront qu’il n’y a rien de plus avantageux que de craindre Dieu, et rien de plus doux que de n’avoir égard qu’aux commandements du Seigneur.

38. C’est une grande gloire que de suivre le Seigneur ; car c’est lui qui donne des jours sans fin.



Éloge de la sagesse. Son origine, sa puissance, son éternité. Israël est devenu le lieu de sa demeure. Progrès qu’elle a faits dans le monde. Biens dont elle est la source. Sa profondeur. Merveilles qu’elle opère dans le monde.


1. La sagesse se louera elle-même, elle s’honorera en Dieu, et elle se glorifiera au milieu de son peuple ;

2. Elle ouvrira sa bouche clans les assemblées du Très-Haut, et elle se glorifiera devant les armées du Seigneur ;

3. Elle sera élevée au milieu de son peuple ; et elle sera admirée dans l’assemblée de tous les saints ;

4. Elle recevra des louanges parmi la multitude des élus, et sera bénie de ceux qui seront bénis de Dieu. Elle dira :

5. Je suis sortie de la bouche du Très-Haut, je suis née avant toute créature ;

6. C’est moi qui ai fait naître dans le ciel une lumière qui ne s’éteindra jamais, et qui ai couvert toute la terre comme d’un nuage ;

7. J’ai habité dans les lieux très-hauts, et mon trône est dans une colonne de nuée.

8. J’ai fait seule tout le tour du ciel, j’ai pénétré la profondeur des abîmes, j’ai marché sur les flots de la mer,

9. Et j’ai parcouru toute la terre ;

10. J’ai eu l’empire sur tous les peuples et sur toutes les nations ;

11. J’ai foulé aux pieds par ma puissance les cœurs de tous les hommes grands et petits ; et parmi toutes ces choses j’ai cherché un lieu de repos et une demeure dans l’héritage du Seigneur.

12. Alors le Créateur de l’univers m’a parlé, et m’a fait connaître sa volonté : celui qui m’a créée a reposé dans mon tabernacle.

13. Et il m’a dit : Habitez dans Jacob, qu’Israël soit votre héritage, et prenez racine dans mes élus.

14. J’ai été créée dès le commencement et avant les siècles, je ne cesserai point d’être dans la suite de tous les âges ; et j’ai exercé devant lui mon ministère dans la maison sainte.

15. J’ai été ainsi affermie dans Sion, j’ai trouvé mon repos dans la cité sainte, et ma puissance est établie dans Jérusalem.

16. J’ai pris racine dans le peuple que le Seigneur a honoré, dont l’héritage est le partage de mon Dieu, et j’ai établi ma demeure dans l’assemblée de tous les saints.

17. Je me suis élevée comme les cèdres du Liban, et comme les cyprès de la montagne de Sion ;

18. J’ai poussé mes branches en haut comme les palmiers de Cadès, et comme les plants des rosiers de ; Jéricho.

19. Je me suis élevée comme un bel olivier dans la campagne, et comme le platane qui est planté dans un grand chemin sur le bord des eaux.

20. J’ai répandu une senteur de parfum comme la cannelle et le baume le plus précieux, et une odeur comme celle de la myrrhe la plus excellente ;

21. J’ai parfumé ma demeure comme le storax, le galbanum, l’onyx, la myrrhe, comme la goutte d’encens tombée d’elle-même, et mon odeur est comme celle d’un baume très-pur et sans mélange.

22. J’ai étendu mes branches comme un térébinthe, et mes branches sont des branches d’honneur et de grâce.

23. J’ai poussé des fleurs d’une agréable odeur comme la vigne ; et mes fleurs sont des fruits de gloire et d’abondance.

24. Je suis la mère du pur amour, de la crainte, de la science, et de l’espérance sainte.

25. En moi est toute la grâce de la voie et de la vérité ; en moi est toute l’espérance de la vie et de la vertu.

26. Venez à moi vous tous qui me désirez avec ardeur, et remplissez-vous des fruits que je porte ;

27. Car mon esprit est plus doux que le miel, et mon héritage surpasse en douceur le miel le plus excellent.

28. La mémoire de mon nom passera dans la suite de tous les siècles.

29. Ceux qui me mangent auront encore faim, et ceux qui me boivent auront encore soif.

30. Celui qui m’écoute ne sera point confondu, et ceux qui agissent par moi ne pécheront point.

31. Ceux qui me trouvent auront la vie éternelle.

32. Tout ceci est le livre de vie, l’alliance du Très-Haut, et la connaissance de la vérité.

33. Moïse nous a donné la loi avec les préceptes de la justice, la loi qui contient l’héritage de la maison de Jacob, et les promesses faites à Israël.

34. Le Seigneur a promis à David son serviteur de faire sortir de lui le roi le plus puissant, qui doit être éternellement assis sur un trône de gloire.

35. Qui répand la sagesse comme le Phison répand ses eaux, et comme le Tigre dans le temps des nouveaux fruits.

36. Qui répand l’intelligence comme l’Euphrate, qui se déborde comme le Jourdain pendant la moisson.

37. Qui fait rejaillir la science comme la lumière, et qui multiplie ses eaux comme le Gehon pendant la vendange.

38. C’est lui qui le premier a connu la sagesse parfaitement, et elle est impénétrable aux âmes faibles.

39. Car ses pensées sont plus vastes que la mer, et ses conseils plus profonds que le grand abîme.

40. Je suis la sagesse qui ai fait couler de moi des fleuves.

41. Je suis sortie du paradis comme le ruisseau de l’eau immense d’un fleuve, comme l’écoulement d’une rivière, et comme le canal qui conduit ses eaux.

42. J’ai dit : J’arroserai les plants de mon jardin, et je rassasierai d’eau le fruit de mon pré.

43. Mon canal est devenu un grand fleuve, et mon fleuve est devenu une mer ;

44. La lumière de la science que je répandrai sur tout le monde sera comme la lumière du matin, et je la ferai passer dans la suite des siècles.

45. Je pénétrerai jusqu’au plus profond de la terre, je lancerai mes regards sur tous ceux qui dorment, et j’éclairerai tous ceux qui espèrent au Seigneur.

46. Je répandrai encore une doctrine comme celle des prophètes, je la laisserai à ceux qui recherchent la sagesse, et je ne cesserai point de leur être présente de race en race jusqu’au siècle saint.

47. Considérez que je n’ai point travaillé pour moi seule, mais pour tous ceux qui recherchent la vérité.



Trois choses agréables, et trois détestables. Acquérir de bonne heure la sagesse. Neuf choses qui paraissent heureuses. Avantages de la crainte de Dieu. Malice de la femme, le plus insupportable des maux.


1. Trois choses plaisent à mon esprit, qui sont approuvées de Dieu et des hommes :

2. L’union des frères, l’amour des proches, un mari et une femme qui s’accordent bien ensemble.

3. Il y a trois sortes de personnes que mon âme hait, et dont la vie m’est insupportable :

4. Un pauvre superbe, un riche menteur, et un vieillard fou et insensé.

5. Comment trouverez-vous dans votre vieillesse ce que vous n’aurez point amassé dans votre jeunesse ?

6. Qu’il est beau à la vieillesse de bien juger, et aux vieillards d’avoir de la lumière et du conseil !

7. Que la sagesse sied bien aux personnes avancées en âge, et une conduite éclairée à ceux qui sont élevés en gloire !

8. L’expérience consommée est la couronne des vieillards, et la crainte de Dieu est leur gloire.

9. Neuf choses se présentent à mon esprit, qui me paraissent heureuses ; et j’exposerai la dixième aux hommes par mes paroles.

10. Un homme qui trouve sa joie dans ses enfants, un homme qui vit et qui voit la ruine de ses ennemis.

11. Heureux celui qui demeure avec une femme de bon sens, qui n’est point tombé par sa langue. et qui n’a point été asservi à des personnes indignes de lui !

12. Heureux celui qui trouve un ami véritable, et qui parle de la justice à une oreille qui l’écoute !

13. Combien est grand celui qui a trouvé la sagesse et la science ! mais rien n’est plus grand que celui qui craint le Seigneur.

14. La crainte de Dieu s’élève au-dessus de tout :

15. Heureux l’homme qui a reçu le don de la crainte de Dieu ! à qui comparerons nous celui qui la possède ?

16. La crainte de Dieu est le principe de son amour ; et on y doit joindre inséparablement un commencement de foi.

17. La tristesse du cœur est une plaie universelle, et la malignité de la femme est une malice consommée.

18. Toute plaie est supportable, plutôt que la plaie du cœur ;

19. Toute malice, plutôt que la malice de la femme ;

20. Toute affliction, plutôt que celle que nous causent ceux qui nous haïssent ;

21. Toute vengeance, plutôt que celle qui vient de nos ennemis.

22. Il n’y a point de tête plus méchante que la tête du serpent,

23. Ni de colère plus aigre que la colère de la femme. Il vaut mieux demeurer avec un lion et avec un dragon, que d’habiter avec une méchante femme.

24. La malignité de la femme lui change tout le visage ; elle prend un regard sombre et farouche comme un ours, et son teint devient triste comme un vêtement de deuil.

25. Son mari se plaint au milieu de ses proches, et, entendant, il retient ses soupirs.

26. Toute malice est légère au prix de la malice de la femme ; qu’elle tombe en partage au pécheur.

27. La méchante langue d’une femme est à un homme paisible ce qu’est une montagne sablonneuse aux pieds d’un vieillard.

28. Ne considérez pas la beauté d’une femme, et ne la désirez point parce qu’elle est agréable.

29. La colère de la femme, son audace, et la confusion qui la suit est grande.

30. Si la femme a la principale autorité, elle s’élève contre son mari.

31. La mauvaise femme est l’affliction du cœur, la tristesse du visage, et la plaie mortelle de son mari.

32. La femme qui ne rend pas son mari heureux est l’affaiblissement de ses mains et la débilité de ses genoux.

33. La femme a été le principe du péché, et c’est par elle que nous mourons tous.

34. Ne donnez point à l’eau d’ouverture, quelque petite qu’elle soit, ni à une méchante femme la liberté de se produire au dehors.

35. Si vous ne l’avez comme sous votre main lorsqu’elle sort, elle vous couvrira de confusion à la vue de vos ennemis.

36. Séparez-vous de corps d’avec elle, de peur qu’elle n’abuse toujours de vous.



Bonheur de celui qui a une femme vertueuse ; malheur de celui qui en a une vicieuse. De la fille effrontée. De la femme vertueuse. Trois choses affligeantes. Deux choses dangereuses.


1. Le mari d’une femme qui est bonne est heureux ; car le nombre de ses années se multipliera au double.

2. La femme forte est la joie de son mari, et elle lui fera passer en paix toutes les années de sa vie.

3. La femme vertueuse est un excellent partage, c’est le partage de ceux qui craignent Dieu, et elle sera donnée à un homme pour ses bonnes actions :

4. Qu’ils soient riches ou pauvres, ils auront le cœur content, et la joie sera en tout temps sur leurs visages.

5. Mon cœur a appréhendé trois choses, et à la quatrième mon visage a pâli de peur :

6. La haine injuste de toute une ville, l’émotion séditieuse d’un peuple,

7. Et la calomnie inventée faussement, sont trois choses plus insupportables que la mort ;

8. Mais la femme jalouse est la douleur et l’affliction du cœur.

9. La langue de la femme jalouse est perçante, et elle se plaint sans cesse à tous ceux qu’elle rencontre.

10. La méchante femme est comme le joug où on lie les bœufs pour leur faire tirer la charrue ; celui qui la tient avec lui est comme un homme qui prend un scorpion.

11. La femme sujette au vin sera un sujet de colère et de honte à son mari ; et son infamie ne sera point cachée.

12. La prostitution de la femme se reconnaîtra à son regard altier, et à l’audace de ses paupières.

13. Redoublez votre vigilance à l’égard de la fille qui ne détourne point les yeux, de peur qu’elle ne se perde elle-même si elle en trouve l’occasion.

14. Veillez sur celle qui a l’impudence dans les yeux, et ne vous étonnez pas si elle vous néglige.

15. Elle ouvrira sa bouche à la fontaine comme un voyageur pressé de la soif, elle boira de toutes les eaux qui seront près d’elle, elle s’assiéra sur tous les morceaux de bois qu’elle rencontrera, et elle ouvrira son carquois à toutes les flèches jusqu’à ce qu’elle se perde.

16. L’agrément d’une femme soigneuse sera la joie de son mari, et elle répandra une vigueur jusque dans ses os.

17. La bonne conduite de la femme est un don de Dieu.

18. Une femme de bon sens est amie du silence ; rien n’est comparable à une âme bien instruite.

19. La femme sainte et pleine de pudeur est une grâce qui surpasse toute grâce.

20. Tout le poids de l’or n’est rien au prix d’une âme vraiment chaste.

21. Comme le soleil s’élevant dans le ciel, qui est le trône de Dieu, ainsi le visage d’une femme vertueuse est l’ornement de sa maison.

22. L’agrément du visage dans un âge mûr est comme la lampe qui luit sur le chandelier saint.

23. La femme posée demeure ferme sur ses pieds, comme des colonnes d’or sur des bases d’argent.’

24. Les commandements de Dieu sont dans le cœur de la femme sainte comme un fondement éternel sur la pierre ferme.

25. Deux choses ont attristé mon cœur, et la troisième m’a donné de la colère :

26. Un homme de guerre qui périt par la pauvreté ; un homme sage qui est dans le mépris ;

27. Et celui qui passe de la justice au péché : Dieu réserve ce dernier au tranchant de l’épée.

28. Deux choses m’ont paru difficiles et dangereuses : celui qui trafique évitera difficilement les fautes, et celui qui vend du vin ne s’exemptera pas des péchés de la langue.



Le désir des richesses, source de péchés. Les paroles de l’homme découvrent son cœur. Avantages de la justice. Entretiens des pécheurs insupportables. Révéler les secrets c’est éteindre entièrement l’amitié. Le fourbe haï de Dieu et des hommes.


1. La pauvreté en a fait tomber plusieurs dans le péché ; et celui qui cherche à s’enrichir détourne sa vue de la loi de Dieu.

2. Comme un morceau de bois demeure enfoncé entre deux pierres, ainsi le péché sera comme resserré entre le vendeur et l’acheteur.

3. Le péché sera détruit avec le pécheur.

4. Si vous ne vous tenez fortement attaché à la crainte du Seigneur, votre maison sera bientôt renversée.

5. Comme lorsqu’on remue le crible il ne demeure que les ordures, ainsi lorsque l’homme s’inquiète dans sa pensée, il n’y demeure que l’irrésolution et le doute.

6. La fournaise éprouve les vases du potier, et l’épreuve de l’affliction les hommes justes.

7. Comme la culture de l’arbre paraît dans son fruit, ainsi l’homme se fait connaître par sa pensée et par sa parole.

8. Ne louez point un homme avant qu’il parle ; car c’est à la parole qu’on éprouve un homme.

9. Si vous suivez la justice, vous l’acquerrez, et vous en serez revêtu comme d’un habillement de gloire ; vous habiterez avec elle, et elle vous protégera pour jamais, et vous trouverez un ferme appui au jour de la manifestation de toutes choses.

