Marchez pendant que vous avez la lumière (trad. Smith)/Prologue

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Traduction par Ernest W. Smith.
Alphonse Lemerre, 1891 (pp. 1-16).
Chapitre I  ►
Prologue



PROLOGUE


Plusieurs amis s’étaient réunis sous le toit hospitalier d’un homme riche. Il arriva un jour que la conversation prit une tournure sérieuse, la Vie Humaine en devint le thème.

Ils parlaient d’eux-mêmes et des personnes absentes, mais, parmi tous leurs amis et leurs connaissances, ils ne pouvaient pas en désigner un seul qui fût satisfait de son genre de vie. Non pas que ces personnes eussent des raisons de se plaindre de la fortune : elles étaient dans des positions aisées, mais aucune d’elles ne pouvait regarder la vie qu’elle suivait comme digne d’un chrétien. Elles avouaient toutes qu’elles gaspillaient leur existence, que leurs pensées ne s’attachaient qu’aux choses temporelles, qu’elles s’intéressaient seulement à elles-mêmes et à leurs familles, enfin, qu’elles pensaient à peine à leurs voisins et encore moins à Dieu.

Ainsi peut se résumer la conversation de ces amis ; et ils étaient étrangement unanimes à trouver qu’ils étaient coupables d’avoir négligé Dieu et d’avoir mené une vie païenne.

« Pourquoi continuer à vivre de cette façon indigne ? » s’écria un jeune homme qui venait de prendre part à la discussion. « Pourquoi continuer à faire ce que nous condamnons ? Ne sommes-nous point maîtres de notre propre vie, libres de la changer ou de la modifier à notre gré ? Nous voilà parfaitement d’accord sur un point : c’est que notre luxe, notre indolence, notre richesse, et, avant tout, notre orgueil sans bornes qui nous isole de nos frères, nous précipitent dans une ruine irrémédiable. Afin de devenir célèbres et riches, nous sommes forcés de nous priver de tout ce qui fait la joie de la vie humaine ; nous vivons entassés dans de grandes cités, nous devenons las et énervés, nous abîmons notre santé, et, en dépit de tous nos amusements et nos plaisirs, noos arrivons à mourir d’ennui et de regret que notre vie soit tellement différente de ce qu’elle devrait être. Alors, pourquoi vivre ainsi ? Pourquoi briser sans pitié notre vie entière et dédaigner les biens inestimables que Dieu nons a donnés ? Moi, je ne veux plus me prostituer à une vie semblable à celle du passé. Je renoncerai à mes études, car elles ne peuvent que me conduire à cette existence amère et douloureuse dont vous venez de vous plaindre tous. Je renoncerai à mes biens et propriétés, et je me retireral à la campagne où je veux passer mes jours avec les pauvres. Je travaillerai parmi eux, je m’habituerai à leurs rudes labeurs, et, dans le cas où ma culture intellectuelle leur serait utile, je la leur donnerai, non pas par l’intermédiaire des établissements et des livres, mais directement, par l’exemple d’une vie travailleuse, vécue fraternellement au milieu d’eux. Oui, » conclut-il en jetant un regard interrogatif vers son père qui l’écoutait debout, « ma décision est prise ! »

Le père du jeune homme lui répondit :

« Votre désir est noble an fond, mais c’est le fruit prématuré d’un cerveau n’ayant pas encore atteint son complet développement. Tout vous semble pratique parce que vous ne connaissez pas encore la vie. Que deviendrions-nous, et le monde entier, si nous ne poursuivions chacun que ce qui nous semble bon et à désirer ? Réaliser toutes ces choses bonnes et désirables est à la fois difficile et complexe. Il n’est pas facile d’accomplir des progrès dans une voie vieille et connue : combien donc serait-il difficile d’avancer dans une voie nouvelle et inconnue ? Une telle tâche n’est bonne que pour ceux qui sont arrivés à un âge mûr et qui ont assimilé le meilleur de tout ce que l’homme puisse atteindre. Cette nouvelle ère vous semble pratique parce que vous êtes jeune et parce que la vie est encore pour vous un livre fermé. Les idées que vous venez d’exprimer sont nées dans l’irréflexion de la jeunesse. En conséquence, il est indispensable que nous, qui sommes plus âgés et plus expérimentés que vous, exercions une influence modératrice sur vos emportements et vous accordions l’avantage de notre expérience. De votre côté, vous devez consentir à être guidé par notre sagesse mûre. »

Le jeune homme se tut. Tout le monde semblait trouver justes les conseils du père.

