Wikisource:Accueil

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Main Page:Français)
Aller à : navigation, rechercher
Wikisource : la bibliothèque libre

Icône Repères

Auteurs par 
période
Antiquité | Moyen Âge | XVe siècle | XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle | XIXe siècle | XXe siècle | XXIe siècle
Textes par 
période
Antiquité | Moyen Âge | XVe siècle | XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle | XIXe siècle | XXe siècle | XXIe siècle
Index des 
auteurs
A | B | C | D | E | F | G | H |  I  | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z


George Sand

George Sand
Littérature

Genres : Biographies | Contes | Essais et Études | Fables | Lettres | Nouvelles | Romans | Récits | Poésie | Théâtre | Chansons

Courants : Renaissance et humanisme | Classicisme | Baroque | Les Lumières | Romantisme | Sturm und Drang | Réalisme | Naturalisme | Parnasse | Symbolisme

Thèmes : Arts | Esclavage | États-Unis | Fantastique | Femme | Mer | Science-fiction | Vin | Voyage

Littératures non francophones : Allemande | Anglo-saxonne | Chinoise | Danoise | Espagnole | De l’antiquité grecque | De l’antiquité latine | Indienne | Russe

Pierre Bayle

Pierre Bayle
Sciences humaines

Philosophie : Liste des philosophes | Liste des œuvres | Mémoires

Droit, politique, économie : Relations internationales | Droit et politique des nations | Constitutions | Hymnes nationaux

Histoire : Histoire (par période) | Histoire (par thème) | Études historiques | Guerres et conflits | Mémoires et thèses

Dictionnaires | Revues | Éducation | Sociologie | Psychologie | Économie

Sphère armilliaire.png

Mathématiques | Chimie | Sciences de la nature

Religions et croyances

Bouddhisme | Catholicisme | Christianisme | Hindouisme | Islam | Judaïsme | Mythologie | Taoïsme | Ésotérisme

Arts

Architecture | Musique | Paroles de chansons | Peinture

 
Projets en cours

Projet BnF | Éditions bilingues | Traductions | Documents remarquables | Prix littéraires | Portails | Wikisource sonore | Textes validés




Icône Découvrir…

Voltaire, Memnon ou la Sagesse humaine édition 1879


Memnon

ou

la Sagesse humaine


Memnon conçut un jour le projet insensé d’être parfaitement sage. Il n’y a guère d’hommes à qui cette folie n’ait quelquefois passé par la tête. Memnon se dit à lui-même : « Pour être très-sage, et par conséquent très-heureux, il n’y a qu’à être sans passions ; et rien n’est plus aisé, comme on sait. Premièrement, je n’aimerai jamais de femme ; car, en voyant une beauté parfaite, je me dirai à moi-même : Ces joues-là se rideront un jour ; ces beaux yeux seront bordés de rouge ; cette gorge ronde deviendra plate et pendante ; cette belle tête deviendra chauve. Or je n’ai qu’à la voir à présent des mêmes yeux dont je la verrai alors, et assurément cette tête ne fera pas tourner la mienne.

En second lieu je serai toujours sobre ; j’aurai beau être tenté par la bonne chère, par des vins délicieux, par la séduction de la société ; je n’aurai qu’à me représenter les suites des excès, une tête pesante, un estomac embarrassé, la perte de la raison, de la santé, et du temps, je ne mangerai alors que pour le besoin ; ma santé sera toujours égale, mes idées toujours pures et lumineuses. Tout cela est si facile qu’il n’y a aucun mérite à y parvenir.

Ensuite, disait Memnon, il faut penser un peu à ma fortune ; mes désirs sont modérés ; mon bien est solidement placé sur le receveur général des finances de Ninive ; j’ai de quoi vivre dans l’indépendance : c’est là le plus grand des biens. Je ne serai jamais dans la cruelle nécessité de faire ma cour : je n’envierai personne, et personne ne m’enviera. Voilà qui est encore très aisé. J’ai des amis, continuait-il, je les conserverai, puisqu’ils n’auront rien à me disputer. Je n’aurai jamais d’humeur avec eux, ni eux avec moi ; cela est sans difficulté.

Ayant fait ainsi son petit plan de sagesse dans sa chambre, Memnon mit la tête à la fenêtre. Il vit deux femmes qui se promenaient sous des platanes auprès de sa maison. L’une était vieille, et paraissait ne songer à rien ; l’autre était jeune, jolie, et semblait fort occupée. Elle soupirait, elle pleurait, et n’en avait que plus de grâces. Notre sage fut touché, non pas de la beauté de la dame (il était bien sûr de ne pas sentir une telle faiblesse), mais de l’affliction où il la voyait. Il descendit ; il aborda la jeune Ninivienne dans le dessein de la consoler avec sagesse. Cette belle personne lui conta, de l’air le plus naïf et le plus touchant, tout le mal que lui faisait un oncle qu’elle n’avait point ; avec quels artifices il lui avait enlevé un bien qu’elle n’avait jamais possédé, et tout ce qu’elle avait à craindre de sa violence. « Vous me paraissez un homme de si bon conseil, lui dit-elle, que si vous aviez la condescendance de venir jusque chez moi, et d’examiner mes affaires, je suis sûre que vous me tireriez du cruel embarras où je suis.» Memnon n’hésita pas à la suivre, pour examiner sagement ses affaires, et pour lui donner un bon conseil.