10. Les oiseaux se joignent avec leurs semblables ; et la vérité retourne à ceux qui en font les œuvres.

11. Le lion est toujours au guet pour surprendre sa proie ; ainsi le péché tend des piéges à ceux qui commettent l’iniquité.

12. L’homme saint demeure dans la sagesse comme le soleil dans sa lumière ; mais l’insensé est changeant comme la lune.

13. Quand vous serez au milieu des insensés, réservez-vous à parler pour un autre temps ; mais trouvez-vous sans cesse parmi les personnes sages.

14. Les entretiens des pécheurs sont insupportables, parce qu’ils font un jeu et un divertissement du péché même.

15. Le discours de celui qui jure souvent fera dresser les cheveux à la tête, et à ses mots horribles on se bouchera les oreilles.

16. L’effusion du sang suivra les querelles des superbes ; et leurs injures outrageuses offensent ceux qui les écoutent.

17. Celui qui découvre les secrets de son ami perd sa confiance, et il ne trouvera point d’ami selon son cœur.

18. Aimez votre prochain, et soyez-lui fidèle dans l’union que vous avez avec lui.

19. Que si-vous découvrez ses secrets, c’est en vain que vous tâcherez de le regagner.

20. Car celui qui détruit l’amitié qui le liait avec son prochain est comme un homme qui aurait tué son ami.

21. Vous avez abandonné votre prochain comme celui qui, tenant un oiseau, le laisse aller ; vous ne le reprendrez plus.

22. En vain vous iriez après lui, car il est déjà bien loin ; il s’est échappé comme une chèvre qui se sauve du filet, parce que son âme est blessée.

23. Vous ne pouvez plus avoir de liaison avec lui. Après des injures il y a encore lieu de se réconcilier ;

24. Mais lorsqu’une âme malheureuse en vient jusqu’à révéler les secrets de son ami, il ne reste plus aucune espérance de retour.

25. Celui dont l’œil est complaisant et flatteur a de noirs desseins dans l’âme ; et nul néanmoins ne s’en pourra défendre.

26. Il n’aura devant vous que de la douceur sur la langue, et il admirera tout ce que vous direz ; mais enfin il changera de langage, et il tendra des pièges à vos paroles.

27. Je hais bien des choses, mais je ne hais rien tant que cet homme, et le Seigneur le haïra.

28. Si un homme jette une pierre en haut, elle retombera sur sa tête ; et la blessure que le traître fait rouvrira les siennes.

29. Celui qui creuse une fosse y tombera ; celui qui met une pierre dans le chemin pour y faire heurter son prochain s’y heurtera ; et celui qui tend un filet à un autre s’y prendra lui-même.

30. L’entreprise concertée avec malice retombera sur celui qui l’a faite, et il ne reconnaîtra point d’où ce malheur lui est arrivé.

31. Les insultes et les outrages sont réservés pour les superbes, et la vengeance fondra sur eux comme un lion.

32. Ceux qui se réjouissent de la chute des justes seront pris au filet, et la douleur les consumera avant qu’ils meurent.

33. La colère et la fureur sont toutes deux exécrables, et le pécheur les entretiendra toujours dans lui-même.



Ne point se venger. Éviter les querelles. Maux que cause la langue. Ne pas écouter les médisants. Veiller sur ses paroles.


1. Celui qui veut se venger tombera dans la vengeance du Seigneur, et Dieu lui réservera ses péchés pour jamais.

2. Pardonnez à votre prochain le mal qu’il vous a fait, et vos péchés vous seront remis quand vous en demanderez pardon.

3. L’homme garde sa colère contre un homme, et il ose demander à Dieu qu’il le guérisse !

4. Il n’a point de compassion d’un homme semblable à lui, et il demande le pardon de ses péchés !

5. Lui qui n’est que chair garde sa colère, et il demande miséricorde à Dieu ! qui lui pourra obtenir le pardon de ses péchés ?

6. Souvenez-vous de votre dernière fin, et cessez de nourrir de l’inimitié contre personne ;

7. Car la corruption et la mort sont près de fondre sur ceux qui violent les commandements du Seigneur.

8. Ayez la crainte de Dieu devant les yeux, et ne vous mettez point en colère contre votre prochain.

9. Souvenez-vous de l’alliance du Très-Haut, et ne considérez point la faute de votre frère.

10. Évitez les disputes, et vous diminuerez les péchés.

11. L’homme colère allume les querelles, le pécheur jettera le trouble parmi les amis, et il sèmera l’inimitié au milieu de ceux qui vivaient en paix.

12. Le feu s’embrase dans la forêt selon qu’il y a du bois ; la colère de l’homme s’allume à l’égal de son pouvoir, et il la porte plus haut à proportion qu’il a plus de bien.

13. La promptitude à disputer allume le feu ; la querelle précipitée répand le sang ; et la langue qui rend témoignage cause la mort.

14. Si vous soufflez l’étincelle, il en sortira un feu ardent ; si vous crachez dessus, elle s’éteindra : et c’est la bouche qui fait l’un et l’autre.

15. Celui qui médit en secret et l’homme à deux langues sera maudit, parce qu’il jettera le trouble parmi plusieurs qui vivaient en paix.

16. La langue d’un tiers en a renversé plusieurs, et elle les a dispersés de peuple en peuple.

17. Elle a détruit les villes fortes, pleines d’hommes riches, et elle a fait tomber les maisons des grands.

18. Elle a taillé en pièces les armées des nations, et elle a défait les peuples les plus vaillants.

19. La langue d’un tiers a fait bannir les femmes fortes, et elle les a privées du fruit de leurs travaux.

20. Celui qui l’écoute n’aura point de paix, et il n’aura point d’ami sur qui il puisse se reposer.

21. Le coup de verge fait une meurtrissure ; mais un coup de langue brise les os.

22. Il est bien mort des hommes par le tranchant de l’épée ; mais il en est encore mort davantage par leur propre langue.

23. Heureux celui qui est à couvert de la langue maligne, à qui sa colère ne s’est point fait sentir, qui n’a point attiré sur lui son joug, et qui n’a point été lié de ses chaînes ;

24. Car son joug est un joug de fer, et ses chaînes sont des chaînes d’airain.

25. La mort qu’elle cause est une mort très-malheureuse ; et le tombeau vaut encore mieux.

26. Elle durera quelque temps, mais non pas toujours ; elle régnera dans les voies des injustes, et elle ne consumera point le juste dans ses flammes.

27. Ceux qui abandonnent Dieu seront livrés à cette sorte de langue, elle brûlera dans eux sans s’éteindre, elle sera envoyée contre eux comme un lion, et elle les déchirera comme un léopard.

28. Bouchez-vous les oreilles avec des épines, et n’écoutez point la méchante langue ; mettez à votre bouche une porte et des serrures.

29. Fondez votre or et votre argent, et faites une balance pour peser vos paroles, et un juste frein pour retenir votre bouche ;

30. Et prenez bien garde de ne point faire de fautes par la langue, de peur que vous ne tombiez devant vos ennemis qui vous dressent des embûches, et que votre chute ne devienne incurable et mortelle.



Prêter a son prochain. Ingratitude de ceux qui empruntent. Faire l’aumône. Répondre pour son prochain. Danger d’être caution. Choses nécessaires à la vie. Hôtes ingrats.


1. Celui qui fait miséricorde prête à intérêt à son prochain ; et celui qui a la main ouverte pour donner garde le précepte.

2. Prêtez à votre prochain au temps de sa nécessité ; mais vous aussi, rendez au temps préfix ce qu’il vous aura prêté.

3. Tenez votre parole, et agissez avec lui fidèlement ; et vous trouverez toujours ce qui vous sera nécessaire.

4. Plusieurs ont regardé ce qu’ils empruntaient comme s’ils l’avoient trouvé, et ont fait de la peine à ceux qui les avoient secourus.

5. Ils baisent la main de celui qui leur prête son argent jusqu’à ce qu’ils l’aient reçu, et ils lui font des promesses avec des paroles humbles et soumises ;

6. Mais quand il faut rendre ils demandent du temps, ils font des discours pleins de chagrin et de murmure, et ils prennent prétexte que le temps est mauvais.

7. S’ils peuvent payer ce qu’ils doivent, ils s’en défendent d’abord, et après cela ils en rendent à peine la moitié, et veulent que l’on considère ce peu comme un gain que l’on fait :

8. Que s’ils n’ont pas de quoi rendre, ils font perdre l’argent à leur créancier, et se font de lui un ennemi gratuitement.

9. Ils le paient en injures et en outrages, et lui rendent le mal pour la grâce et le bien qu’il leur a fait.

10. Plusieurs évitent de prêter, non par dureté, mais par la crainte qu’ils ont qu’on ne se fasse point scrupule de les tromper.

11. Néanmoins usez de bonté et de patience envers le misérable, et ne le faites pas languir pour la grâce qu’il vous demande.

12. Assistez le pauvre à cause du commandement, et ne le laissez pas aller les mains vides parce qu’il n’a rien.

13. Perdez votre argent pour votre frère et pour votre ami, et ne le cachez point sous une pierre pour votre perte.

14. Dispensez votre trésor selon que le Très-Haut vous le commande, et il vous vaudra mieux que tout l’or du monde.

15. Renfermez l’aumône dans le sein du pauvre, et elle priera pour vous afin de vous délivrer de tout mal.

16, 17, 18. Elle sera une arme plus forte pour combattre votre ennemi que le bouclier et la lance du plus vaillant homme.

19. L’homme de bien répond pour son prochain ; mais celui qui a perdu toute honte abandonne son ami.

20. N’oubliez jamais la grâce que vous fait celui qui répond pour vous ; car il a exposé son âme pour vous assister.

21. Le pécheur et l’impur fuit celui qui a répondu pour lui.

22. Le pécheur s’attribue le bien de son répondant ; et ayant le cœur ingrat il abandonne son libérateur.

23. Un homme répond pour son prochain, et celui-ci venant ensuite à perdre la honte l’abandonne.

24. L’engagement à répondre mal à propos en a perdu plusieurs qui réussissaient dans leurs affaires, et les a rendus semblables à un vaisseau agité des flots.

25. C’est ce qui a banni en divers lieux des hommes puissants, qui sont devenus errants et vagabonds dans les pays étrangers.

26. Le pécheur qui viole le commandement du Seigneur s’engagera à répondre indiscrètement pour un autre ; et celui qui cherche à entreprendre beaucoup d’affaires sera exposé à la rigueur des jugements.

27. Assistez votre prochain selon le pouvoir que vous en aurez ; mais prenez garde de ne pas tomber vous-même.

28. Les principales choses pour la vie de l’homme sont l’eau, le pain, le vêtement, et une maison qui couvre ce que la pudeur veut être caché.

29. Ce que mange le pauvre sous quelques ais qui le couvrent vaut mieux qu’un festin magnifique dans une maison étrangère à celui qui n’a point de retraite.

30. Contentez-vous de peu comme de beaucoup, et vous éviterez les reproches qu’on souffre dans une maison étrangère.

31. C’est une vie malheureuse d’aller de maison en maison : partout où un homme sera comme hôte il n’agira point avec confiance, et il n’osera ouvrir la bouche.

32. Il traitera les autres, il donnera à boire et à manger à des ingrats, et après cela même il entendra des discours durs et désagréables :

33. Allez, hôte ; couvrez la table, et préparez à manger aux autres de ce que vous avez.

34. Retirez-vous pour faire place à mes amis, à qui je dois rendre honneur : j’ai besoin nécessairement de ma maison pour y recevoir mon frère.

35. Ces deux choses sont pénibles à un homme qui a du sens : les reproches de celui qui nous a logé chez lui, et les insultes d’un créancier.



Châtier ses enfants ; utilité de la bonne éducation qu’on leur donne. Avantages de la santé. Maux qui sont les suites de la tristesse.


1. Celui qui aime son fils le châtie souvent, afin qu’il en reçoive de la joie quand il sera grand, et qu’il n’aille pas mendier aux portes des autres.

2. Celui qui instruit son fils y trouvera sa joie, et il se glorifiera en lui parmi ses proches.

3. Celui qui enseigne son fils rendra son ennemi jaloux de son bonheur, et il se glorifiera en lui par ses amis.

4. Le père est mort, et il ne semble pas mort, parce qu’il a laissé après lui un autre lui-même.

5. Il a vu son fils pendant sa vie, et il a mis sa joie en lui : il ne s’est point affligé à la mort, et il n’a point rougi devant ses ennemis ;

6. Car il a laissé à sa maison un fils qui la défendra contre ceux qui la haïssent, et qui rendra à ses amis la reconnaissance qu’il leur doit.

7. Le père bandera ses propres plaies par le soin qu’il a de l’âme de ses enfants, et ses entrailles seront émues à chaque parole.

8. Le cheval indompté devient intraitable, et l’enfant abandonné à sa volonté devient insolent.

9. Flattez votre fils, et il vous causera de grandes frayeurs ; jouez avec lui, et il vous attristera.

10. Ne vous amusez point à rire avec lui, de peur que vous n’en ayez de la douleur, et qu’à la fin vous n’en grinciez les dents.

11. Ne le rendez point maître de lui-même dans sa jeunesse, et ne négligez point ce qu’il fait et ce qu’il pense.

12. Courbez-lui le cou pendant qu’il est jeune, et châtiez-le de verges pendant qu’il est enfant, de peur qu’il ne s’endurcisse, qu’il ne veuille plus vous obéir, et que votre âme ne soit percée de douleur.

13. Instruisez votre fils, travaillez à le former, de peur qu’il ne vous déshonore par sa vie honteuse.

14. Un pauvre qui est sain, et qui à des forces, vaut mieux qu’un riche languissant et affligé de maladies.

15. La sainteté de la justice est la santé de l’âme, elle vaut mieux que tout l’or et l’argent ; et un corps qui a de la vigueur vaut mieux que des biens immenses.

16. 11 n’y a point de richesses plus grandes que celles de la santé du corps, ni de plaisir égal à la joie du cœur.

17. La mort vaut mieux qu’une vie amère, et le repos éternel qu’une langueur qui ne finit point.

18. Des biens cachés dans une bouche fermée sont comme un grand festin autour d’un sépulcre.

19. Que sert l'oblation à l’idole, puisqu’elle n’en peut manger, ni en sentir l’odeur ?

20. Tel est celui que Dieu rejette, qui porte la peine de son iniquité ;

21. Qui voit en vain de ses yeux, et qui gémit comme un eunuque qui embrasse une vierge, et qui soupire.

22. N’abandonnez point votre âme à la tristesse, et ne vous affligez point vous-même dans vos pensées.

23. La joie du cœur est la vie de l’homme, et un trésor inépuisable de sainteté ; la joie de l’homme rend sa vie plus longue.

24. Ayez pitié de votre âme en vous rendant agréable à Dieu, et retenez vos mauvais désirs : réunissez votre cœur dans la sainteté de Dieu, et bannissez loin de vous la tristesse.

25. Car la tristesse en a tué plusieurs, et elle n’est utile à rien.

26. L’envie et la colère abrègent les jours, et l’inquiétude fait venir la vieillesse avant le temps.

27. Le cœur bon et serein est dans un festin continuel ; car on lui prépare avec soin les meilleures viandes.



Fatigues des avares. Heureux le riche qui est demeuré dans l’innocence ! Garder la modestie. et la tempérance dans les festins. User du vin avec sobriété.


