Page:Œuvres de Spinoza, trad. Saisset, 1861, tome III.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


par son rapport à Dieu (en vertu de la Propos. 15), d’où il suit (par le Coroll. 1 de la Propos. 16) que Dieu est la cause des choses qui sont en lui ; voilà le premier point. De plus, si vous ôtez Dieu, il n’y a aucune substance (par la Propos. 14), c’est-à-dire (par la Déf. 3) aucune chose qui, hors de Dieu, existe en soi ; voilà le second point. Donc, Dieu est la cause immanente et non transitive de toutes choses. C. Q. F. D.


Proposition 19

Dieu est éternel ; en d’autres termes, tous les attributs de Dieu sont éternels.

Démonstration : Dieu en effet (par la Déf. 6) est une substance, laquelle (par la Propos. 11) existe nécessairement, c’est-à-dire (par la Propos. 7) à la nature de laquelle il appartient d’exister, ou ce qui est la même chose, dont l’existence découle de la seule définition ; Dieu est donc éternel (par la Déf. 8). De plus, que faut-il entendre par les attributs de Dieu ? ce qui exprime l’essence de la substance divine en d’autres termes (par la Déf. 4), ce qui appartient à la substance. C’est là, dis-je, ce qui doit être enveloppé dans les attributs. Or, l’éternité appartient à la nature de la substance (comme je viens de le prouver en m’appuyant sur la Propos. 7) Donc, chacun des attributs de la substance doit envelopper l’éternité, et tous par conséquent sont éternels. C. Q. F. D.

Scholie : Cette proposition devient aussi très-clairement évidente à l’aide de la démonstration que j’ai donnée (Propos. 11) de l’existence de Dieu. Il résulte en effet de cette démonstration que l’existence de Dieu, comme son essence, est une vérité éternelle. Ajoutez que j’ai donné ailleurs (Principes de Descartes, Propos. 19) une autre preuve de l’éternité de Dieu, qu’il est inutile de répéter ici.


Proposition 20

L’existence de Dieu et son essence sont une seule et même chose.

Démonstration : Dieu et tous ses attributs sont éternels (par la Prop.