Page:Œuvres de Louise Ackermann.djvu/200

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





XIX

LE DÉLUGE


À VICTOR HUGO


 

LE VIEUX MONDE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dieu l’a dit : « Ne va pas plus loin, ô flot amer ! »
Mais quoi ! tu m’engloutis ! au secours, Dieu ! La mer
Désobéit ! la mer envahit mon refuge

LE FLOT

Tu me crois la marée, et je suis le déluge.

Épilogue de l’Année Terrible.


 
Tu l’as dit : C’en est fait ; ni fuite ni refuge
Devant l’assaut prochain et furibond des flots.
Ils avancent toujours. C’est sur ce mot, Déluge,
Poète de malheur, que ton livre s’est clos.
Mais comment osa-t-il échapper à ta bouche ?
Ah ! pour le prononcer, même au dernier moment,