1. La veille pour amasser du bien dessèche la chair, et l’application qu’on y met ôte le sommeil.

2. La pensée inquiète de l’avenir renverse le sens, et la maladie violente rend l’âme sobre.

3. Le riche travaille pour amasser du bien, et quand il cesse de travailler il jouit du fruit de ses richesses.

4. Le pauvre travaille parce qu’il n’a pas de quoi vivre, et à la fin il tombe dans une extrême nécessité.

5. Celui qui aime l’or ne sera point innocent, et celui qui cherche la corruption en sera rempli.

6. L’or en a fait tomber plusieurs, et sa beauté a été leur perte.

7. L’or est un sujet de chute à ceux qui lui sacrifient : malheur à ceux qui le recherchent avec ardeur ! il fera périr tous les insensés.

8. Heureux le riche qui a été trouvé sans tache, qui n’a point couru après l’or, et n’a point mis son espérance dans l’argent et dans les trésors !

9. Qui est celui-là ? et nous le louerons, parce qu’il a fait des choses merveilleuses durant sa vie.

10. Il a été éprouvé par l’or, et trouvé parfait, sa gloire sera éternelle : il a pu violer le commandement de Dieu, et il ne l’a point violé ; il a pu faire le mal, et il ne l’a point fait.

11. C’est pourquoi ses biens ont été affermis dans le Seigneur, et toute l’assemblée des saints publiera les aumônes qu’il a faites.

12. Si vous êtes assis à une grande table, ne vous laissez pas aller d’abord à l’intempérance de votre bouche.

13. Ne dites pas : Voilà bien des viandes.

14. Souvenez-vous que c’est une méchante chose que l’œil mauvais.

15. Qu’y a-t-il parmi les créatures de plus malin que l’œil ? C’est pourquoi il pleurera, quelque bon visage qu’on lui fasse.

16. N’y portez point la main le premier, de peur que son envie ne vous déshonore et ne vous fasse rougir.

17. Ne vous empressez point étant au festin.

18. Jugez de la disposition de votre prochain par la vôtre.

19. Usez comme un homme tempérant de ce qui vous est servi, de peur que vous ne vous rendiez odieux en mangeant beaucoup.

20. Cessez le premier de manger par modestie ; et n’y excédez point, de peur de tomber en faute.

21. Si vous êtes assis avec beaucoup de personnes, n’étendez pas la main avant eux, et ne demandez pas le premier à boire.

22. Un peu de vin n’est-il pas plus que suffisant à un homme réglé ? Vous n’aurez point ainsi d’inquiétude pendant le sommeil, et vous ne sentirez point de douleur.

23. L’insomnie, la douleur et les tranchées sont le partage de l’homme intempérant.

24. Celui qui mange peu aura un sommeil de santé ; il dormira jusqu’au matin, et son âme se réjouira en lui-même.

25. Que si on vous a contraint de manger beaucoup, levez-vous, déchargez votre estomac, vous trouverez du soulagement, et vous n’attirerez point une maladie à votre corps.

26. Écoutez-moi, mon fils, et ne me méprisez point, et vous reconnaîtrez à la fin la vérité de mes paroles.

27. Soyez prompt dans toutes vos actions, et vous ne tomberez dans aucune maladie.

28. Les lèvres de plusieurs béniront celui qui donne libéralement à manger, et on rendra à sa conduite un témoignage avantageux.

29. Toute la ville murmurera contre celui qui donne à manger avec trop grande épargne, et le témoignage qu’on rendra à son avarice sera véritable.

30. N’excitez point à boire ceux qui aiment le vin ; car le vin en a perdu plusieurs.

31. Le feu éprouve la dureté du fer ; et le vin bu avec excès fait reconnaître les cœurs des superbes.

32. Le vin pris avec tempérance est une seconde vie : si vous en prenez modérément, vous serez sobre.

33. Quelle est la vie d’un homme qui se laisse abattre par le vin ?

34. Qui nous prive de la vie ? C’est la mort.

35. Le vin a été créé dès le commencement pour être la joie de l’homme, et non pour l’enivrer.

36. Le vin pris modérément est la joie de l’âme et du cœur.

37. La tempérance dans le boire est la santé de l’âme et du corps.

38. Le vin bu avec excès produit la colère et l’emportement, et attire de grandes ruines.

39. Le vin bu avec excès est l’amertume de l’âme.

40. L’ivrognerie inspire l’audace, elle fait tomber l’insensé, elle ôte la force, et elle est cause des blessures de plusieurs.

41. Ne reprenez point votre prochain lorsqu’il est à une table où l’on boit du vin, et ne le méprisez pas lorsqu’il se réjouit.

42. Ne lui faites point de reproches, et ne le pressez point en lui redemandant quelque chose.



Comment doivent se conduire dans les repas celui qui en a le soin, et les vieillards et les jeunes gens qui y sont conviés. Avantage de la crainte de Dieu. Ne rien faire sans conseil.


1. Vous a-t-on établi pour gouverner les autres, ne vous en élevez point : vivez parmi eux comme l’un d’entre eux.

2. Ayez soin d’eux, et après cela asseyez-vous ; prenez votre place après que vous vous serez acquitté de vos devoirs,

3. Afin qu’ils deviennent le sujet de votre joie, que vous receviez la couronne comme un ornement de grâce, et que vous vous acquériez de la louange de la part de tous les conviés.

4. Parlez, vous qui êtes le plus âgé ;

5. Car la bienséance le demande ; mais parlez avec sagesse et avec science et ne troublez point l’harmonie.

6. Ne répandez point la parole lorsqu’on n’est point disposé à écouter, et ne vous élevez pas à contre-temps dans voire sagesse.

7. Un concert de musiciens dans un festin où l’on boit du vin est comme l’escarboucle enchâssée dans l’or.

8. Un nombre de musiciens dans un festin où l’on boit du vin avec joie et modérément est comme un cachet d’émeraude enchâssé dans l’or.

9. Écoutez en silence, et votre retenue vous acquerra beaucoup de grâce.

10. Ne parlez, jeune homme, qu’avec peine dans ce qui vous regarde.

11. Quand vous aurez été interrogé deux fois, répondez en peu de mots.

12. Conduisez-vous en beaucoup de choses comme si vous les ignoriez, et écoutez en silence et en faisant des demandes.

13. Lorsque vous êtes avec les grands, ne prenez point trop de liberté ; et ne parlez pas beaucoup où il y a des vieillards.

14. On voit l’éclair avant que d’entendre le tonnerre ; et il y a sur le visage de l’homme modeste une grâce qui le fait estimer avant qu’il parle, et cette retenue lui acquerra beaucoup de grâce.

15. Quand l’heure de se lever sera venue, ne vous embarrassez point, mais courez le premier à votre maison, divertissez-vous là, et tenez-vous dans la joie,

16. Et repassez dans votre esprit vos pensées sans péché et sans orgueil ;

17. Et dans toutes ces choses bénissez le Seigneur, qui vous a créé, et qui vous comble de tous ses biens.

18 Celui qui craint le Seigneur recevra de lui l’instruction ; et ceux qui veillent pour le chercher seront bénis de lui.

19. Celui qui cherche la loi en sera rempli ; et celui qui agit avec hypocrisie y trouvera un sujet de chute.

20. Ceux qui craignent le Seigneur reconnaîtront ce qui est juste, et ils allumeront leur justice comme une lumière.

24. Le pécheur évitera d’être repris, et il trouvera des interprétations de la loi selon son désir.

22. L’homme considéré ne perdra aucune occasion de s’éclaircir de ce qu’il doit faire ; l’étranger et le superbe n’a aucune crainte,

23. Non pas même lorsqu’il agit seul et sans conseil ; mais ce qu’il a fait de sa tète le condamnera.

24. Mon fils, ne faites rien sans conseil, et vous ne vous repentirez point de ce que vous aurez fait.

25. N’allez point dans une route perdue, et vous ne vous heurterez pas contre les pierres : ne vous engagez point dans un chemin pénible, de peur que vous ne prépariez à votre âme un sujet de chute.

26. Donnez-vous de garde de vos enfants mêmes, et défendez-vous de vos domestiques.

27. Dans toutes vos œuvres écoutez votre âme, et soyez-lui fidèle ; car c’est ainsi qu’on garde les commandements de Dieu.

28. Celui qui croit en Dieu est attentif à ce qu’il ordonne ; et celui qui met sa confiance au Seigneur ne tombera dans aucun mal.



Avantage de la crainte de Dieu. Dieu, par son juste jugement, relève les uns, et abaisse les autres. Fin que l’auteur s’est proposée en écrivant cet ouvrage. Se conserver l’autorité dans sa famille. Manière dont il faut traiter les esclaves.


1. Celui qui craint le Seigneur ne sera surpris d’aucun mal ; mais Dieu le conservera dans la tentation, et il le délivrera de tous les maux.

2. Le sage ne haïra point les commandements et les ordonnances, et il ne se brisera point comme un vaisseau dans la tempête.

3. L’homme de bon sens croit à la loi de Dieu, et la loi lui est fidèle.

4. Celui qui doit éclaircir ce qu’on lui demande préparera sa réponse, et après avoir ainsi prié il sera exaucé ; il conservera la règle de la doctrine, et après cela il répondra.

5. Le cœur de l’insensé est comme la roue d’un chariot, et sa pensée est comme un essieu qui tourne toujours.

6. L’ami moqueur est comme un cheval destiné aux cavales, qui hennit sous tous ceux qui le montent.

7. D’où vient qu’un jour est préféré à un autre jour, un temps à un temps, et une année à une année, puisque c’est le même soleil qui les forme ?

8. C’est le Seigneur qui les a distingués par son ordonnance, après que le soleil a été créé, et qu’il a suivi inviolablement dans sa course les ordres qu’il a reçus.

9. C’est lui qui a distingué les temps et les jours de fête parmi les hommes qui en ont célébré quelques uns à l’heure qui leur a été marquée.

10. Dieu a élevé et consacré quelques uns de ces jours, et il a mis les autres au rang des jours ordinaires : c’est ainsi que Dieu traite tous les hommes pris de la boue et de la même terre dont Adam a été formé.

11. Le Seigneur par sa sagesse, qui se communique en tant de manières différentes, a mis entre eux des différences, et a diversifié leurs voies.

12. Il a élevé et béni quelques uns d’entre les hommes, les a sanctifiés, les a unis et attachés à lui ; il en a maudit et humilié quelques autres, et il les a laissés aller après la séparation qui en a été faite.

13. Comme l’argile est dans la main du potier qui la manie et la forme à son gré,

14. Et comme il l’emploie à tous les usages qu’il lui plaît ; ainsi l’homme est dans la main de celui qui l’a créé, qui lui rendra selon l’équité de ses jugements.

15. Le bien est contraire au mal, et la vie à la mort ; ainsi le pécheur est contraire à l’homme juste. Considérez toutes les œuvres du Très-Haut, vous les trouverez ainsi deux à deux, et opposées l’une à l’autre.

16. Je suis venu le dernier de tous comme me réveillant après un sommeil, et comme ceux qui ramassent les grains de raisin après ceux qui ont fait vendange.

17. J’ai espéré aussi moi-même en la bénédiction de Dieu, et j’ai rempli la cuve comme celui qui vendange.

18. Considérez que je n’ai pas travaillé pour moi seul, mais pour tous ceux qui recherchent la science.

19. Grands et peuples, écoutez-moi tous ; et vous gouverneurs de l’assemblée, prêtez l’oreille.

20. Ne donnez point pouvoir sur vous pendant votre vie à votre fils, à votre femme, à votre frère, ou à votre ami ; ne donnez point à un autre le bien que vous possédez, de peur que vous ne vous en repentiez, et que vous ne soyez réduit à lui en demander avec prière.

21. Tant que vous vivez et que vous respirez, que personne ne vous fasse changer sur ce point ;

22. Car il vaut mieux que ce soient vos enfants qui vous prient, que d’être réduit à attendre ce qui vous viendra d’eux.

23. Conservez-vous la principale autorité dans toutes vos œuvres.

24. Ne faites point de tache à votre gloire. Distribuez votre succession au jour que finira votre vie, et à l’heure de votre mort.

25. Le fourrage, le bâton, et la charge à l’âne ; le pain, la correction, et le travail à l’esclave.

26. Il travaille quand on le châtie, et il ne pense qu’à se reposer : lâchez-lui la main, et il tâchera de se rendre libre.

27. Le joug et les cordes font courber le cou le plus dur, et le travail continuel rend l’esclave souple.

28. La torture et les fers à l’esclave malicieux : envoyez-le au travail, de peur qu’il ne soit oisif ;

29. Car l’oisiveté enseigne beaucoup de mal.

30. Tenez-le dans le travail ; car c’est là qu’il doit être. Que s’il ne vous obéit pas, faites-le plier en lui mettant les fers aux pieds ; mais ne commettez point d’excès à l’égard de qui que ce soit ; et ne faites rien d’important sans y avoir bien pensé.

31. Si vous avez un esclave qui vous soit fidèle, qu’il vous soit cher comme votre vie ; traitez-le comme votre frère, parce que vous l’avez acquis au prix de votre sang.

32. Si vous le traitez mal avec injustice, il s’enfuira ;

33. Et s’il se dérobe à vous, et s’en va, vous ne saurez où l’aller chercher pour le trouver.



Vanité des songes. Avantage de l’expérience. Bonheur de celui qui craint le Seigneur. Dieu a en horreur les oblations des méchants. Fausse pénitence.


1. L’homme insensé se repaît de vaines espérances et de mensonges ; et les imprudents bâtissent sur les songes.

2. Celui qui s’attache à de fausses visions est comme celui qui embrasse l’ombre et poursuit le vent.

3. Les visions des songes sont comme l’image d’un homme qui se voit lui-même dans un miroir.

4. Comment ce qui est impur peut-il rendre pur ? et comment la vérité peut-elle sortir du mensonge ?

5. Les divinations de l’erreur, les augures trompeurs, et les songes des méchants, ne sont que vanité.

6. Ce ne sont que des effets de votre imagination, comme sont les fantaisies des femmes grosses. N’appliquez point votre pensée à ces visions, à moins que le Très-Haut ne vous les envoie lui-même ;

7. Car les songes en ont jeté plusieurs dans l’égarement, et ils sont tombés pour y avoir mis leur confiance.

8. La parole de la loi s’accomplira entièrement, et la sagesse sera claire dans la bouche du fidèle.

9. Que sait celui qui n’a point été tenté ? L’homme d’une grande expérience aura de grandes vues ; et celui qui a beaucoup appris parlera avec sagesse.

10. Celui qui est peu expérimenté connaît peu de choses ; mais celui qui a fait beaucoup d’épreuves s’est acquis une grande prudence.

11. Quelle est la science de celui qui n’a point été tenté ? Mais celui qui a été surpris aura une grande adresse pour ne l’être plus.