« Vous avez parfaitement raison, » s’écria un homme marié d’un certain âge. « Sans doute notre jeune ami, dénué comme il l’est d’expérience, peut facilement s’égarer dans les recherches qu’il fait pour découvrir une nouvelle voie dans le labyrinthe de la vie. Sa détermination ne peut pas être regardée comme irrévocable. Toutefois, nous sommes tous d’opinion que la vie que nous menons actuellement ne s’accorde point avec les dictées de nos consciences et qu’elle ne nous procure aucun bien. Nous ne pouvons donc qu’envisager favorablement le désir de faire un changement radical dans notre manière de vivre. Notre jeune ami peut très bien se tromper, et prendre sa fantaisie pour une conclusion logique sortie de son raisonnement ; mais je ne suis plus jeune, et je vous dirai ce que je pense et ce que je ressens sur ce sujet. J’ai suivi attentivement la discussion que nous avons eue ce soir, et la même pensée m’est venue qu’à ce jeune homme. Personnellement, je ne doute point que la vie que je mène maintenant ne peut me donner, soit le bonheur, soit la paix de conscience. La raison et l’expérience me confirment cette pensée. Qu’attends-je, alors ? Du matin au soir je travaille pour ma famille, avec le résultat que ma famille et moi, loin de vivre à la hauteur de la loi de Dieu, nous enfonçons de plus en plus profondément dans la boue du péché. On travaille sans cesse pour sa famille, mais à la fin elle ne tire pas le moindre profit de ces efforts, parce qu’ils ne sont pas réellement utiles à la famille. Je me demande souvent s’il ne serait pas mieux de changer tout à fait de vie, de suivre les idées que notre jeune ami vient de nous exposer si clairement, de ne plus penser à ma femme ni à mes enfants, mais seulement au bien-être de mon âme. Ce n’est pas sans raison que saint Paul l’a dit : « Celui qui est marié s’occupe des choses du monde, cherchant à plaire à sa femme… Celui qui n’est pas marié s’occupe des choses qui regardent le Seigneur, cherchant à plaire au Seigneur… »

Avant qu’il pût achever la citation, toutes les dames présentes, y compris sa femme, protestèrent avec indignation.

« Il y a longtemps que vous auriez dû avoir pensé à cela, » s’écria une vieille dame qui avait suivi la conversation avec attention. « Vous avez fait votre lit, il faut maintenant que vous y restiez. Ce serait vraiment trop commode si chaque homme, trouvant difficile de subvenir aux besoins de sa famille, pouvait se soustraire à ses obligations envers elle en exprimant tout simplement le désir de sauver son âme ; ce serait de la fraude et de la bassesse. Un homme doit pouvoir mener une vie bonne et droite dans le sein de sa famille. Se sauver seul ne demande pas une grande habileté ; de plus, c’est même contraire à l’enseignement du Christ. Dieu nous commande d’aimer les autres, et vous voilà ici désireux de faire mal aux autres, et cela dans l’intérêt de Dieu. La vérité, la voici : Un homme marié a certains devoirs et obligations bien définis qu’il ne doit point négliger. Il n’en est pas de même lorsque chaque membre d’une famille a reçu les soins nécessaires pour le lancer dans la vie et se trouve dans une situation indépendante. Alors l’homme peut faire ce qu’il veut. Mais assurément il n’a pas le droit de briser les liens de la famille et d’en disperser les membres. »

L’homme marié ne put accepter ces définitions des devoirs d’un mari et d’un père.

« L’abandon de la famille n’entre pas dans mes idées, » répondit-il ; « je soutiens seulement qu’il est de mon devoir d’élever mes enfants d’une manière qui n’est pas généralement acceptée, que je ne dois pas les accoutumer à vivre dans leurs propres plaisirs ; mais, comme on vient de nous dire, les habituer aux privations, au travail, leur enseigner à aider leurs semblables, et, avant tout, à envisager tout homme comme un frère. Dans ce but, il est indispensable de renoncer aux distinctions et aux richesses. »

