Page:Ackermann - Pensées d’une solitaire, 1903.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pensées d’une Solitaire


Combien le cœur de l’homme est insuffisant ! Il se refuse à la continuité des plus justes douleurs ; un long amour finit par le lasser ; il faut qu’il se repose ou qu’il change.

Il est étrange que, parfaitement certains