12. J’ai bien vu des choses allant en divers lieux, et j’ai remarqué bien des coutumes différentes.

13. Je m’y suis vu quelquefois en danger de perdre la vie, mais Dieu m’a délivré par sa grâce.

14. Dieu aura soin de ceux qui le craignent, et son regard les comblera de bénédictions.

15. Car leur espérance est en celui qui les sauve, et les yeux de Dieu sont sur ceux qui l’aiment.

16. Celui qui craint le Seigneur ne tremblera point ; il n’aura point de peur, parce que Dieu même est son espérance.

17. Heureuse est l’âme de celui qui craint le Seigneur.

18. Sur qui jette-t-il l’œil, et qui est sa force ?

19. Les yeux du Seigneur sont sur ceux qui le craignent ; il est leur protection puissante et l’affermissement de leur force, il les couvre contre la chaleur, il les met à l’ombre contre l’ardeur du midi.

20. Il les soutient, afin qu’ils ne tombent pas ; il les assiste quand ils sont tombés ; il élève leur âme et il éclaire leurs yeux ; il leur donne la santé, la vie, et la bénédiction.

21. L’oblation de celui qui sacrifie d’un bien d’iniquité est souillée, et les insultes des injustes ne sont point agréées de Dieu.

22. Le Seigneur ne se donne qu’à ceux qui l’attendent en paix dans la voie de la vérité et de la justice.

23. Le Très-Haut n’approuve point les dons des injustes, il ne regarde point les oblations des méchants, et la multitude de leurs sacrifices n’obtiendra point de lui le pardon de leurs péchés.

24. Celui qui offre un sacrifice de la substance des pauvres est comme celui qui égorge le fils aux yeux du père.

25. Un peu de pain est la vie des pauvres : celui qui le leur ôte est un homme de sang.

26. Celui qui arrache à un homme le pain qu’il a gagné par son travail est comme celui qui assassine son prochain.

27. Celui qui répand le sang, et celui qui prive le mercenaire de sa récompense, sont frères.

28. Si l’un bâtit et que l’autre détruise, que gagneront-ils, que de la peine ?

29. Si l’un prie, et que l’autre maudisse, de qui Dieu exaucera-t-il la voix ?

30. Si celui qui se lave après avoir touché un mort le touche de nouveau, de quoi lui sert-il de s’être lavé ?

31. De même si un homme jeûne après avoir commis des péchés, et les commet de nouveau, que gagne-t-il de s’être affligé et humilié ? et qui exaucera sa prière ?



Observation des commandements. Sacrifice agréable à Dieu. Offrir ses dons au Seigneur avec joie. Dieu ne fait acception de personne. Il exauce les prières des pauvres, et il perdra ceux qui les oppriment.


1. Celui qui observe la loi est comme s’il offrait un grand nombre d’oblations.

2. C’est un sacrifice salutaire que d’être attentif à garder les commandements, et se retirer de toute iniquité.

3. S’éloigner de l’injustice c’est offrir un sacrifice qui obtient le pardon de nos offenses, et qui détourne là punition de nos péchés.

4. Celui qui rend grâces à Dieu offre la fleur de farine ; et celui qui fait miséricorde offre un sacrifice.

5. S’abstenir du mal est ce qui plaît au Seigneur ; et se retirer de l’injustice est un sacrifice pour l’expiation des péchés.

6. Vous ne paraîtrez point les mains vides devant le Seigneur ;

7. Car toutes ces choses se font pour obéir aux commandements de Dieu.

8. L’oblation du juste engraisse l’autel, et monte devant le Très-Haut comme une excellente odeur.

9. Le sacrifice du juste est bien reçu de Dieu, et le Seigneur n’en perdra point le souvenir.

10. Rendez gloire à Dieu de bon cœur, et ne retranchez rien des prémices du fruit de vos mains.

11. Faites tous vos dons avec un visage gai, et sanctifiez vos décimes par votre joie.

12. Donnez au Très-Haut selon qu’il vous a donné, et faites votre offrande de bon cœur à proportion de ce que vous avez entre les mains ;

13. Car le Seigneur est libéral envers ceux qui lui donnent, et il vous en rendra sept fois autant.

14. N’offrez point de dons corrompus à Dieu, parce qu’il ne les recevra point.

15. Ne mettez point votre confiance en un sacrifice d’iniquité, parce que le Seigneur est votre juge, et qu’il n’a point égard à la condition des personnes.

16. Le Seigneur ne fera point d’acception de personne contre le pauvre, et il exaucera la prière de celui qui souffre l’injure.

17. Il ne méprisera point l’orphelin qui le prie, ni la veuve qui répand ses gémissements devant lui.

18. Les larmes de la veuve n’arrosent-elles pas son visage, et ne crient-elles pas vengeance contre celui qui les tire de ses yeux ?

19. Car du visage de la veuve elles montent jusqu’au ciel, et le Seigneur qui l’exauce ne se plaira point à la voir pleurer.

20. Celui qui adore Dieu avec joie sera bien reçu de lui, et sa prière montera jusqu’aux nuées.

21. La prière d’un homme qui s’humilie percera les nuées ; il ne se consolera point qu’elle n’ait été jusqu’à Dieu, et il ne se retirera point jusqu’à ce que le Très-Haut le regarde.

22. Le Seigneur ne différera pas longtemps ; mais il prendra la défense des justes, et leur fera justice : le Très-Fort n’usera plus à leur égard de sa longue patience ; mais il accablera de maux ceux qui les ont opprimés :

23. Et il se vengera des nations jusqu’à ce qu’il détruise toute l’assemblée des superbes, et qu’il brise les sceptres des injustes ;

24. Jusqu’à ce qu’il rende aux hommes selon leurs actions, et selon les œuvres et la présomption d’Adam ;

25. Jusqu’à ce qu’il fasse justice à son peuple, et qu’il rende la joie aux justes, en leur faisant miséricorde.

26. La miséricorde de Dieu est reçue avec joie au temps de l’affliction, comme la nuée qui répand la pluie au temps de la sécheresse.



Prière de l’auteur do ce livre pour attirer la miséricorde de Dieu sur Israël. Du cœur éclairé et du cœur corrompu. Avantage de celui qui a une femme vertueuse.


1. O Dieu, Seigneur de toutes choses, ayez pitié de nous ; regardez-nous favorablement, et faites-nous voir la lumière de vos miséricordes :

2. Répandez votre terreur sur les nations qui ne se mettent point en peine de vous rechercher, afin qu’elles reconnaissent qu’il n’y a point de Dieu que vous seul, et qu’elles publient la grandeur de vos merveilles.

3. Étendez votre main sur les peuples étrangers, et faites-leur sentir votre puissance.

4. Comme ils ont vu de leurs yeux que vous avez été sanctifié parmi nous, faites que nous voyions aussi éclater votre grandeur parmi eux,

5. Afin qu’ils connaissent, comme nous l’avons connu, qu’il n’y a point d’autre Dieu que vous, Seigneur.

6. Renouvelez vos prodiges, et faites des miracles qui n’aient point encore été vus.

7. Glorifiez votre main et votre bras droit.

8. Excitez votre fureur, et répandez votre colère.

9. Détruisez l’ennemi, et brisez celui qui nous fait la guerre.

10. Pressez le temps, et hâtez la fin, et faites que les hommes publient vos merveilles.

11. Que celui qui sera échappé à l’épée soit dévoré par l’ardeur des flammes ; et que ceux qui tyrannisent votre peuple tombent dans la perdition.

12. Brisez la tète des chefs de nos ennemis qui disent : 11 n’y a point d’autre Seigneur que nous.

13. Rassemblez toutes les tribus de Jacob, afin qu’elles connaissent qu’il n’y a point d’autre Dieu que vous, qu’elles racontent la grandeur de vos merveilles et qu’elles deviennent votre héritage comme elles l’ont été au commencement.

14. Ayez pitié de votre peuple, qui a été appelé de votre nom, et d’Israël que vous avez traité comme votre fils aîné.

15. Ayez compassion de Jérusalem, de cette ville que vous avez sanctifiée, de cette ville où vous avez établi votre repos.

16. Remplissez Sion de la vérité de vos paroles ineffables, et votre peuple de votre gloire.

17. Rendez témoignage à ceux qui ont été dès la création du monde votre héritage, et vérifiez les prédictions que les anciens prophètes ont prononcées en votre nom.

18. Récompensez ceux qui vous ont attendu longtemps, afin que vos prophètes soient trouvés fidèles, et exaucez les prières de vos serviteurs,

19. Selon les bénédictions qu’Aaron a données à votre peuple, et conduisez-nous dans la voie de la justice, afin que tous ceux qui habitent la terre sachent que vous êtes le Dieu qui voyez tous les siècles devant vous.

20. L’estomac reçoit toutes sortes de viandes ; mais entre les nourritures l’une est meilleure que l’autre.

21. Le palais discerne au goût la venaison, et le cœur éclairé les paroles de mensonge.

22. Le cœur corrompu causera de la tristesse, et l’homme habile lui résistera.

23. La femme peut épouser toutes sortes d’hommes ; mais entre les filles l’une est meilleure que l’autre.

24. L’agrément de la femme met la joie sur le visage de son mari, et se rend plus aimable que tout ce que l’homme peut désirer.

25. Que si sa langue peut guérir les maux, et est pleine de douceur et de bonté, son mari aura un avantage qui n’est pas commun parmi les hommes.

26. Celui qui a une femme vertueuse commence à établir sa maison ; il a un secours qui lui est semblable, et un ferme appui où il se repose.

27. Où il n’y a point de haie, le bien est au pillage ; et où il n’y a point de femme, l’homme soupire dans l’indigence.

28. Qui se fiera à celui qui n’a point de retraite, qui va chercher le couvert partout où la nuit le prend, et qui erre de ville en ville comme un voleur toujours prêt à fuir.



Du vrai et du faux ami. Choisir son conseil avec soin. Consulter le Seigneur. Science vraie et fausse, utile et dangereuse. Suites funestes de l’intempérance.


1. Tout ami dira : J’ai fait aussi amitié avec cet homme ; mais il y a un ami qui n’est ami que de nom. N’est-ce pas une douleur qui dure jusqu’à la mort,

2. Que de voir un ami qui se change en ennemi ?

3. O pensée détestable, d’où as-tu pris ton origine pour venir couvrir la terre de ta malice et de ta perfidie ?

4. L’ami se divertit avec son ami pendant sa prospérité, et il deviendra ennemi au temps de l’affliction.

5. L’ami s’affligera avec son ami, afin qu’il lui donne de quoi manger ; et à la vue de l’ennemi il prendra le bouclier.

6. Conservez dans votre cœur le souvenir de votre ami, et ne l’oubliez pas lorsque vous serez devenu riche.

7. Ne prenez point conseil de celui qui vous tend un piège, et cachez vos desseins à ceux qui vous portent envie.

8. Tout homme que l’on consulte donne son conseil, mais il y en a qui ne regardent qu’eux-mêmes dans ce qu’ils conseillent.

9. En demandant conseil à un homme, veillez à la garde de votre âme : sachez auparavant quels sont ses intérêts ; car il vous donnera conseil selon qu’il lui sera plus utile :

10. Craignez qu’il ne plante un pieu dans votre chemin, et ne vous dise :

11. Votre voie est bonne ; pendant qu’il se tiendra à l’écart pour voir ce qui vous arrivera.

12. Allez consulter un homme sans religion sur les choses saintes, un injuste sur la justice, une femme sur celle dont elle est jalouse, un homme timide sur ce qui regarde la guerre, un marchand sur le trafic des marchandises, un acheteur sur ce qui est à vendre, un envieux sur la reconnaissance des grâces reçues,

13. Un impie sur la piété, un homme sans honneur sur l’honnêteté, celui qui travaille aux champs sur ce qui regarde son travail,

14. Un ouvrier à l’année sur ce qu’il doit faire pendant un an, et un serviteur paresseux sur l’assiduité au travail : vous ne devez point attendre de conseil de ces personnes sur toutes ces choses.

15. Mais tenez-vous sans cesse auprès d’un homme saint, lorsque vous en aurez connu quelqu’un qui craint véritablement Dieu ;

16. Dont l’âme a du rapport avec la vôtre, et qui prendra part à votre douleur lorsque vous aurez fait un faux pas dans les ténèbres.

17. Affermissez votre cœur dans la droiture d’une bonne conscience ; car vous n’aurez point de plus fidèle conseiller.

18. L’âme d’un homme saint découvre quelquefois mieux la vérité que sept sentinelles qui sont assises dans un lieu élevé pour découvrir tout ce qui se passe.

19. Mais sur toutes choses priez le Très-Haut, afin qu’il vous conduise dans le droit chemin de la vérité.

20. Que la parole de vérité précède toutes vos œuvres, et qu’un conseil stable règle auparavant tout ce que vous faites.

21. Une parole mauvaise gâtera le cœur : c’est du cœur que naissent ces quatre choses, le bien et le mal, la vie et la mort ; et cela dépend ordinairement de la langue. Tel est habile et enseigne plusieurs, qui est inutile à lui-même.

22. Tel est éclairé et en instruit plusieurs, qui y trouve la paix et !a douceur de son âme.

23. Celui qui use d’un langage sophistique est digne de haine ; il sera pauvre et vide de tout.

24. Il n’a point reçu la grâce du Seigneur, car il est dépourvu de toute sagesse.

25. Il y a un sage qui est sage pour lui-même, et les fruits de sa sagesse sont vraiment louables.

26. L’homme sage instruit son peuple, et le fruit de sa sagesse est stable et fidèle.

27. L’homme sage sera rempli de bénédictions, et ceux qui le verront le combleront de louanges.

28. Les jours de la vie d’un homme n’ont qu’un certain nombre ; mais les jours d’Israël sont innombrables.

29. Le sage s’acquerra de l’honneur parmi son peuple, et son nom vivra éternellement.

30. Mon fils, éprouvez votre âme pendant votre vie ; et si vous trouvez qu’une chose lui soit mauvaise, ne la lui accordez pas ;

31. Car tout n’est pas avantageux à tous, et tous ne se plaisent pas aux mêmes choses.

32. Ne soyez jamais avide dans un festin, et ne vous jetez point sur toutes les viandes ;

33. Car l’excès des viandes cause des maladies, et l’avidité produit la douleur.

34. L’intempérance en a tué plusieurs ; mais l’homme sobre prolonge ses jours.



Honorer les médecins ; se servir de leurs remèdes. Prier le Seigneur ; se purifier de ses péchés. Pleurer la mort de ses amis avec modération ; se souvenir qu’on doit aussi mourir. Repos nécessaire pour acquérir la sagesse. La prière sanctifie le travail.


1. Honorez le médecin à cause de la nécessité ; car c’est le Très-Haut qui l’a créé.

2. Toute médecine vient de Dieu, et elle recevra des présents du roi.

3. La science du médecin l’élèvera en honneur, et il sera loué devant les grands.

4. C’est le Très-Haut qui a produit de la terre tout ce qui guérit, et l’homme sage n’en aura point d’éloignement.

5. Un peu de bois n’a-t-il pas adouci l’eau qui était amère ?

6. Dieu a fait connaître aux hommes la vertu des plantes ; le Très-Haut leur en a donné la science, afin qu’ils l’honorassent dans ses merveilles.