« Il est absurde de vouloir former les autres à cette nouvelle vie pendant que vous êtes vous-même plus loin de cette vie que n’importe lequel d’entre nous, » s’écria son épouse dépitée. « Vous, vous avez toujours vécu dans le luxe, depuis votre enfance jusqu’à ce jour. Pourquoi donc voulez-vous torturer votre femme et vos enfants ? Laissez-les vivre en paix, et choisir pour eux-mêmes le chemin dans la vie qui leur semble bon, mais ne leur imposez pas telle ou telle façon de vivre. »

À cette tirade, l’homme marié ne répondit pas, mais un homme âgé qui était assis près de lui, s’exprima ainsi :

« Sans doute, il est parfaitement vrai qu’un homme marié qui a accoutumé sa femme et ses enfants à l’aisance et au confortable, ne devrait pas les en priver tout d’un coup. Il y a aussi beaucoup de vrai dans cet argument qu’une fois l’éducation des enfants commencée d’après certains principes, il est préférable de la continuer et de la compléter que de l’arrêter pour recommencer sur des bases différentes, surtout lorsqu’on sait que les enfants eux-mêmes, arrivés à l’âge de raison, ne manqueront pas de choisir la voie qui leur convient le mieux. Je suis donc d’avis qu’il est difficile, qu’il est même criminel pour un homme marié de changer sa vie. Il n’en est pas de même pour nous qui sommes vieux, et auxquels Dieu lui-même, pour ainsi dire, a commandé de changer de vie. Vous me permettez, n’est-ce pas, de parler de moi-même. Je vis presque sans avoir ni devoirs, ni obligations quels qu’ils soient ; je vis, et je vous dis la vérité, uniquement pour mon estomac. Je mange, je bois, je dors, — et je suis dégoûté d’une existence semblable. Il est certainement temps maintenant pour moi d’abandonner cette vie misérable et de vivre enfin, à la veille de ma mort, comme Dieu l’a ordonné aux chrétiens. »

Mais le vieillard ne trouva pas d’appui parmi ceux qui l’entendaient. Sa nièce, son filleul, dont les enfants avaient été tenus par lui au baptême et depuis gâtés de cadeaux, et son propre fils, s’opposèrent aux idées du vieillard.

« Non, non, » dit le fils, « vous avez assez travaillé pendant votre vie, il est juste maintenant que vous vous reposiez et que vous ne vous tuiez pas tout à fait. Vous avez vécu soixante ans dans les mêmes habitudes et les mêmes goûts, et ce n’est pas à cette époque de votre vie que vous devez penser à les changer. Un tel désir de votre part vous procurera de grandes angoisses, mais aucun résultat ne pourrait les compenser. »

« Précisément ! » interposa la nièce. « Et quand vous-serez dans le besoin vous aurez des moments de mauvaise humeur, et vous vous plaindrez sans cesse. Par conséquent, vous pécheriez plus profondément à la face de Dieu qu’auparavant. Encore, Dieu est plein de miséricorde, il pardonne à tous ceux qui ont péché, il sera donc tout prêt à pardonner à un cher oncle comme vous. »

« Et pourquoi nous occuperions-nous de cette affaire ? » demanda un autre vieillard. « Vous et moi, nous n’avons peut-être qu’un jour ou deux à vivre ; pourquoi les gaspiller en faisant des plans et des projets ?

« C’est étrange ! Incompréhensible ! Vous voilà tous d’accord que nous devons vivre suivant la loi de Dieu, qu’actuellement nous vivons tous dans le mal et le péché, que nous en souffrons en corps et en âme, mais quand il s’agit de mettre nos conclusions en pratique, nous cherchons à faire des exceptions pour nos enfants, qui, chose bizarre, ne doivent pas être accoutumés à la nouvelle vie, mais éduqués d’après les anciennes idées que nous condamnons. De plus, les jeunes gens ne doivent pas s’opposer à la volonté de leurs parents, et au lieu d’accepter la nouvelle vie ; ils doivent se tirer d’affaire en suivant les anciens errements. Les hommes mariés n’ont pas le droit d’imposer cette meilleure vie à leurs femmes et à leurs enfants, et ils doivent continuer avec leur famille la vie qu’ils condamnent. Quant aux vieillards, ils ne se sont pas accoutumés à ces nouvelles habitudes, — et il ne leur reste que quelques jours à peine à vivre. Il semblerait donc que personne ne doive mener une vie bonne, droite et morale ; le plus qu’on peut faire, c’est de disserter sur les avantages qu’elle pourrait offrir. »