La dame affligée le mena dans une chambre parfumée, et le fit asseoir avec elle poliment sur un large sofa, où ils se tenaient tous deux les jambes croisées vis-à-vis l’un de l’autre. La dame parla en baissant les yeux, dont il échappait quelquefois des larmes, et qui en se relevant rencontraient toujours les regards du sage Memnon. Ses discours étaient pleins d’un attendrissement qui redoublait toutes les fois qu’ils se regardaient. Memnon prenait ses affaires extrêmement à cœur, et se sentait de moment en moment la plus grande envie d’obliger une personne si honnête et si malheureuse. Ils cessèrent insensiblement, dans la chaleur de la conversation, d’être vis-à-vis l’un de l’autre. Leurs jambes ne furent plus croisées. Memnon la conseilla de si près, et lui donna des avis si tendres, qu’ils ne pouvaient ni l’un ni l’autre parler d’affaires, et qu’ils ne savaient plus où ils en étaient.

Comme ils en étaient là, arrive l’oncle, ainsi qu’on peut bien le penser : il était armé de la tête aux pieds ;

Icône Derniers livres validés


Icône Nouveautés

  1. Jean Bourdeau, L’Internationale socialiste au congrès de Stuttgart, dans la Revue des Deux Mondes, tome 41, 1907
  2. Aristote, Morale, traduction Jean-François Thurot, 1823
  3. Tertullien, Traité contre les spectacles, 1852
  4. Rodolphe Radau, Les Progrès de l’astronomie stellaire, dans la Revue des Deux Mondes, tome 11, 1875
  5. Victor Cherbuliez, L’Émancipation des femmes, dans la Revue des Deux Mondes, tome 42, 1880
  6. Voltaire, Les Lettres d’Amabed, 1769 (éd. 1877) Télécharger au format ePub
  7. Stendhal, Chroniques italiennes, éd. 1929, Télécharger au format ePub
  8. René de Pont-Jest, Sang-Maudit, 1888 Télécharger au format ePub
  9. Rodolphe Radau, L’Astronomie expérimentale et l’Observatoire de Meudon, dans la Revue des Deux Mondes, tome 161, 1900 Télécharger au format ePub
  10. Jacques Normand, Pensées de toutes les couleurs, s.d. Télécharger au format ePub
  11. Eugène Goblet d’Alviella, Le Cinquantième Anniversaire du Brahma Somaj - Une tentative de religion naturelle dans l’Inde contemporaine, dans la Revue des Deux Mondes, tome 41, 1880
  12. Walter Scott, Quentin Durward, traduction d’Albert Montémont, 1838 Télécharger au format ePub
  13. Annie Besant, Pourquoi je suis devenue théosophe, traduction par Guillaume de Fontenay, 1911 Télécharger au format ePub
  14. Walter Scott, Ivanhoé (Scott - Montémont), traduction d’Albert Montémont, 1838 Télécharger au format ePub
  15. Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, 1923 Télécharger au format ePub
  16. Gérard de Nerval, Nos adieux à la Chambre des députés, éd. les libraires du Palais-Royal, 1831
  17. Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, texte établi par Charles Asselineau, éd. Poulet-Malassis, 1862 Télécharger au format ePub
  18. Gustave Aimard, Les Rôdeurs de frontières, éd. Fayard, 1910 Télécharger au format ePub
  19. Walter Scott, Peveril du Pic, traduction d’Albert Montémont, 1838 Télécharger au format ePub
  20. Gustave Flaubert, Madame Bovary, éd. Conard, 1910 Télécharger au format ePub


Icône Participation

Chacun peut participer à la relecture d’un ouvrage ou à la création d’un fac-similé, à condition de respecter les lois concernant le passage des œuvres dans le domaine public et règles essentielles établies par la communauté ; par exemple, la vérifiabilité du texte, relu grâce à un fac-similé.


De nombreuses pages d’aide sont à votre disposition, notamment pour relire une page, créer un fac-similé ou encore le poster sur le site. N’hésitez pas à poser des questions sur le scriptorium, ou à d’autres utilisateurs.


Icône Informations

Juillet 2014

Mai 2014

Actualité13 : Wikisource en français a 600 000 pages corrigées.
Actualité8 : Wikisource publie son 12 000e livre scanné : la Vie de saint George, de Maître Wace, trouvère du XIIe siècle.

Avril 2014

Actualité27 : Wikisource en français a 150 000 pages validées.


Icône Projets frères

Meta-Wiki
Meta-Wiki
Coordination de tous les projets
Commons
Wikidata
Wikipédia
Wikipedia
L’encyclopédie libre
Wiktionnaire
Wiktionnaire
Dictionnaire universel
Wikinews
Wikinews
Actualités libres
Wikibooks
Wikibooks
Livres et textes didactiques
Wikiquote
Wikiquote
Recueil de citations
Wikiversité
Wikiversité
Communauté pédagogique libre
Wikivoyage
Wikivoyage
Guide touristique libre
Wikispecies
Wikispecies
Inventaire du vivant