7. Il s’en sert pour apaiser leurs douleurs et les guérir : ceux qui en ont l’art en font des compositions agréables, et des onctions qui rendent la santé ; et ils diversifient leurs confections en mille manières.

8. Car la paix et la bénédiction de Dieu s’étend sur toute la terre.

9. Mon fils, ne vous méprisez pas vous-même dans votre infirmité ; mais priez le Seigneur, et lui-même vous guérira.

10. Détournez-vous du péché, redressez vos mains, et purifiez votre cœur de toutes ses fautes.

11. Offrez à Dieu un encens de bonne odeur, et de la fleur de farine en mémoire de votre sacrifice, et que votre offrande soit grasse et parfaite, et recevez le médecin ;

12. Car c’est le Seigneur qui l’a créé ; et qu’il ne vous quitte point parce que son art est nécessaire.

13. Il viendra un temps que vous tomberez entre les mains des médecins ;

14. Et ils prieront eux-mêmes le Seigneur, afin qu’il les conduise, à cause de leur bonne vie, au soulagement et à la santé qu’ils vous veulent procurer.

15. L’homme qui pèche aux yeux de celui qui l’a créé tombera entre les mains du médecin.

16. Mon fils, répandez vos larmes sur un mort, et pleurez comme un homme qui a reçu une grande plaie ; ensevelissez son corps selon la coutume, et ne négligez pas sa sépulture.

17. Faites un grand deuil pendant un jour, dans l’amertume de votre âme, pour ne pas donner sujet de mal parler de vous ; mais ne soyez pas inconsolable dans votre tristesse :

18. Faites ce deuil selon le mérite de la personne, un jour ou deux, pour ne point donner lieu à la médisance :

19. Car la tristesse conduit à la mort, elle accable toute la vigueur, et l’abattement du cœur fait baisser la tête.

20. La tristesse s’entretient dans la solitude ; et la vie du pauvre est telle qu’est son cœur.

21. N’abandonnez point votre cœur à la tristesse, mais éloignez-la de vous ; souvenez-vous de votre dernière fin,

22. Et ne l’oubliez pas ; car après cela il n’y a point de retour : vous ne servirez de rien au mort en vous affligeant, et vous vous ferez à vous-même un très-grand mal.

23. Souvenez-vous du jugement de Dieu sur moi : car le votre viendra de même. Hier à moi, aujourd’hui à vous.

24. Que la paix où le défunt est entré apaise en vous le regret que vous avez de sa mort, et consolez-vous de ce que son esprit s’est séparé de son corps.

25. Le docteur de la loi deviendra sage au temps de son repos, et celui qui s’agite peu acquerra la sagesse.

26. Comment se pourrait remplir de sagesse un homme qui mène une charrue, qui prend plaisir à tenir à la main l’aiguillon dont il pique les bœufs, qui les fait travailler sans cesse, et qui ne s’entretient que de jeunes bœufs et de taureaux ?

27. Il applique tout son cœur à remuer la terre et à tracer des sillons, et toutes ses veilles à engraisser des génisses.

28. Ainsi le charpentier et l’architecte passe à son travail les jours et les nuits ; ainsi celui qui grave les cachets diversifie ses figures par un long travail : son cœur s’applique tout entier à imiter la peinture, et par ses veilles il achève son ouvrage.

29. Ainsi celui qui travaille sur le fer s’assied près de l’enclume, et considère le fer qu’il met en œuvre : la vapeur du feu lui dessèche la chair, et il ne se lasse point de souffrir l’ardeur de la fournaise.

30. Son oreille est frappée sans cesse du bruit des marteaux, et son œil attentif à la forme qu’il veut donner à ce qu’il fait.

31. Son cœur s’applique tout entier à achever son ouvrage : il l’embellit par ses veilles, et le rend parfait.

32. Ainsi le potier s’assied près de son argile, il tourne la roue avec ses pieds, il est dans un soin continuel pour son ouvrage, et il ne fait rien qu’avec art et avec mesure.

33. Son bras donne la forme qu’il veut à l’argile, après qu’il l’a remuée et rendue flexible avec ses pieds.

34. Son cœur s’applique tout entier à donner la dernière perfection à son ouvrage en le vernissant, et il a grand soin que son fourneau soit bien net.

35. Toutes ces personnes espèrent en l’industrie de leurs mains, et chacun est sage dans son art.

36. Sans eux nulle ville ne serait ni bâtie, ni habitée, ni fréquentée.

37. Mais ils n’entreront point dans les assemblées.

38. Ils ne seront point assis sur les sièges des juges, ils n’auront point l’intelligence des lois sur lesquelles se forment les jugements, ils ne publieront point les instructions ni les règles de la vie, ils ne trouveront point l’éclaircissement des paraboles ;

39. Mais ils ne maintiennent l’état de ce monde qu’en entretenant ce qui passe avec le temps ; ils prient en travaillant aux ouvrages de leur art, ils y appliquent leur âme, et ils cherchent d’y vivre selon la loi du Très-Haut.



Occupations du sage ; gloire qui l’accompagne. Les enfants d’Israël exhortés à bénir le Seigneur dans ses ouvrages. Dieu récompense les bons, et punit les méchants. Toutes les créatures exécutent ses ordres.


1. Le sage aura soin de rechercher la sagesse de tous les anciens, et il fera son étude des prophètes.

2. Il conservera dans son cœur les instructions des hommes célèbres, et il entrera en même temps dans les mystères des paraboles.

3. Il tâchera de pénétrer dans le secret des proverbes et des sentences obscures, et se nourrira de ce qu’il y a de plus caché dans les paraboles.

4. Il exercera son ministère au milieu des grands, et il paraîtra devant ceux qui gouvernent.

5. Il passera dans les terres des nations étrangères, pour éprouver parmi les hommes le bien et le mal.

6. Il appliquera son cœur et veillera dès le point du jour pour s’attacher au Seigneur, qui l’a créé, et il offrira ses prières au Très-Haut.

7. Il ouvrira sa bouche pour la prière, et il demandera pardon pour ses péchés.

8. Car s’il plaît au souverain Seigneur, il le remplira de l’esprit d’intelligence :

9. Alors il répandra comme une pluie les paroles de sa sagesse, et il bénira le Seigneur dans la prière ;

10. Le Seigneur conduira ses conseils et ses instructions, et lui il méditera les secrets de Dieu.

11. Il publiera lui-même les instructions qu’il a apprises ; et il mettra sa gloire dans la loi de l’alliance du Seigneur.

12. Sa sagesse sera louée de plusieurs, et elle ne tombera jamais dans l’oubli.

13. Sa mémoire ne s’effacera point, et son nom sera honoré de siècle en siècle.

14. Les nations publieront sa sagesse, et l’assemblée célébrera ses louanges.

15. Tant qu’il vivra il s’acquerra plus de réputation que mille autres ; et quand il viendra à se reposer, il en sera plus heureux.

16. Je continuerai encore à publier ce que je médite, car je suis rempli d’une sainte fureur.

17. Une voix me dit : Écoutez-moi, ô germes divins, et portez des fruits comme des rosiers plantés sur le bord des eaux.

18. Répandez une agréable odeur comme le Liban.

19. Portez des fleurs comme le lis ; jetez une odeur douce ; poussez des branches de grâce ; chantez des cantiques, et bénissez le Seigneur dans ses ouvrages.

20. Relevez son nom par de magnifiques éloges, louez-le par les paroles de vos lèvres, par le chant de vos cantiques, et par le son de vos harpes ; et vous direz ceci dans les bénédictions que vous lui donnerez :

21. Les ouvrages du Seigneur sont tous souverainement bons.

22. A sa parole l’eau s’est arrêtée comme un monceau ; et comme un réservoir à un seul mot de sa bouche ;

23. Car tout devient favorable aussitôt qu’il le commande, et le salut qu’il donne est inviolable.

24. Les œuvres de tous les hommes lui sont présentes, et rien n’est caché à ses yeux.

25. Son regard s’étend de siècle en siècle, et rien n’est grand ni merveilleux devant lui.

26. On ne doit point dire : Qu’est-ce que ceci ? qu’est-ce que cela ? car tout se découvrira en son temps.

27. La bénédiction qu’il donne est comme un fleuve qui se déborde.

28. Et comme le déluge a inondé toute la terre, ainsi sa colère sera le partage des nations qui ne se sont pas mises en peine de le rechercher.

29. Comme il a changé les eaux en un lieu sec, et a desséché la terre, et comme ses voies furent alors trouvées droites par les siens, ainsi les pécheurs trouvent dans sa colère des sujets de chute et de scandale.

30. Comme les biens dès le commencement ont été créés pour les bons, ainsi les biens et les maux ont été créés pour les méchants.

31. Ce qui est principalement nécessaire pour la conservation de la vie des hommes, c’est l’eau, le feu, le fer, le sel, le lait, le pain de fleur de farine, le miel, le raisin, l’huile, et les vêtements.

32. Comme toutes ces choses sont un bien pour les saints, aussi se changent-elles en maux pour les méchants et pour les pécheurs.

33. Il y a des esprits qui ont été créés pour la vengeance, et par leur fureur ils augmentent les supplices des méchants.

34. Ils se répandront dans toute leur violence au temps que la mesure de la justice de Dieu sera remplie, et ils satisferont la fureur de celui qui les a créés.

35. Le feu, la grêle, la famine, et la mort, toutes ces choses ont été créées pour exercer la vengeance ;

36. Ainsi que les dents des bêtes, les scorpions et les serpents, et l’épée destinée à punir et à exterminer les impies.

37. Toutes ces choses exécutent les ordres du Seigneur avec joie ; elles se tiendront prêtes sur la terre pour servir au besoin ; et quand leur temps sera venu, elles obéiront exactement à sa parole.

38. C’est pourquoi je me suis affermi dès le commencement dans ces pensées, je les ai considérées et méditées en moi-même, et je les ai laissées par écrit.

39. Tous les ouvrages du Seigneur sont bons, et il met chaque chose en usage quand l’heure est venue.

40. On ne peut point dire : Ceci est plus mal que cela ; car toutes choses seront trouvées bonnes en leur temps.

41. C’est pourquoi, dès maintenant, louez tous ensemble de tout votre cœur, et bénissez par les paroles de votre bouche le nom du Seigneur.



Misères communes à tous les hommes. Sorl funeste des richesses injustes. Avantages de la crainte du Seigneur. Ne pas mener une vie de mendiant.


1. Une inquiète occupation a été destinée d’abord à tous les hommes, et un joug pesant accable les enfants d’Adam, depuis le jour qu’ils sortent du sein de leur mère jusqu’au jour de leur sépulture, où ils rentrent dans la mère commune de tous.

2. Les imaginations de leur esprit, les appréhensions de leur cœur, les réflexions qui les tiennent en suspens, et le jour qui doit tout finir,

3. Depuis celui qui est assis sur un trône de gloire, jusqu’à celui qui est couché sur la terre et dans la cendre ;

4. Depuis celui qui est vêtu de pourpre et qui porte la couronne, jusqu’à celui qui n’est couvert que de toile ; la fureur, la jalousie, l’inquiétude, l’agitation, la crainte de la mort, la colère toujours vive, et les querelles,

5. Troublent leurs pensées dans le lit même et pendant le sommeil de la nuit, qui est le temps qui leur a été donné pour prendre quelque repos.

6. L’homme se repose peu et presque point, et il est ensuite, dans son sommeil même, comme une sentinelle pendant le jour.

7. Les fantômes qu’il voit en son âme l’inquiètent, il s’imagine fuir comme un homme qui se sauve du combat ; il se lève.le lendemain, il se voit en assurance, et il admire sa frayeur qui n’avait aucun fondement :

8. Toute chair est sujette à ces accidents, depuis les hommes jusqu’aux bêtes, et les pécheurs sept fois plus encore que les autres.

9. De plus, la mort, le sang, les querelles, l’épée, les oppressions, la famine, les ruines des pays, et les autres fléaux,

10. Ont tous été créés pour accabler les méchants ; et le déluge est arrivé à cause d’eux.

11. Tout ce qui vient de la terre retournera dans la terre, comme toutes les eaux rentrent dans la mer.

12. Tout don injuste et toute iniquité périra ; mais la foi subsistera éternellement.

13. Les richesses des injustes sécheront comme un torrent, et seront semblables à un tonnerre qui fait un grand bruit pendant la nuit.

14. Les injustes se réjouiront en ouvrant leurs mains ; mais comme par là ils violent la loi de Dieu, ils seront exterminés pour jamais.

15. La postérité des impies ne multipliera point ; leurs branches seront comme de mauvaises racines qui sont agitées du vent sur le haut d’un rocher.

16. L’herbe verte qui croît sur les eaux et au bord d’un fleuve sera arrachée avant toutes les herbes des champs.

17. Les œuvres de grâce sont comme un jardin délicieux et béni du ciel, et les fruits de la miséricorde dureront éternellement.

18. La vie de celui qui se contente de ce qu’il gagne de son travail sera remplie de douceur, et en vivant ainsi vous trouverez un trésor.

19. Les enfants et la fondation d’une ville rendent le nom d’un homme célèbre après lui ; mais une femme sans tache passe l’un et l’autre.

20. Le vin et la musique réjouissent le cœur ; mais l’amour de la sagesse passe l’un et l’autre.

21. Le son des flûtes et celui de la harpe sont une agréable harmonie ; mais la langue douce passe l’un et l’autre.

22. La grâce du corps et la beauté du visage plaisent à l’œil ; mais la verdure d’un champ semé passe l’une et l’autre.

23. L’ami aide son ami dans l’occasion ; mais une femme et un mari s’entre-soulagent encore plus.

24. Les frères sont un secours au temps de l’affliction ; mais la miséricorde qu’on aura faite en délivrera encore plus qu’eux.

25. L’or et l’argent affermissent l’état de l’homme ; mais un conseil sage surpasse l’un et l’autre.

26. Le bien et la force du corps élèvent le cœur ; mais la crainte du Seigneur passe l’un et l’autre.

27. Rien ne manque à qui a la crainte du Seigneur ; et il n’a pas besoin de chercher d’autre secours.

28. La crainte du Seigneur lui est comme un paradis de bénédiction, et il est revêtu d’une gloire au-dessus de toute gloire.

29. Mon fils, ne menez jamais une vie de mendiant, car il vaut mieux mourir que de mendier.

30. La vie de celui qui s’attend à la table d’autrui n’est pas une vie, parce qu’il se nourrit des viandes des autres.

31. Mais celui qui est bien réglé et bien instruit se gardera de cet état.

32. L’insensé trouvera de la douceur à demander sa vie, et l’avidité de manger lui brûlera les entrailles.



Souvenir de la mort doux ou amer. L’opprobre ou la malédiction sont le partage des méchants. Bonne réputation préférable aux richesses. Diverses choses dont on doit rougir.


1. O mort, que ton souvenir est amer à un homme qui vit en paix au milieu de ses biens ;

2. A un homme qui n’a rien qui le trouble, à qui tout réussit heureusement, et qui est encore en état de goûter la nourriture !

3. O mort, que ta sentence est douce à un homme pauvre, à qui les forces manquent,

4. Qui est dans la défaillance de l’âge, accablé de soins, sans espérance, et à qui la patience manque dans le mal qu’il souffre !

