Page:Ades - Josipovici - Mirbeau - Le Livre de Goha le Simple.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils appartiennent à une race différente. Toutefois, ce qui les distingue est superficiel : des préjugés, quelques habitudes… Et ces préjugés, ces habitudes ne tiennent pas plus de place qu’ils n’en doivent tenir. Cheik-el-Zaki le littéraire, Sayed, Nour-el-Eïn, Hawa, sont des êtres de tous les temps et de tous les pays. Et c’est une des beautés essentielles de ce livre d’être universel par sa profonde humanité.

Ce livre est plus encore, c’est une création. J’arrive à Goha lui-même.

Cet être qui n’a pas d’équivalent dans toute la littérature, cet idiot que d’aucuns trouveront une fantaisie agréable, est pour ceux qui cherchent, pour ceux qui pensent, une lumière… une lumière parce que, à travers ses gestes et ses mots comiques ou tristes, il nous découvre son âme, notre âme à tous, il nous la fait toucher du doigt comme un objet.


C’est pour le public que je souhaite le succès de ce livre, ce pauvre public que la surproduction littéraire de nos temps affole et que les écrivains notoires abrutissent consciencieuse-