5. Ne craignez point l’arrêt de la mort. Souvenez-vous de ceux qui ont été avant vous, et de tous ceux qui viendront après : c’est l’arrêt que le Seigneur a prononcé contre toute chair.

6. Que craignez-vous, puisqu’il ne vous peut arriver que ce qu’il plaira au Très-Haut ? Qu’un homme vive dix ans, cent ans, mille ans,

7. On ne compte point les années de la vie parmi les morts.

8. Les enfants des pécheurs sont des enfants d’abomination, ainsi que ceux qui fréquentent les maisons des méchants.

9. L’héritage des enfants des pécheurs périra, et leur race sera éternellement déshonorée.

10. Les enfants d’un méchant homme se plaindront de leur père, parce qu’il est cause qu’ils sont en opprobre.

11. Malheur à vous, hommes impies, qui avez abandonné la loi du Seigneur le Très-Haut !

12. Quand vous êtes nés, vous êtes nés dans la malédiction ; et quand vous mourrez, vous aurez la malédiction pour votre partage.

13. Tout ce qui vient de la terre retournera à la terre ; ainsi les méchants tomberont de la malédiction dans la perdition.

14. On pleure les hommes lorsqu’on rend leurs corps à la terre ; mais le nom des méchants sera effacé du monde.

15. Ayez soin de vous procurer une bonne réputation ; car ce vous sera un bien plus stable que mille trésors grands et précieux.

16. La bonne vie n’a qu’un nombre de jours ; mais la bonne réputation demeure éternellement.

17. Conservez, mes enfants, pendant que vous êtes en paix, les instructions que je vous donne ; car à quoi sert une sagesse cachée et un trésor inconnu ?

18. Celui qui cache son imprudence vaut mieux que celui qui cache sa sagesse.

19. Ayez donc de la honte pour ce que je m’en vais vous marquer.

20. Car il n’est pas bon d’en avoir pour tout ; et il y a de bonnes choses qui ne plaisent pas à tout le monde.

24. Rougissez de la fornication devant votre père et votre mère, du mensonge devant celui qui gouverne et qui est puissant ;

22. D’une faute devant le prince et le juge ; de l’iniquité devant l’assemblée et devant le peuple ;

23. De l’injustice devant votre compagnon et votre ami ; de faire un larcin au lieu où vous demeurez.

24. Rougissez de commettre ces choses à cause de la vérité de Dieu, et de son alliance ; rougissez de mettre le coude sur la table, et d’user de tromperie dans ce que vous recevez ou donnez.

25. Rougissez de ne répondre pas à ceux qui vous saluent, de jeter la vue sur une femme prostituée, et de détourner votre visage de l’un de vos proches.

26. Ne vous détournez pas pour ne point voir votre prochain, et rougissez de lui ôter ce qui lui appartient sans le lui rendre.

27. Ne regardez point la femme d’un autre, ne vous rendez point familier avec sa servante, et ne vous tenez point auprès de son lit.

28. Rougissez de dire des paroles offensantes à vos amis ; et ne reprochez point ce que vous aurez donné.



Plusieurs choses dont il ne faut point rougir. Attention qu’un père doit avoir sur sa fille. Fuir la compagnie des femmes. Louanges des ouvrages du Seigneur.


1. Ne redites point ce que vous avez entendu dire, et ne révélez point ce qui est secret ; alors vous serez vraiment exempt de confusion, et vous trouverez grâce devant tous les hommes. Ne rougissez point de tout ce que je vais vous dire, et n’ayez point égard à la qualité des personnes pour commettre le péché.

2. Ne rougissez point de la loi et de l’alliance du Très-Haut, ni dans un jugement où l’on voudrait absoudre un méchant homme,

3. Ni dans une affaire entre ceux de votre connaissance et des étrangers qui passent, ni dans le partage d’un héritage où vos amis sont intéressés.

4. Ne rougissez pas d’user d’un juste poids et d’une juste balance, ni d’être équitable, lorsqu’il s’agit d’acquérir peu ou beaucoup.

5. Ni de faire justice des fourberies qui arrivent entre les vendeurs et les acheteurs, ni de châtier souvent vos enfants, ni de battre jusqu’au sang un méchant esclave.

6. Il est bon de tenir tout sous la clé lorsqu’on a une méchante femme.

7. Où il y a beaucoup de mains, tenez tout fermé ; donnez tout compté et pesé ; et ne manquez point d’écrire ce que vous aurez donné et reçu.

8. Ne rougissez point de corriger l’insensé et l’imprudent, ni de soutenir les vieillards qui sont condamnés par les jeunes gens ; alors vous ferez voir que vous êtes bien instruit de toutes choses, et vous serez approuvé de tous les hommes.

9. La fille est à son père un sujet secret de veiller toujours, et le soin qu’elle cause ôte le sommeil, de peur qu’elle ne passe la fleur de son âge sans être mariée, et que lorsqu’elle sera avec son mari elle n’en soit point aimée :

10. Il craint qu’elle ne se corrompe pendant qu’elle est vierge, et qu’elle ne soit trouvée grosse dans la maison de son père ; ou qu’étant mariée elle ne viole la loi du mariage, ou qu’elle demeure stérile et n’ait point d’enfants.

11. Gardez étroitement une fille libertine, de peur qu’elle ne vous expose aux insultes de vos ennemis, qu’elle ne vous rende l’objet de la médisance de toute une ville et la fable du peuple, et qu’elle ne vous déshonore devant tout le monde.

12. N’arrêtez vos yeux sur la beauté de personne, et ne demeurez point au milieu des femmes ;

13. Car comme le ver s’engendre dans les vêtements, ainsi l’iniquité de l’homme vient de la femme.

14. Un homme qui vous fait du mal vaut mieux qu’une femme qui vous fait du bien, et qui devient un sujet de confusion et de honte.

15. Je me souviendrai donc des ouvrages du Seigneur, et j’annoncerai ce que j’ai vu. Je découvrirai les ouvrages de Dieu par ses paroles.

16. Le soleil voit tout et éclaire tout, et la gloire du Seigneur éclate dans ses œuvres.

17. Le Seigneur n’a—t—il pas fait publier par ses saints toutes ses merveilles, qu’il a affermies comme étant le Seigneur tout-puissant, afin qu’elles subsistent éternellement pour sa gloire ?

18. Il sonde l’abîme et le cœur des hommes, et il pénètre leurs plus secrètes pensées.

19. Car le Seigneur connaît tout ce qui se peut savoir, et il voit les signes des temps à venir ; il annonce les choses passées et les choses futures ; il découvre les traces de ce qui était le plus caché.

20. Il n’y a point pour lui de pensées secrètes, et rien ne se dérobe à sa lumière.

21. Il a fait éclater la beauté des merveilles de sa sagesse ; il est avant tous les siècles, et il sera dans tous les siècles.

22. On ne peut ni ajouter rien à ce qu’il est, ni en rien ôter, et il n’a besoin du conseil de personne.

23. Combien ses œuvres sont-elles aimables ! et cependant ce que nous en pouvons considérer n’est qu’une étincelle.

24. Elles subsistent toutes, et demeurent pour jamais, et elles lui obéissent dans tout ce qu’il demande d’elles.

25. Chaque chose a son contraire, l’une est opposée à l’autre, et rien ne manque aux œuvres de Dieu.

26. Il a affermi ce que chacune a de bon. Et qui se pourra rassasier en voyant sa gloire ?



Grandeur de Dieu marquée dans ses ouvrages. Le ciel, le soleil, la lune, les étoiles, l’arc-en-ciel, les éclairs, le tonnerre, la neige, la grêle, la glace, la mer et les poissons qu’elle renferme, font paraitre la puissance du Seigneur. Le Seigneur est au-dessus de toute louange.


1. Le firmament est la beauté des corps les plus hauts, l’ornement du ciel qui en fait luire la gloire.

2. Le soleil paraissant à son lever annonce le jour ; c’est le vase admirable, l’ouvrage du Très-Haut.

3. Il brûle la terre en son midi, et qui peut supporter ses vives ardeurs ? Il conserve une fournaise de feu dans ses chaleurs ;

4. Il brûle les montagnes d’une triple flamme ; il lance des rayons de feu, et la vivacité de sa lumière éblouit les yeux.

5. Le Seigneur qui l’a créé est grand, et il hâte sa course pour lui obéir.

6. La lune est, dans toutes les révolutions qui lui arrivent, la marque des temps et le signe des changements de l’année.

7. C’est la lune qui détermine les jours de fête ; c’est un corps de lumière dont la clarté arrivée à son plus haut point diminue toujours.

8. La lune a donné le nom au mois ; sa lumière croît d’une admirable manière jusqu’à ce qu’elle soit parfaite.

9. Un camp militaire luit au haut du ciel, et jette une splendeur étincelante dans le firmament.

10. L’éclat des étoiles est la beauté du ciel : c’est le Seigneur qui éclaire le monde des lieux les plus hauts.

11. A la moindre parole du Saint elles se tiennent prêtes pour exécuter ses ordres, et elles sont infatigables dans leurs veilles.

12. Considérez l’arc-en-ciel, et bénissez celui qui l’a fait. Il éclate avec une admirable beauté.

13. Il forme dans le ciel un cercle de gloire, et son étendue est l’ouvrage des mains du Très-Haut.

14. Le Seigneur fait tout d’un coup paraître la neige, il se hâte de lancer ses éclairs pour l’exécution de ses jugements.

15. C’est pour cela qu’il ouvre ses trésors, et qu’il fait voler les nuages comme des oiseaux.

16. Par la grandeur de son pouvoir il épaissit les nuées, et il en fait sortir la grêle comme des pierres.

17. Par un de ses regards il ébranle les montagnes, et par sa seule volonté il fait souffler le vent du midi.

18. Il frappe la terre par le bruit de son tonnerre, par la tempête des aquilons, et par les tourbillons des vents ;

19. Il répand la neige comme une multitude d’oiseaux qui vient s’asseoir sur la terre, et comme une troupe de sauterelles qui descend en bas.

20. L’éclat de sa blancheur ravira les yeux, et les inondations qu’elle cause jettent de la frayeur dans le cœur.

21. Il répand sur la terre comme du sel les frimas et la gelée, qui s’étant glacée sur les plantes les hérisse en pointes comme des chardons.

22. Lorsqu’il fait souffler le vent froid de l’aquilon, l’eau se glace aussitôt comme du cristal ; la gelée se repose sur tous les amas des eaux, et s’en fait comme une cuirasse ;

23. Elle dévore les montagnes, elle brûle les déserts, et elle dessèche tout ce qui était vert, comme si le feu y avait passé.

24. Le remède à tous ces maux est qu’une nuée se hâte de paraître ; et une rosée chaude survenant après le froid le dissipera.

25. La moindre de ses paroles fait taire les vents, sa seule pensée apaise les abîmes de l’eau ; et c’est là que le Seigneur a fondé les îles.

26. Que ceux qui naviguent sur la mer racontent les périls que l’on y court, et les écoutant nous serons ravis d’admiration.

27. Là sont les grands ouvrages et les merveilles du Seigneur, des poissons de nature très-différente, des animaux de toute sorte, et des bêtes monstrueuses, que Dieu a créés.

28. Il a fait que tout tend à sa fin par un ordre stable, et sa parole règle toutes choses.

29. Nous multiplierons les discours, et les paroles nous manqueront ; mais l’abrégé de tout ce qui se peut dire est qu’il est l'âme de tout.

30. Que pouvons-nous dire pour relever sa gloire ? car le Tout-Puissant est au-dessus de tous ses ouvrages.

31. Le Seigneur est terrible, il est souverainement grand, et sa puissance est merveilleuse.

32. Portez la gloire du Seigneur le plus haut que vous pourrez, elle éclatera encore au-dessus ; et sa magnificence ne peut être assez admirée.

33. Vous qui bénissez le Seigneur, relevez sa grandeur le plus haut que vous pourrez ; car il est au-dessus de toute louange.

34. En relevant sa grandeur, fortifiez-vous de plus en plus : ne vous lassez point dans cet exercice ; car vous ne comprendrez jamais ce qu’il est.

35. Qui le pourra voir et le représenter ? qui dira sa grandeur selon qu’elle est des le commencement ?

36. Beaucoup de ses ouvrages nous sont cachés, qui sont plus grands que ceux que nous connaissons ; car nous n’en voyons qu’un petit nombre.

37. Mais le Seigneur a fait toutes choses, et il a donné la sagesse à ceux qui vivent dans la piété.



Éloges des patriarches et des grands hommes de la nation des Hébreux, et particulièrement d’Énoch, de Noé, d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, et de Joseph.


1. Louons ces hommes pleins de gloire, qui sont nos pères, et dont nous sommes la race.

2. Le Seigneur, dès le commencement du monde, a signalé en eux sa gloire et sa grande puissance.

3. Ils ont dominé dans leurs états, ils ont été grands en vertu et ornés de prudence, et les prédictions qu’ils ont annoncées leur ont acquis la dignité de prophètes ;

4. Ils ont commandé à ceux qui vivaient de leur temps, et les peuples ont reçu de la solidité de leur sagesse des paroles toutes saintes ;

5. Ils ont recherché par leur habileté l’art des accords de la musique, et ils nous ont laissé les cantiques de l’Écriture ;

6. Ils ont été riches en vertu, ils ont aimé avec ardeur la véritable beauté, et ils ont gouverné leurs maisons en paix.

7. Ils se sont tous acquis parmi leurs peuples une gloire qui est passée d’âge en âge, et on les loue encore aujourd’hui pour ce qu’ils ont fait pendant leur vie.

8. Ceux qui sont nés d’eux ont laissé après leur mort un grand nom, qui renouvelle les louanges de leurs pères :

9. Il y en a eu d’autres dont on a perdu le souvenir ; leur mémoire est périe comme s’ils n’avoient jamais été ; ils sont nés, eux et leurs enfants, comme s’ils n’étaient jamais nés.

10. Mais ces premiers sont des hommes de charité et de miséricorde, et les œuvres de leur piété subsisteront pour jamais :

11. Les biens qu’ils ont laissés à leur postérité lui demeurent toujours ;

12. Les enfants de leurs enfants sont un peuple saint, leur race se conserve dans l’alliance de Dieu ;

13. C’est en leur considération que leurs enfants subsistent éternellement ; et leur race, non plus que leur gloire, ne finira point.

14. Leurs corps ont été ensevelis en paix, et leur nom vivra dans la succession de tous les siècles.

15. Que les peuples publient leur sagesse, et que l’assemblée chante leurs louanges !

16. Énoch a plu à Dieu ; il a été transféré dans le paradis pour faire entrer les nations futures dans la pénitence.

17. Noé a été trouvé juste et parfait, et il est devenu au temps de la colère la réconciliation des hommes.

18. C’est pourquoi Dieu s’est réservé sur la terre quelques hommes lorsque le déluge est arrivé.

19. Il a été le dépositaire de l’alliance faite avec le monde, afin qu’à l’avenir toute chair ne pût plus être exterminée par le déluge.

20. Le grand Abraham a été le père de la multitude des nations, et nul ne lui a été semblable en gloire ; il a conservé la loi du Très-Haut, et il a fait alliance avec lui.

21. Le Seigneur a affermi son alliance dans sa chair, et dans la tentation il a été trouvé fidèle.

22. C’est pourquoi il lui a juré d’établir sa gloire dans sa race, et de multiplier sa postérité comme la poussière de la terre,

23. De l’élever comme les étoiles, et d’étendre leur partage héréditaire depuis une mer jusqu’à l’autre, et depuis le fleuve jusqu’aux extrémités du monde.

24. Il a traité Isaac de même, à cause d’Abraham son père.

25. Le Seigneur lui a promis aussi que toutes les nations seront bénies en sa race, et il a confirmé son alliance et l’a fait passer en la personne de Jacob.

26. Il a versé sur lui ses bénédictions, lui a donné la terre héréditaire, et la lui a partagée en douze tribus.

27. Et il lui a conservé des hommes pleins de bonté et de miséricorde, qui ont trouvé grâce aux yeux de tout le monde.



Éloges de Moïse, d’Aaron et de Phinéès.


1. Moïse a été aimé de Dieu et des hommes, et sa mémoire est en bénédiction.

2. Le Seigneur lui a donné une gloire égale à celle des saints, il l’a rendu grand et redoutable à ses ennemis, il a lui-même apaisé les monstres par ses paroles.

3. Il l’a élevé en honneur devant les rois, il lui a prescrit ses ordonnances devant son peuple, et lui a fait voir sa gloire.

4. Il l’a sanctifié dans sa foi et dans sa douceur, et l’a choisi d’entre tous les hommes.

5. Car Dieu l’a écouté, et a entendu sa voix, et il l’a fait entrer dans la nuée.

6. Il lui a donné ses préceptes devant tout son peuple, et la loi de vie et de science pour apprendre son alliance à Jacob, et ses ordonnances à Israël.

7. Il a élevé son frère Aaron, qui lui était semblable, et de la tribu de Lévi :

8. Il a fait avec lui une alliance éternelle, il lui a donné le sacerdoce de son peuple, il l’a comblé de bonheur et de gloire ;

9. Il l’a ceint d’une ceinture d’honneur, il l’a revêtu d’une robe de gloire, et il l’a couronné de tout cet appareil plein de majesté.

10. Il lui donna la robe qui descendait jusqu’en bas, la tunique, et l’éphod ; et il mit tout autour de sa robe un grand nombre de sonnettes d’or,

11. Afin qu’il fit du bruit en marchant, et que ce son qui retentissait dans le temple fût un avertissement pour les enfants de son peuple.

12. Il lui donna un vêtement saint tissu d’or, d’hyacinthe, et de pourpre, par un homme sage, plein de jugement et de vérité :

13. Cet ouvrage était fait avec grand art, de fil retors d’écarlate, et il y avait douze pierres précieuses enchâssées dans l’or, taillées et gravées par un excellent lapidaire, pour lui remettre en mémoire les douze tribus d’Israël.

14. Il avait une couronne d’or sur sa mitre, où était gravé le nom de la sainteté, et la gloire souveraine ; et cet ornement était plein de majesté, et plaisait aux yeux en se faisant respecter,

15. Il n’y eut jamais avant lui un vêtement si magnifique depuis le commencement du monde.

16. Nul étranger n’a été revêtu de cette robe, mais ses fils seulement, et les enfants de ses fils dans la suite de tous les âges.

17. Ses sacrifices ont été tous les jours consumés par le feu.

18. Moïse lui a sacré les mains, et l’a oint de l’huile sainte.

19. Dieu a fait avec lui, et avec sa race, une alliance éternelle, qui durera autant que les jours du ciel, pour exercer les fonctions du sacerdoce, pour chanter les louanges du Seigneur, et annoncer en son nom sa gloire à son peuple.

20. Il l’a choisi entre tous les vivants, pour offrir à Dieu les sacrifices, l’encens, et la bonne odeur, afin qu’il se souvînt de son peuple, et qu’il lui fût favorable.

21. Il lui donna le pouvoir de publier ses préceptes, ses volontés, et son alliance, pour apprendre ses ordonnances à Jacob, et pour donner à Israël la lumière et l’intelligence de sa loi.

22. Les étrangers se sont soulevés contre lui, et ceux qui suivaient Dathan et Abiron, et la faction furieuse de Coré, sont venus fondre sur lui dans le désert par un mouvement d’envie.

23. Le Seigneur Dieu les vit, et ce dessein ne lui plut pas, et ils furent tous consumés par l’impétuosité de sa colère.

24. Il les punit d’une manière inouïe, et la flamme du feu les dévora.

25. Il augmenta encore la gloire d’Aaron, il lui donna un héritage particulier, et voulut que les prémices des fruits de la terre fussent son partage.

26. Il prépara à ses enfants une nourriture abondante dans les prémices ; car ils doivent manger des sacrifices du Seigneur, qui lui ont été donnés et à sa race.

27. Mais il ne doit point hériter de la terre des nations ; il n’a point de partage dans leur pays, parce que le Seigneur est lui-même sa part, et son héritage.

28. Phinéès, fils d’Éléazar, est le troisième en gloire ; il imita Aaron dans la crainte du Seigneur,

29. Il demeura ferme dans la chute honteuse de son peuple ; et il apaisa la colère de Dieu contre Israël par sa bonté et par son zèle.

30. C’est pourquoi Dieu a fait avec lui une alliance de paix, et il lui a donné la principauté des choses saintes et de son peuple, afin que lui et sa race possèdent pour jamais la dignité du sacerdoce.

31. Dieu a fait aussi alliance avec le roi David, fils de Jessé, de la tribu de Juda, et l’a rendu héritier du royaume, lui et sa race, pour répandre la sagesse dans nos cœurs, pour juger son peuple dans la justice, afin que les biens qu’il leur avait donnés ne périssent point ; et il a rendu leur gloire éternelle dans la suite de leur postérité.



Éloges de Josué et de Caleb ; des juges en général ; et en particulier de Samuel.


1. Jésus, fils de Navé, a été vaillant dans la guerre, il a succédé à Moïse dans l’esprit de prophétie, il a été grand selon le nom qu’il portait,

2. Et très-grand pour sauver les élus de Dieu, pour renverser les ennemis qui se levaient contre lui, et pour acquérir à Israël la terre qui était son héritage.

3. Combien s’est-il acquis de gloire lorsqu’il tenait ses mains toujours élevées, et qu’il lançait ses dards contre les villes !

4. Qui a subsisté devant sa face ? car le Seigneur lui a amené lui-même ses ennemis.

5. N’a-t-il pas arrêté le soleil dans le transport de sa colère, lorsqu’un seul jour devint aussi long que deux ?

6. Il invoqua le Très-Haut et le Tout-Puissant, lorsque ses ennemis l’attaquaient de toutes parts ; et le Dieu grand et saint l’écouta, et fit tomber sur ses ennemis une grêle de grosses pierres.

7. Il fondit avec impétuosité sur les troupes ennemies, et les tailla en pièces à la descente de la vallée,

8. Afin que les nations reconnussent la puissance du Seigneur, et qu’elles apprissent qu’il n’est pas aisé de combattre contre Dieu. Il a toujours suivi le Tout-Puissant ;

9. Et au temps de Moïse il fit avec Caleb, fils de Jéphoné, une action de miséricorde en demeurant ferme contre les ennemis, en empêchant le peuple de pécher, et en étouffant le murmure que la malice avait excité.

10. Ils furent tous deux choisis de Dieu pour être délivrés du péril de la mort où tombèrent six cent mille hommes, pour faire entrer le peuple dans son héritage, dans cette terre où coulaient des ruisseaux de lait et de miel.

11. Le Seigneur donna à ce même Caleb une grande force, et son corps demeura dans sa vigueur jusqu’à la vieillesse, et il monta dans un lieu élevé de la terre promise, que sa race conserva toujours comme son héritage,

12. Afin que tous les enfants d’Israël reconnussent qu’il est bon d’obéir au Dieu saint.

13. Ensuite sont venus les juges dont l’Écriture a marqué les noms, dont le cœur ne s’est point perverti, qui ne se sont point détournés du Seigneur,

14. Qui méritent que leur mémoire soit en bénédiction, que leurs os refleurissent dans leurs sépulcres ;

15. Que leur nom demeure éternellement, et qu’il passe dans leurs enfants avec la gloire qui est due aux saints.

16. Samuel, le prophète du Seigneur, a été aimé du Seigneur son Dieu ; il a institué un gouvernement nouveau, et il a sacré les princes de son peuple.

17. Il a jugé l’assemblée d’Israël selon la loi du Seigneur, et Dieu a regardé favorablement Jacob ; il a paru un vrai prophète dans sa foi ;

18. Et il a été reconnu fidèle dans ses paroles, parce qu’il a vu le Dieu de lumière.

19. Il a invoqué le Seigneur tout-puissant, en lui offrant un agneau sans tache, lorsque ses ennemis l’attaquaient de tous côtés.

20. Et le Seigneur tonna du haut du ciel, et fit entendre sa voix avec un grand bruit ;

21. Il tailla en pièces les princes de Tyr, et les chefs des Philistins :

22. Avant la fin de sa vie il prit aussi à témoin le Seigneur et son Christ, en protestant qu’il n’avait jamais pris rien de qui que ce fût, ni argent, ni jusqu’à un cordon de soulier ; et il ne se trouva point d’homme qui pût l’accuser.

25. Il dormit ensuite dans le tombeau ; il parla au roi, et lui prédit la fin de sa vie ; et sortant de la terre il haussa la voix pour prophétiser la ruine du peuple, et la peine due à son impiété.



Éloges de Nathan, de David, et de Salomon. Chine de ce prince. Mauvaise conduite de Roboam. Impiété de Jéroboam. Infidélité des Israélites.

1. Après cela le prophète Nathan s’éleva au temps de David.

2. David a été tiré d’entre les enfants d’Israël comme la graisse de l’hostie, que l’on sépare de la chair.

3. Il s’est joué dans sa jeunesse avec les lions comme avec des agneaux, et il a traité les ours comme il aurait fait les petits des brebis.

4. N’est-ce pas lui qui tua le géant, et qui fit cesser l’opprobre du peuple ?

5. Sa main, en jetant une pierre de sa fronde, terrassa l’insolence de Goliath ;

6. Car il invoqua le Seigneur tout-puissant, qui donna à sa main la force de renverser un homme redoutable dans la guerre, et de relever la puissance de son peuple.

7. Aussi on lui donna l’honneur d’avoir tué dix mille hommes ; il mêla ses louanges aux bénédictions du Seigneur, et lui offrit une couronne de gloire ;

8. Car il renversa ceux qui attaquaient Israël de toutes parts, il extermina les Philistins ses ennemis, comme il paraît encore aujourd’hui ; et il abattit pour jamais toute leur puissance.

9. Dans toutes ses œuvres il a rendu ses actions de grâces au Saint, et il a béni le Très-Haut par des paroles pleines de sa gloire.

10. Il a loué le Seigneur de tout son cœur ; il a aimé le Dieu qui l’avait créé, et qui lui avait donné le pouvoir qu’il avait sur ses ennemis :

11. Il a établi des chantres pour être devant l’autel, et il a accompagné leurs chants de doux concerts de musique.

12. Il a rendu les fêtes plus pompeuses, et il a orné les jours sacrés jusqu’à la fin de sa vie, afin qu’Israël louât le saint nom du Seigneur, et que dès le matin il rendît gloire à sa sainteté.

13. Le Seigneur l’a purifié de ses péchés, et il a relevé sa puissance pour jamais ; il lui a assuré le royaume par son alliance, et un trône de gloire dans Israël.

14. Après lui s’éleva son fils rempli de sagesse, et le Seigneur détruisit par lui toute la puissance de ses ennemis.

15. Salomon régna dans un temps de paix, et Dieu lui soumit tous ceux qui le combattaient, afin qu’il élevât une maison au nom du Seigneur, et qu’il lui préparât un sanctuaire éternel. Comment avez-vous été instruit dans votre jeunesse ?

16. Vous avez été rempli de sagesse comme un fleuve, et toute la terre a été découverte à votre âme.

17. Vous avez renfermé des énigmes dans une multitude de paraboles. Votre nom s’est rendu célèbre jusqu’aux îles les plus reculées, et vous avez été aimé dans votre règne de paix.

18. Toute la terre a admiré vos cantiques, vos proverbes, vos paraboles, et l’interprétation que vous avez donnée aux choses obscures ;

19. Elle en a glorifié le nom du Seigneur Dieu, qui s’appelle le Dieu d’Israël.

20. Vous avez fait des amas d’or comme on en fait d’airain, et d’argent comme on en ferait de plomb ;

21. Et après cela vous vous êtes prostitué aux femmes, vous avez asservi votre corps,

22. Vous avez imprimé une tache dans votre gloire, vous avez profané votre race pour attirer la colère sur vos enfants, et la punition sur votre folie,

23. En formant un schisme dans le royaume, et faisant sortir d’Éphraïm une domination rebelle et opiniâtre.

24. Mais Dieu n’oubliera point sa miséricorde ; il ne détruira point, et n’anéantira point ses ouvrages ; il ne retranchera point par la racine la postérité de son élu, et il n’exterminera point la race de celui qui l’a aimé.

25. Il a laissé quelques restes à Jacob, et à David quelques rejetons de sa race.

26. Salomon a fini sa vie, et s’en est allé avec ses pères.

27. Et il a laissé son fils Roboam après lui, qui a été un exemple de folie parmi son peuple,

28. Un homme sans jugement et sans prudence, qui par son mauvais conseil détourna de lui son peuple ;

29. Et Jéroboam, fils de Nabat, qui a fait pécher Israël, qui a ouvert à Éphraïm le chemin de l’iniquité : les péchés ensuite ont inondé parmi eux.

30. Ils les ont fait enfin chasser de leur terre.

31. Ils ont cherché toutes les manières de faire le mal, jusqu’à ce que la vengeance est venue fondre sur eux, et qu’elle a mis fin à tous leurs péchés.



Éloges d’Élie, d’Élisée, d’Ézéchias, et d’Isaïe.


1. Le prophète Élie s’est élevé ensuite comme un feu, et ses paroles brûlaient comme un flambeau ardent.

2. Il frappa le peuple de famine ; ils l’excitèrent par leur envie, et ils furent réduits à un petit nombre ; car ils ne pouvaient supporter les préceptes du Seigneur.

3. En parlant au nom du Seigneur il ferma le ciel, et il en fit tomber le feu par trois fois.

4. Quelle gloire, ô Élie, vous êtes-vous acquise par vos miracles ! Et qui peut se glorifier comme vous,

5. Vous qui, par la parole du Seigneur Dieu, avez fait sortir un mort des enfers et l’avez arraché au tombeau ;

6. Vous qui avez fait tomber les rois dans le précipice, qui avez brisé sans peine toute leur puissance, et qui dans leur gloire les avez réduits au lit de la mort ;

7. Vous qui avez entendu sur le mont Sina le jugement du Seigneur, et sur le mont Horeb les arrêts de sa vengeance ;

8. Vous qui sacrez les rois pour venger les crimes, et qui laissez après vous des prophètes pour vos successeurs ;

9. Vous qui avez été enlevé au ciel dans un tourbillon de feu, et dans un char traîné par des chevaux ardents ;

10. Vous qui avez été destiné pour adoucir la colère du Seigneur par des jugements que vous exercerez au temps prescrit, pour réunir les cœurs des pères à leurs enfants, et pour rétablir les tribus d’Israël ?

11. Bienheureux sont ceux qui vous ont vu, et qui ont été honorés de votre amitié !

12. Car pour nous, nous vivons seulement pendant cette vie ; mais notre nom ne vivra pas de même après notre mort.

13. Élie a été enlevé dans un tourbillon, mais son esprit est demeuré dans Élisée. Élisée n’a point eu peur des princes pendant sa vie, et personne n’a été plus puissant que lui.

14. Jamais rien ne l’a pu vaincre ; et son corps, après sa mort même, a fait voir qu’il était un vrai prophète.

15. Il a fait des prodiges pendant sa vie, et des miracles après sa mort.

16. Mais à toutes ces merveilles le peuple n’a point fait pénitence, et ils ne se sont point retirés de leurs péchés, jusqu’à ce qu’ils ont été chassés de leurs terres, et dispersés dans tous les pays du monde :

17. Il n’est demeuré qu’un petit reste du peuple, et un prince de la maison de David.

18. Quelques uns d’eux ont plu à Dieu dans leur vie ; mais les autres ont commis beaucoup de péchés.

19. Ézéchias a fortifié sa ville, et il y a fait venir de l’eau ; il a creusé le roc avec le fer, et il a bâti un puits pour conserver l’eau.

20. Sennachérib vint pendant son règne ; il envoya Rabsacès, et il éleva sa main contre eux ; il étendit sa main contre Sion, et sa puissance le remplit d’orgueil.

21. Alors la frayeur saisit leurs cœurs et leurs mains ; ils furent agités comme une femme qui est dans les douleurs de l’enfantement.

22. Ils invoquèrent le Seigneur plein de miséricorde, ils étendirent leurs mains et les élevèrent au ciel ; et le Saint le Seigneur notre Dieu écouta bientôt leur voix.

23. Il ne se souvint point de leurs péchés, et ne les livra point à leurs ennemis ; mais il les purifia par les mains d’Isaïe son saint prophète.

24. Il dissipa le camp des Assyriens, et l’ange du Seigneur les tailla en pièces :

25. Car Ézéchias fit ce qui était agréable à Dieu, il marcha courageusement dans la voie de David son père, que lui avait recommandée Isaïe, qui fut un grand prophète, fidèle aux yeux du Seigneur.

26. Le soleil pendant ses jours retourna en arrière, et il ajouta plusieurs années à la vie du roi.

27. Il vit la fin des temps par un grand don de l’Esprit, et il consola ceux qui pleuraient en Sion.

28. Il prédit ce qui devait arriver jusqu’à la fin des temps, et découvrit les choses secrètes avant qu’elles arrivassent.



Éloges de Josias, de Jérémie, d'Ézéchiel, des douze petits prophètes, de Zorobabel, du grand-prêtre Jésus, de Néhémie, d'Hénoch et de Joseph, de Sem, de Seth, et d'Adam.


1. La mémoire de Josias est comme un parfum d’une odeur admirable, composé par un excellent parfumeur.

2. Son souvenir sera doux à la bouche de tous les hommes comme le miel, et comme un concert de musique dans un festin où il y a du vin délicieux.

3. Il a été destiné divinement pour faire entrer le peuple dans la pénitence, et il a exterminé les abominations de l’impiété.

4. Il a tourné son cœur vers le Seigneur, et dans un temps de péché il s’est affermi dans la piété.

5. Hors David, Ezéchias, et Josias, tous ont péché ;

6. Car les rois de Juda ont abandonné la loi du Très-Haut, et ont méprisé la crainte de Dieu.

7. Ils ont abandonné leur royaume à un autre peuple, et leur gloire à une nation étrangère.

8. Ils ont brûlé la ville choisie, la ville sainte ; et ils ont fait un désert de ses rues, selon la prédiction de Jérémie.

9. Car ils ont maltraité celui qui avait été consacré prophète dès le ventre de sa mère, consacré pour renverser, pour détruire, pour perdre, et pour édifier.

10. Quant à Ézéchiel, il a vu cette vision de gloire que le Seigneur lui représenta dans le char de chérubins.

11. Car il a marqué par une pluie ce qui devait arriver aux ennemis du Seigneur, et les biens qu’il devait faire à ceux qui avoient marché dans la droite voie.

12. Que les os des douze prophètes refleurissent dans leurs tombeaux, car ils ont fortifié Jacob, et l’ont racheté de servitude par une foi pleine de courage.

13. Comment relèverons-nous la gloire de Zorobabel, lui qui a été comme un anneau à la main droite ;

14. Et Jésus, fils de Josédec, qui en leur temps ont rebâti la maison du Seigneur, qui ont relevé son saint temple, destiné à son éternelle gloire ?

15. La mémoire de Néhémias passera aussi dans plusieurs siècles, lui qui a relevé nos murs abattus, qui a rétabli nos portes et nos serrures, et qui a rebâti nos maisons.

16. Nul n’est né sur la terre comme Hénoch, qui a été ensuite enlevé de dessus la terre ;

17. Ni comme Joseph, qui est né pour être le prince de ses frères, l’appui de sa famille, le gouverneur de ses frères, et le ferme appui de son peuple :

18. Ses os ont été conservés avec soin, et ont prophétisé après sa mort.

19. Seth et Sem ont été élevés en gloire entre les hommes, et Adam dans la création au-dessus de toutes les créatures.



Éloge du grand-prêtre Simon, fils d’Onias. Les enfants exhortés à implorer le secours du Seigneur. Trois peuples dignes de haine. Auteur de ce livre. Heureux ceux qui profiteront de ses instructions.


1. Simon, fils d’Onias, grand-pontife, a soutenu la maison du Seigneur tant qu’il a vécu, et il a fortifié le temple pendant ses jours.

2. C’est lui qui a fait faire les fondements profonds du temple, le double bâtiment, et les hauts murs.

3. Les eaux des fontaines ont coulé en son temps dans les canaux, et ils se sont remplis extraordinairement comme une mer.

4. Il a eu un soin particulier de son peuple, et il l’a délivré de la perdition.

5. Il a été assez puissant pour agrandir et fortifier la ville, il s’est acquis de la gloire par la manière dont il a vécu avec son peuple, et il a élargi et étendu l’entrée de la maison et du parvis.

6. Il a brillé pendant sa vie comme l’étoile du matin au milieu des nuages, et comme la lune lorsqu’elle est venue en son plein.

7. Il a lui dans le temple de Dieu comme un soleil éclatant de lumière.

8. Il a paru comme l’arc-en-ciel qui brille dans les nuées lumineuses, et comme les roses qui poussent leurs fleurs au printemps, comme les lis qui sont sur le bord des eaux, et comme l’encens qui répand son odeur pendant l’été ;

9. Comme une flamme qui étincelle, et comme l’encens qui s’évapore dans le feu ;

10. Comme un vase d’or massif, orné de toutes sortes de pierres précieuses :

11. Il a paru comme un olivier qui pousse ses rejetons, et comme un cyprès qui s’élève en haut, lorsqu’il a pris sa robe de gloire, et qu’il s’est revêtu de tous les ornements de sa dignité.

12. En montant au saint autel il a honoré ses vêtements saints.

13. Se tenant debout à l’autel, il a reçu une partie de l’hostie de la main des prêtres : et il a été environné de ses frères comme d’une couronne ; ils se sont tenus autour de lui comme des cèdres plantés sur le mont Liban,

14. Comme des branches de palmier ; et tous les enfants d’Aaron étaient dans leur gloire autour de lui.

15. L’oblation se présentait au Seigneur par leurs mains devant toute l’assemblée d’Israël ; et pour achever entièrement le sacrifice à l’autel, et pour honorer l’oblation du Roi très-haut,

16. Il a étendu sa main pour lui offrir le sang de la vigne.

17. Il a répandu au pied de l’autel un vin dont l’odeur divine est montée devant le Prince très-haut.

18. Alors les enfants d’Aaron ont jeté un grand cri, et ont sonné de leurs trompettes battues au marteau ; ils ont fait retentir un grand bruit pour renouveler leur mémoire devant le Seigneur.

19. Tout le peuple est venu en foule, et ils se sont prosternés le visage contre terre pour adorer le Seigneur leur Dieu, et pour rendre leurs vœux au Tout-Puissant, au Dieu très-haut.

20. Les chantres ont élevé leurs voix dans leurs cantiques, et ils ont fait éclater dans cette grande maison un bruit plein d’une douce harmonie.

21. Le peuple a offert sa prière au Seigneur très-haut jusqu’à ce qu’il lui ait rendu tout le culte qui lui est dû, et qu’ils aient achevé leurs fonctions.

22. Alors le grand-prêtre descendant de l’autel a élevé ses mains sur toute l’assemblée des enfants d’Israël, pour rendre gloire à Dieu par ses lèvres, et pour se glorifier en son nom :

23. Il a renouvelé encore sa prière, pour témoigner la souveraine puissance de Dieu.

24. Priez donc maintenant le Dieu de toutes les créatures, qui a fait de grandes choses dans toute la terre, qui nous a fait vivre de jour en jour depuis que nous sommes sortis du ventre de notre mère, et qui nous a traités selon sa miséricorde ;

25. Qu’il nous donne la joie du cœur, et que pendant nos jours et pour jamais il fasse fleurir la paix dans Israël ;

26. Qu’il donne à Israël une ferme foi que la miséricorde de Dieu est sur nous, afin qu’il les délivre pendant leur vie.

27. Mon âme hait deux peuples ; et le troisième que je hais n’est pas un peuple :

28. Ceux qui demeurent sur le mont Séir, et les Philistins, et le peuple insensé qui habite dans Sichem.

29. Jésus, fils de Sirach, de Jérusalem, a écrit dans ce livre des instructions de sagesse et de science, et il y a répandu la sagesse de son cœur.

30. Heureux celui qui se nourrit de ces bonnes paroles, et qui les renferme dans son cœur ! il sera toujours sage :

31. Car s’il fait ce qui est écrit ici, il sera capable de toutes choses, parce que la lumière de Dieu conduira ses pas.



Actions de grâces de l’auteur de ce livre. Comment il a acquis la sagesse. Exhortation à la recherche de la sagesse.


1. Prière de Jésus, fils de Sirach : Je vous rendrai grâces, ô Seigneur roi, et je vous louerai, vous qui êtes mon Dieu et mon sauveur.

2. Je rendrai gloire à votre nom, parce que c’est vous qui m’avez assisté et qui m’avez protégé.

3. Vous avez délivré mon corps de la perdition, des pièges de la langue injuste, et des lèvres des ouvriers de mensonge, et vous avez été mon défenseur contre ceux qui m’accusaient.

4. Vous m’avez délivré, selon la multitude de vos miséricordes, des lions rugissants qui étaient prêts à me dévorer ;

5. Des mains de ceux qui cherchaient à m’ôter la vie, et des afflictions différentes qui m’assiégeaient de toutes parts :

6. Vous m’avez délivré de la violence de la flamme dont j’étais environné, et je n’ai point senti la chaleur au milieu du feu ;

7. De la profondeur des entrailles de l’enfer, des lèvres souillées, des paroles de mensonge, d’un roi injuste, et des langues médisantes.

8. Mon âme louera le Seigneur jusqu’à la mort,

9. Parce qu’elle était près de tomber au plus profond de l’enfer.

10. Ils m’avoient environné de tous côtés, et il n’y avait personne pour me secourir. J’attendais des hommes quelque secours, et il ne m’en venait point.

11. Alors je me suis souvenu, Seigneur, de votre miséricorde, et des œuvres que vous avez faites dès le commencement du monde ;

12. Parce que vous tirez du péril, ô Seigneur, ceux qui ne se lassent point de vous attendre, et que vous les délivrez de la puissance des nations.

13. Vous m’avez élevé une demeure sur la terre, et je vous ai prié de me délivrer du torrent de la mort.

14. J’ai invoqué le Seigneur père de mon Seigneur, afin qu’il ne me laissât point sans assistance au jour de mon affliction, et pendant le règne des superbes.

15. Je louerai sans cesse votre nom, et je le glorifierai dans mes actions de grâces, parce que vous avez exaucé ma prière ;

16. Que vous m’avez délivré de la perdition, et que vous m’avez tiré du péril dans un temps d’injustice et de violence.

17. C’est pourquoi je vous rendrai grâces, je chanterai vos louanges, et je bénirai le nom du Seigneur.

18. Lorsque j’étais encore jeune, avant de m’écarter bien loin, j’ai recherché la sagesse dans ma prière avec grande instance.

19. Je l’ai demandée à Dieu dans le temple, et je la rechercherai jusqu’à la fin de ma vie : elle a fleuri dans moi comme un raisin mûr avant le temps ;

20. Et mon cœur a trouvé sa joie en elle. Mes pieds ont marché dans un chemin droit, et j’ai tâché de la découvrir dès ma jeunesse.

21. J’ai prêté humblement l’oreille pendant quelque temps, et la sagesse m’a été donnée.

22. J’en ai trouvé beaucoup en moi-même, et j’y ai fait un grand progrès.

23. J’en donnerai la gloire à celui qui me l’a donnée.

24. Car je me suis résolu à faire ce qu’elle me prescrit. J’ai été zélé pour le bien ; et je ne tomberai point dans la confusion.

25. Mon âme a lutté longtemps pour atteindre la sagesse, et je m’y suis confirmé en faisant ce qu’elle m’ordonne.

26. J’ai élevé mes mains en haut, et j’ai déploré l’égarement de mon esprit ;

27. J’ai conduit mon âme droit à elle, et je l’ai trouvée dans la connaissance de moi-même.

28. J’ai, dès le commencement, possédé mon cœur avec elle ; c’est pourquoi je ne serai point abandonné.

29. Mes entrailles ont été émues en la cherchant ; et c’est pour cela que je posséderai un si grand bien.

30. Le Seigneur m’a donné pour récompense une langue qui me servira à la louer.

31. Approchez-vous de moi, vous qui n’êtes pas savants, et assemblez-vous dans la maison du règlement et de la discipline.

32. Pourquoi tardez-vous encore ? Et que direz-vous à ceci : Vos âmes sont pressées d’une extrême soif ?

33. J’ai ouvert ma bouche, et j’ai parlé : Achetez la sagesse sans argent ;

34. Soumettez votre cou au joug ; que votre âme se rende susceptible de l’instruction : car elle est proche, et il est aisé de la trouver.

35. Voyez de vos yeux, qu’avec un peu de travail je me suis acquis un grand repos.

36. Recevez l’instruction comme une grande quantité d’argent, et vous posséderez en elle une grande abondance d’or.

37. Que votre âme trouve sa joie dans la miséricorde du Seigneur, et publiant ses louanges vous ne serez point confondus.

38. Faites votre œuvre avant que le temps se passe, et il vous en donnera la récompense lorsque le temps en sera venu.


◄   La Sagesse sommaire Baruch   ►